Crise économique

par Syndicat CGT Le Meux  -  7 Octobre 2020, 06:38  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Vers un gel des retraites

 

complémentaires : comment faire payer

 

la crise aux retraités !

 

Sous le prétexte de la crise économique, les retraites complémentaires devraient être gelées pour un an jeudi 8 octobre prochain par l'AGIRC-ARRCO, l'organisme qui gère les pensions complémentaires. Une fois de plus, ces sont les plus démunis qui vont payer la crise !

 

Crise économique

crédit photo : PHILIPPE HUGUEN / AFP

Après les salariés, c’est au tour des retraités de payer la crise économique consécutive de la crise sanitaire. Les informations concernant le gel du point d’indice des pensions complémentaires de retraites laissent de moins en moins place au doute quant à la décision que devrait prendre en conseil d’administration les « partenaires sociaux » et les organisations patronales qui siègent à l’AGIRC-ARRCO (l’Association générale des institutions de retraite des cadres et l’Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés).

L’organisme fait face à un déficit de trésorerie de l’ordre de 6 à 8 milliards d’euros. Ce dernier a presque doublé par rapport aux prévisions que l’organisme avait établies pour la période 2019-2022. Mais des difficultés structurelles et l’absence d’aide de la part de l’Etat, bien décidé à réformer de fond en comble le système de retraite pour le précariser encore plus, ont en un sens préparé le terrain à ce gel du régime complémentaire de l’AGIRC-ARRCO. En effet, en mai dernier, Gérald Darmanin, alors ministre de l’action et des comptes publics, Olivier Véran et Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé des retraites, avaient donné une fin de non-recevoir aux demandes d’avance remboursables pour compenser les pertes liées à la crise économique et aux mesures gouvernementales comme le report de cotisations sociales.

De ce fait, ce sont près de 13 millions de retraités qui risquent de voir leur pouvoir d’achat baisser en raison de la crise économique à partir du mois de novembre prochain et ce pour une durée d’un an. Même si l’inflation est faible cette année (+ 0,1 point), cela n’est pas une raison pour se féliciter de la décision de ce gel tant la précarité touche aussi les retraités, comme on avait pu le constater lors du mouvement des Gilets jaunes. La récession qui risque encore de s’aggraver avec les fermetures d’usine et les nombreux plans de licenciement en cours va encore une fois être payée sur le dos des travailleurs et des retraités.

Du côté des organisations syndicales siégeant au CA de l’AGIRC-ARRCO, la CGT s’inquiète « de cette nouvelle perte de pouvoir d’achat » et que « les retraités soient une fois de plus pénalisés ». Les autres organisations syndicales, de la CFDT à la CFE-CGC minimisent le gel des pensions par tous les moyens possibles. « L’impact est assez faible » déclare le représentant CFDT tandis que Pierre Roger, administrateur CFE-CGC, joue sur le registre de l’effort national face à la crise : « Nous savons prendre nos responsabilités quand la situation l’exige ». Le responsable FO se félicite que « les retraités de l’Agirc-Arrco » gardent « le montant de pension par rapport à ce que subissent globalement les actifs » sans même que les cadeaux au patronat du plan de relance de Castex ne soient mentionnés.

Avec ce gel des pensions pendant plus d’un an, c’est encore une fois aux mêmes qu’on va demander de se serrer la ceinture tandis que le patronat continue de profiter du plan de 100 milliards d’euros de l’Etat.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :