Jean Castex et le dialogue social à l'hôpital public de Brest

par Syndicat CGT Le Meux  -  21 Novembre 2020, 14:32  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Ce vendredi 20 novembre 2020, le premier des chambellans d'un ex-banquier d'affaires placé à l'Elysée par le capital est venu visiter l'hôpital public de Brest. Mais pas les représentants du personnel hospitalier. Une façon à droite de régler sans doute le dialogue social cher aux partenaires dits sociaux!

En tout cas, je ne sais pas si vous êtes d'accord, mais pour ma part, le dialogue social sans rapport de force dans la lutte des classes, c'est ça :

Jean Castex et le dialogue social à l'hôpital public de Brest

Mais revenons à l'hôpital de Brest. Les représentants de son personnel avaient eu l'intention de remettre au premier factotum du palais de l'Elysée un courrier pour lui faire part des "difficultés rencontrées par le personnel, la dégradation des conditions de travail ou la situation des exclus du Ségur de la santé". Et on leur avait promis une rencontre avec Jean Castex.

Or, à l'heure du laitier, voilà que les policiers des ex-Renseignements généraux et de la Sécurité du premier ministre ont poussés dans leurs locaux syndicaux lesdits élus du personnel où ils sont retenus. Ils n'en sont libérés que lorsque Jean Castex et son aréopage d'officiels s'engouffrent dans leurs berlines ultra-sécurisées. Source: France bleu Brest.

Le syndicat Sud a déposé plainte pour "entrave à la liberté de circulation".  l'UD CGT du 29 et la CGT du CHRU de Brest ont dénoncé "le mépris affiché du Premier ministre et son refus du dialogue social et une opération de communication qui consiste à parader dans les services du CHRU sans prendre en compte les difficultés rencontrées par le personnel."

Bien. Mais pour ceux qui l'ignorent, Jean Castex n'est pas un perdreau de l'année à droite. En plus de plusieurs mandats électoraux pour le parti de Sarkozy-Fillon, il a été:

- de 2005 à 2006,  directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins au ministère de la Santé. De ce fait, il participe à l’introduction de la notion d’objectifs et de rentabilité dans l’hôpital et à une rationalisation des coûts, notamment avec la tarification à l'activité.

- de 2006 à 2007, directeur de cabinet de Xavier Bertrand au ministère de la Santé, puis de 2007 à 2008 au ministère du Travail quand ce dernier change de fauteuil.

- puis conseiller spécial de Sarkozy président au titre des Affaires sociales.

- de 2011 à la fin du mandat présidentiel de Nicolas Sarkozy, secrétaire général adjoint de l'Elysée.

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :