Répression

par Syndicat CGT Le Meux  -  7 Novembre 2020, 09:54  -  #Notes d'information Cgt Unilever

VIDEO. À Paris La police

 

verbalise les soignants

 

mobilisés contre la fermeture

 

des urgences de l’Hotel-Dieu

 

Ce vendredi, alors qu’avait lieu un rassemblement devant l’hôpital de l’Hôtel Dieu à Paris pour protester contre la fermeture du service des urgences, 21 soignants et soutiens ont écopé d'une amende de 135€ par la police. Une fois de plus, le gouvernement répond aux revendications sanitaires par la répression.

 

Répression

Crédits photo : AFP / Anne-Christine POUJOULAT

Dans un contexte de seconde vague où les services hospitaliers sont chaque jour de plus en plus saturés, l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris a décidé ce mardi de fermer le service des urgences de l’hôpital de l’Hôtel Dieu, situé en plein coeur de Paris. Pour protester contre cette décision meurtrière, plusieurs dizaines de soignants, à l’appel de la CGT ont organisé ce vendredi un rassemblement devant l’hôpital.

Pendant les prises de parole adressées aux soutiens, dans lesquelles les hospitaliers on rappelé qu’en pleine pandémie, “il y a besoin de lits, et on arrête pas de casser l’hôtel dieu, qui est au coeur de Paris, qui est un hôpital de proximité”, des policiers n’ont pas hésité à verbaliser 21 manifestants d’une amende à hauteur de 135 euros. La préfecture de police a justifié auprès de l’AFP les contraventions au titre que le rassemblement était “illégal en raison du contexte sanitaire”.

Une fois de plus, le gouvernement a montré comment il avait choisi de gérer la crise : par la répression. Après avoir encensé les “héros” de la première ligne, il dévoile sa ligne politique : casser les hôpitaux puis réprimer ceux qui protestent. Dans la droite lignée de la suppression de lits et de médecins au CHU de Toulouse préconisée par la chambre régionale des comptes d’Occitanie ou encore du Ségur de la Santé, cette nouvelle histoire édifiante montre le mépris de ce gouvernement à l’égard de ceux qui depuis bientôt 9 mois, affrontent la pandémie ainsi que les conséquences dévastatrices des politiques successives de casse de l’hôpital.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :