SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Contre les plans de
 
restructuration, les postiers de
 
Prades et Port-Vendres
 
reconduisent la grève

 

Les travailleurs de La Poste de Port-Vendres et Prades sont en grève contre des plans de restructuration. Alors que la direction de La Poste profite de la crise sanitaire pour continuer vers la privatisation et restructurer, les travailleurs des sites de Prades et Port-Vendes s'organisent pour défendre le service public et les emplois menacés.

 

La force des travailleurs

Crédit photo : AFP
Depuis lundi, les factrices et facteurs de Port-Vendres et Prades (66) sont en grève contre la suppression des effectifs et la dégradation de leurs conditions de travail. Cette grève a vu le jour dans un contexte particulier, en pleine crise sanitaire, face à laquelle les travailleurs.es ont été en première ligne et face à une réforme de la Poste entamée il y a plusieurs années.

Ce n’est pas la première fois que les postiers et postières se mettent en grève dans la région des Pyrénées-Orientales. En effet, suite à un plan de réorganisation de la direction nationale, plusieurs établissements de la Poste ont été en grève, notamment Rivesaltes et Thuir. Ces restructurations ont notamment pour but de détruire l’idée de service public en s’intégrant dans une logique de profit, en supprimant des postes, tout en diversifiant les tâches qui s’éloignent du cœur de métier de la Poste, au détriment des conditions de travail des salariés.

Ces restructurations sont perlées dans le temps. Chaque bureau de Poste doit faire face à des plans sociaux disséminés dans le temps, ce qui empêche une coordination nationale. Les travailleurs se sentent isolés, alors qu’il s’agit d’un problème national. Mais, cela n’entache pas la détermination des travailleurs localement qui sont prêts à se battre contre la direction, qui use de la répression et ne veut pas fléchir. Par exemple, les postiers de Rivesaltes, ont gagné leur combat au bout de 7 mois de grève

La crise du coronavirus n’a fait qu’accentuer l’inconsistance de ces plans de réorganisation car, les travailleurs se retrouvent en sous-effectif en période de Noël, alors que les consommateurs sont nombreux à acheter en ligne dans un contexte de pandémie.

Les grévistes de Port-Vendres se battent pour de meilleures conditions de travail

Ce matin, une vingtaine de salariés et de soutiens étaient présents devant le bureau de Poste de Port-Vendres, pour leur deuxième jour de grève. Les postiers syndiqués CGT et SUD et les non syndiqués se sont réunis de bon matin pour leur AG quotidienne pour s’autoorganiser, mener à bien leur piquet de grève, récolter des signatures pour leur pétition et imposer leurs revendications à la direction.

En effet, les salariés ont déjà connu un plan de réorganisation qui a supprimé deux tournées dans leur agence, et donc des postes de titulaires. En plus de ces suppressions, les agents ont également dû faire face à une surcharge de travail alors que leurs postes sont de plus en plus polyvalents. En effet, en plus des tâches habituelles du métier de postier, ces derniers se retrouvent à faire des services pour lesquels ils n’ont aucune formation, par exemple, ils doivent prendre en charge la voirie, le recensement de la population, l’aide à la personne, les compteurs électriques, le pressing ou la gestion des médicaments…. Pendant ce temps, alors qu’ils n’ont aucune augmentation salariale, les patrons facturent tous ces services et gardent les profits. En plus de la surcharge de travail, ils doivent également les effectuer dans un temps imparti exigé par un logiciel obsolète qui ne prend pas en compte la réalité du terrain.

Durant le premier confinement, nombre de travailleurs en CDD ont été en première ligne du virus et ont été désignés comme les héros du quotidien mais n’ont pas touché la prime Covid. Parce qu’ils n’étaient tout simplement plus embauchés à la Poste au moment du versement, ou parce qu’ils avaient du s’absenter ou prendre un congé durant quelques jours pendant cette période.

Aujourd’hui, les travailleurs luttent pour avoir une tournée supplémentaire permanente, un renfort saisonnier pour soulager les travailleurs avec titularisation, une prime Covid pour tous ainsi qu’une hausse de salaire à la hauteur du travail fourni.

A Prades, les postiers du premier ministre, Jean Castex, toujours en grève

Dans la ville, où le premier Ministre, Jean Castex, était maire jusqu’au 3 juillet 2020 et où il officie toujours actuellement au conseil municipal, les facteurs et factrices sont également en grève. Fabrice Fourmantel, secrétaire départemental à SUD Poste 66 et facteur à Prades, que nous avons interviewé annonçait que “95% des titulaires sont en grève sur Prades contre la suppression de 2 tournées supplémentaires et la dégradation de leurs conditions de travail.”

Le bureau de La Poste a déjà connu des restructurations profondes par le passé (5 réorganisations sur les 12 dernières années qui ont supprimés au moins 10 tournées, soit ⅓ de l’effectif licencié).
Fabrice nous explique : “Pour la direction de la Poste, ces réorganisations sont essentielles dans un contexte de réforme et de destruction des services publics et prétextant que la distribution de courrier baisse. Alors que de notre côté, la surcharge de travail augmente. Nous avons plus de recommandé qu’auparavant, plus de colis. Nous devons aussi gérer les colis chronopost, et nous distribuons en plus de tout cela, les prospectus publicitaires. Et avec la crise sanitaire, les conditions de travail se sont dégradées. Nous voyons une augmentation des colis venant de WISH et ALI BABA, en plus des nouveaux services que la poste a créé et qui s’additionne à nos tâches fondamentales.” Et il ajoute : “nous tenons au service public et à notre métier de postier. Pour la poste de Prades nos tournées sont en grande partie sur tous les villages et territoires ruraux et semi-ruraux des Pyrénées-Orientales. Le temps imparti, régi par des programmes informatiques, pour nos tournées ne prend pas en compte les difficultés que l’on peut rencontrer sur le terrain.”
De fait, les postiers revendiquent “la réinjection d’une partie des emplois que la Poste leur dérobe” et “leur remplacement respectif quand ils sont en RTT le samedi”.

Depuis lundi, comme à Port-Vendres, les travailleurs déterminés se sont mis en grève, suite à une énième négociation avec la direction. Sur le piquet de grève installé devant le bureau de Poste, une vingtaine de personnes extérieures sont venues les soutenir, dont l’interprofessionnel SUD et CGT. Suite à l’AG qui a reconduit la grève pour la journée, des travailleurs sont allés directement au contact de la population dans le marché, pour faire signer la pétition et mettre en lumière leur lutte. Ils ont également interpellé les élus des communes voisines (seules deux communes ont répondu à l’appel).
A l’instar de la grève du bureau de Poste de Rivesaltes où la direction avait embauché des intérimaires pour remplacer les grévistes, la direction de Prades a convoqué une “brigade super-remplaçant” de postiers venant des départements alentours afin de remplacer les travailleurs en lutte et ainsi essayer de casser leur grève. En plus de cela, la direction a fait appel à un huissier pour constater l’effet de grève sur un service public afin d’incriminer les travailleurs qui luttent pour leurs droits.

Demain, les travailleurs continuent leur lutte contre une direction de plus en plus méprisante, afin d’améliorer leurs conditions de travail. Pour les soutenir, vous pouvez aller sur leur piquet de grève et/ou signer leur pétition en ligne

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

457340

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog