SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Peinture verte et tambours battants au pied de la tour Total, greenwashing et casse sociale ne passent pas

Les raffineurs de Grandpuits et leurs soutiens se sont rassemblés ce mardi devant le siège de Total. L’entrée de la tour a été repeinte en vert pour dénoncer la suppression de 700 emplois sous couvert d'arguments écologiques.

Action coup de poing

Les raffineurs de Grandpuits, en grève depuis 4 semaines, pour sauver près de 700 emplois étaient présents en nombre avec leurs soutiens devant le siège de Total à la défense où se tenait en même temps un comité social et économique (CSE). Les soutiens ont mené une action coup de poing en repeignant en vert l’entrée du siège afin de dénoncer le greenwashing de la multinationale qui instrumentalise la lutte écologique pour justifier des licenciements. Il s’agissait donc de mettre la pression à la direction de Total alors que l’expertise commandée par le CSE rendait ses conclusions sur le plan social en cours à GrandPuits le jour même. En face, les patrons de Total étaient barricadés dans leur tour, protégés par des CRS.

L’avis rendu par le CSE grâce à l’expertise indépendante est clair : elle contredit la direction sur tous le points, sonnant l’alerte sur les conditions de travail des salariés de la raffinerie, mettant en avant notamment les risques psychosociaux et de sécurité du plan de reconversion. Les salariés ont donc la preuve par des experts indépendants que ce plan social n’a d’autre justification que la volonté de la direction de Total de profiter de la situation pour fermer la raffinerie et faire du profit ailleurs.

Cet avis donne une nouvelle fois raison aux grévistes et à leurs soutiens quant à la casse sociale que représente en réalité le plan de suppression de postes de Total, déguisé en plan de « reconversion » vert. En effet, ces suppressions d’emplois et ces licenciements auront des conséquences sociales dramatiques qui risquent de plonger des dizaines de milliers de familles dans la précarité, et avec, leurs lots de divorces, de dépression et de suicides. Lors de l’action, les raffineurs et leurs soutiens ont également brandi une longue banderole sur laquelle on pouvait voir les portraits et visages des différents salariés.

Différents secteurs sont venus soutenir les raffineurs : des jeunes, des salariés du secteur automobile, de la Poste, de la raffinerie de Donges, mais aussi des militants et organisations écologistes comme les Amis de la Terre. Ils ont rappelé à quel point cette lutte était importante dans une période où les plans sociaux se multiplient et tandis que le gouvernement commence à craindre la possibilité d’un printemps social

La lutte des travailleurs de Grandpuits est aussi une bataille contre le greenwashing de Total qui justifie ces licenciements par la transition écologique. Cécile Marchand, des Amis de la Terre, a d’ailleurs souligné la mascarade qu’était la soit disant « conversion » de Total à l’écologie, eux qui nous enfoncent au contraire toujours plus dans la crise climatique en développant des projets pétroliers et gaziers partout dans le monde.

Malgré un blackout médiatique autour des licenciements et sur la grève exemplaire que mènent les raffineurs de Grandpuits - dans une situation potentiellement explosive où les PSE se multiplient avec la crise sanitaire - les salariés sont bien déterminés à durcir le rapport de force pour sauver leurs emplois et leurs familles. Après une campagne sur Twitter qui a mené le #SoutienauxraffineursTotalGrandpuits au top 4 des tendances hier soir, il s’agira pour les raffineurs de poursuivre une lutte qui pourrait faire tache d’huile et se coordonner avec les autres secteurs attaqués par des PSE. Comme ce fût le cas samedi dernier, où les raffineurs étaient présents à la manifestation contre les licenciements aux côtés de nombreux travailleurs.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog