SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le gouvernement veut
 
commander 1.100 viseurs de
 
LBD : le père Noël est une
 
ordure

 

Dans un contexte de crise sanitaire et économique marquée par la multiplication de textes de loi liberticides et racistes, l'exécutif se prépare inéluctablement à user de la répression pour contenir les mouvements de contestations sociales susceptibles d'exploser dans une telle période de crise.

 

Etat policier

Crédits photo : Thomas SAMSON/ AFP

Dans un tweet datant du 28 décembre dernier, Maxime Reynié journaliste et fondateur du site maintiendelordre.fr dévoile selon ses sources le lancement d’un appel d’offre dirigé par le gouvernement pour l’achat de 1100 viseurs de LBD pour un montant estimé à environ 600.000€. Outre la résolution des dirigeants Français de résoudre la crise actuelle par la répression, si l’on en croit l’étude approfondie dudit appel d’offre nous pouvons clairement comprendre les intentions du gouvernement sur le long terme.

Le Gouvernement s’attend à des mobilisations massives
 

En s’intéressant aux exigences techniques des viseurs, on constate que la demande s’inscrit en prévision d’une répression massive.
Premièrement, le matériel doit être conforme à une utilisation prolongée : Les viseurs électroniques doivent pouvoir être actif au minimum pendant 500 heures (exigence N°16) et avoir une certaine étanchéité (exigence N°18).
Secondement, les viseurs doivent être solide : Est demandé une grande résistance aux chocs (exigence N°12) et une protection des lentilles pour éviter les chocs (exigence N°23).
Dernièrement, les viseurs doivent être ergonomique et facile d’utilisation : Les viseurs électroniques doivent permettre une visée "les deux yeux ouvert" à l’aide d’un "viseur point rouge" (exigence N°3), fonctionner à l’aide de batterie "facilement trouvable dans le commerce" (exigence N°15), être dès plus léger (exigence N°19) et disposer de réglage "facile" à l’aide de la main faible (exigence N°8).

Pour dire les choses clairement : qu’il pleuve ou qu’il vente, la police doit être en capacité d’opérer longuement et disposer de matériel de répression solide et optimal pour blesser. Ces exigences ne sont pas anodines, le pouvoir s’attend à des contestations massive suite à ses multiples attaques envers la classe ouvrière que ce soit sur le plan des droits démocratiques ou sur le plan économique.

Un autre point est susceptible d’étayer cette proposition. L’exigence N°1 stipule que les viseurs électroniques soient compatible avec les modèle de LBD actuel et les Cougar 40 de Alsetex.
Alsetex est un fabricant d’arme Français spécialisé dans le maintien de l’ordre, à l’origine des "fameuses" grenades GLI-F4 et GM2L et de
l’armement de la police Libanaise lors des manifestations contre le gouvernement Libanais à la suite des explosions du 4 août 2020 à Beyrouth. L’entreprise a remporté un appel d'offre du gouvernement le 27 Novembre 2019 à hauteur de 1,6 Million d’euros pour la vente de 1280 LBD Cougar 40. Il est probable qu’avec l’achat de nouveaux viseur compatible avec les Cougar 40, le gouvernement compte une nouvelle fois élargir son arsenal, de la même manière qu’il augmente ses effectifs de police.

 

Continuer de se mobiliser contre l’offensive sécuritaire du gouvernement

 

Cet appel d’offre qui montre que l’État renforce actuellement son appareil répressif s’inscrit dans la continuité des mesures autoritaires et liberticides qu’il tente actuellement d’imposer. De la loi sécurité globale à la loi islamophobe contre le séparatisme, le gouvernement fait cependant face à une forte opposition qui s’est exprimée dernièrement dans la rue. Ces attaques sécuritaires qui vont de paires avec des attaques sur le plan économique et des plans de licenciements massifs qui touchent actuellement des milliers de travailleurs. Il est donc urgent que l’ensemble des secteurs qui se sont mobilisés contre la loi sécurité globale, ainsi que les organisations du mouvement ouvrier, les militants des quartiers populaires fassent front et continuent de se mobiliser face à cette offensive dont l’issue se joue dans la rue, sur nos lieux de travail et dans nos quartiers.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog