SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voilà un des points aveugle de la conception des droits de l'homme en occident et chez ses alliés!

Et on attend les réactions d' un Antoine Griezmann qui sous la pression de l'ineffable Raphaël Glucksmann a appelé au boycot de l'entreprise chinoise Huawei !

 
_______________________

SOURCE :

https://lemondeencommun.info/coupe-du-monde-2022-au-qatar-la-fff-doit-boycotter-cet-enfer/

 

Cet article a été rédigé par Bastien Parisot pour Le Monde en Commun.

Coupe du monde 2022 au Qatar : la FFF doit boycotter cet enfer

La Coupe du monde de football 2022 aura lieu au Qatar, du 21 novembre 2022 au 18 décembre 2022. Dès 2013, lors de la phase de préparation des infrastructures sous l'égide de Vinci, des documents rapportent la mort de 44 ouvriers népalais sur les sites de construction. Suite à cela, des polémiques sur la désignation du lieu d'organisation ont vu le jour, certains accusant la FIFA d'être corrompue et d'avoir truqué le processus de désignation. Le 23 février 2021, The Guardian révèle la mort de 6 500 ouvriers sur les chantiers. Face à ce scandale, Bastien Parisot est clair : la Fédération française de football doit boycotter cette coupe du monde.
 

Le chiffre de la honte a été révélé par le Guardian : Depuis 2010, plus de 6 500 ouvriers sont morts sur les chantiers des stades construits pour la Coupe du monde au Quatar en 2022. Soit plus de 13 morts par semaine !

 

 

Originaires d’Inde, du Sri-Lanka, du Pakistan, du Bangladesh ou du Népal, ces travailleurs surexploités subissent les fortes chaleurs locales et des conditions de travail déplorables… au péril de leur vie. Sans que cela ne semble inquiéter le gouvernement qatari, qui assure que « le taux de mortalité au sein de ces communautés se situe dans la fourchette prévue pour la taille et la démographie de la population ». Immonde.

Entre colère et nausée, le foot business compte ainsi organiser sa grande messe et s’enrichir sur le dos des travailleurs exploités et morts au travail. Quand l’argent devient roi, les vies humaines sont une variable d’ajustement.

Comme partout ailleurs, cette logique business salit tout. Ceux qui l’organisent transforment les passions en marchés. Ils piétinent les rêves de milliards de gamins au seul profit de leurs portefeuilles, qui dégueulent pourtant déjà leur surplus de richesse.

Refuser de prendre part à cette horreur

On ne joue pas au football sur des cadavres. On ne célèbre rien face à la peine des familles endeuillées . Il n’y a donc rien à gagner à se rendre là-bas. Cet événement ne sera ni la grande fête populaire que doit être une Coupe du Monde, ni l’apogée du sport le plus pratiqué sur la planète… mais le triomphe du fric avant tout, et l’orgie des porcs qui y trouvent leur compte.

La Fédération Française de Football ne peut tolérer pareille ignominie. Détourner le regard, c’est accepter l’horreur.

Face à ces milliers de vies perdues, l’instance dirigeante du football français n’a qu’une chose à faire pour s’en sortir par le haut : refuser d’y prendre part. Autrement dit, boycotter cet enfer.

Pour respecter, d’abord, la mémoire des travailleurs morts sur ces chantiers de la honte.

Pour respecter les classes populaires, qui sont la grande majorité des amateurs de football sur la planète.

Et enfin, pour respecter les valeurs universelles portées par le sport, et refuser ainsi de se vautrer dans une célébration morbide qui méprise les vies humaines.

En 2018, le football français a brillé par ses performances sportives et son sacre en Russie. En 2022, il doit briller encore plus, par son refus de l’horreur.

Se faisant, il se couvrirait d’honneur et s’écrierait enfin : « le football appartient au peuple. Respectez-le, et rendez-lui sa passion ! ».

 

Publié par FSC

Visiteurs

457340

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog