SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Texas. Après la vague de froid, des ménages reçoivent des factures d’électricité allant jusqu’à 17 000 dollars

Ces derniers jours, le Texas a connu une vague de froid inédite avec des températures descendant jusqu’à -18°C. Cette vague de froid inhabituelle a montré les limites absolues du marché 100% privé et non régulé de l’électricité, avec des factures pouvant atteindre les 17 000$.

Prédation capitaliste

Crédit photo : AFP

Le Texas a littéralement gelé cet hiver. Les températures sont descendues jusqu’à presque -20°C. Dans cet État, plus connu pour les images de paysages désertiques, la plupart des habitations n’ont pas été construite pour faire face à un tel climat. Cependant, la véritable caractéristique du Texas dans cette crise repose dans les caractéristiques de son réseau d’électricité.

En effet, le réseau de distribution texan est isolé du reste du pays et les prix sont entièrement déterminés par l’offre et la demande. Dans le cadre de la vague de froid, ces particularités se sont montrées désastreuses. Tout d’abord, de nombreux foyers se sont retrouvés sans électricité, que ce soit du fait d’une limite des capacités de production mais aussi du fait de nombreuses coupures de lignes qui ont mis un certain temps à être rétablies. Dimanche, 30 000 familles attendaient encore d’être reconnecter au réseau. Ces coupures ont conduit à la mort de 70 personnes.

L’autre conséquence de ce fonctionnement en marché « libre » est la hausse pour le moins spectaculaire des factures suite à la hausse de la « demande » (pour pouvoir se chauffer notamment). Certains foyers ont reçu des notes atteignant 17 000$. Dans les Etats limitrophes et au Texas, une hausse des prix du gaz a aussi été remarqué.

Ce bilan montre la rapacité des capitalistes pour lesquels les catastrophes naturelles sont avant tout un moyen de s’enrichir. Face au changement climatique, ce type d’évènement est amené à arriver de plus en plus fréquemment, autant d’opportunités pour les vendeurs d’énergie. Ce n’est pas la première fois que le Texas fait la une dans la gestion privée de son énergie.

Il y a 20 ans, l’affaire Enron

La société Enron dans les années 90 avait poussé à la déréglementation du secteur de l’énergie. L’entreprise avait réussi à convaincre le gouverneur du Texas, Georges W. Bush mais n’a pas réussi à convaincre le reste des Etats. Enron avait plongé volontairement la Californie dans le noir pour vendre son électricité à des prix exorbitants. Ce n’était pas lors d’une vague de froid mais une vague de chaleur.

Le 14 et 15 juin 2000, les courtiers d’Enron ont créé un goulot d’étranglement bloquant la transmission de l’électricité vers le nord de la Californie. Si l’on prend l’exemple de San Francisco, cela fait que l’opérateur qui assurait l’alimentation en électricité de la ville a été obligé de payé Enron pour libérer le réseau et envoyer de l’électricité pour éviter un black-out mais une fois payé, les black-outs tournants frappaient déjà la Californie, ce qui a eu pour effet d’exploser les prix. Les villes ont dû rationner l’électricité, les compagnies de gaz et d’électricité en faillite, ont dû être renflouées par l’Etat californien. Comme l’explique Libération en 2002 « C’est ce qu’avait prévu, cyniquement, le PDG d’Enron, Jeff Skilling, qui avait déclaré à l’époque : « Quand les compagnies seront trop endettées, nous limiteront l’énergie livrée à la Californie et l’Etat sera contraint d’aider ces sociétés. » » Enron s’en est donc mis plein les poches. Les dirigeants ont également fait du blanchiment de watt et divers montages financiers ce qui a fait un scandale et a conduit la société à la faillite. Jeffrey Skilling ancien PDG d’Enron a été condamné à 14 ans de prison ferme.

La crise au Texas est en parti dû à l’héritage d’Enron puisque le marché est toujours déréglementé. Ce qui est inquiétant c’est que cette idée de déréglementation refait surface y compris en France. On peut faire le lien entre ce qui est arrivé au Texas et le projet Hercule de privatisation d’EDF. Dans ce projet, les activités liées aux réseaux seraient séparées des activités les plus rentables comme les énergies renouvelables. Elles seraient vendues en lot avec les activités nucléaires qui seront certainement un poids financier important dans les prochaines années avec les démantèlements d’anciennes centrales.

Cette catastrophe a montré à la fois la rapacité des patrons des entreprises qui vendent ces denrées de première nécessité, comme l’énergie. Elle montre aussi et surtout leur incapacité à mettre en place une gestion efficace et capable au besoins minimaux dès que les conditions sortent de la « normale », car nos vies importent peu face à leurs profits.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

457340

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog