SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Chronodrive. Grève historique et 200 soutiens présents pour exiger la réintégration de Rozenn

Face au licenciement de Rozenn, après une importante lutte menée contre les violences sexistes et sexuelles dans l’entreprise, les salariés de Chronodrive de Toulouse se sont mis en grève pour la première fois de l’histoire de l’entreprise. 200 personnes se sont rassemblées devant le magasin de Basso Cambo pour soutenir ce combat !

Soutien à Rozenn !!

Ce samedi, autour de 200 personnes se sont rassemblées devant le Chronodrive de Basso Cambo pour exiger la réintégration de Rozenn. Un important arc était représenté, allant de sections syndicales de l’éducation, de l’aéronautique, du commerce, des organisations féministes et des organisations politiques dont le NPA, l’UCL, Archipel Citoyen et la France Insoumise avec Manuel Bompard, député européen. De nombreux étudiants, qui vivent les mêmes conditions de travail que les salariés de Chronodrive dans des emplois précaires, se sont aussi mobilisés !

Face à l’offensive scandaleuse de Chronodrive, qui consiste à licencier Rozenn au prétexte d’un tweet sur le gaspillage alimentaire mais surtout comme suite de son engagement contre les violences sexistes et sexuelles dans l’entreprise, ce rassemblement a exprimé une forte combativité. Symbole d’une jeunesse qui relève la tête face au sexisme et aux conditions de travail précaire imposées à la jeunesse, une vingtaine de salariés de Chronodrive étaient en grève, pour la première fois de leur vie, mais surtout pour la première fois dans l’histoire de l’entreprise !

« Ce qu’on me reproche aujourd’hui c’est d’avoir dit la vérité sur nos conditions de travail »

Alors que ces derniers jours la direction de Chronodrive a multiplié les manœuvres, maniant, peu finement, la carotte et le bâton, la colère était plus forte. En milieu de semaine, sentant la tension monter et l’appel à la grève ayant des retours positifs, la direction a offert des cadeaux (des bouteilles de whiskys, des rasoirs, de la lessive) aux salariés. Par la suite, la direction a incité les managers à mentir sur le droit de grève, sachant que dans un secteur manquant d’organisation, les salariés sont peu au fait de leurs droits. La direction Pourtant, les salariés ont répondu présents, une grève qui envoie un énorme message à l’ensemble de la jeunesse précaire ! Contre l’idée d’être une génération sacrifiée, qui ne peut que se résigner face à la situation ou au mieux être tributaire des pseudos-aides (essentiellement au patronat) de Macron. Il est possible de relever la tête, collectivement, face au patron, il est possible de se mobiliser !

« Dans la grande distribution, on est énormément d’étudiants travailleurs à être payés une misère, à se casser le dos tous les jours, moi je faisais des arrêts maladies à 18 ans pour gagner 400 balles par mois, même pas le prix de mon loyer. C’est ça aujourd’hui le sort qu’on réserve aux étudiants. C’est impressionnant aujourd’hui qu’on soit une vingtaine de grévistes ! […] On peut pas partir parce qu’on en a envie, quand t’es une femme, que t’es précaire t’es obligée de rester dans ce genre de boîtes ! Donc c’est pour ça qu’aujourd’hui je vais lutter contre ce licenciement, je vais lutter avec vous tous, je vais lutter avec mes collègues et surtout on va continuer à se battre pour un féminisme lutte de classe, on va se battre avec les Ibis Batignolles, les travailleuses de Mcdo qui se sont organisées dans le collectif McDroits ! On va se battre tous ensemble, je vais aller aux Prud’hommes, je vais pas les laisser faire, je vais récupérer mon taf et surtout on va continuer à se mobiliser ! » a déclaré Rozenn lors de sa prise de parole.

« Cet exemple de ce qu’on est en train de faire aujourd’hui, cette mobilisation interne mais aussi toute cette solidarité extérieure, ça doit pas s’arrêter aux portes de Chronodrive, faut que ça aille dans tous les Carrefour, dans tous les McDonald’s, dans tous les Monoprix et au-delà du secteur du commerce, faut que ça aille dans toutes les entreprises possibles et qu’on apporte cette solidarité, cette organisation aux salariés et ce rapport de force il se fera par la grève !

Après le succès du rassemblement, il est nécessaire d’élargir encore le font pour faire face à la direction de Chronodrive pour obtenir la réintégration de Rozenn. Une campagne qui a déjà reçu un fort soutien populaire, avec plus de vingt-mille signataires de la pétition, plus de trois mille euros récoltés pour la caisse de grève, et de nombreux témoignages de clients scandalisés qui appellent au boycott de Chronodrive. Dans ce cadre, la question d’attaquer aux prud’hommes pour maintenir la pression sur la direction est nécessaire mais ne sera pas suffisante. Il s’agit ainsi de mettre au premier plan la question de la mobilisation en lançant une campagne d’ampleur pour imposer la réintégration de Rozenn. Il s’agit ainsi d’un côté d’utiliser les brèches juridiques mais de l’autre à mettre au cœur la construction d’un réel rapport de force face à la direction. Plus que jamais, c’est avec l’ensemble des forces politiques et syndicales, mais aussi féministes que nous pourrons imposer par nos méthodes, la grève et la mobilisation, la réintégration de Rozenn.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog