SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Casse sociale. Elisabeth Borne veut casser l’assurance-chômage pour « inciter à trouver un emploi »

La ministre du travail a déclaré que la précarité des emplois serait due à la supposée trop grande générosité du système de l’assurance chômage pour les personnes sans emplois. En plein massacre de l'emploi orchestré par le patronat et le gouvernement, Elisabeth Borne s'en prend aux plus précaires et les accuse de vouloir rester pauvres.

Assurance-chômage

crédits photos : Ludovic Marin/ AFP

Lundi matin sur le plateau de France Inter, Elisabeth Borne est venu justifier son indéfendable réforme de l’assurance chômage, allant jusqu’à insinuer que c’est à cause d’un système bien trop « généreux » envers les personnes sans emploi, que celles-ci préfèreraient être au chômage plutôt que de travailler. En effet, la ministre du travail n’hésite pas à prendre les chemins les plus tortueux et mensongers pour établir un lien entre la protection des personnes au chômage, et la précarité de l’emploi : "Moi je défie quiconque de nous dire que le système actuel est idéal. Quand on voit qu’on a un des systèmes les plus généreux au monde et qui le restera après la réforme, et que pourtant, on a pas réussi à venir à bout du chômage de masse et qu’au contraire on a accompagné le développement de la précarité dans l’emploi avec une augmentation de 250 % des CDD de moins d’un an en dix ans, je pense que ça montre qu’il est utile de réformer le système.". Ainsi en précarisant davantage les chômeurs, la ministre souhaite « s’assurer que tout demander d’emploi soit incité à trouver un emploi ».

Pour le gouvernement Macron, la solution miracle se trouverait donc dans le fait de baisser les allocations de personnes en situation de vulnérabilité économique et sociale. Un discours d’autant plus cynique de la part de l’ex directrice de la RATP, alors même que la réforme de l’assurance chômage vise avant tout à faire payer aux plus précaires et aux femmes les conséquences de la crise économique actuelle. Avec une augmentation du chômage de 7.8% et près de 800 plans de licenciement depuis mars 2020, le gouvernement cherche à faire payer la crise aux plus précaires tout en offrant des milliards au patronat.

La réforme de l’assurance chômage : sacrifier les plus précaires pour épargner les plus fortunés.

Cette réforme profondément anti-sociale défendue par le gouvernement Macron repose sur la rhétorique classique des grands partons selon lesquels “il n’y a plus d’argent dans les caisses, il faut se serrer la ceinture”, présentée comme une simple opération économique alors qu’il s’agit là d’un choix politique : celui de faire payer les travailleurs et les travailleuses ainsi que les personnes en situation de chômage. Il s’agit d’un choix peu surprenant de la part du gouvernement, qui se garde bien de solliciter les grands patrons, les riches héritiers ou encore les propriétaires fonciers et leurs milliards d’euros cachés dans des paradis fiscaux !

Une politique offensive contre les travailleurs et travailleuses en première ligne face à la crise sanitaire

Cette réforme, s’appuyant sur le vieux mythe de l’assistanat qui en réalité n’existe que dans la tête des défenseur de l’ordre néo-libéral, vient aggraver la précarité des travailleurs et travailleuses et des populations les plus vulnérables dans un contexte d’explosion du nombre des suppressions d’emplois, et alors que les files d’attente pour des colis alimentaire s’allongent.

Les seuls responsables du chômage, ce sont les patrons et les gouvernements successifs qui à coups de réformes du travail comme la Loi El Khomry en 2016 puis la loi travail XXL en 2017 ont contribué à fragiliser encore plus les plus précaires et ont dernièrement main dans la main concrétisé des plans de suppression d’emplois massifs. La lutte contre cette réforme scandaleuse a déjà amené à l’occupation dans tout le pays de près de 70 théâtres ainsi que de nombreuses mobilisations des secteurs les plus vulnérables de notre classe. Contre Elisabeth Borne, le patronat et le gouvernement, construisons la date du 23 avril pour demander le retrait sans condition de la réforme assurance chômage !

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog