SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Grève à DS Smith : les salariés réclament une reconnaissance de leur travail

Ce lundi 14 juin, en réaction à une direction qui fait la sourde oreille, les salariés de chez DS Smith, entreprise spécialisée dans le carton, ont décidé de se mettre en grève pour réclamer une reconnaissance de leur travail avec notamment l'augmentation des primes. La grève a été appelée sur l’ensemble des 27 sites présents sur le territoire.

Crise économique

Crédit photo : AFP

Un dialogue impossible

Selon l’intersyndicale, la situation se serait dégradée au sein de l’entreprise depuis le début de l’année avec l’arrivée d’un nouveau DRH. Depuis, l’entreprise est accusée, entre autres, de faire la sourde oreille concernant les revendications des salariés. En effet, les salariés réclament la prime COVID du fait qu’ils se trouvaient en première ligne pendant la crise sanitaire pour que l’entreprise continue de fonctionner et de produire. Notamment en 2020, en plein cœur de la crise sanitaire, DS Smith a enregistré un bénéfice record de 585 millions d’euros. Il apparaît donc évident que les salariés ayant contribué à la production et à l’obtention de ce chiffre d’affaire, touchent le fruit de leur travail.

Pourtant, la direction refuse tout dialogue et préfère reverser les bénéfices sous forme de dividendes aux actionnaires. Car si les syndicats se plaignent de l’arrivée d’un nouveau DRH avec qui ils ne peuvent discuter, cette situation relève avant tout d’une dynamique générale visant à récompenser l’actionnaire plutôt que ceux qui font la richesse de l’entreprise, les travailleurs. Car DS Smith n’est certainement pas la seule entreprise avec ce genre de politique ; comme le montre l’article que nous avons publié mercredi 9 juin, le groupe DAHER a eu aussi cette même politique.

Face à cette impossibilité de dialogue au sein de l’entreprise, suite à des tentatives infructueuses s’étendant sur plusieurs mois de la part des syndicats pour arracher leurs revendications à l’entreprise (notamment par une grève aux heures supplémentaires depuis le 25 Mai), il a été décidé de mettre en place une grève à l’échelle nationale.

Une grève largement suivie

Suite à l’appel à la grève nationale de la part de l’intersyndicale CGT, CFDT, FO et CGC, les salariés se sont massivement mobilisés. En effet, dans les Vosges sur le site d’Éloyes, c’est 90% des salariés qui ont répondu présent. A Neuville-sous-Bois c’est presque 80% des salariés qui se sont mis en grève. Aux Trois Rivières, entre Montdidier et Moreuil, là aussi c’est 90% de salariés en grève. Ceci est une liste non-exhaustive mais la situation est sensiblement la même sur l’ensemble des 15 sites présents sur le territoire et ayant répondu à l’appel à la grève.

Ces chiffres sont tout à fait impressionnants puisqu’il s’agit d’une grève offensive. En effet, les salariés réclament une prime Macron revue à la hausse (1500€ pour tous), la mise en place d’un accord dérogatoire pour la participation aux bénéfices, ainsi que l’augmentation du plafond de la prime d’intéressement et l’allongement de la prime d’ancienneté à vingt ans, avec un palier à dix-huit.

Cette première journée de grève a été un succès, autant dans le nombre de grévistes que dans le rapport de force qui a été instauré. Car la direction commence d’ores et déjà à faire des concessions sur la prime Macron qui devrait passer de 250€ à 500€. L’intersyndicale continue à appeler à la grève estimant que la direction peut encore plier, notamment au vu des bénéfices qui ont été engrangés par la société anglaise.

Tant qu’il y aura des bénéfices reversés, sous forme de dividendes, à des actionnaires ne se préoccupant que de leur profit personnel, toute revendication économique sera juste. Car il faut toujours avoir en tête que ce sont les travailleurs et les travailleuses qui produisent les richesses et non les actionnaires.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog