SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Grève à Monoprix. Lutte pour le droit à la dignité !

A l’appel de la CGT, ce vendredi, plusieurs magasins de Monoprix ont été perturbés par un mouvement de grève massif. Les travailleurs des magasins se réunissent ainsi pour protester notamment contre le sous-effectif et les conditions de travail.

Patrons-voyous

Crédit photo : AFP

« Ce mouvement décidé au dernier moment est une très belle réussite avec 25 magasins en grève », s’est réjouie Marie-Christine Aribart, déléguée centrale CGT (2e syndicat, 37 % des employées). En particulier à Rennes, Lyon et Marseille, des grèves ont eu lieu vendredi dernier à la suite d’un appel de la CGT, non suivi par les autres organisations syndicales, pour protester contre le sous-effectif au sein du groupe. « A Rennes, il y avait 50 grévistes environ et seulement six personnes qui ont continué le travail », raconte ainsi Mme Aribart, employée en Ille-et-Vilaine.

Il existe 314 agences Monoprix en France, dont 150 sont représentées par la CGT. Ainsi, l’activité a cessé dans les magasins de Rennes, Toulouse, Nation, La Canebière ou Lyon. Les employés dénoncent leurs conditions de travail et ont appelé à signer une pétition. « Depuis plusieurs mois les conditions de travail se sont fortement dégradées, imposant une charge de travail quasi équivalente » aux mois de travail avant la crise », explique la CGT dans le communiqué d’appel à la grève. Selon la CGT, cette situation s’explique par le « recours abusif à l’activité partielle et le non-remplacement des absents ». En effet, l’effectif de Monoprix, qui fait partie du groupe Casino, a diminué de 2000 personnes au total depuis le début de la pandémie. Le chômage partiel et le manque de main-d’œuvre contribuent massivement à la détérioration des conditions de travail.

La direction a mis fin aux embauches en CDD tout en ne remplaçant pas les départs à la retraite ou les démissions. Avec le chômage partiel, les travailleurs reçoivent 84% de leur salaire brut qui est financé par l’État. La direction de Monoprix n’a pas pris en charge les 16% restants alors que les travailleurs peinent à finir les fins de mois. Bon nombre de ceux qui étaient en première ligne pendant les périodes les plus fortes de la pandémie vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Ils ne peuvent manquer aucun jour, et doivent subir les conditions de travail. Ils appellent aux soutiens par la rue ou par la signature face au géant Monoprix qui ne s’intéresse encore une fois qu’à ses profits.

Alors que la direction répond que le prétendu dialogue social entre la direction et les travailleurs doit être prioritaire, les polémiques passées montrent que la situation des travailleurs ne changera pas sans un soutien massif aux travailleurs de Monoprix. Avec le mouvement des « samedis de la colère », des militants de la CGT se réunissaient chaque semaine pour distribuer des tracts et dénoncer les conditions de travail dégradantes. À l’époque, la direction avait rendu les conditions de la prime Covid presque inaccessibles, de sorte que seuls quelques-uns pouvaient en bénéficier.

Soutien au grévistes de Monoprix qui luttent pour leur simple dignité tandis que les patrons continuent de se faire de l’argent sur la crise et sur le dos de leurs employés. Nos vies valent plus que leurs profits !

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog