SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Un employé de Super U licencié pour avoir récupéré des pizzas qui allaient être jetées

Un salarié du Super U de Plascassier, dans les Alpes-Maritime, a été licencié, pour avoir voulu déposer dans la salle du personnel trois pizzas périmées le soir même, qui allaient être jetées. Accusé de vol, il a été licencié pour faute grave.

Violence de classe

Crédits photo : LOIC VENANCE / AFP

En février 2021, Nathan K., 27 ans, est employé au rayon charcuterie du Super U de Plascassier, dans les Alpes-Maritimes. Tous les soirs, il est chargé de jeter les produits vendus par le magasin dont la date de péremption est atteinte. Un soir, il décide, plutôt que de les jeter, de placer trois pizzas périmées le soir même dans l’Open Space, pour que ses collègues puissent en profiter, plutôt que de les mettre dans la benne à ordures.

Mais il est surpris par un supérieur, qui l’accuse de vol. Il sera mis à pied puis licencié pour faute grave. « Vous avez reconnu ne jamais avoir demandé l’autorisation pour détourner de la marchandise et n’avez pas été en mesure de fournir la moindre explication acceptable à vos actes », explique sa lettre de licenciement.

« J’en avais marre de devoir jeter des produits encore consommables alors que des personnes étaient dans le besoin » explique de son côté Nathan. En plein Covid, alors que les files d’attentes s’allongent devant les distributions alimentaires et que les plus pauvres et précaires sont de plus en plus nombreux, la direction de ce magasin préfère donc licencier un travailleur plutôt que de le laisser offrir 3 pizzas qui de toute façons allaient finir à la poubelle.

Nathan n’est pas le premier salarié de la grande distribution à avoir été licencié pour de tels actes : une banane, quelques croissants, des yaourts à peine périmés… Autant de prétendus « vols » qui ont valu à des employés d’être licenciés pour faute grave. Chaque année, des tonnes de nourriture dont la date limite de consommation est dépassée sont ainsi jetées, alors qu’elles sont encore techniquement consommables sans grand danger.

Parfois, même la dénonciation de ce gaspillage alimentaire est prétexte à un licenciement, comme l’a montré le cas de Rozenn, travailleuse à Chronodrive, qui a été licenciée pour un tweet à ce sujet. Ces cas ne sont pas anecdotiques ; ils révèlent la nature profondément irrationnelle du capitalisme, qui est incapable de gérer des stocks de nourriture et d’en fournir à tout le monde en quantité suffisante.

Les travailleurs et les travailleuses sont les seuls à pouvoir empêcher ce gaspillage de masse, grâce au rapport de force, comme l’ont fait les travailleurs et travailleuses de Neuhausen, qui ont imposé à leur direction de ne pas jeter des centaines de palettes de denrées alimentaires, et de les donner à des association pour qu’elles soient distribuées.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog