SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Doublement des policiers sur le terrain en 10 ans : Macron prépare son offensive anti-sociale pour l’après-2022

La visite de Macron à Roubaix ce mardi pour clore le « Beauvau de la Sécurité » avait tout d'un déplacement de campagne. En promettant de « doubler sur 10 ans » le nombre de policiers dans les rues, le chef de l’État veut convaincre pour 2022, tente de couper l'herbe sous le pied à la droite mais surtout prépare de futures offensives anti-sociales.

LUDOVIC MARIN / AFP

La visite à l’école de police de Roubaix ce mardi pour conclure le « Beauvau de la sécurité » avait tout d’un déplacement de campagne pour Macron qui a multiplié les promesses de cadeaux à la police : « doubler sur 10 ans » le nombre de policiers dans les rues, déployer « une caméra piéton par patrouille » soit 15.000 supplémentaires, un plan de formation d’investigation « qui vient s’ajouter au plan de revalorisation déjà annoncé », et la mise en place d’une réserve opérationnelle de police composée de 30.000 réservistes dans le cadre d’une « loi de programmation de sécurité intérieure » présentée début 2022 dont « le but est de penser la police et la gendarmerie de 2030 ». Le chef de l’État a les élections présidentielles en ligne de mire et tente de couper l’herbe sous le pied à la droite.

Alors que Xavier Bertrand l’accuse d’être « passé à côté de la sécurité pendant tout son mandat », le président en campagne s’est donné à fond sur le terrain régalien en dénonçant pêle-mêle « les délinquants [qui] jouent de nos lourdeurs », les « faits divers de plus en plus sordides et parfois barbares, coups et blessures, violences intrafamiliales, délinquance numérique », et les « phénomènes nouveaux ces dernières années : black blocs, Gilets jaunes, manifestations sporadiques... » A ce sujet il a d’ailleurs également promis la création d’un « centre de formation sur le maintien de l’ordre », et de présenter une nouvelle version du Nouveau Schéma du Maintien de l’ordre « avant novembre », alors que le texte qui avait vocation à encadrer journalistes et manifestants avait été retoqué par le Conseil d’État après avoir été dénoncé dans la rue dans le cadre du mouvement contre la Loi Sécurité Globale et les violences policières après le passage à tabac de Michel Zecler.

Pour donner le change à la base sociale du centre-gauche à laquelle il s’adressait la semaine dernière lors de sa visite dans les quartiers Nord de Marseille, Macron a également remis sur le tapis la mise en place d’une « instance de contrôle parlementaire », affirmant que la police n’a « rien à craindre » ni « rien à perdre face à la transparence ». Une manière de redorer le blason de l’institution policière décriée pendant son mandat tout en multipliant « en même temps », les promesses de campagne pour la police et en s’affirmant comme le parti de l’ordre face à la droite qui lui dispute ce terrain. Et pour cause, les sondages prédisent que le seul obstacle à un duel Macron – Le Pen après le premier tour (seule manière pour Macron d’assurer sa réélection), serait l’arrivée d’un candidat de droite au second tour. Décidé à siphonner les voix sur sa droite, la macronie promet ainsi de continuer l’offensive réactionnaire, autoritaire et raciste afin d’assurer sa réélection.

Ce que cette annonce préfigure c’est donc un nouveau renforcement de l’appareil policier et des violences policières qui vont avec dans les quartiers populaires, ainsi que celles qui s’abattent sur les mouvements sociaux et les piquets de grève du mouvement ouvrier. En arrière-plan l’objectif est clair : renforcer le bras armé de l’Etat et mettre tous les moyens nécessaires pour mater les futurs phénomènes sociaux et toute possibilité de révolte.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

468792

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog