SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Bénéfices records pour les patrons de l’énergie : à eux de payer pour notre pouvoir d’achat !

Tandis que des milliers de familles peinent désormais à faire le plein et à se chauffer à cause de l’explosion des factures d’énergie ces dernières semaines, les patrons des multinationales du pétrole et du gaz se portent à merveille, comme ils l’avaient prévu. À l’image du géant Total, qui en augmentant ses marges, a doublé ses bénéfices au 2nd trimestre.

Hausse des prix

Credits Photo : AP - Lewis Joly

Avec la fameuse « reprise économique » dont se réjouissent désormais les patrons, les bénéfices dans le secteur de l’énergie ont été démultipliés. Des milliards qui tombent directement dans la poche des actionnaires, et qui continuent à se multiplier au fur et à mesure que l’inflation s’accélère, entraînant une augmentation généralisée des prix pour la population.

Et évidemment de l’autre côté, ce sont nous qui en payons le prix. Depuis plus d’un mois, cette même inflation a fait exploser les factures des ménages à tous les étages. D’abord le gaz en septembre, qui a augmenté de 20% d’un coup. Puis c’est le prix du carburant qui a bondi début octobre, avec la barre des 2€ par litre d’essence franchie dans plusieurs régions. Et désormais, l’inflation se répercute même sur le prix des courses, avec 11% d’augmentation moyenne à prévoir pour les plus précaires.

Déjà le mois dernier, on relevait les profits faramineux d’EDF qui bat tous les records depuis son introduction en bourse, avec plus de 7 milliards de bénéfices prévus en 2022, alors qu’ils imposaient à la population une hausse sans précédents des prix du gaz.

Et bien du côté des carburants, même logique. Total, la plus grosse entreprise pétrolière française qui pèse 112 milliards de chiffre d’affaires, est le meilleur exemple de cette multiplication des profits dans le secteur de l’énergie. Au cours des six premiers mois de l’année, les bénéfices (classés EBITDA ajusté) de la multinationale ont augmenté de 59% par rapport au premier semestre de 2020. Un chiffre qui monte à 120% si on ne regarde que le 2nd trimestre. Évidemment, les salariés n’ont pas vu la couleur de ces résultats records qui ont immédiatement été convertis en augmentation pour les actionnaires. «  Confortés par les excellents résultats du deuxième trimestre, le Conseil d’Administration a décidé la distribution d’un second acompte sur dividende [...] à 0,66€/action  », se vantent-ils, soit 1,7 milliards d’euros en plus des 2,1 milliards versés chaque trimestre en dividendes.

Des résultats ouvertement assumés comme issus de la hausse des prix de l’énergie, comme l’annonçait déjà Patrick Pouyanné lui-même, le PDG de Total, en introduction de l’annonce de ses résultats financiers en juillet 2021 : «  Ce trimestre, TotalEnergies tire pleinement parti du prix des hydrocarbures élevés  ».

Et c’est le cas de la totalité des autres entreprises du secteur. ExxonMobil, le leader international du pétrole, a indiqué le 30 septembre dernier «  que les cours élevés du brut et du gaz naturel allaient doper sa rentabilité sur le troisième trimestre fiscal 2021  ». Et en effet, après une année 2020 où le colosse pétrolier a enregistré des pertes, la hausse des prix ce début d’année les a déjà largement compensés. D’après le Figaro, sur les derniers résultats financiers publiés : «  Il a enregistré un bénéfice net de 4,7 milliards de dollars d’avril à juin, contre une perte de 1,1 milliard sur la même période en 2020  ».

Et cette tendance est loin de prendre fin. Selon un communiqué de l’entreprise repris par le site boursier.com d’ici la fin de l’année : «  Les prix accrus du gaz naturel devraient majorer le profit d’Exxon sur ces activités de 500 à 900 millions de dollars. L’amélioration des marges de raffinage pourrait avoir quant à elle un effet positif de 500 à 700 millions de dollars.  »

Contre la destruction des conditions de vie et de santé de millions de personne en raison de la hausse des prix et de la stagnation des salaires, aujourd’hui c’est bien un blocage des prix de l’énergie et une indexation des salaires sur les prix qu’il faut revendiquer pour empêcher le patronat et l’État de nous faire payer les hausses des tarifs de l’énergie ! Et face aux miettes qu’il nous laisse, rien à attendre du gouvernement. C’est directement dans les poches des patrons qui se gavent sur le dos des travailleurs qu’on doit arracher ces revendications. Avec un plan de bataille pour coordonner les nombreuses mobilisations qui émergent dans plusieurs secteurs sur les salaires et les conditions de travail, à l’image de la grève victorieuse à Granger-Frères qui ont obtenu en 2 jours une hausse de tous les salaires face à la flambée des prix.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog