SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
nilever redit son intérêt pour les produits grand public de GSK | Crédits photo : GlaxoSmithKline

nilever redit son intérêt pour les produits grand public de GSK | Crédits photo : GlaxoSmithKline

17 janvier (Reuters) - Unilever a réaffirmé lundi son intérêt pour les produits grand public de GlaxoSmithKline en évoquant "une forte complémentarité stratégique", malgré le rejet de son offre initiale par le groupe pharmaceutique et le mauvais accueil réservé par la Bourse à ce projet d'au moins 50 milliards de livres sterling (environ 60 milliards d'euros).

L'action Unilever perdait plus de 6% en début de séance alors que GSK gagnait plus de 5%.

GSK a confirmé ce week-end avoir rejeté l'offre initiale d'Unilever sur ses activités de produit de santé grand public, qui incluent les marques Sensodyne, Advil et Nicorette.

"L'acquisition créerait une plate-forme de croissance d'ampleur pour le nouveau portefeuille aux Etats-Unis, en Chine et en Inde avec de nouvelles opportunités sur d'autres marchés émergents", assure Unilever, qui cite en exemple le potentiel de synergies dans les soins de la bouche et les vitamines.

Samedi, GSK a rejeté l'approche initiale de son compatriote en jugeant que son offre "sous-évalue fondamentalement" les activités concernées et en confirmant son intention de les coter en Bourse dans une nouvelle entité cette année.

La division grand public de GSK, dont l'américain Pfizer possède 32%, réalise un chiffre d'affaires annuel de près de dix milliards de livres.

Unilever a eu des discussions avec des banques en vue du financement éventuel d'une offre revue à la hausse, a rapporté Bloomberg News dimanche en citant des sources proches du dossier.

Présent dans les produits de soins et de beauté, avec Dove, Axe et Rexona entre autres, mais aussi dans l'agroalimentaire et les produits ménagers, Unilever assure lundi être déterminé à maintenir "une discipline financière stricte" en cas de rachat.

Il ajoute que toute acquisition serait suivie de la cession d'activités ou de marques dont les marges sont plus faibles que celles des produits achetés.

(Reportage Pushkala Aripaka à Bangalore et Keith Weir à Londres, version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Publié par investir.lesechos.fr

Visiteurs

481311

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog