SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
RATP : des agents démontent les fake news des médias sur leurs salaires et "privilèges"

Le 18 février dernier, la mobilisation des agents de la RATP a donné lieu à un énième bashing des médias contre les grévistes, RMC et BFM n’hésitant pas à mentir sur les salaires des travailleurs.

Mouvement ouvrier

Crédit photo : Capture d’écran RMC

Avec la grève massive à la RATP pour l’augmentation des salaires le 18 février dernier à l’appel de l’intersyndicale FO-CGT-UNSA-Solidaires-CFDT-La Base, l’offensive médiatique n’a pas tardé à venir et un véritable « agent RATP bashing » s’est mis en place. L’objectif est banal : faire passer les travailleurs en lutte pour des privilégiés. Quitte à mentir.

Sur BFM TV, les journalistes ont ainsi commencé par évoquer des chiffres délirants sur les salaires de l’entreprise. 2186 euros en début de carrière et 4367 euros en fin de carrière pour les agents suggère notamment la chaîne.

Mais c’est l’intervention de Mourad Boudjellal, entrepreneur habitué à brasser les millions d’euros de chiffre d’affaire, soutien de Christian Estrosi et d’Emmanuel Macron sur RMC qui a particulièrement marqué les esprits en se répandant en contres-vérités sur les « privilèges » des agents RATP. Alors que les grévistes dénonçaient la « honte de proposer 0,4% d’augmentation aux agents alors que la PDG a augmenté son propre salaire de 50.000€ par mois, Mourad Boudjellal a ainsi montré l’étendue de son mépris de classe.

Selon ce collaborateur de RMC, les travailleuseus et travailleurs de la RATP seraient en effet des nantis avec quatre semaines de congés payés de plus que la moyenne nationale, des primes de 2000 à 3200 euros, 1000 à 2000 euros en plus par mois pour l’intéressement, des salaires à 2500 bruts par mois, des indemnités en tout genre, des avantages de partout (self, ticket restaurant, complémentaire retraire, salle de sport, crèche, parking !, chèque vacances). On en passe et des meilleurs...

Des propos qui indignent Yassine Jioua, machiniste receveur à la RATP au centre bus de Malakoff et militant CGT « Depuis 2009, je suis à la RATP et je n’ai jamais eu de chèques vacances ni un seul ticket restaurant » affirme-t-il tout en dénonçant le « gros décalage entre la direction et le chauffeur de bus, le conducteur de métro, le contrôleur ou le gars de la maintenance ». Les privilèges sont du côté de la direction rappelle-t-il avec les 50 000 euros d’augmentation de Catherine Guillouard, la PDG de la RATP, qui touche ainsi 350 000 euros par an.

Concernant les salaires, le machiniste n’a pas hésité à sortir ses fiches de paie. « En 2010, j’étais autour de 1600 net. 10 ans plus tard je touche en gros 1900 net dans les très bons mois, si je fais des services en deux fois, des services de nuit et quelques dimanche. Rien à voir avec le délire de Mourad Boudjellal. »

Les primes pour le transport que Mourad Boudjellal fustige, Yassine Jioua n’en a jamais entendu parlé : « Les machinistes c’est le plus gros corps de métier à la RATP et on a pas la prime de transport dont il parle alors que c’est nous qui transportons les usagers. C’est la même chose pour les congés dont il parle : on a seulement trois jours en plus, et uniquement pour ceux qui sont dans l’exploitation ». Même son de cloche du côté des trajets non effectués qui seraient légions selon Mourad Boudjellal. Ce dernier dénonce les heures passées à « rien foutre » en salle de pause au prétexte que [« si un trajet est prévu et qu’il dure deux heures et que tu n’as pas le temps de le faire parce que sur ton temps de travail tu ne peux pas le dépasser, tu rentres au garage »>https://www.facebook.com/watch/?v=239903671681825&extid=CL-UNK-UNK-UNK-AN_GK0T-GK1C&ref=sharing]. Mensonge répond Yassine Jioua : « Je ne connais aucune ligne de bus qui a un trajet qui dure 2 heures. J’ai travaillé sur l’une des plus longues lignes de bus et il y en avait pour 1h30 grand max ». Loin des réalités du terrain, Mourad Boudjellal raconte ce qui lui chante sans se préoccuper de la véracité de ses allégations.

Des mensonges également dénoncés dans un tract de Solidaires RATP :

 

En 2018 déjà, avant le lancement de la bataille du rail, les médias avaient répandu des fake news sur les salaires mirobolants des cheminots alors que la réalité est tout autre : 1290€ net pour un aiguilleur, et des bulletins de salaires en dessous de ceux que BFMTV affichait sur ses écrans. En 2021, Irène, conductrice de métro à la RATP, dénonçait de même les mensonges répandus sur les 311 primes qui existeraitent dans le « paradis social » de la RATP comme l’affirmait de manière mensongère LCI. « On travaille en 3x8, on travaille 4 week-end sur 6, on travaille les jours fériés, avec les accidents, avec les suicides et ça on n’en parle pas » dénonçait alors la conductrice de métro.

Contre les fake news propagées par les médias au service de véritable nantis, il faut rappeler les raisons de la colère à la RATP comme le faisait le 18 janvier dernier Farid militant Solidaires RATP : « 0,4% d’augmentation alors que la RATP a fait 200 millions de bénéfices l’an dernier, c’est honteux. Maintenant on ne va pas en rester là, les organisations syndicales doivent construire le rapport de force ! ».

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

489256

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog