SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Nous avons déjà abondamment signalé en particulier les deux documentaires d'Anne-Laure BONNEL et de Paul Moreira.

Mais en ces temps de matraquage à sens unique dans  "nos" médias, mieux vaut se répéter.

En n'oubliant pas que l'invite à l'Union sacrée d'aujourd'hui derrière les boutefeux qui voudraient voir la guerre se prolonger indéfiniment, se multiplier les sanctions,  il y a pour les travailleurs et les peuples les sacrifices, la remise en cause des conquis, les souffrances, les reculs sociaux, la flambée des prix ... au nom bien sûr de la démocratie et du deux poids deux mesures permanents.

Car quand a-t-on vu se pointer la proposition de sanctions à l'égard des dirigeants des USA par exemple pourtant engagés depuis des dizaines d'années dans des interventions armées sans aucun mandat de l'ONU dans des guerres qui ont fait des centaines de milliers de morts, laissé derrière elles le chaos et fait monter le terrorisme : Irak, Lybie ...

____________________

 

Chers amis,

Quelques-uns d’entre vous m’ont demandé avis sur la situation.

Cet avis s’alimente évidemment à des décennies de recherches en archives sur les relations Est-Ouest dont on peut trouver écho dans presque tous mes travaux, livres et articles.
Sur les années les plus récentes, et en particulier sur la contribution du démantèlement « occidental » de la Yougoslavie puis du putsch de Maidan, à la marche vers un conflit en Europe, je me permets de vous renvoyer à l’épilogue de l’ouvrage
 Aux origines du carcan européen, 1900-1960 (Paris, Delga, 2016) et au texte d’Armand Bérard (in extenso) de février 1952 (p. 153-156).

Ce dernier texte estimait que l’offensive germano-américaine résolue contre la Russie alors soviétique (mais il ne s’agit pas de guerre contre Staline, seulement de guerre de conquête visant la caverne d’Ali Baba soviétique ou russe), obligerait à terme plus ou moins long l’URSS à abandonner aux États-Unis et à l’Allemagne toute la zone d’influence (groupant à la fois l’Allemagne orientale et tout l’ancien « cordon sanitaire », c’est-à-dire la voie traditionnelle d’assaut contre la Russie) que lui avait value sa victoire de mai 1945 contre le Reich hitlérien. Bérard décrit là ce qui s’est produit en 1989, et a débouché sur l’énorme extension de la zone d’influence américaine (ou germano-américaine) en Europe.

Laquelle allait dans les mois à venir déboucher sur le contact direct entre la zone américano-otanienne et la Fédération de Russie.

« La propagande de guerre » est en passe de rendre l’accès à l’information impossible. Ma chère collègue Anne Morelli décrit une situation naturellement analogue en Belgique. Il convient de relire son ouvrage de 2001 (après l’agression qui a achevé le démantèlement de la Yougoslavie), Principes élémentaires de propagande de guerre : Utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède..., Bruxelles, Labor, 2001, (l’édition en français revue et augmentée, Bruxelles, Aden, 2010, est épuisée, mais l’ouvrage va être réédité).

 Comme il est devenu difficile de trouver accès à quelques documents particulièrement intéressants sur l’historique récent (la période entamée par l’opération Maidan, 2013-2014) du conflit ukrainien, je pense utile de vous communiquer deux documentaires et la présentation du second d’entre eux.

1°/ le documentaire de Paul Moreira, « Les masques de la révolution », sur l’assassinat par les milices banderistes de près de 50 militants syndicalistes à Odessa, crime contre l’humanité sur lequel les gouvernements ukrainiens successifs ont formellement refusé de faire la lumière : https://youtu.be/nlXOCtXgVkE

2°/ la présentation par Anne-Laure Bonnel de son documentaire de 2015 sur le Donbass aux spectateurs de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris https://www.youtube.com/watch?v=rDcISXdWhkc et le documentaire lui-même, qui a été déjà en partie censuré par Youtube (propriété de Google) via deux filtres successifs.
En cliquant sur le lien suivant : 
DONBASS vous aurez la possiblité de visualiser intégralement ce film que, vu le contexte actuel,  nous vous conseillons de télécharger ( faire un clic droit dans l'image) .

Les anglophones disposent d’un historique précis du rôle des États-Unis dans le sauvetage-recyclage des criminels de guerre banderistes ukrainiens dès la fin de la guerre : le chapitre 5 de Richard Breitman et Norman J. W. Goda (historiens attachés au Département d’État pourtant), Hitler’s Shadow : Nazi War Criminals, US Intelligence and the Cold War, 2010, http://www.archives.gov/iwg/reports/hitlers-shadow.pdf, sur les œuvres américaines là-bas entre 1945 et 1990, appuyées sur les criminels de guerre et massacreurs de juifs, de rouges et de Polonais ‑‑ mais oui, aussi ‑‑ Bandera et Lebed. Qui connaît la situation entre 1945 et 1990 comprend aisément d’où vient Maidan, présenté par « la propagande de guerre » comme le symbole d’une Ukraine « démocratique ».

Bonne écoute et bonne lecture.

Bien cordialement,

Annie Lacroix-Riz

Publié par FSC

Visiteurs

481311

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog