SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Pour nous annoncer des jours sombres, une nouvelle fois E. Macron joue les provocateurs avec la morgue et le mépris qui deviennent sa marque de fabrique. De quelle abondance parle-t-il ? Des masques et des tenues de protection qui nous manquaient lors de la première vague de l’épidémie de COVID.

Des lits de réanimation qui nous ont fait défaut et qui continuent à être en nombre insuffisant dans les hôpitaux. Des salaires des personnels de santé qui restent toujours indigents malgré le fameux Ségur de la santé. S’agit-il des budgets des hôpitaux passés au rabot depuis des années avec le fameux « trou de la Sécu », sciemment créé pour enchainer les plans d’économies successifs. Ou alors il s’agit des EHPAD avec leur abondance d’agents, notamment chez ORPEA ! Il est aussi possible d’évoquer l’abondance de services d’urgences ouverts 24 h sur 24, 365 jours sur 365 par an.

Il ne faut pas oublier la pléthore de médecins traitants en ville et la profusion des rendez-vous proposés sur Doctolib. Sans compter la multitude de dermatologues ou d’ophtalmologues, notamment dans les Hauts-de-France ou en Seine-Saint-Denis. Et plus globalement le très grand nombre de spécialistes sans dépassement d’honoraires, notamment de chirurgiens dans les cliniques privées. En ce qui concerne l’insouciance, il faut sûrement évoquer celle des soignants travaillant avec des masques en tissu et habillés avec des sacs poubelles pour assurer la protection contre les maladies contagieuses.

Il y a aussi celle de ceux qui viennent aux urgences par plaisir car il y fait chaud, il y a de la lumière la nuit et parfois des informations intéressantes sur les écrans de télé en salle d’attente. Puis, il y a cette désinvolture des directeurs généraux d’ARS qui ferment ici un service, là un hôpital, tout en octroyant des autorisations d’ouverture de cliniques ou d’EHPAD dans le secteur marchand. Nous avons pu constater également ce flegme et cette bonhomie de notre nouveau ministre de la Santé qui est très satisfait de lui en considérant avec le plus grand aplomb que « régulation de l’accès » et « fermeture » sont synonymes.

N’en jetons plus, la cour est pleine. De fait, E. Macron nous fait le même cinéma qu’avec son « il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi ». Alors nous lui répondons qu’il veut sûrement évoquer l’abondance et l’insouciance de ses amis. Abondance de dividendes pour les actionnaires d’ORPEA, KORIAN, RAMSAY, ELSAN, etc. qui pillent la Sécurité sociale et échappent à l’impôt en profitant des paradis fiscaux. Insouciance des mêmes vis-à-vis des conditions de travail et des rémunérations des personnels, ainsi que de la qualité du service rendu aux résidents et aux patients.

Une première réponse des personnels de la santé et l’action sociale sera donnée lors de la journée d’action du 22 septembre car ils sont très soucieux de la dégradation de leurs conditions de travail et ils appelleront la population à se joindre à eux pour contrer l’abondance des mesures de casse de notre système de santé et de protection sociale.

Docteur Christophe Prudhomme

Praticien hospitalier -SAMU 93

Publié par EL DIABLO

Visiteurs

489256

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog