SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Unilever a augmenté ses prix plus rapidement que ses principaux rivaux P&G et Nestlé depuis le milieu de l'année 2021, dans une réédition de sa stratégie pendant la crise financière de 2007-09.

Le fabricant britannique du savon Dove, des condiments Hellmann's et de la pâte à tartiner Marmite, a déclaré fin octobre que ses augmentations de prix avaient atteint le niveau record de 12,5 % au troisième trimestre.

Les entreprises de biens de consommation jonglent pour savoir dans quelle mesure elles peuvent compenser la hausse des coûts de l'énergie et de la main-d'œuvre sans perdre les consommateurs, dont beaucoup se tournent déjà vers les produits de marque propre des supermarchés.

Nestlé et P&G ont tous deux augmenté leurs prix de moins de 9,5 % au cours de la même période, après s'être à peu près égalés depuis la mi-2021.


GRAPHIQUE : Unilever devance P&G et Nestlé en matière de hausses de prix

La plus grande exposition d'Unilever aux marchés émergents et à l'alimentation, où les pressions sur les coûts et les marges ont été les plus intenses, explique en partie cette différence, selon les analystes.

La hausse des prix risque toutefois de nuire aux relations avec les détaillants, qui tentent également de protéger leurs marges. La dernière fois qu'Unilever a été proche de hausses aussi importantes, c'était au plus fort de la crise financière mondiale. Au cours du dernier trimestre de 2008, ses prix ont augmenté d'environ 9 %, éclipsant les hausses de 4 % de P&G.

Unilever a déclaré que les hausses de prix varient selon les catégories et les marchés et que tous les consommateurs ne subissaient pas les hausses de 12,5 %.

"Il y a plusieurs leviers que nous pouvons actionner avant d'augmenter les prix en rayon, ce qui est un dernier recours et est mûrement réfléchi, notamment en réduisant l'activité promotionnelle et en proposant une sélection de produits qui ont des marges plus élevées", a déclaré un porte-parole de la société.

Unilever est très exposé aux régions et aux pays à forte inflation, notamment l'Amérique latine, la Turquie et la Russie, tandis que P&G est plus axé sur les États-Unis, a déclaré Bruno Monteyne, analyste chez Bernstein.

"Ces pays ont une inflation élevée, liée à la faiblesse des devises étrangères. Cela se traduit par des pertes de change beaucoup plus importantes pour Unilever", a-t-il déclaré.

TENSIONS

L'inflation des coûts d'Unilever s'élève à plus de 20% cette année, contre 14%-15% chez Nestlé, a déclaré Warren Ackerman, analyste chez Barclays, bien que ses rivaux n'aient peut-être pas encore atteint le pic de leurs augmentations de prix.

"Cela dépend du niveau d'inflation auquel ils sont confrontés et de leur exposition aux matières premières", a déclaré Warren Ackerman à propos d'Unilever.

Nestlé a reconnu que les pressions sur les coûts s'intensifient.

"Nous absorbons toujours des coûts importants, ce qui a entraîné une baisse notable de notre marge bénéficiaire brute", a déclaré un porte-parole de Nestlé.

Pendant ce temps, P&G développe des gammes qu'elle peut vendre à différents niveaux de prix, a déclaré un porte-parole de la société.

Selon Refinitiv, Unilever et Nestlé devraient déclarer des marges bénéficiaires avant impôts d'environ 15 % cette année. P&G devrait déclarer une marge bénéficiaire avant impôts de près de 24 %.

Le mois dernier, le directeur général Alan Jope a déclaré qu'Unilever devait augmenter ses prix afin de disposer de la puissance de feu nécessaire pour investir dans ses marques. Jope a cité la hausse des coûts de la main-d'œuvre, des matériaux et de l'énergie, ainsi que le changement climatique qui rend l'agriculture plus coûteuse, mais la société est "très consciente" de la pression que cela exerce sur les consommateurs.

Les tensions avec les détaillants, quant à elles, s'accentuent. Les produits Kraft Heinz ont été retirés des rayons des magasins Tesco au début de l'année, le géant britannique des supermarchés ne parvenant pas à se mettre d'accord sur les prix. Et Mondelez, fabricant des chocolats Cadbury et Milka, a cessé de vendre ses bonbons à un certain nombre de détaillants européens au début de l'année alors qu'ils négociaient les prix, a déclaré son PDG Dirk Van de Put à Reuters cette semaine.

Ces discussions, qui, selon M. Van de Put, peuvent être "relativement controversées et difficiles", ont contribué à la baisse d'une mesure du volume dans cette région pour la première fois cette année.

Le supermarché néerlandais Ahold Delhaize a également remarqué que les négociations de prix devenaient plus difficiles, a déclaré à Reuters sa directrice financière Nataltie Knight.

"Ceux qui partent de positions plus fortes sont les plus gros fournisseurs. Je dirais qu'Unilever entre dans cette catégorie", a-t-elle déclaré, ajoutant : "Il est temps pour les CPG (consumer packaged goods companies) de s'affirmer et de jouer également leur rôle en essayant d'aider les consommateurs beaucoup plus qu'ils ne l'ont fait historiquement."

© Zonebourse avec Reuters 2022

Visiteurs

489256

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog