SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
REPRESSION anti-CGT dans les VOSGES ... avec la complicité du ministère du travail

SOURCE : VosgesMatin

Vosges

Licenciement d’un délégué syndical dans une entreprise de Gérardmer : la CGT dénonce une procédure abusive

Par Sergio DE GOUVEIA - 14 nov. 2022 

 

Licencié au cours de ce mois d’octobre, Hervé Colin était le seul délégué syndical de la société. Photo VM /Sergio DE GOUVEIA

Lors d’une conférence de presse, l’union départementale de la CGT a dénoncé ce qu’elle estime être un licenciement abusif d’un de ses délégués. Ce dernier travaillait dans une société gérômoise. Fait hallucinant pour le syndicat : le ministère a validé ce licenciement, désavouant ainsi l’inspection du travail qui n’avait pas autorisé la procédure de l’employeur.

 

L’incompréhension et la perplexité régnaient ce lundi matin dans les locaux spinaliens de l’union départementale de la CGT. Autour de leur secrétaire générale Delphine Rouxel , plusieurs responsables syndicaux étaient réunis pour parler publiquement du sort réservé à l’un de leurs camarades  : Hervé Colin.

Cariste au sein de la société Sogal Fabrication, ce délégué syndical CGT vient en effet d’être licencié. Une procédure très rare lorsqu’on occupe un poste syndical. D’où la surprise des membres de la CGT, d’autant que les raisons de ce licenciement sont à leurs yeux très sombres. « On a reproché à Hervé Colin le fait de mettre trop de pression sur son chef direct, ce qui l’aurait conduit à se mettre en arrêt maladie », explique Delphine Rouxel.

Dans le courrier de licenciement, l’employeur l’accuserait aussi d’avoir proféré des insultes à l’encontre de ce supérieur. Sauf que de nombreux salariés de cette société de 49 employés ont produit des attestations soutenant le cariste. « Mon supérieur a fourni une quinzaine d’attestations contre moi », tient à préciser Hervé Colin, embrayant sur le sujet qui, d’après lui, pourrait être à l’origine de son éviction de l’entreprise : le fait qu’il soit, en tant que seul et unique délégué syndical du site gérômois, en désaccord avec la direction.

« Les salariés ont lancé des revendications, via le délégué syndical, concernant les primes de vacances et les modalités d’aménagement du temps de travail. Il y a eu des échanges avec la direction, et, pour le coup, des divergences qui ont fait l’objet d’un fichage de notre syndicat dans l’entreprise », explique Delphine Rouxel, ajoutant qu’Hervé Colin avait également refusé de signer plusieurs accords d’entreprise.

L’inspection du travail désavouée

Pour la CGT, le différend entre leur camarade et son supérieur ne peut donc pas expliquer à lui seul ce licenciement, d’autant que l’inspection du travail et la Direction régionale de l’économie de l’emploi, du travail et des solidarités (DREETS) se sont opposés à ce licenciement.

Face à cette fin de non-recevoir, l’entreprise a donc formé un recours devant le ministère du Travail qui a finalement abondé dans le sens de l’employeur… mais sept mois plus tard. Un délai qui fait tousser la CGT, d’autant que la décision vient infirmer celle de ses organismes régionaux. « À nos yeux, la réponse du ministère n’est pas motivée », souligne Delphine Rouxel, très songeuse face à ce revirement de situation en haut lieu. Estimant ce licenciement comme injuste, la CGT a donc décidé de lancer une procédure devant le tribunal administratif pour qu’Hervé Colin puisse être réintégré dans les effectifs de la société. « La procédure pourrait prendre de deux à trois ans », soupire Hervé Colin. « En attendant, il n’y a plus aucun délégué syndical dans cette entreprise. Et vu ce qu’il vient de se produire, il n’est pas près d’y en avoir un… », concluent les membres de la CGT.

Sollicitée par nos soins, la direction de l’entreprise n’a pas, pour l’instant, donné suite à notre demande. Du côté du ministère du Travail, c’est la même limonade. En somme, pas de son et pas d’image pour expliquer ce licenciement. Affaire à suivre…

REPRESSION anti-CGT dans les VOSGES ... avec la complicité du ministère du travail

Delphine Rouxel, secrétaire générale de l’union départementale de la CGT Vosges. Photo VM /Léa DIDIER

 

Publié par FSC

Visiteurs

489256

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog