SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
« Plan B » : A Air France le chantage va commencer, la résistance aussi

Depuis plusieurs semaines, la direction d’Air France a joué le premier acte de sa bataille pour imposer une baisse de 1 milliard de la masse salariale d’Air France, des gains de productivité à hauteur de 17%, dans le seul but d’augmenter ses marges financières.

Un premier acte qui vient de ses conclure par le refus des syndicats de navigants de céder et l’annonce par le Conseil d’Administration du Groupe du plan B, plan dit d’attrition. Derrière ces apparences dramatiques, le but n’est nullement de baisser l’activité du Groupe.

La première cible est le personnel navigant technique (les pilotes), avec une grande mise en scène médiatique : plusieurs semaines de négociations où la barre a été mise volontairement très haut par la Direction, de manière clairement provocatrice : exiger 100h de vol (équivalent à 200 heures de travail) de plus par an pour le même salaire. La Direction, vu l’échec des négociations, annonce quelques fermetures de lignes….et la suppression de 400 postes de pilotes.

Mais, en cas de signature, grâce aux gains de productivité, la Direction annonçait aussi 400 suppressions de postes ! De fait, la Direction veut que l’accord avec les pilotes apparaisse clairement comme une défaite du syndicat majoritaire, le SNPL qui vient de refuser le 30 septembre de mettre sa signature au bas de l’accord. La presse et le gouvernement dénonce ces « privilégiés qui vont faire couler la compagnie ».

La défaite des pilotes est nécessaire pour parachever le deuxième volet de l’attaque du premier acte : le personnel navigant commercial (hôtesses et stewards, 14000 salariés) où le but là aussi est d’obtenir de 15 à 20% de gain de productivité, par une augmentation des heures de vols, la diminution des jours de repos et des temps de repos en escale, une diminution des compositions équipage dans les avions.

Deux sur trois des syndicats représentatifs des hôtesses et stewards viennent, comme les pilotes de refuser la signature à la baisse de leur accord collectif.

Le Conseil d’Administration du Groupe va donc mettre sur la table un plan « de réduction d’activité » dans les deux ans à venir, avec des suppressions d’emplois au sol et chez les navigants, comme conséquence de « l’égoïsme des pilotes ». La réduction d’activité sera toute symbolique ,car le deuxième acte réel sera d’obliger les syndicats navigants à revenir à la table de négociation et à plier et, après la défaite voulue des syndicats de navigants, d’enfoncer le clou par de nouvelles attaques contre les personnels au sol (30000 salariés), avec le soutien de la CGC et de la CFDT ( au moins…).

Ces deux syndicats ne cessent de répéter que, si les pilotes ne signent pas l’accord, il y a aura des milliers de licenciements au sol. Une façon de dédouaner la Direction des attaques déjà prévues, notamment contre les salariés des escales de province, Marseille et Bastia en tête.

Derrière cette mise en scène macabre, une chose est sûre : la Direction veut rapidement économiser 1 milliard d’euros sur la masse salariale du Groupe (qui est de 7,5 milliards)

.Le but n’est évidemment pas de « ne pas mourir », ni de résister à une concurrence imaginaire. Air France ne compte pas réellement mettre son activité et son développement en sourdine. La compagnie gagne mois après mois des parts de marché dans le secteur, remplit ses avions à un taux record de 90% et ne baisse nullement le prix de ses billets. Cela dans un contexte où le prix du kérosène a baissé de moitié en quelques mois…Après avoir supprimé 8000 emplois depuis deux ans et demi, bloqué les salaires et largement dégradé les conditions de travail, c’est à une vrai défaite frontale que De Juniac veut arriver.

De Juniac joue un plan à la Thatcher pour briser durablement la combativité des salariés et asseoir des syndicats « responsables » menant une politique de collaboration.

Même si la plupart des dirigeants syndicaux (et une bonne partie du personnel) se laisse prendre par le discours dramatique de la Direction et les manœuvres de division, jusqu’ici une réaction unitaire s’est mise sur pied, facilitant la résistance actuelle des syndicats des navigants .

La majorité des syndicats d’Air France, sols et navigants (sauf la CFDT et la CGC) ont mis sur pied une large intersyndicale qui refuse la menace des licenciements et appelle à un rassemblement le 5 octobre , jour du CCE. Pour le personnel au sol, de nombreux appels unitaires à la grève ont lieu dans les secteurs. Sud Aérien et la CGT appellent ce jour-là toutes les catégories de salariés à la grève.

Combattre la Direction, le gouvernement allié de cette Direction et une campagne médiatique bien orchestrée sera évidemment une bataille difficile qui impose de résister au chantage et aux manœuvres de division. L’enjeu, comme chez Lufthansa ou British Airways est de résister à une nouvelle dégradation des conditions de travail, aux pertes d’acquis et de salaires.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Credoc: les français plébiscitent la protection sociale et le rôle du public

A l'occasion du 70e anniversaire de la Sécurité Sociale, le Credoc vient de publier les résultats d’un sondage qu’il a mené à la demande de l’Institut Montparnasse, un « think tank » fondé par la MGEN et Terranova autre « think tank », sur « l’évolution du regard porté par les Français sur leur système de sécurité sociale ».

L’étude confirme que « Près d’un Français sur deux se dit préoccupé par la capacité du système de protection sociale à financer les retraites. La proportion a doublé en l’espace de vingt ans ». A regarder les effets des réformes successives, menées par les gouvernements successifs, cela ne surprend pas.

Mais surtout le Credoc constate que « (…) 47% [des sondés] estiment même que les pouvoirs publics doivent jouer un rôle plus important à l’avenir au sein du système de protection sociale ».

Après un tel matraquage médiatique, qu’autrefois on aurait appelé déferlement de propagande pour le libéralisme, voilà qui montre les capacités de résistance de la population à la mauvaise fois et au mensonge.

Réformer, (peut-être)... mais sans tout bousculer !!!

"Réformer mais sans tout bousculer", c’est un sous-titre de la note de synthèse publiée par le Credoc. Il est très révélateur d'un état d'esprit, très loin d'être "pro" voire "favorable" aux réformes. Car à force de subir les campagnes médiatiques qui martèlent l’idée qui faudrait réformer encore et toujours, que l’idée majoritaire soit de réformer juste un tout petit peu, mais en fait sans rien changer, se révèle être plutôt la marque d’une résistance aux réformes, que celle d’une adhésion.

Certes le Credoc reprend le constat que « Les déficits (13,2 milliards d’euros en 2014, et jusqu’à 22 milliards au plus fort de la crise en 2010) remettent chaque année la pertinence du modèle au cœur des débats », pour justifier l'idée qu'il faudrait des réformes.

Mais le Credoc est contraint de constater que « Pour la population, la balance entre coûts et bénéfices semble pencher plutôt du côté positif ».

« Les personnes citant au moins une association d’idée positive – soins pour tous, mais aussi acquis social, protection pour les plus vulnérables, solidarité, modèle à suivre pour les autres pays - sont plus nombreuses (79%), que celles déplorant des inconvénients au système (54%) comme une certaine lourdeur bureaucratique, des dépenses et des impôts trop importants, ou des effets pervers de responsabilisation des individus ». Malgré les réformes destructices du système, les français ne le rejettent donc toujours pas, et ne veulent pas du privé.

« Loin de vouloir remettre en cause profondément les fondements du modèle français via un changement radical d’orientation (14%), ou à l’opposé de souhaiter le maintien du système en l’état (29%), la population semble plutôt attachée à un désir de réformes progressives (55%).  Notons que le total entre ceux qui souhaitent un maintien du système en l'état, et ceux qui se résolvent — le fameux "désir" — à des réformes, mais à condition qu'elles soient progressive, le total est de 84% !

Le mot "désir" est à prendre avec des pincettes, car, plus loin, le Credoc confirme que « Réformer sans tout bousculer, c’est également ce qu’on peut comprendre des réponses aux questions portant sur le rôle de l’État ou d’autres acteurs : mutuelles, institutions de prévoyance, sociétés d’assurance. » Tout le monde l'aura compris, ce dont il est question n'a rien d'un "désir".

« Le monopole de l’État sur la sécurité sociale est plébiscité et ce d’autant que la notion de service d’intérêt général est évoquée (80%). », poursuit le Credoc !

« Les interviewés rejettent l’idée que la prise en charge et la gestion des frais de santé puisse être considérée comme « une activité comme une autre » (18%).

« Lorsqu’on évoque non plus seulement la sécurité sociale, mais la protection sociale dans son ensemble, 47% des Français affirment même qu’ils souhaiteraient que les organismes publics de protection sociale occupent une place plus importante. »

Et si ces idées de bon sens se fondaient sur l’expérience faite de la gestion catastrophique du système de protection sociale par les gouvernements successifs ?

Rappelons que cette gestion est, depuis plus de 45 ans, tournée vers plus de libéralisme, de spéculation et de profit, et moins de social. Si ces politiques avaient fonctionné, les français auraient changé d’idée. Or, malgré le déferlement médiatique, qui frise le lavage de cerveau, ça ne prend pas ! Ces idées restent enracinées !

Des préoccupations montantes pour l’avenir des retraites

L’étude du Credoc met en évidence une crainte grandissante des populations sur les retraites

« Parmi les orientations à suivre, la question de la prise en charge des dépenses de vieillesse et de retraite semble aujourd’hui occuper particulièrement les esprits. Il y a vingt ans, en 1995, alors que le pays traversait également une période de récession, le traitement de la pauvreté et de l’exclusion était au cœur des priorités de la population (63% des réponses). (…) Le financement des retraites arrive à présent en tête des préoccupations en matière de protection sociale (47%) et 30% se préoccupent principalement de la prise en charge des personnes âgées dépendantes. En vingt ans, ces proportions sont passées du simple au double. »

« Autre signe convergent, les prestations vieillesse et les retraites arrivent, de loin, en haut du podium des prestations sociales qu’il faudrait augmenter en priorité selon la population. La progression est très nette (18% souhaitaient une augmentation de ces prestations en 1995, 29% en 2005, 41% en 2015). »

Plus loin, le Credoc note aussi que « La préoccupation croissante des Français pour le financement des retraites est intergénérationnelle, mais davantage portée par les personnes d’âge actif. »

Des préoccupations différentes selon les générations ? Normal: la protection sociale doit répondre à tous !

Lorsqu’on se laisse entraîner à penser que les réformes seraient indispensables (mais « sans tout bousculer »), on finit par penser, en conséquence, que ces réformes ne doivent pas s’appliquer à soi-même, mais aux autres. On veut protéger ce qui nous touche de près; c’est finalement très humain.

Ainsi le Credoc note que « lorsqu’on les interroge sur les préoccupations en matière de protection sociale, les moins de 25 ans se soucient principalement du traitement de la pauvreté (46%, contre 27% chez les 70 ans et plus), suivi de la prise en charge des grands malades (29%, contre 15% chez les sexagénaires) et de l’avenir de l’indemnisation du chômage (26%, contre 8% chez les 70 ans et plus). En revanche, c’est la question de la dépendance des personnes âgées qui préoccupe le plus les 70 ans et plus (47%), et chez les sexagénaires, le financement des retraites constitue la principale inquiétude (53%) »

A bien y réfléchir c’est normal, car les médias martèlent à longueur de journée l’idée qu’il n’y aurait pas d’argent pour satisfaire les besoins de tout le monde, que le social serait un « coût », « une charge » à réduire, qu'il faudrait faire des choix, etc.

Pourtant les profits n’ont jamais été aussi élevés, et les dividendes versés aux actionnaires sont toujours aussi haut, et les plus riches ont vu leur richesse exploser. Mais de cela on ne parle pas, ou si peu, à l’exception par exemple des parachutes dorés et indécents des PDG débarqués par les requins des conseils d’administration.

La CGT affirme qu’il y a les moyens de satisfaire tous les besoins sociaux.

La Sécurité sociale a été créée il y a 70 ans, au sortir de la guerre, alors que l'économie était détruite. 

Aujourd'hui, notre pays est immensément plus riche qu'à cette époque. Il a les ressources pour satisfaire à la fois les aspirations des plus jeunes comme celles des plus âgés/

  • Il y a les moyens de lutter contre la pauvreté, en portant, par exemple, le SMIC à 1800€, tout en augmentant les salaires et les pensions ;
  • il y a les moyens de prendre en charge les grands malades, tout en assurant l’avenir de l’indemnisation du chômage ;
  • De même il y a les moyens de prendre en charge à la fois la dépendance, et le financement des retraites.
Le 8 cotobre, soyons tous dans la rue pour le clamer haut et fort !

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Protocole Parcours professionnels dans la Fonction publique: Le gouvernement piétine la démocratie sociale

Après la décision prise hier par la CGT de ne pas le signer, le projet de protocole portant sur les Parcours professionnels Carrières et Rémunérations (PPCR) des agents de la Fonction publique ne peut pas faire l’objet d’un accord majoritaire tel que prévu par la loi sur le dialogue social dans la Fonction publique, accord majoritaire qui constitue un acquis démocratique pour lequel la CGT a milité et auquel elle demeure très attachée.

Confirmant son désintérêt pour la démocratie sociale, le Premier ministre vient d’annoncer que malgré cette impossibilité de parvenir à un accord majoritaire, le gouvernement appliquerait le protocole PPCR de manière unilatérale.

En échec politique avec les organisations syndicales représentatives de la Fonction publique, le gouvernement n’hésite donc pas à changer les règles du jeu et décide de passer en force.

Contrairement à ce qu’affirme Manuel VALLS, l’irresponsabilité et l’immobilisme ne sont pas du côté de la CGT qui a été force de propositions durant toute la longue négociation sur PPCR et qui a pris le temps de la plus large consultation démocratique des personnels avant d’arrêter sa position.

C’est bien le Premier ministre qui, en refusant d’entendre nos légitimes revendications sur le protocole et en passant outre le résultat des négociations, fait preuve de la plus grande irresponsabilité et d’une dérive autoritariste particulièrement préoccupantes et inacceptables.

Mis à la diète avec le gel de la valeur du point, confrontés aux suppressions d’emplois et la mise à mal des missions publiques, les agents de la Fonction publique sont aujourd’hui de surcroît méprisés dans leur expression démocratique.

La CGT appelle les personnels à:

  • construire la riposte la plus unitaire possible
  • et à se mobiliser massivement le 8 octobre prochain à l’occasion de la journée d’action interprofessionnelle et au-delà, pour obtenir les avancées indispensables à la Fonction publique et à ses agents.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Le géant anglo-néerlandais de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever a annoncé aujourd'hui le rachat, pour un montant non divulgué, du glacier italien Grom, devenu en douze ans d'existence à peine un véritable empire de la glace à l'italienne."Unilever annonce aujourd'hui qu'il rachète les activités de la société italienne de 'gelato' Grom", a indiqué le groupe néerlandais dans un communiqué. "L'acquisition de Grom va renforcer le portefeuille d'Unilever dans les crèmes glacées et aider à capitaliser dans le secteur en croissance des 'gelato'".
Le premier magasin Grom a été ouvert en 2003 à Turin, dans le nord de l'Italie, dans le but de vendre des glaces artisanales, avec "l'obsession de l'excellence".

La chaîne compte désormais plus de 60 enseignes en Italie, en France, aux Etats-Unis et au Japon. Leur chiffre d'affaires a bondi de 250.000 euros en 2003, à 30 millions d'euros en 2012.
La société italienne continuera à être dirigée par ses fondateurs depuis Turin et sera incluse dans le groupe néerlandais en tant qu'"unité indépendante". "Les clients de Grom continueront à apprécier les goûts et parfums qu'ils ont toujours aimé, tandis que l'ampleur d'Unilever donnera à Grom l'accès à de nouveaux marchés", a commenté Kevin Havelock, président de la branche "rafraîchissements" d'Unilever. 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
LE CHOIX DU CHÔMAGE DE MASSE DES JEUNES ET DE L’AUSTÉRITÉ PERPÉTUELLE... L’IMPÔT BAISSE POUR LES PATRONS (MOINS 9 MILLIARDS EN PLUS DES 40 MILLIARDS DU CICE), LA DOTATION DES COLLECTIVITÉS LOCALES EST AMPUTÉ DE 10,7 MILLIARDS

Le budget 2016 fait l’impasse sur la lutte contre le chômage

Médiapart - PAR DAN ISRAEL (EXTRAITS)

(...) la baisse des dépenses publiques, le « sérieux budgétaire » pour ne pas dire l’austérité, est privilégié par rapport à une lutte rapide contre le chômage.

C’est le prix à payer pour que « dans l’Union européenne et face à la Commission, la France parle beaucoup plus fort, et pèse beaucoup plus », a souligné le ministre des finances, « car les engagements sont tenus ». L’État, donc, va continuer à tailler dans les crédits de fonctionnement. Ses seules priorités sont la sécurité, la justice, l’éducation et dans une moindre mesure la culture.

(...)

« Nous sommes dans une logique de réduction des déficits par la baisse de la dépense publique, et cela provoque un frein indéniable sur la croissance, souligne Éric Heyer, directeur du département analyse et prévision de l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques). Et il y a mécaniquement un effet sur l’emploi, le chômage ne pouvant pas se résorber si la croissance est faible. »

D’autant que les conditions sont toujours réunies pour que les choix du gouvernement aient un effet récessif puissant :

« Lorsque vous réduisez la dépense publique, plus vous êtes en présence d’un chômage de masse, et plus vos voisins suivent la même politique d’austérité que vous, plus l’effet est fort. Et la France est encore dans cette situation, même si de façon moins intense qu’il y a deux ans. »

(...) Mais les conséquences des coupes budgétaires décidées pourraient être plus marquées encore, car les modèles économiques de l’OFCE, mais aussi de l’OCDE ou du FMI, montrent que lorsque ce sont les dépenses d’investissement qui sont coupées, l’effet est encore plus fort.

Or, le gouvernement va justement contraindre les collectivités locales à renoncer à pas moins de 3,5 milliards d’euros pour 2016.

La dotation globale de fonctionnement (DGF) sera réduite de 10,7 milliards sur trois ans, et en même temps refondue pour éviter des disparités entre communes.

« Chacun connaît les marges d’économie : elles sont sur les dépenses de fonctionnement », assure tranquillement Michel Sapin. Mais les collectivités locales jurent qu’avec ces baisses massives de recettes, elles n’auront pas d’autre choix que de couper l’investissement public.

« Les efforts d’optimisation ont déjà été faits. Les services généraux ne représentent que 6 % des dépenses régionales, plaide l’association des Régions de France. Aller plus loin, c’est priver les PME et les ETI [entreprises de moins de 5 000 salariés – ndlr] d’aides nécessaires alors qu’elles sont les seules à produire de la croissance et à créer de l’emploi. »

En effet, le CICE, ainsi que le pacte de compétitivité, avec leurs 40 milliards d’allégements de charges sur les entreprises, sont au cœur de l’argumentaire de l’État lorsqu’il s’agit de démontrer qu’il est à l’écoute des entreprises et de leurs besoins, condition nécessaire pour qu’elles embauchent.

(...)

Un tout récent rapport de France Stratégie, l’organisme chargé de rendre compte de ses effets, y a d’ailleurs renoncé. À l’été 2014, Valérie Rabault, la députée socialiste rapporteure générale du budget, avait estimé dans un rapport cinglant que les mesures de financement de ce dispositif devaient « entraîner la suppression de 250 000 emplois à l’horizon 2017 »… alors que le gouvernement attendait que le CICE en crée 190 000. Même pas de quoi compenser les pertes liées à son financement, donc.

JEUNES SACRIFIÉS

(...) Quant aux créations d’emploi, elles ont repris, assure le gouvernement : 60 000 créations dans le secteur privé sont attendues pour 2015. Et 130 000 pour 2016. Des prévisions validées par le Haut Conseil aux finances publiques. Une bonne nouvelle ? Bien sûr, mais…

Compte tenu du nombre de jeunes arrivant chaque année sur le marché du travail (800 000) et de retraités le quittant (650 000), il faut au moins 150 000 créations d’emploi chaque année pour que le chômage n’augmente pas. On est donc encore loin d’une amélioration. Et le sort des chômeurs ne risque pas de s’améliorer : le gouvernement attend que les partenaires sociaux renégocient dans les prochains mois la convention de l’assurance chômage, et qu’ils se mettent d’accord pour économiser 800 millions d’euros par an supplémentaires.

***************************************************

LES ÉCHOS

Budget 2016 : les impôts baissent pour les entreprises, pas pour les ménages

Les charges des entreprises refluent de 9 milliards dans le projet de loi de Finances 2016. L’impôt sur le revenu baisse aussi, mais d’autres taxes augmentent.

Le projet de loi de Finances pour 2016 tient au moins une promesse  : avec seulement 23 articles fiscaux (pour la plupart assez techniques), contre une quarantaine pour ceux du début du quinquennat, il ­marque enfin la «  pause fiscale  » promise par François Hollande. Qualifié par Michel Sapin de «  budget des engagements tenus  », le texte présenté mercredi en Conseil des ministres confirme dans ses grandes lignes le pacte de responsabilité et de solidarité, malgré quelques ajustements.

«  Nous baissons à nouveau les prélèvements sur les entreprises de 9 milliards d’euros en 2016. Nous effaçons ainsi les hausses de ces dernières années  », s’est félicité le ministre des Finances. Sur la période de 2014 à 2016, les prélèvements sur les entreprises diminueront de 33 milliards d’euros au total. «  Comme nous les avions augmentés de 18 milliards en 2012 et 2013, nous aurons rendu au total 15 milliards aux entreprises  », souligne-t-on dans l’entourage du ministre.

L’exécutif est passé outre les revendications d’une bonne partie de la gauche, qui réclamait à cor et à cri une réorientation du pacte vers les ménages et les collectivités locales. La surtaxe d’impôt sur les sociétés, adoptée par le gouvernement Fillon en pleine crise, disparaîtra comme prévu en 2016.

Cela représente un allégement de 2,5 milliards d’euros. Les autres mesures, présentées dans le budget de la Sécurité sociale , se montent à 5 milliards, dont plus de 4 milliards pour les baisses de cotisations sociales jusqu’à 3,5 SMIC et 1 milliard pour la C3S, un impôt sur le chiffre d’affaires qui finance le RSI. La montée en charge du crédit d’impôt compétitivité (Cice) se traduira par une baisse supplémentaire de la fiscalité de 1 milliard en 2016. Seul gros bémol, qui exaspère le Medef, les allégements de charges prendront effet au 1er avril seulement, au lieu du 1er janvier, de façon à économiser 1 milliard. Cette somme servira à financer les mesures annoncées en faveur des entreprises dans le cours de l’année, comme le suramortissement ou l’aide aux TPE en faveur de l’embauche des apprentis.

Nouvelle baisse d’impôt

Quant au volet «  solidarité  » du pacte, il se concrétisera par une nouvelle baisse de l’impôt sur le revenu de 2,1 milliards d’euros à l’attention des classes moyennes. Comme annoncé, cette mesure bénéficiera à 8 millions de contribuables dont le salaire net est inférieur à 1.920 euros par mois (pour un célibataire) et 3.470 euros (pour un couple sans enfant). Le gain moyen par foyer est estimé à 252 euros.

Sur le plan technique, le gouvernement prévoit de jouer sur la décote, une formule qui retarde l’entrée dans l’impôt pour les foyers proches du seuil d’imposition. Sa pente sera légèrement moins brutale en 2016  : les premiers euros au-dessus du seuil d’imposition seront taxés à 24 % au lieu de 28 % (jusqu’au seuil maximum de la décote où le taux retombe à 14 %). Près de 500.000 foyers deviendront non imposables et 500.000 autres éviteront de le devenir. Cette mesure s’ajoute au geste fiscal de 3,2 milliards d’euros de l’an dernier pour constituer un volet total d’un peu plus de 5 milliards pour les ménages.

Contrairement aux entreprises, les particuliers n’auront pas, loin de là, retrouvé le niveau de prélèvement du début du quinquennat. La fiscalité pour les ménages a augmenté de 18 milliards d’euros dans les trois précédents projets de loi de Finances pour 2013 à 2015. Et l’impôt est plus concentré, puisque la part des foyers imposables devrait retomber à 46 %.

Niveau élevé du taux de prélèvements obligatoires

En outre, les prélèvements globaux sur les ménages ne baisseront pas en 2016, car de nombreuses mesures des années passées montent encore en charge. C’est le cas de la taxe carbone ou de l’augmentation de la contribution au service public de l’électricité (CSPE). Et la hausse des cotisations retraite continuera à peser sur les entreprises et les salariés en 2016. Au total, le taux de prélèvements obligatoires se maintiendra ainsi à un niveau élevé de 44,5 % du PIB 2016 (– 0,1 point).

Bercy se serait bien passé, enfin, de la polémique liée à la surtaxe sur le foncier non bâti , qui s’est traduit par une explosion de la taxe foncière pour certains propriétaires. Un symbole qui a suffi à ternir le tableau de «  pause fiscale  » qu’a voulu soigner mercredi l’exécutif.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Pourquoi la CGT considère les salaires comme une priorité de la rentrée sociale ?

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
RTT : En Suède, on expérimente la journée de 6 heures sans perte de salaire

Trente heures en 5 jours, sans perte de salaire, c'est possible !

Source : Terrafemina.com

Trente heures: C'est désormais le nombre d'heures hebdomadaires qu'auront à travailler les fonctionnaires de Göteborg, à l'est de la Suède.

Déjà championne – tout comme le Danemark – de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, la Suède n'est pas frileuse en matière de décision radicale pour améliorer le quotidien de ses travailleurs.

Alors qu'en France, les gouvernements et les hommes politiques  — ceux qui sont au service des actionnaires et des plus riches —, s'écharpent sur la viabilité des 35 heures, la ville de Göteborg ne s'est pas posée la question a mis en place en 2014 la journée de six heures dans le secteur public et ce, sans baisse de salaire:

  • pour augmenter la productivité de ses fonctionnaires et garantir leur bien-être,
  • mais aussi pour limiter les coûts !
Moins de stress, plus de temps libre

L'expérience s'avère plutôt concluante.

Interrogées par le Guardian , des infirmières passées à la semaine de 30 heures en février dernier sont très enthousiastes. "J'avais l'habitude d'être épuisée tout le temps, quand je rentrais du travail je m'écroulais sur le canapé, raconte Lise-Lotte Pettersson, qui travaille à la maison de soins de Svartedalens, à Göteborg. Mais plus maintenant. Je suis beaucoup plus alerte : j'ai gagné en énergie dans mon travail, mais aussi pour ma vie de famille."

Même constat à l'hôpital universitaire de Sahlgrenska, où chirurgiens orthopédiques font désormais des journées de six heures pour leur bien-être... et celui de leurs patients, la qualité des soins étant bien meilleure depuis que les travailleurs travaillent trente heures par semaine.

"Depuis les années 1990, nous avons davantage de travail et moins de personnel - nous ne pouvons pas faire plus", explique Ann-Charlotte Dahlbom Larsson, chef de soins aux personnes âgées à la maison de soins de Svartedalens. "Il y a beaucoup de maladies et la dépression au sein du personnel dans le secteur des soins sont causés par l'épuisement. Le manque d'équilibre entre le travail et la vie personnelle n'est bon pour personne."

Non seulement bénéfique pour la santé, la journée de six heures a aussi permis de créer des emplois : à Svartedalens, 14 personnes supplémentaires ont été embauchées pour pallier aux journées de travail plus courtes.

Les effets positifs sont tels que le secteur privé s'est aussi mis à la journée de six heures. Dans l'usine Toyota de Göteborg, cela fait treize ans que les salariés – mécaniciens et employés de bureau – l'expérimentent. Et ce, pour leur plus grande satisfaction. "C'est merveilleux de terminer sa journée à midi, commente Sandra Andersson, 25 ans, qui a rejoint Toyota en 2008. Avant d'avoir une famille, je pouvais aller à la plage après le travail. Maintenant, je peux passer l'après-midi avec mon bébé."

Un modèle difficilement exportable ?

Les habitants de Göteborg ont-ils, en réduisant leur temps de travail hebdomadaire, trouvé la solution pour rester en meilleure santé et être plus productif au travail ?

C'est ce qu'avance Roland Paulsen, chercheur en administration des affaires à l'Université de Lund.

Interrogé par le Guardian, il explique que réduire les heures de travail va de pair avec une augmentation progressive de la productivité des travailleurs ces quarante dernières années.

"Pendant longtemps, les politiciens ont été en compétition pour nous dire que nous devions créer davantage d'emplois avec de plus longues heures. Le travail était devenu une fin en soi. Mais la productivité des salariés a doublé depuis les années 1970 donc, techniquement, nous avons le même potentiel que si nous que pour une journée où nous travaillerions quatre heures. Reste désormais à savoir comment ces gains de productivité vont être distribués."

À l'heure où le "modèle scandinave" est érigé en exemple par de nombreux personnages politiques, le modèle de Göteborg devrait faire réfléchir. D'autant que, selon les chiffres d'Eurostat et de l'OCDE, la France est championne de la productivité devant l'Allemagne et le Royaume-Uni, avec un taux de 125,5.

Lorsque Phlippe Martinez affirme qu'une réduction du temps de travail est incontournable en France pour créer des emplois estimant que parler d'un passage aux 32 heures ne serait "pas une absurdité", il est réaliste.

Alors, le 8 octobre, soyons dans l'action pour l'augmentation des salaires et la réduction du temps de travail !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog