SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La CGT Compiègne prépare la journée nationale du mardi 14 juin.

La CGT vous invite à prendre contact avec les élus CGT de l'usine pour vous inscrire.

 

Ensemble toutes et tous dans l'action !

Pour un retrait de la Loi Travail digne du 19ème siècle

Pour un véritable Code du Travail du 21ème siècle

Et pour ceux qui n'ont pas encore compris, voici un Rappel : personne n'y échappera !

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La CGT n’a pas apprécié la sortie de Pierre Gattaz, qui a qualifié lundi les syndicats de « minorités qui se comportent un peu comme des (…) terroristes ».

Ce mardi, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez a annoncé que la confédération « a décidé de porter plainte pour diffamation » contre le président du Medef.

« C’est un appel à l’insurrection contre la CGT, en tout cas à des violences contre la CGT », a estimé Philippe Martinez lors d’un déplacement à Fougères (Ille-et-Vilaine).

Pierre Gattaz exprime le « ras-le-bol » des dirigeants d’entreprise

Le patron des patrons s’était risqué à cette comparaison dans une interview publiée par Le Mondece lundi.

Deux mois et demi après le début de la contestation de la loi Travail, Pierre Gattaz avait exprimé le « ras-le-bol » des dirigeants d’entreprise et fustige la CGT qui, selon lui, « dérive », « se radicalise », « se politise ».

« Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage », avait-il affirmé.

La charge de Gattaz provoque l’ire de la CGT

Critiquant l’attitude de la CGT dans le conflit contre la loi Travail, Pierre Gattaz a estimé que « faire respecter l’Etat de droit, c’est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes, ne bloquent pas tout le pays ».

« Parler de "terroristes", dans un pays qui a connu des vrais actes terroristes, ce sont des propos indignes et scandaleux du patron des patrons ! », s’est emporté Eric Aubin, négociateur CGT pour l’assurance-chômage, à son arrivée au siège du Medef.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Dignité et continuité d'un parcours de lutte :

Refus de recevoir de ceux qui attaquent les conquêtes de la Libération par fidélité à ses convictions, à la lutte syndicale et pour la paix.

BRAVO !

Une rescapée du massacre d'Oradour sur Glane refuse d'être honorée par Manuel Valls

Camille Senon, l'une des dernières rescapées du massacre d'Oradour sur Glane, vient de refuser la proposition du premier ministre de l'élever au rang de commandeur de l'ordre national du mérite. Opposée à la loi travail elle ne veut surtout pas trahir les convictions de toute une vie.

A 93 ans , Camille Senon, garde un caractère bien trempé. C'est le 18 mai dernier qu'elle a reçu un courrier de Matignon l'informant qu'elle allait être nommée commandeur de l'ordre national du mérite,  mais c'était sans compter sur son passé de syndicaliste et qui plus est à la CGT. Pour Camille Senon qui suit l'actualité au jour le jour et qui soutient les opposants à la loi El komri, "pas question d'accepter une décoration venant d'un gouvernement qui ne respecte pas les salariés" explique t-elle.

"Je veux rester fidèle à mes convictions"

Moins de 48 heures après avoir reçu la proposition de Manuel Valls, Camille Senon lui a adressé un courrier pour expliquer son refus d'être élevée au rang de commandeur de l'ordre du mérite . Elle explique avoir toujours milité pour plus de justice, de fraternité et de paix et que le contexte actuel déclenché par le gouvernement, estime Camille Senon  ne va pas dans ce sens. "Accepter d'être décorée ce serait renier les engagements de toute ma vie ". Lors des dernières élections municipales à Limoges Camille Senon s'était présentée sur la liste du Front de gauche.

J'ai consacré ma vie à lutter en faveur de la paix 

"Le massacre d'Oradour sur Glane je vis avec depuis 72 ans" explique aussi Camille Senon qui témoigne auprès des jeunes depuis des décennies pour qu'on n'oublie pas ce qui s'est passé ce 10 juin 1944 dans ce village de la Haute Vienne où 642 personnes ont été tuées par la division SS Das Reich. Ce jour là  Camille Senon était dans le tramway la ramenant de Limoges à Oradour sur Glane,  lorsqu'elle a vu les flammes dans le village. Elle faisait  partie de la vingtaine de passagers qui ont échappé  au massacre . Et " tout ce que j'ai fait depuis c'est pour le devoir de mémoire, ce n'est pas pour des décorations " conclut aujourd'hui Camille Senon.

Source : France Bleu

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Face à la détermination des travailleurs, partout c'est à la police et à la justice de classe qu'il est fait appel ou Valls sur les traces du socialiste Jules Moch!

La déléguée CGT d'Amazon de Montélimar devant le tribunal de grande instance de Valence, ce lundi matin. Elle est assignée en référé par l'entreprise pour le blocage du site. Depuis mercredi dernier, plus aucun camion ne rentre ni ne sort de la plate-forme.

Sixième jour de blocage du site Amazon de Montélimar, ce lundi. Depuis mercredi dernier, plus aucun camion n'entre ni ne sort de la plate-forme. La CGT et certains salariés sont en grève. Ils demandent des augmentations de salaires dans le cadre des négociations annuelles : 1%, contre les 0,5 proposés par la direction.

Les grévistes ont été rejoints par des militants de Nuit Debout et d'autres opposants à la loi travail. Apparemment ce sont eux qui bloquent le site. Amazon ne sait plus comment faire. Alors l'entreprise a assigné la déléguée CGT de Montélimar devant le tribunal de grande instance de Valence.

Une assignation en référé pour "entrave à la liberté du travail"

Une procédure pour "entrave à la liberté du travail". En fait, Amazon reproche a cette syndicaliste d'être à l'origine du blocage des camions, et donc d'empêcher les salariés non grévistes de travailler. Un accusation un peu faible pour l'avocate de la déléguée CGT. "Cette dame ne maîtrise pas le collectif Nuit Debout", explique maître Valérie Maillau. "Elle ne maîtrise pas les salariés qui sont là et qui ne sont pas d'Amazon. Elle est exposée comme un dirigeant du mouvement, ce qui n'est absolument pas établi."

De son côté, Amazon se défend d'avoir voulu attaquer cette salariée parce qu'elle est de la CGT. "C'est juste pour les besoins de la procédure", dit l'entreprise. Un huissier est venu sur le site de Montélimar la semaine dernière pour constater le blocage. Et la déléguée CGT était présente à ce moment là. "Pour l'instant c'est notre seul moyen d'action", explique Ronan Bolé, directeur des opérations France chez Amazon. "On est sur une voie privée et c'est le seul moyen qui nous a été donné pour faire évacuer le site et pouvoir redonner du travail aux 700 salariés."

La décision du tribunal de grande instance sera rendu ce soir à 17 heures. S'il donne raison à Amazon, l'entreprise espère l'intervention des forces de l'ordre pour débloquer le site.

Source : France Bleu

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La mobilisation contre le projet de loi travail rassemble toujours plus de salariés et s’enracine durablement.

Avec près de 300 000 manifestants mobilisés partout en France, dans les grandes villes comme dans les localités, le mouvement prend une ampleur inégalée. A ce chiffre il faut additionner les milliers de salariés sur les barrages et de grévistes qui occupent leur entreprise pour des revendications de progrès social.

Dans certains départements des barrages filtrants se sont même transformés en manifestation devant l’afflux de salariés venus exprimer leur colère. L’appel de la CGT de voir le mouvement s’élargir et se durcir a donc été entendu.

La violence des propos tenus par le gouvernement à l’égard du mouvement social, et son entêtement à ne pas retirer le projet de loi renforce la détermination des salariés déjà engagés depuis plusieurs semaines. Aujourd’hui ils ont été rejoints par des milliers de nouveaux salariés d’entreprises de toute taille et de secteurs professionnels très divers comme par exemple :

Dans l’agroalimentaire avec l’entreprise VICO en Picardie ou encore la boulangerie industrielle Château Blanc dans le Nord Pas de Calais, dans la métallurgie avec Arccelor Mital à Dunkerque ou Iveco à Annonay, dans la chimie chez Michelin, même la plateforme Amazon à Douai a été bloquée par un mouvement de grève CGT/CFDT.

Sans compter bien sur les salariés des secteurs qui ont décidés de reconduire la grève comme dans les raffineries, les centrales nucléaires, les ports ou d’amplifier comme chez les cheminots ou à la RATP.

Non Monsieur Valls, ce n’est pas une minorité qui s’oppose à la casse du code du travail mais il s’agit bien d’un rejet massif du projet de loi qui s’étend partout dans le pays à l’image des 70% de français qui en demande le retrait et qui aspirent à de meilleures garanties au travail.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
La mobilisation se poursuit et s’amplifie
Loi Travail : un nouvel élan avec plus de salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi, retraités dans l’action

La mobilisation contre le projet de loi travail s’amplifie et s’enracine durablement pour le retrait du projet de loi et l’obtention de nouveaux droits.

La détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et retraité-es est sans faille, comme le démontrent le nombre de manifestants ce jour et le nombre d’initiatives dans les entreprises, les sites industriels, les zones commerciales.

La violence des propos tenus par le gouvernement, le mépris à l’égard du mouvement social et son entêtement à ne pas retirer le projet de loi renforce cette détermination.

Les organisations réaffirment les termes de leur courrier commun envoyé le 20 mai au Président Hollande dans lequel elles demandaient à être reçues. Alors que celui-ci dit faire du dialogue social sa méthode de gouvernement, les organisations attendent toujours la réponse à leur courrier.

La mobilisation des salarié-es, jeunes et privé-es d’emploi est aujourd’hui majoritaire, l’opinion publique reste massivement défavorable au texte de loi et l’unité des organisations syndicales engagées, représentant du front large et résolu, reste intacte.

Des milliers de nouveaux salarié-es d’entreprises des plus petites au plus grandes, de tous secteurs professionnels sont entrés dans la mobilisation. De nombreux secteurs professionnels restent engagés, souvent dans un mouvement de grève reconductible, comme dans les raffineries, les centrales nucléaires, les ports, les cheminots, la RATP, les transports, etc.

Les organisations appellent à poursuivre et amplifier les mobilisations :

· En multipliant et en soutenant les actions décidées par les salarié-es en assemblées générales, y compris reconductibles, dès ce soir.

· En travaillant à des temps forts de convergence de luttes interprofessionnelles par la grève et les manifestations dans les prochains jours, sur tout le territoire et dans les professions.

Chaque jour doit être un nouvel élan dans la mobilisation.

· En déployant dès le début de la semaine prochaine la votation citoyenne décidée en intersyndicale dans les entreprises, les administrations et les lieux d’études.

Cette votation sera remise au président de la République lors d’un nouveau temps fort dans la deuxième quinzaine de juin.
· En créant les conditions de la réussite d’une puissante manifestation nationale le 14 juin à Paris,

Elles se retrouveront de nouveau pour assurer l’organisation et la réussite des mobilisations et initiatives.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Pas d'essoufflement pour les 1000 manifestants du compiègnois pour le retrait de la loi travail.
Après 4 km de marche, pause d'une bonne heure sur le rond-point carrefour de mercière et retour vers le centre ville.

Préparation pour la grande mobilisation du mardi 14 juin à Paris et peut être une autre manifestation attend les Isariens ! . . .

On lâche rien.

Fraternellement
La CGT Compiègne

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Visiteurs

468792

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog