SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

C'est un déferlement unanime contre les déclarations de Ségolène Royal à Cuba.

De la droite aux verts, de l'extrême droite au centre.

De Cohn-Bendit à Marion Maréchal Lepen, de Bayrou à Cioti.

Sans faire la moindre place à un autre avis contre cette véritable entreprise de désinformation à l'encontre du peuple cubain et de fidel Castro.

Sans un mot pour le blocus de plus de 50 ans et ses effets dévastateurs sur la population!

Sans un mot sur les centaines d'attentats d'origine US.

Sans un mot sur les centaines de tentatives d'assassinats de Fidel lui-même.

Sans un mot sur le bagne lieu de torture extra-judiciaire que constitue Guantanamo qu'ils avaient juré promis de fermer! Un territoire cubain occupé de surcroît de manière totalement illégale!

Sans pouvoir expliquer comment celui qui est censé avoir opprimé son peuple, à l'occasion de son décès est l'objet d'un immense et exceptionnel hommage.

Que nos dirigeants nabots seraient bien incapables de susciter!

Sans ...

Preuve que les grands médias de masse appartiennent TOUS à l'oligarchie et que le service public est coulé dans le même moule.

Ils peuvent dénoncer sans vergogne le manque de liberté d'expression à Cuba!

Nous revenons sur ce qui vient de se passer à l'occasion du décès du grand dirigeant révolutionnaire que fut Castro parce-que le feu roulant idéologique qui en est résulté dans notre pays est l'expression de la volonté des classes dirigeantes de s'opposer par tous les moyens à tout changement réel qui mettrait en cause leurs privilèges.

Dans la crise actuelle qui discrédite leur politique qui provoque chez de nombreux peuples la colère et le rejet de leurs représentants politiques, et cela jusque dans leur Union européenne, il leur faut tuer toute aspiration et tout espoir d'une véritable alternative politique en faveur des travailleurs, de leurs revendications et de leurs aspirations!

il leur faut impérativement disqualifier tout exemple des succès d'un peuple qui a choisit de manière indépendante des grandes puissances impériales une voie originale de développement.

Afin de tuer toute idée de la possibilité même d'une alternative à leur système d'exploitation et de domination!

La résistance populaire contre les effets de la politique mise oeuvre par le gouvernement socialiste qui a ouvert la voie aux surenchères de casse sociale de la droite et de Fillon est indispensable.

En même temps le mouvement syndical, la CGT doivent engager le combat contre les idées diffusées massivement dont le rôle est de légitimer les politiques d'austérité et de régression sociale.

Fillon considère qu'il peut enfin oser proclamer ses intentions d'engager une blitzkrieg contre les 35 heures, contre la sécu, contre toutes garanties et protection du droit du travail, ... PARCE QU'IL CONSIDERE AVOIR GAGNE LA BATAILLE IDEOLOGIQUE.

Faisons le donc mentir en menant de concert la résistance sociale et la bataille des idées!

______________

Ce que Ségolène Royal a déclaré à Cuba :

« C’est un monument de l’histoire, d’abord, Fidel Castro » et « c’est le symbole d’une amitié très profonde entre Cuba et la France »

« Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin. Ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la terreur qu’il y a eue pendant la Révolution française »

« Ecoutez, il y a beaucoup de désinformation, ce que j’observe c’est que jamais les relations diplomatiques n’ont été coupées avec Cuba, y compris de la part de certains responsables politiques qui me critiquent, qui critiquent la France, jamais » « Il y a toujours du positif et du négatif dans les histoires, mais certains ne vont pas se rhabiller à bon compte au nom des droits de l’homme alors qu’on sait qu’ici, quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n’en a pas. Eh bien fournissez-moi des listes de prisonniers politiques, à ce moment-là on pourra faire quelque chose ».

« Donc il faut savoir regarder les choses positivement même si ça dérange ».

« La France n’a pas à donner de leçon » à Cuba. « Je sais que ça dérange parce que justement voilà un pays insulaire qui protège son patrimoine, qui interdit les prédateurs, qui a réussi aussi à faire en sorte qu’il y ait une propreté, une sécurité vraiment remarquables, que l’on n’atteint pas dans beaucoup de pays qui donnent aujourd’hui des leçons de droits de l’Homme ».

Par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Hollande et Sarkozy à terre, voici que s'annoncent leurs premiers ministres Fillon, Valls, sans oublier Le Pen ou Macron… avec Fillon et Le Pen se rêvant tous les deux au deuxième tour des présidentielles.

 Face au « blitzkrieg » annoncé : Résistance populaire !!!

 Si Le Pen essaie toujours tromper les masses en se faisant passer pour la candidate des petites gens, cette héritière fortunée, anti-cégétiste de choc, a pour fonction de diviser les salariés au nom de la « race » ou de la religion (alors que tous ont le même intérêt face aux exploiteurs) pour écraser le mouvement ouvrier ! Son amitié revendiquée avec D. Trump devrait d'ailleurs vacciner les travailleurs prêts à céder à son message faussement anti-système et anti-UE : à peine élu, le milliardaire Trump s’empresse comme il était prévisible de nommer aux futurs postes de responsabilité tout ce que Wall Street compte de banquiers tout aussi milliardaires, féroces et véreux pendant que les milieux d'affaire exultent…

« Antisystème », François Fillon s'en est revendiqué aussi, lui le premier ministre de Sarkozy et qui fut ministre dès 1993 et sans interruption après 2002...

Fillon est le favori du Medef, du Cac 40 et de la droite la plus réactionnaire, revendiquant sa proximité avec les ultras catholiques de la « manif pour tous », comme en témoignent aussi ses scores aux « primaires » dans les beaux-quartiers de Neuilly ou Versailles.

Son programme : suivre la voie de Thatcher, grande amie de Pinochet et du régime de l’apartheid, en mêlant réaction ultra-conservatrice et thérapie de choc voulue par l'UE et par la BCE : retraite à 65 ans et casse de tous les régimes spéciaux, fin des 35 heures et durée maximum du travail à… 48h, fin du code du travail remplacé par la « négociation » en entreprise, totale liberté de licencier, réduction des droits des représentants du personnel, baisse des indemnisations chômage, baisse des impôts sur le capital et des « charges » sur les entreprises, suppressions de l'impôt sur la Fortune, enseignement professionnel livré au patronat, casse de la Fonction Publique, de l'Education Nationale et suppression de 500000 fonctionnaires, baisse voire fin du SMIC, privatisation de la Sécu, augmentation de la TVA, coupe de 100 milliards dans les budgets sociaux, approfondissement de l'Ue par un gouvernement économique de la zone euro et une Europe agressive de la défense...  !

Au final, une baisse massive du pouvoir d’achat de la classe des travailleurs salariés, des secteurs entiers du salariat condamnés à la tiers-mondisation accélérée, des petits artisans, commerçants ou paysans étranglés à leur tour par la ruine populaire. Comme c'est le cas en Grèce ! Et tout cela au profit des monopoles capitalistes gavés de profits milliards liés à la surexploitation et de centaines de milliards de subventions publiques !

Le tout dans une ambiance de réaction sur la ligne des ultra-catholiques de droite et dans un climat de guerre sociale contre les pauvres : comme l'expliquait tranquillement Fillon devant un parterre de patrons s'étranglant de plaisir en buvant du champagne, il s'agit de faire une guerre-éclair, un « blitzkrieg » (pour reprendre son terme emprunté aux… nazis) à coups d’ordonnances et de gouvernement d'exception contre tous les acquis sociaux et démocratiques arrachés par les luttes populaires, ceux de 1945, 1936, 1905 et 1789…

Face au danger grave et imminent de réaction versaillaise, les classes populaires ne pourront pas compter sur Valls ni sur le banquier Macron pour se défendre : ils ont préparé et ouvert la voie à la situation actuelle et ils partagent les mêmes engagements et amitiés patronales.

Il faudra bien sûr étudier durant la campagne les positions des candidats se réclamant du monde du travail.

Mais pour l'heure, les travailleurs doivent compter avant tout sur leurs propres forces pour déjouer les pronostics cauchemardesques des instituts de sondages et des médias aux ordres des puissants.

Les nombreuses manifestations et la bataille du printemps contre la loi travail, les grèves en cours dans de nombreux secteurs et entreprises contre les régressions et la répression anti-syndicale ainsi que les positions de luttes de nombreuses bases CGT, permettent de créer une force qui aurait le pouvoir de mettre la campagne électorale sous pression et le cauchemar annoncé en déroute.

 LA LUTTE TOUS ENSEMBLE, la construction DES CONVERGENCES,

c’est la seule façon de les faire reculer et de gagner.

LA RUE, LE TOUS ENSEMBLE, LA COORDINATION DE NOS LUTTES, le syndicalisme de classe et de masse,

ont toujours été la clé de la victoire

 LA CLASSE OUVRIÈRE N’EST PAS MORTE, la France de la Commune, du Front populaire, de la Résistance, de mai 68, ne sont pas mortes . NOUS ALLONS LE PROUVER aux revenants de Versailles et de Vichy !

PAR FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Les Néerlandais passent de moins en moins de temps au travail... et leurs employeurs ne s'en plaignent même pas ! Explications.

« Travailler pour vivre et non vivre pour travailler »… Aux Pays-Bas, cette façon de voir est en train de bouleverser les vieilles habitudes. Un Néerlandais sur deux est déjà passé au temps partiel… et le pays tient toujours debout ! Lumière sur un phénomène inspirant.

Aux Pays-Bas, la durée moyenne de travail est désormais de 29 heures par semaine (contre 36 en France). De plus en plus de gens font en effet le choix de consacrer moins de temps à leur job et davantage à leur vie familiale et privée.

travailler-moins-vivre-plus-temps-partiel-pays-bas-une

Source : France Info

Est-ce que les entreprises s’en plaignent ? Non. Apparemment, les salariés à temps partiel seraient plus dévoués et concentrés à leur tâche que les autres. Est-ce que le pays s’en plaint ? Non-plus : le taux de chômage n’est que de 5,8% (contre 10% par chez nous).

Ça fait envie, vous ne trouvez pas ?

Très souvent, les hommes politiques français (de droite ou de gauche) citent l’Allemagne et la Grande-Bretagne comme étant des exemples à suivre. Qui sait, peut-être pourrions-nous aussi regarder ce qui se passe aux Pays-Bas…

Quoi qu’il en soit, voici qui élargit le spectre de notre réflexion… et pourrait donner des idées à chacun.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le Groupe Charles André réclamait 307.000 euros aux syndicats : il a été débouté
 

Le 29 novembre 2016, le Groupe Charles André, un des principaux transporteurs français, qui demandait 307.000 euros de dommages et intérêts aux syndicats à l’origine de blocages routiers en 2015, a été débouté en justice.

Voici le communiqué du 1er décembre 2016 de la CGT Transports et de FO/UNCP :

Durant l’année 2015, les Organisations Syndicales des salariés du Transport CGT, FO/UNCP, ont à plusieurs reprises manifesté leur mécontentement sur les propositions indécentes d’augmentation de salaire de la partie patronale. Le lieu de travail et d’exploitation des salariés du transport étant la route, c’est tout naturellement que les OS ont appelé à en faire la liberté d’expression des forçats de la route. Cela s’est traduit par des barrages filtrants, des opérations escargot ainsi que sur les péages autoroutiers.

Notre surprise fût grande quand nous avons appris que le Groupe Charles André accompagné de 6 autres sociétés de transport (du même groupe) avaient assigné nos OS CGT, FO/UNCP, devant le TGI de Paris en réclamant pas moins de 307 000 € de dommages et intérêts pour avoir simplement user sans en abuser d’un droit fondamental et constitutionnellement proclamé : le droit de grève et son corollaire, la liberté d’expression.

Nous, Organisations Syndicales CGT, FO/UNCP, des salariés du Transport n’avons fait que notre devoir : celui de défendre les intérêts collectifs de la profession et faire en sorte que le dialogue reprenne pour les Négociations Annuelles Obligatoires 2015 dans le Transport Routier de Marchandises.

Le Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu son délibéré le mercredi 30 novembre : la requête et l’action judiciaire du groupe GCA + 6 a été reconnue comme étant abusive. Victoire sur toute la ligne pour les OS puisque le TGI de Paris a rejeté l’intégralité des demandes de GCA + 6 et par là même a reconnu la licéité des mouvements de grève de 2015 qui peut-être pourraient se reproduire tant sur le congé de fin d’activité que sur les salaires au vu des premières propositions patronales.

En déboutant ainsi en totalité le groupe CGA + 6 de toutes leurs demandes, le juge a ainsi rappelé que le droit de grève est un droit fondamental qui ne peut souffrir d’aucune atteinte.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Schneider: la justice donne raison à la CGT

Archives Philippe Messelet

La fin d'un très long feuilleton judiciaire. 

Ça ressemble à l’épilogue d’une longue bataille syndicale - et politique - démarrée voici six ans. Mais pour la CGT, c’est presque le premier jour du reste du combat. Au terme d’un long feuilleton juridique parsemé de grèves et de coups de gueule tous azimuts, Schneider Electric vient de perdre en cassation.

 

Le plan social d’entreprise (PSE) mené dans le sillon de la fermeture du site de Merpins et le rapatriement des salariés vers Angoulême, courant 2012, a été annulé. La juridiction suprême confirme un arrêt de la cour d’appel de Versailles de 2014, jugeant que "les mesures du PSE sont insuffisantes tant au regard des moyens du groupe que de leur précision et de leur pertinence, et qu’il convient d’accueillir la demande de la CGT, tendant à l’annulation de ce plan", recopie le syndicat dans un communiqué daté d’hier jeudi.

Pour l’organisation, qui ne regrette pas d’être allée jusqu’au bout même si elle "aurait préféré une plus forte mobilisation des salariés en 2010" plutôt que ces longs moments dans les tribunaux, "cette victoire n’est pas une victoire à la Pyrrhus". La CGT "étudie actuellement, avec ses avocats, toutes les possibilités qui seront offertes aux salariés floués afin qu’ils saisissent individuellement ou collectivement la juridiction compétente pour demander réparation des préjudices qu’ils ont subis".

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

PAR CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Manipulations de haut vol à la tête de Veolia Eau

Mediapart lève le voile sur une invraisemblable manipulation financière orchestrée par deux cadres dirigeants de Veolia Eau. Ces derniers ont créé une société au Luxembourg à qui Veolia a confié la gestion des factures impayées, avec pour objectif de revendre cette société pour 200 millions d’euros.

La machination était censée ne jamais venir au grand jour. Comment imaginer un tel dévoiement au sein de Veolia ? Alors que le groupe a supprimé plusieurs milliers d’emplois dans l’activité Eau au cours des quatre dernières années, et lancé un programme d’économies de plus de 600 millions d’euros, deux des plus hauts responsables de l’activité de la branche Eau travaillaient surtout à leur enrichissement, en utilisant les moyens financiers, les clients, la réputation du groupe pour leur seul profit personnel.

Dans la plus grande discrétion, ces dirigeants sont devenus actionnaires, avec une poignée d’acolytes, d’une toute petite structure basée au Luxembourg, Olky Payment Service Provider. Une société qu’ils venaient justement de choisir pour lui confier un énorme contrat : le traitement de tous les paiements des factures d’eau des abonnés de Veolia en France ! (...)

Pendant ce temps, les deux dirigeants de la branche Eau avaient tout mis en place pour engranger les bénéfices. Avec l’espoir de faire une culbute encore plus grande dans un délai assez bref. Car le but était de revendre l’ensemble de la société au groupe, ou à d’autres, le plus rapidement possible. Le prix de revente avait déjà été fixé entre les différents actionnaires : 200 millions d’euros minimum !

Lire l’intégralité de l’enquête sur le site de Mediapart (abonnement)

Cette enquête de Martine Orange revient sur les détails de l’affaire et les personnalités impliquées. Suite à ces révélations, la direction de Veolia a annoncé une enquête interne et son intention de porter plainte contre X.

Alain Franchi, mis à la tête de Veolia Eau France pour mener des coupes brutales dans les effectifs, impliqué dans l’affaire, quittera l’entreprise à la fin de l’année.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

 

Communiqué : AIRBUS

Un plan de suppression d’emplois sur mesure pour les profits des actionnaires!

 

L’UD CGT des Hauts de Seine dénonce le plan de suppressions d’emplois annoncé par la direction d’Airbus le 30 novembre 2016 dans le cadre de la fusion entre Airbus et Airbus group. 1164 emplois seront en effet supprimés en Europe dont 640 en France.  Le site historique de Suresnes spécialisé dans la recherche et développement devrait purement et simplement fermer d’ici 2018 !

Avec à la clé 308 emplois détruits et 150 autres transférés à Toulouse! La direction envisage même de recourir à des licenciements secs si les « objectifs ne sont pas remplis » à l’issue du plan de départ volontaires !

Absolument rien ne justifie ce plan de suppression d’emplois si ce n’est que de gaver toujours plus les actionnaires ! Rien ne justifie non plus le déménagement des services centraux à Toulouse, alors que de nombreux groupes industriels de pointe sont en région parisienne (Safran, Thalès…).

Il s’agit pour Airbus de générer 315 millions d’économies sur le dos des salariés alors que la situation financière de l’entreprise n’est on ne plus excellente et que le groupe est compétitif !

  • Le carnet de commandes est rempli pour environ 15 ans soit 1005 milliards d’euros
  • La trésorerie s’élève à 10 milliards d’euros après avoir distribué plusieurs milliards aux actionnaires
  • Le résultat net en 2015 est de 2,7 milliards

Pour le délégué CGT Airbus à Suresnes « si nous n’étions pas compétitifs, nous n’aurions pas autant de commandes ! »

D’ailleurs le groupe n’a pas voulu dévoiler les sommes qu’il reçoit au titre du CICE (Crédit d’Impôt compétitivité emploi) censé servir à préserver l’emploi industriel !

Sans compter la manne du CIR (Crédit Impôt Recherche) dont Airbus est l’un des plus gros bénéficiaire et qui doit favoriser les dépenses de recherche et développement et l’emploi de chercheurs. Les régions ne sont pas en reste car elles mettent à disposition de l’entreprise des locaux dans le cadre des pôles de compétitivité.

Tom Enders le PDG d’Airbus a dans le même temps perçu la modique somme de 33 millions d’euros en 2015 et dispose de 17 millions de retraite chapeau ! Et c’est le même qui a pour objectif de « réduire la bureaucratie » et « accélérer le processus de décision » en taillant dans les services administratifs (paie, compta, approvisionnement…) ! Aux salariés de se serrer la ceinture et même de perdre leur emploi !

Les dirigeants d’Airbus au contraire sacrifient l’avenir de l’entreprise, cassent les savoirs-faires dans le but d’accroitre les profits des actionnaires et compromettent la stratégie de développement à long terme. Ils invoquent hypocritement la concurrence de Boeing et de futurs constructeurs chinois pour saigner l’emploi.

Au contraire, Airbus avec tous les soutiens financiers de l’Etat français dont il bénéficie devrait investir dans des programmes innovants qui lui permettront de rester la référence en matière d’aéronautique mondiale.

C’est bien le coût du capital qui plombe Airbus et non les emplois et les salaires !

C’est pour toutes ces raisons que l’UD CGT 92 refuse ce plan de suppressions d’emplois, exige des investissements de pointe dans des projets d’avenir et des emplois. L’Etat actionnaire encore à 11% d’Airbus doit jouer son rôle et empêcher ce plan néfaste.

Enfin pour l’UD CGT 92, Airbus doit passer en totalité sous contrôle public. Car seul le statut d’entreprise publique est à même de garantir l’avenir industriel du pays et l’emploi dans les secteurs de haute technologie.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog