SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Le 3 mai 2018, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de France Bleu pour l’émission 13h en France. Il a dénoncé les propos d’Emmanuel Macron qui accuse à demi-mot la France insoumise d’être responsable des violences commises le 1er mai à Paris. Il a rappelé que la France insoumise avait eu elle-même à souffrir des agissements des « black bloc » le 23 septembre 2017 et a dénoncé un président qui « ne supporte pas l’opposition ». Il a expliqué que la société était elle-même violente : morts au travail, suicides de paysans, morts de la rue… autant de sujets dont on parle rarement. Jean-Luc Mélenchon a ensuite répondu aux questions des auditeurs sur plusieurs sujets : les entreprises, la SNCF, le service public et la ville de Marseille notamment.

PAR EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Boulevard de l'Hôpital à Paris le 1er mai 2018 après le passage des "casseurs", sur le mur, l'emblème communiste, peint à la hâte, comme pour entretenir la confusion ... (photo : el diablo)

Boulevard de l'Hôpital à Paris le 1er mai 2018 après le passage des "casseurs", sur le mur, l'emblème communiste, peint à la hâte, comme pour entretenir la confusion ... (photo : el diablo)

Gilets pare-balles, boucliers tactiques, cocktails à l'acide : l'association UPNI a confié à RT France ses craintes face aux organisations d'ultragauche qui passent les frontières et s'illustrent lors d'affrontements avec les forces de l'ordre.

 

Après la flambée de violence qui a embrasé la manifestation du Premier mai à Paris, l'Union des policiers nationaux indépendants (UPNI) tire le signal d'alarme : «En pleine menace terroriste, on a 1 200 personnes cagoulées qui pénètrent dans la capitale française. Ils sont identifiés et repérés, mais on les laisse faire», alerte un membre du bureau de cette association de gardiens de la paix qui a répondu aux questions de RT France.

 

RT France : Selon les déclarations du syndicat Unsa-Police, les ordres sont venus tardivement pour intervenir à l'encontre des casseurs du Premier mai. Le préfet de police de Paris Michel Delpuech réfute cette thèse et ajoute qu'il fallait protéger «un millier» de «badauds» et de «curieux» qui s'interposaient entre les belligérants et les forces de l'ordre. Accordez-vous du crédit à cette explication ?

 

UPNI : Ce n'est pas du tout crédible. Par ailleurs, les services de renseignements savent très bien qui participe à ces manifestations. Ces individus dangereux laissent également des traces derrière eux. On a de la chance d'avoir si peu de blessés : des cocktails à l'acide ont été retrouvés après l'intervention[…]

 

LA SUITE DE L’ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS :

Les commentaires de Jean Lévy :

Ainsi, prévenu depuis des jours de la présence de groupes violents lors de la manifestation du 1er Mai, information relayée par les médias, plus de 1200 encagoulés ont pu à loisir incendier et briser des magasins, défoncer le macadam et lancer de nombreuses grenades sans être inquiétés !...Et cela plus durant d'une demi-heure sans intervention de la police...Celle-ci, concentrée à distance, n'avait reçu aucun ordre d'intervenir de la part du préfet de police, selon le syndicat UNSA Police. Cette passivité s'expliquerait par la volonté de ne pas confondre casseurs et badauds, répondent les autorités. Mais comment celles-ci ont pu laisser se concentrer en avant de la manifestation syndicale, plus d'un millier d'individus, tous de noir vêtu, sac au dos bien visibles et bien remplis, sans la moindre intervention policière ? Le plan du quartier montre que le pont d'Austerlitz permettait de filtrer la foule précédant le défilé. 

 

Ainsi, en plein Paris, "on" peut casser le bitume et incendier à loisir sans intervention de la police, qui d'une manière générale, n'observe pas une telle délicatesse quand elle en a reçu l'ordre...

 

Résultat : la traditionnelle manif' syndicale du 1er Mai a été clouée au sol par un millier casseurs bien organisés, qui, d'avance, avaient annoncé leur coup. 

 

On peut s'étonner que cette "action d'éclat" soit attribuée à l'ultra-gauche par le pouvoir et ses médias, ceux-ci s'en remettant, sans ciller, à la revendication de leurs auteurs. Il ne suffit pas de barbouiller les murs avec la faucille et le marteau pour garantir la qualité de "communiste" à ces groupes violents. L'incendiaire du Reichstag à Berlin en 1933 avait bien la carte du PC sur lui, alors qu'il n'était que la main des nazis...

 

Car, en définitif, qui a été victime des violences du 1er Mai, si ce n'est le mouvement social porté par la CGT, privé de manifestation ? Et qui peut s'en réjouir d'autres que Macron et son pouvoir engagés dans un bras de fer avec les salariés en lutte ?

 

Jean LÉVY

sur son blog:

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Pour le défense des usagers les plus exposés à la précarité énergétique et pour protester contre le scandaleux bradage au privé envisagé des barrages hydrauliques.

 

SOURCE : France Bleu

 

Opération coup de poing jeudi matin de la CGT Énergie Savoie. Les salariés ont bloqué les compteurs de plus de 300.000 Savoyards sur les heures creuses, empêchant le passage en heures pleines. Le courant est également coupé en gare de Chambéry ce jeudi matin.

PAR FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Comme pour les cheminots, la crainte de l'extension du mouvement, de sa durée leur font fabriquer des mensonges !

SOURCE : La Dépêche du midi

Une dizaine de sites universitaires sont encore touchés par des blocages partout en France.

Tout comme le Mirail, l'université de Rennes-2 est totalement bloquée. Les étudiants rennais, réunis lundi en assemblée générale, ont reconduit le blocage jusqu'à lundi prochain. Ils ont voté à une grande majorité pour l'obtention de leurs examens avec 20/20 à toutes les matières, mesure dont on peut douter qu'elle sera acceptée par l'administration. Une partie du personnel de l'université est aussi mobilisée contre la nouvelle loi sur les modalités d'entrée à la fac. Les enseignants qui devraient étudier les dossiers des lycéens pour la sélection demandent la suspension des commissions d'études des vœux, et donc le blocage total du système Parcoursup.

L'autre faculté complètement à l'arrêt est celle de Nanterre, bloquée depuis deux semaines. Hier, plus de 1000 étudiants réunis en assemblée générale ont voté pour la reconduction du blocage jusqu'à lundi. Les partiels prévus du 16 au 20 avril ont finalement laissé place à des exercices à faire à la maison. En revanche, d'autres épreuves avaient déjà été reportées à cette semaine mais la poursuite du blocage laisse planer la menace d'un nouveau report.

Les étudiants de l'université Paris-8 Saint-Denis ont eux aussi reconduit le blocage partiel du campus jusqu'à la semaine prochaine.

Certains sites des universités de Strasbourg, Limoges et Grenoble sont dans la même situation. À l'université Grenoble-Alpes, les bloqueurs sont revenus lundi, après une évacuation des locaux une semaine auparavant.

À l'université Paul-Valéry de Montpellier, après une réouverture dans le calme lundi matin, la journée d'hier a été plutôt perturbée. Une petite centaine d'étudiants se sont réunis en AG pour tenter de remettre le blocus en place. Cependant, les cours sont déjà finis et seuls les personnels et quelques étudiants en formation continue se rendent à la fac depuis lundi. Selon les forces de l'ordre présentes sur place, les accès à la bibliothèque et aux bâtiments administratifs n'ont pas été bloqués.

PAR FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

C'est une Honte et dans les usines le groupe Unilever demande aux salariés de se serrer la ceinture, d'être toujours plus flexible, plus compétitif et dégrade nos conditions de travail.

Une confirmation de plus, voilà où va notre pognon,

pour Gaver les actionnaires et les gros dirigeants !

C'est Révoltant !!!

 

Les actionnaires ‘not amused’ par la hausse de salaire du CEO d’Unilever
Shutterstock

Hier pas moins d’un actionnaire anglo-saxon sur trois d’Unilever a voté contre le plan de rémunération proposé par la multinationale anglo-néerlandaise. Aujourd’hui c’est au tour des investisseurs de la partie néerlandaise d’émettre leur vote.

Opposition britannique

Unilever avait demandé aux actionnaires de Londres de donner leur feu vert pour une forte hausse de salaire du CEO Paul Polman et de son bras droit financier, le CFO Graeme Pitkethly. « Avec plus de 11 millions d’euros l’an dernier le Néerlandais a déjà empoché des dizaines de pourcents en plus. Dans la nouvelle proposition sa rémunération fixe augmente encore de 5% et le bonus maximum de 23% », écrit le journal néerlandais FD. Le salaire de Polman atteindrait ainsi près de 14 millions d’euros.


Selon la commission de rémunération d’Unilever un salaire plus élevé était souhaitable parce qu’Unilever « diffère d’entreprises comparables au Royaume-Uni et en Europe », rapporte le journal. La hausse de salaire devrait également faciliter la recherche d’un successeur approprié pour Polman. La proposition se heurte toutefois à l’opposition notamment de la British Investment Association (qui représente les grands investisseurs britanniques) et de l’influent cabinet conseil américain ISS (Institutional Shareholder Services). Ce dernier craint que l’augmentation du salaire fixe des dirigeants entraînera également une hausse d’autres rémunérations fixes, et a su ainsi convaincre 35,81% des actionnaires à Londres.

Tous les regards tournés vers Rotterdam

Reste à voir maintenant quelle sera la réaction des actionnaires néerlandais, qui aujourd’hui se réunissent à Rotterdam. Quoi qu’il en soit, « ce genre de résultat est rare », affirme David Tomic de la ‘ Nederlandse Vereniging van Effectenbezitters’ dans le journal FD : « C’est bien la preuve qu’Unilever est allé trop loin dans son plan de rémunération. »


« Le mécontentement anglo-saxon à l’égard d’Unilever suscite également des questions concernant le départ prochain de l’entreprise du Royaume-Uni. En septembre les investisseurs pourront émettre leur vote à ce sujet et si l’assemblée générale londonienne des actionnaires de cette semaine est un signe avant-coureur, Unilever n’est pas encore sorti de l’auberge », conclut le journal.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
NE PARLEZ PAS D'ACQUIS SOCIAUX, MAIS DE CONQUIS SOCIAUX, PARCE QUE LE PATRONAT NE DESARME JAMAIS

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
 

Découvrez Éloge de la grève, une production originale du Média

A l'occasion de la journée internationale des travailleuses et des travailleurs, Le Média vous propose un court-métrage rendant hommage à la lutte. Jean-Pierre Darroussin a eu la gentillesse d'interpréter Éloge de la grève, un texte de Léonard Vincent paru il y a quelques temps sur Le Média Presse.

On vous laisse découvrir cette production.
Partagez la vidéo pour soutenir celles et ceux qui luttent.

                                                          POUR
REGARDER ÉLOGE DE LA GRÈVE

 

CLIQUEZ CI-DESSOUS

https://www.lemediatv.fr/production-originale/eloge-de-la-greve-leonard-vincent-jean-pierre-darroussin/

 

PAR http://canempechepasnicolas.over-blog.com

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
MACRON, le président des riches, va supprimer l'«exit tax» pour les exilés fiscaux

« Je ne veux pas d’"exit tax" » : interrogé par le magazine américain Forbes, Emmanuel Macron a confirmé vouloir supprimer une mesure mise en place par Nicolas Sarkozy en 2011. Cette dernière se voulait pourtant un rempart contre l'évasion fiscale. 

 

Le 1er mai, le magazine économique américain Forbes a publié sur son site une interview avec le président Emmanuel Macron. Alors que l’entretien porte principalement sur les réformes souhaitées par le locataire de l’Elysée, le journaliste a particulièrement insisté sur l’une d’entre elles : la suppression de l’« exit tax ». La mesure, prise durant le mandat de Nicolas Sarkozy, affichait l’objectif de lutter contre l’exil fiscal en taxant les contribuables transférant leur domicile fiscal à l’étranger. Après la suppression de l'ISF, annoncée en début de mandat, Emmanuel Macron se prépare donc à porter un deuxième coup à la fiscalité française [...]

 

LA SUITE DE L’ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS :

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
« CASSEURS » et stratégie : nous ne sommes pas dupes ! [Communiqué de la CGT Ile-de-France]
 

voir également le lien ci-dessous:

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Les médias des milliardaires et ceux du pouvoir prennent leurs désirs et leurs souhaits profonds pour la réalité : ils n'arrêtent pas d'annoncer l'effritement de la grève à la SNCF ... pour être à chaque fois démentis par le forte poursuite du mouvement.

dans la perspective d'une extension du mouvement avec d'importants soutiens internationaux!

********************

INFO reprise du site initiative Communiste

Euro privatisation de la SNCF : pas de trains, les cheminots en grève

les cheminots sont toujours massivement en grève. 1/3, c’est le nombre de cheminots en grève les 28 et 29 avril derniers. Par ailleurs la solidarité s’organise avec près de 1 millions d’euros collectés en ligne pour soutenir les cheminots grévistes. Le PRCF a organisé une collecte et chacun peut se rapprocher des militants du PRCF pour soutenir la grève.

  • TGV : moins de 1 TGV sur deux ( Est 3/5, Ouest 2/5, Nord 1/3, Sud 1/2, intersecteur 1/4)
  • TER : 2 trains sur 5
  • Intercités : 1 trains sur 3
  • Transilien : 1 RER / 2
  • sauf RER C (1/3), RER D (2/5), RER E (1/3) J ( 1/3), N 2/5 R 1/6

Soutien international : le RMT principal syndicat de cheminots britanniques soutient la grève des cheminots, la CES silencieuse avec Macron UE

Les cheminots en grève rechercheront en vain un quelconque message de soutien de la CES, la confédération européenne des syndicats, réformiste et soutien de la Cmmission Européenne, à laquelle sont pourtant affiliés les confédérations syndicales telles que FO ou la CGT. Et pour cause puisque la CES accompagne et de fait soutien la construction européenne et les directives prises par l’Union Européenne pour libéraliser et privatiser le rail en Europe.

Ils peuvent en revanche compter sur le soutien total du RMT, le principal syndicat des cheminots britanniques, qui sait ce que libéralisation, ouveerture à la concurrence et privatisation veut dire en terme de dégradation des conditions et salaires pour les cheminots, de casse du service public et de dégradation des conditions de transport doublés d’une explosion des tarifs. A l’inverse de la CES, le RMT s’est d’ailleurs prononcé pour le Brexit :

Le syndicat du transport RMT s’engage «en totale solidarité» avec les travailleurs ferroviaires français

Le Syndicat des Transports le RMT s’est engagé aujourd’hui en faveur d’une “solidarité totale” avec les cheminots en grève en France dans leur combat pour la défense de l’emploi, les droits des travailleurs et le principe d’un chemin de fer public.

Les membres de la conférence des cheminots, réunis à Aberystwyth, ont confirmé leur soutien et le secrétaire général Mick Cash a envoyé le message suivant au syndicat CGT en France:

“Je vous écris pour vous informer que les membres du Syndicat national des travailleurs ferroviaires, maritimes et des transports (RMT) représentant les gardes, les manœuvres et les conducteurs de train réunis aujourd’hui à Aberystwyth lors de la conférence annuelle des cheminots appellent à une totale solidarité avec la grève des cheminots français. Nous vous soutenons de tout coeur ainsi que vos efforts, dans la lutte de vos emplois, des droits des travailleurs et duchemin de fer public français. ”
Mick Cash, secrétaire général du RMT, a déclaré:

«Le RMT envoie aujourd’hui une solidarité et un soutien total à nos frères et sœurs en France qui luttent pour la défense de l’emploi, des droits des travailleurs et du principe d’un chemin de fer public.

“Après plus de deux décennies d’exploitation et de profit sur les chemins de fer britanniques depuis la privatisation, nous savons exactement ce qui est en jeu en France et nous sommes fiers d’apporter tout notre soutien aux syndicats impliqués dans la lutte.”

PAR FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Dis-moi ceux qui te soutiennent, je te le dirais. Et en tout cas, selon Médiapart, il est certain que la société GL Events lui a fait des cadeaux lors de sa campagne présidentielle. Cette société, qui organise de grands évènements culturels, politiques ou sportifs, est dirigée par Olivier Ginon. Et celui-ci s'est retrouve attablé à la droite du chef de l’État, le 27 septembre 2017, au déjeuner des grands premiers de cordée organisé à l’Élysée, comme le signale Ouest-France. Coïncidence? Vous avez dit coïncidence?

Je reprends Médiapart. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, autrement dit CNCCFP,  s’est interrogée sur un "pourcentage anormalement élevé " de promotions très importantes sur la location des salles et du matériel de campagne utilisé par Emmanuel Macron et ses équipes. Ce qui n’a pas empêché au final la CNCCFP de valider les comptes de campagnes du candidat En Marche !  Ben oui, on ne charge pas une équipe qui gagne.

D’après le site d’information en ligne, la CNCCFP mentionne une facture pour la location de matériel à l’occasion d’un meeting le 10 décembre 2016, "subitement rabotée de plus de 9 000 € pour passer de 39 490 € à 29 663 €". Autre exemple avancé par Mediapart, la location de la salle principale de la Mutualité, pour le meeting parisien du 12 juillet 2016, initialement facturée 14 129 €, aurait également fait l’objet d’une remise de 100 %.

Tandis que le candidat de gôche Benoît Hamon n'a lui bénéficié d'aucune ristourne, c'est le moins qui puisse s'écrire. Mais lui, évidemment n'était pas dans une campagne qui pouvait gagner avec le bilan de ses potes au gouvernement -dont sa pomme- et à l'Elysée.

Il n'y a que deux côtés à une barricade. Et vous le remarquez, le patronat, les forces de l'argent, la droite et extrême sont toujours du même côté pour l'attaquer.

Emmanuel Macron est-il le président des très riches et du patronat?

Une barricade de la Commune de Paris

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
La CGT n'a jamais lâché hier, elle ne lâchera pas aujourd'hui

Des Black Blocs, comme la pensée capitaliste, les appelle, ont tenté de dénaturer la manifestation parisienne du 1er mai 2018 conduite par la CGT, la FSU, Sud et l'Unef auxquels s'étaient joints des syndicats FO et Cfdt d'Île-de-France.

Pourtant, une note de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris du 30 avril à 13h 32, consultée par le Parisien, évoquait une nombreuse présence encagoulée et vêtue de noir qui, devant se positionner "en amont du carré de tête, pourrait s’en prendre violemment aux forces de l’ordre, dégrader du mobilier urbain (...)". Or, le ministère de l'Intérieur a réagi tardivement et non pas dès le début des violences. Pour dénaturer le rôle revendicatif de la manif parisienne du 1er mai.

Alors que l'une des missions du ministère de l'Intérieur est d'assurer la sécurité des personnes et des biens. Comme de protéger le droit de manifester garanti par l'article 11 de la Convention européenne des droits de l'homme. Par ailleurs, le Conseil constitutionnel de la France, le 18 janvier 1995, dit que le droit de manifester se rattache au "droit d'expression collective des idées et des opinions".

La manif parisienne de ce 1er mai était autorisée et pacifique: alors qu'ont recherché le gouvernement et en premier lieu son ministre de la Police, l'ex-socialiste Gérard Collomb, sinon de dénaturer le mouvement social en cours qui grandit dans le pays?

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Visiteurs

457340

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog