SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Les salariés du week-end poursuivent le mouvement, vive la solidarité

Comme prévu nous sommes allés à la rencontre des salariés du week-end afin de faire un point sur les trois jours de grèves.

Comme pour le personnel de semaine, nous avons poser la même question aux salariés-es et sans surprise, 25 personnes (cela représente 65% du personnel week-end) sont d'accord pour ne pas venir travailler la dernière nuit, les salariés-es seront en grève et viendront soutenir le mouvement le lundi 25 novembre 2019 à 05H00.

Et encore plus surprenant, plusieurs salariés ont décidé de se mettre en grève durant ces trois jours (équivalent à une semaine pour une personne qui travaille en 3X8), la preuve une fois de plus, que personne ne croit à la viabilité de ce projet, il n'y a seulement les membres du CDU qui y croient, ils sont en total décalage !

Nous sommes déterminés à nous battre pour préserver notre santé !

La régression ne se négocie pas, elle se combat !

Comme prévu nous sommes allés à la rencontre des salariés du week-end afin de faire un point sur les trois jours de grèves.

Comme pour le personnel de semaine, nous avons poser la même question aux salariés-es et sans surprise, 25 personnes (cela représente 65% du personnel week-end) sont d'accord pour ne pas venir travailler la dernière nuit, les salariés-es seront en grève et viendront soutenir le mouvement le lundi 25 novembre 2019 à 05H00.

Et encore plus surprenant, plusieurs salariés ont décidé de se mettre en grève durant ces trois jours (équivalent à une semaine pour une personne qui travaille en 3X8), la preuve une fois de plus, que personne ne croit à la viabilité de ce projet, il n'y a seulement les membres du CDU qui y croient, ils sont en total décalage !

Nous sommes déterminés à nous battre pour préserver notre santé !

La régression ne se négocie pas,

elle se combat !

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Point sur le troisième jour de grève et de ce qui va suivre

Les salariés-es étaient bien présents ce matin devant l'usine, avec plus de 70 personnes.

Aujourd'hui, nous n'avons eu aucun contact avec la direction.

En fin de matinée, nous avons fait un point avec les salariés-es sur le devenir du conflit. Une cinquantaine de personnes sont pour la continuité du mouvement de grève (ne pas oublier les personnes qui étaient en congés et qui seront là lundi matin avec nous).

Les salariés-es ont décidé que le mouvement devait monter en puissance face à l'indifférence de notre direction !

Donc, nous avons décidé en assemblée générale, de continuer la grève Lundi 25 novembre 2019 à partir de 05H00 devant l'usine.

Notre direction nous a dit que l'on faisait du SPECTACLE, eh bien, montrons-leur lundi matin ce qu'est un vrai SPECTACLE !

Un point sera fait ce soir pour l'équipe du week-end et sur la démarche à suivre.

La régression ne se négocie pas,

elle se combat !

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Suite de la Grève à l’usine Unilever France HPCI à Le meux

Point sur la deuxième journée de grève : jeudi 21 novembre 2019, nous sommes encore plus nombreux qu’hier avec plus de 90 grévistes et toujours déterminés.

Un premier échange ce matin avec la direction et les organisations syndicales qui a duré environ 1H30 et cela n’a strictement rien changé.

Toujours les mêmes logiques, c’est pour la pérennité du site et on doit être compétitif.

La direction ne mesure pas que les salariés-es refusent que cette stratégie vienne impacter leurs conditions de travail et leur bien-être. Les salariés-es ont très bien compris qu’il sera très difficile d’avoir le même rendement avec du personnel en moins dans les ateliers.

On ne rigole pas avec la santé !

Après une assemblée avec les salariés-es, le conflit se poursuit et nous nous dirigeons vers une troisième journée de grève, donc,

Vendredi 22 novembre 2019, tout le monde devant le portail de l’usine à 07H00, en grève !

La régression ne se négocie pas, elle se combat !

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Par Pierrig Guennec sur le site courrier-picard

 

Les syndicats FO et CGT dénoncent une coupe dans les effectifs des intérimaires et prédisent un alourdissement de la charge de travail.

Au Meux, grève sur le site Unilever contre la réorganisation du travail

« Ils vont changer quelques procédés, améliorer un logiciel, mais c’est du vent  », assène Jean Lucien. Vêtu de sa chasuble CGT, ce membre de la commission santé sécurité et conditions de travail de l’entreprise Unilever du Meux, à côté de Compiègne, est en grève ce 20 novembre. Après consultation des salariés, le mot d’ordre a été donné par une intersyndicale CGT-FO, protester contre une nouvelle organisation du travail. Environ 70 personnes participent au mouvement, selon les syndicats, sur ce site qui compte 280 CDI et produit du dentifrice et du shampooing. Ils bloquent les entrées des camions. Dès le début de la matinée, vers 7 h 30, un huissier était dépêché pour prendre note.

« Chantage à l’emploi »

Le plan de la direction, pour une nouvelle organisation du travail, a été présenté au cours d’un comité économique et social (CES), vendredi. Le groupe entend notamment automatiser certaines tâches. « Ils veulent sabrer dans l’effectif des intérimaires », dénonce David Bongard, secrétaire CGT du CSE. Selon les calculs de la confédération, une trentaine de postes d’intérimaires vont être supprimés. Les syndicats sont d’autant plus remontés que la direction fait valoir la pérennité de l’usine… et des emplois CDI. « Du chantage », s’insurge FO.

Au Meux, grève sur le site Unilever contre la réorganisation du travail

Actuellement, l’usine tourne avec un volant d’une centaine d’intérimaires. « Ils ont le droit de manger comme tout le monde », observe David Bongard. Le syndicaliste prévoit un accroissement de la charge de travail pour les salariés qui travaillent en trois-huit et le week-end. « La robotisation ne va pas combler tous les postes supprimés. Et vu les cadences qui sont demandées, cela va être néfaste pour notre santé. » Et d’ajouter : « Le groupe n’est pas aux abois, ses bénéfices n’arrêtent pas d’augmenter, tout comme les dividendes distribués aux actionnaires. Mais le budget pub et promotion baisse. Donc on perd des parts de marché. Et les salariés sont la variable d’ajustement. C’est le capital qui nous met à mal. »

Dans un courrier adressé à la direction, FO demande « de ne pas aller dans la provocation comme certains managers le font en disant qu’il n’était pas question de remettre des volumes à Compiègne ou d’aller chercher d’autres projets, tant que le site est trop cher. »

Grève reconduite

La grève doit être reconduite, ce jeudi 21 novembre. « La direction a pris contact pour nous informer de la tenue d’un CSE extraordinaire, vendredi, fait savoir David Bongard. C’est de la pure provocation, nous n’avons eu aucun échange sur le conflit. »

 

La direction: «Préserver l’emploi»

Mercredi, November 20, 2019 - 18:44

« Le plan de modernisation s’accompagne d’une réorganisation », indique Justine Balochard, DRH du site. Et de remonter à 2013 : « Le Meux a repris des volumes de Slovaquie, 180 millions de tubes en dentaire. Nous avons ouvert cinq lignes ; une complexité s’est mise en place. En 2017, on a commencé à digérer cette complexité et mettre en place un plan de modernisation qui préserve l’emploi CDI. » Elle évoque « des façons de travailler différentes, des besoins en intérim différents ». La DRH reconnaît qu’« il y aura moins de besoin en intérim ».

La nouvelle donne devrait être mise en place en février 2020. « C’est prématuré de tirer des conclusions, n ous entrerons plus dans les détails dans les CSE à venir », précise Christian Odru, responsable du site.

Sur la question de la promotion, soulevée par les syndicats, Justine Balochard répond par « une optimisation du coût de la publicité » et l’évolution des pratiques, mentionnant les réseaux sociaux.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Article sur le site de Oise hebdo

Ce mercredi 20 novembre, des salariés de l'usine Unilever du Meux (Oise) sont en grève. Ils s'opposent à la suppression de postes d'intérimaires.

Oise : grève à l’usine Unilever du Meux ce mercredi

Ils étaient 70 ce matin, mercredi 20 novembre, devant les grilles de l’usine Unilever du Meux, près de Compiègne (Oise), à refuser de laisser entrer les camions. 

Les salariés de l’entreprise spécialisée dans le conditionnement des dentifrices, shampoings et gels douche, s’opposent au projet de réorganisation des ateliers dentaires et shampoings, puisque ce dernier entraînerait une réduction des effectifs intérimaires.

Le débrayage est prévu toute la journée. Un nouveau vote décidera d’une potentielle reconduction, les jours prochains.  

Oise : grève à l’usine Unilever du Meux ce mercredi
« On a qu’une santé »

« Nous sommes 295 en CDI et il y a une centaine d’intérimaires » décrit le délégué syndical CGT, David Bongard. « Selon le projet, un tiers des effectifs intérimaires serait supprimé, soit une trentaine de postes ».

Pour les salariés, le calcul est fait : il y aura moins de postes mais avec la même charge de travail. 

De quoi inquiéter ces derniers, notamment quant à « leur état de santé futur », face à l’augmentation de la masse de travail. 

« Du chantage à l’emploi »

Mais les salariés ont une autre inquiétude. Pour eux, c’est leur propre emploi qui se retrouve en ligne de mire. 

La direction pourrait « financer un futur PSE [plan de sauvegarde de l’emploi, NDLR] par le biais de ce projet-là » imagine David Bongard. À force de réduire les coûts, « ils pourraient fermer l’usine ». 

« C’est du chantage à l’emploi en permanence » déplore le représentant syndical. 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Grève chez Unilever France HPCI Le meux, le mouvement continu

Les salariés-es ont répondu présents à l'appel à la grève.

Blocage des portails, visite d'un huissier, plusieurs visites de la gendarmerie et des RG.

Et aucun échange avec la direction sur la situation, juste bonne à nous mettre un huissier sur le dos.

Les salariés-es déterminés à faire valoir leur mécontentement et après une assemblée générale, ont décidé de continuer le mouvement jeudi 21 novembre 2019.

 

Demain, devant l'usine à 07H00, Tous ensemble !!!

La régression ne se négocie pas

elle se combat

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Demain, avec le projet de la honte de la direction...

Mercredi 20 novembre 2019, tous ensemble devant le portail de l'usine
Mercredi 20 novembre 2019, tous ensemble devant le portail de l'usine

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Grève mercredi 20 novembre 2019 chez Unilever France HPCI Le meux

Après avoir fait le point avec le personnel de semaine sur les conséquences à venir du projet de la direction sur sa nouvelle réorganisation des secteurs dentaire, capillaire et logistique avec pour conséquence la réduction  des effectifs intérimaires alors que la charge de travail sera toujours là !

Face à cette absurdité de la direction, les salariés-es ont décidé de faire valoir leur mécontentement en se mettant en grève le mercredi 20 novembre 2019, à 07H00 devant le portail de l’usine.

Il a été décidé que les 3 équipes n’en fassent qu’une, tout le monde à la journée pour les grévistes !

La régression ne se négocie pas, elle se combat !

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Assemblée Générale lundi 18 novembre 2019

Suite à l'annonce ce matin du projet destructeur de la direction sur l'effectif intérim, les élus du CSE organisent plusieurs assemblées générales ce lundi 18 novembre 2019. Nous vous ferons un point de la situation et des conséquences à venir :

Le matin à 09H00

L'après-midi à 14H00

La nuit à 21H00

Il est très important que tous les salariés-es participent à ces assemblées.

La régression ne se négocie pas, elle se combat !

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
CHEZ MANPOWER, LA CGT CONFORTE SA 1ère PLACE AU 1er TOUR!

CHEZ MANPOWER, LA CGT CONFORTE SA 1ère PLACE AU 1er TOUR!
La CGT est arrivée en tête avec 25,73 % des suffrages exprimés suite au premier tour des élections professionnelles qui s’est tenu du 25 octobre au 7 novembre.
Sa progression est particulièrement spectaculaire dans l’établissement ILE DE FRANCE (41,07%).
La CGT remercie toutes et tous les salarié.e.s qui ont voté pour elle.

Le quorum n'est pas atteint, nous vous donnons donc rendez-vous du 29 novembre au 12 décembre pour le second tour.

Nous appelons les salariés à consolider ce résultat par un vote massif au second tour.
Ne négligeons pas notre droit de vote. Voter aux élections professionnelles est une arme redoutable pour faire avancer nos droits et nos revendications. Si vous êtes intérimaire ou permanent.e chez MANPOWER, faites comprendre à vos collègues la nécessité d’y participer et de voter les listes CGT.

Si vous êtes militant.e CGT de l'entreprise utilisatrice, donnez un coup de main pour faire gagner la CGT chez MANPOWER.

Résultats des autres organisations syndicales : UNSA (21,99%), CFDT (18,67%), CFE/CGC (18,30%), CFTC (15,30 %)

Publié par CGT Compiègne Facebook

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
PRÉCARITÉ ÉTUDIANTE : Est-ce ainsi que les jeunes vivent ?
PRÉCARITÉ ÉTUDIANTE : Est-ce ainsi que les jeunes vivent ?
PRÉCARITÉ ÉTUDIANTE : Est-ce ainsi que les jeunes vivent ?

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
JEUX D’ARGENT : un impôt sur la fortune du pauvre

Les dépenses en jeux d’argent pèsent sur les plus pauvres et les moins diplômés. L’État, autorité de tutelle du secteur et principal actionnaire de la Française des Jeux, exploite l’espoir illusoire d’un gros lot. L’analyse et les propositions de Quentin Duroy et Jon D. Wisman, économistes.

 

Les recettes publiques issues des produits de la Française des Jeux (FDJ), du Pari Mutuel Urbain (PMU), des jeux en ligne et des casinos s’apparentent à un impôt « régressif ». Les ménages les plus démunis y laissent en effet à l’État un pourcentage de leurs revenus supérieur à celui des catégories aisées. Les plus défavorisés jouent davantage et, de fait, payent cet impôt sur la base d’une promesse illusoire d’un futur meilleur. Le développement incontrôlé des jeux d’argent nourrit les recettes fiscales de l’État censé réguler ces activités, mais pèse toujours plus lourd sur les revenus des moins favorisés.

 

LIRE LA SUITE :

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog