SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
1336 SCOPTI

Notre Coopérative SCOPTI-1336 va réaliser une importante animation-dégustation au magasin Leclerc de St Louis (68).
Elle se déroulera le samedi 7 mars.
Rendez-vous est donné dans ce magasin, à tous les amateurs(trices) de bons thés et de bonnes infusions, pour déguster gratuitement l'ensemble de nos produits 1336, toujours sans aucun arôme artificiel...!

1336 SCOPTI

Pour information, cette information  est sur notre page Facebook et Instagram.

 

 

https://www.facebook.com/814485468647727/posts/2705181536244768/

 

 

Et souvenez-vous :

« Qui n’y a pas goûté, n’a pas saisi la beauté du combat ! » 

Merci à tous !

Bonne fin de journée, à très bientôt !

Amicalement, les Coopérateurs de SCOP-TI.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Rassemblement devant l'usine chez Aludyne France à Venette

Jérémy

    MENACÉ DE LICENCIEMENT

Jérémy Van Papeghem, élu suppléant CGT au CSE chez Aludyne France à Venette, est mis à pied à titre conservatoire et convoqué lundi 9 mars 2020 à 15h00 pour un entretien préalable à un licenciement!

   La CGT Aludyne France appelle à un débrayage

         LUNDI 9 MARS 2020

PENDANT TOUT L’ENTRETIEN

   Ne laissons pas notre collègue seul

     face à la violence de la Direction !

                                                              

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Une seule réponse s’impose : la mobilisation !

Les  organisations syndicales de salarié.e.s et de jeunesse (CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, FIDL, MNL, UNEF, UNL) ont pris acte de l’annonce par le Premier ministre, samedi dernier, en fin d’après-midi, d’utiliser l’article 49-3.

Cette procédure gouvernementale permet de faire passer sans vote, à l’Assemblée Nationale, le projet de loi portant sur le système de retraites par points.

Cela démontre l’impuissance du gouvernement à répondre aux interrogations sérieuses et légitimes des parlementaires à propos de ce projet incomplet, très approximatif, aux multiples inconnues.

C’est une nouvelle preuve, si celle-ci était nécessaire, que le gouvernement refuse le débat et veut faire passer en force ce projet de régression sociale minoritaire dans l’opinion publique.

Deux motions de censure sont désormais déposées et imposent au gouvernement de s’expliquer par un discours de politique générale.

Les organisations réaffirment leur opposition à ce projet et la nécessité de créer de nouveaux droits pour les salarié.e.s, les privé.e.s d’emploi, les étudiant.e.s, les lycéen.ne.s, les retraité.e.s.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF appellent à poursuivre les actions sans relâche, sous toutes les formes décidées localement.

Elles appellent à multiplier, partout, localement, des rassemblements dès lundi 2 mars et à organiser des manifestations devant les préfectures et sous-préfectures  le mardi 3 mars, y compris par le recours à la grève, au moment de ce passage en force au parlement, afin de signifier massivement avec force le rejet de ce texte.

Les mobilisations massives très importantes initiées depuis le 5 décembre n’ont pas été́ entendues par ce gouvernement mais le poussent à la faute.

Elles poursuivent et amplifient, dans ce cadre, la construction d’une grande journée de grève interprofessionnelle et de manifestations dans tout le pays, mardi 31 mars, pour mettre en échec ce projet de loi ainsi que les suites si nécessaire.

 

Montreuil, le 2 mars 2020

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

Ce qu'il y a de bien avec la télévision et la 2 c'est qu'on a en direct les consignes de l'Elysée et de Matignon.

Ainsi ce lundi 2 mars le journal télévisé se déroule de la manière suivante :

  • 25 minutes sur le coronavirus décliné sous tous les angles, jusque dans les plus anecdotiques
  • suivi de la Grèce et les questions de l'immigration
  • suivi de 5 secondes sur l'appel intersyndical contre le 49-3 avec embrayage immédiat sur les municipales
  • ....

Autant dire noyade en direct du fait social et politique majeur, celui du passage en force du pouvoir sur la question des RETRAITES et de l'appel syndical à la riposte.

MAIS, nous allons faire la preuve que toutes leurs manoeuvres, leurs manipulations, leurs censures n'empêcheront pas l'ampleur de la riposte populaire.

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
2016 : Quand Edouard Philippe critiquait vivement le recours au 49.3

Sitôt l'annonce du déclenchement du 49.3 terminé, une vidéo datant de 2016 a refait surface. On y voit Edouard Philippe, alors dans l'opposition, vilipendait le recours au 49.3 par le gouvernement Valls...

RETOUR DE BÂTON

« Si le gouvernement a recours au 49.3, c’est à dire à un texte qui ne permet même pas aux députés de discuté du texte, la sanction automatique prévu par la Constitution, c’est évidemment le dépôt d’une motion de censure » ; « Le 49.3 n’a jamais été une arme destiné à museler l’opposition. C’est une arme destinée à museler la majorité » ; « Es-ce que vous voulez accepté lorsque vous êtes député de l’opposition, ce gouvernement qui est totalement débordé par les événements. Il est débordé par le dellitement de sa propre majorité. Il est débordé par la situation sécuritaire. Il est débordé par la crise sociale ». En 2016, Edouard Philippe n’avait pas de mot assez dur pour vilipendé le choix du gouvernement de l’époque, celui de Manuel Valls, d’avoir recours au 49.3 dans le cadre de la loi El Khomri. 4 ans plus tard, retour de manivelle pour le premier ministre en exercice, qui a hier soir eu recours lui aussi au 49.3, pour la réforme des retraites cette fois-ci, et ce justement alors que La République En Marche dispose d’une large majorité à l’Assemblée Nationale.

Bien évidemment, l’extrait a fait le tour des réseaux sociaux, mettant à nue l’hypocrisie du premier ministre et son opportunisme maladif. Après le mouvement des Gilets jaunes et ses nombreux blessés, après la répression féroce des grévistes et alors que le parti présidentiel dispose d’une large majorité à l’Assemblée, les critiques d’Edouard Philippe quant au recours au 49.3 du gouvernement Valls pourrait totalement s’appliqué... à son propre gouvernement. Pas de bol, en somme.

Surtout, cela démontre que le recours au 49.3 d’hier soir témoigne des faiblesses et de l’isolement du gouvernement, et ce alors que débute une crise sanitaire énorme avec la propagation du Coronavirus. Une manœuvre des plus nauséabonde. Dès lors, et après les premières réponses spontanées dans la rue ce 29 février au soir un peu partout en France, la question de la (re)construction du rapport de force à la base et par la grève devient encore plus urgente.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Ah bon? On a le droit à l’assemblée aussi

Publié par anti-K

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Réforme des retraites : le secrétaire général de la CGT annonce de nouvelles manifestations la semaine prochaine après le recours au 49.3

Philippe Martinez, a dénoncé « l’attitude profondément scandaleuse » du gouvernement.

Philippe Martinez, le 6 février 2020 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

La CGT tape du point sur la table. Samedi 29 février, le secrétaire général, Philippe Martinez, a dénoncé « l’attitude profondément scandaleuse » du gouvernement et annoncé une mobilisation des syndicats « dès la semaine prochaine » pour protester contre le recours à l’article 49.3 de la Constitution sur la réforme des retraites.

Le Premier ministre Edouard Philippe a dégainé samedi après-midi le 49.3, engageant la responsabilité du gouvernement pour faire adopter le texte sans vote, après avoir obtenu le feu vert du Conseil des ministres à la mi-journée. Le dirigeant syndical a indiqué que l’intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) opposée au système universel de retraites par points se réunirait lundi matin pour discuter d’une nouvelle mobilisation « dès la semaine prochaine ».

« Quand on n’arrive pas à convaincre, on peut contraindre, c’est typiquement ce que fait le gouvernement », a déploré le numéro un de la CGT. Le responsable cégétiste a critiqué la méthode « un peu particulière » de l’exécutif, « qui a fait un Conseil des ministres extraordinaire ce (samedi) matin pour parler du problème sanitaire qui frappe notre pays et la planète (le coronavirus, NDLR), puis en est ressorti avec un 49-3. C’est pour le moins étrange ».

Fatigués après deux mois et demi de conflit et dix journées interprofessionnelles entre le 5 décembre et le 20 février, les syndicats opposés à la réforme des retraites avaient semblé temporiser en repoussant leur prochaine mobilisation au 31 mars, après les élections municipales. Mais la CGT avait prévenu qu’un recours au 49.3 pourrait avoir « une incidence sur la suite ».

Publié par anti-K

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Alors que l'épidémie du coronavirus s'emballe, que même le personnel soignant est touché, Macron a réuni un conseil des ministres exceptionnel ce samedi. D'aucuns ont pu croire que la mobilisation générale du gouvernement s'attaquerait à l'épidémie galopante.

Pas du tout, est dégainé le 49-3 de la Constitution monarchique qui régit la France depuis 1958.

Cet article permet de promulguer une loi sans vote du Parlement. Un peu comme la lettre de cachet de l'Ancien Régime emprisonnait quelqu'un sans aucun jugement, mais selon la volonté du roi. Est-ce que les partenaires très sociaux du pouvoir des riches et du capital s'en étranglent de rage?

En tout cas, malgré une majorité absolue de macronistes à l'Assemblée nationale, majorité qui aurait voté sans vergogne contre la volonté du peuple, le palais de l'Elysée court-circuite ses propres godillots. Car tel est son bon plaisir pour conforter le capital qui l'a placé au sommet de notre très mauvaise république.

Pendant ce temps, Olivier Véran, chambellan en charge de la Santé, conseille de ne pas se saluer avec les mains et interdit les rassemblements de plus de 5 000 personnes que dans des endroits "confinés". Comme si dans un endroit ouvert, un stade par exemple, le virus ne circulerait pas du tout.

"Le pire des scénarios est en train de se produire dans plusieurs hôpitaux : des patients sont dépistés positifs au coronavirus, après plusieurs jours d’hospitalisation", écrit Caroline Coq-Chodorge dans Médiapart. Des soignants sont renvoyés chez eux, des services ferment. Récits dans deux hôpitaux de l’Oise, Creil et Compiègne, et à l’hôpital Tenon, à Paris.

"L’homme est conducteur de bus sur la base militaire de Creil. À partir du 16 février, il a été hospitalisé à l’hôpital de Compiègne, dans l’Oise, pour un syndrome respiratoire aigu. Son état se dégradant, il a été admis en réanimation le 18 février. Les médecins se sont rapidement interrogés sur un possible coronavirus, en raison de son état et de son emploi sur la base de Creil. La rumeur courait alors que des militaires avaient participé aux convois de rapatriement des Français de la ville chinoise de Wuhan, épicentre du nouveau coronavirus. Seulement, le test leur a été refusé par l’établissement de référence, le CHU d’Amiens, car il ne répondait pas aux deux critères fixés par l’administration de la santé : revenir d’une zone à risque, ou avoir été en contact avec un cas confirmé de coronavirus. (...)"

Mais dans le désert médical qui frappe l'une des plus grandes puissances mondiales, la France, un ex-banquier d'affaires, justement aux affaires de ce pays, dégaine le 49-3 pour assouvir l'appétit du capital.

Mais, sans retourner le couteau dans la plaie, que faisiez-vous au temps chaud, en train de choisir entre la peste ou le choléra. Oui, que faisiez-vous donc?

Ce n'est pas pour autant qu'il ne faille pas réagir sur-le-champ aujourd'hui. A moins de considérer, comme l'Eglise catholique à Paris, de simplement assécher les bénitiers contre le coronavirus.

Et j'oubliais le foot fric qui s'adapte lui aussi à l'épidémie. Puisque les stades ne sont pas des endroits "confinés", le match PSG-Dijon s'est tenu hier à Paris. Mais gaffe, dans toute la Ligue 1, pris dans 20 minutes.fr: pas de poignée de main sur le stade ni de bonjour des joueurs aux spectateurs dans la zone mixte. Ah ça mais!

En pleine épidémie du coronavirus, Macron dégaine son 49-3 contre la volonté démocratique du peuple: chacun peut voir quelles sont ses priorités

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

<< < 10 11 12

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog