SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voilà comment le macronisme procède à la destruction de l'hôpital public.

Et les campagnes de division vaccinés/pas-vaccinés, les accusations contre les personnels soignants, ont entre autre pour rôle de faire oublier les responsabilités du pouvoir dans la dramatique situation des services publics de santé.

Tandis que les fermetures de lits et de services se poursuivent ...

 

La bataille anti-pass doit être étroitement associée à la lutte pour préserver et développer l'hôpital public !

_______________________

 

 

Dans l’Oise, les urgences de l’hôpital de Senlis fermées jusqu’à début octobre

Les urgences de cette commune de l’Oise vont fermer pendant deux mois, dans un bassin de vie qui compte 100 000 habitants.
Les urgences de l’hôpital de Senlis dans l’Oise ont fermé samedi, jusqu’au 2 octobre, les patients étant orientés vers l’hôpital de Creil, a annoncé la direction, les soignants dénonçant une situation chronique de manque de personnel et de saturation des services.

« Dans le but d’assurer les conditions optimales de sécurité pour les patients et les professionnels, les urgences du site de Senlis seront fermées à compter du samedi 31 juillet 2021 8 h 30 et jusqu’au 2 octobre 2021 8 h 30 au plus tard » précise la direction de l’hôpital sur le site de l’établissement. Dans un premier temps, elle avait annoncé un fonctionnement réduit pendant l’été.

« La totalité des activités des urgences adultes du GHPSO (Groupe hospitalier public Sud de l’Oise) seront donc regroupées temporairement sur le site de Creil », l’autre site composant ce groupe, situé à 13 km de Senlis, poursuit le communiqué. Les deux hôpitaux avaient fusionné en 2012, donnant naissance au GHPSO. Selon la direction, « cette organisation territoriale, mise en place en coordination avec les autres établissements du secteur et le SAMU 60, permet de répondre aux besoins des patients 24 h/24 et 7j/7 sur le bassin de population couvert par le GHPSO ».

Présage d’un été « désastreux » pour le personnel médical

Mais pour le Dr Véronique Pruvost Bitar, présidente du Comité de défense de l’hôpital de Senlis, qui réclame « un vrai service d’urgences à Senlis ainsi que le retour de la Réanimation », « tout un bassin de vie de 100 000 habitants se retrouve sans aucun service d’urgence » pour cet été, alors que certains médecins de ville sont en vacances et ne pourront donc pas traiter les urgences. « Il ne s’agit pas seulement des urgences, il y a aussi des fermetures de lits, par exemple en gériatrie aiguë, alors qu’on est en pleine recrudescence du Covid », s’alarme-t-elle auprès de l’AFP.

Après l’annonce d’un fonctionnement a minima des urgences de Senlis pendant l’été, le collectif « les blouses blanches des urgences de Creil » avait pour sa part mis en garde contre un été « plus désastreux encore que les autres pour les sites d’urgence de Creil et de Senlis ». « Étant déjà surchargé, Creil devra absorber le secteur de Senlis en plus, ce fonctionnement entraînera un allongement du temps pour être soigné, une dégradation de la qualité des soins avec encore plus d’hospitalisations brancards par manque de lits d’aval », s’était-il inquiété.

Rappelant que le service est toujours en grève dans le cadre d’un mouvement national, le collectif souligne qu’« en un peu plus de deux ans, ce sont 8 médecins qui ont quitté le service des urgences », notamment à cause de la dégradation des conditions de travail.

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS
Manifestation Samedi 31 juillet 2021 à PARIS

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Scandale. En pleine pandémie, 50% de bénéfices en plus pour Amazon pour atteindre les 7,8 milliards

Après un an et demi de crise sanitaire et économique, Amazon dévoile des chiffres d'affaire effarants alors que l'immense entreprise ne cesse de licencier tout en rendant les conditions de travail de ses salariés, premières victimes de la crise, toujours plus difficiles.

Nos vies pas leur profits !

Crédits photo : AFP

Au deuxième trimestre , Amazon a dégagé 7,8 milliards de dollars de bénéfice net soit 48% de plus qu’il y a un an. En pleine crise sanitaire, la multinationale parvient à augmenter son chiffre d’affaire de presque 50% tout en continuant de licencier en masse. En France en 2018 déjà l’entreprise avait détruit 7 900 emplois, puis en automne 2020, ce sont 2000 emplois qui ont été supprimés. Un mépris clair de la part des grands patrons qui privilégient toujours leurs profits à la vie et la dignité des travailleurs, comme nous pouvons le voir aux Etats-Unis et au Canada où Amazon utilise un algorithme pour évaluer la productivité permettant ainsi de licencier les livreurs les moins performants

Beaucoup de scandales existent autour des conditions de travail chez Amazon, les entrepôts sont lugubres, les travailleurs n’ont pas le temps de se rendre aux toilettes, ils sont chronométrés et comparés entre eux et subissent une fouille corporelle tous les jours. Ils sont muselés, à l’image d’un salarié qui a cherché à dénoncer ses conditions de travail qui s’est retrouvé très vite licencié. Par ailleurs, après un an et demi de crise sanitaire, les travailleurs ont accès à des mesures de protection contre le Covid seulement depuis 4 mois.

Et pendant ce temps, l’ancien PDG d’Amazon, Jeff Bezos s’offre un voyage dans l’espace de 11 minutes à hauteur de 28 millions de dollars. A son retour le multimilliardaire n’a pas manqué de remercier les clients mais aussi les employées d’Amazon : merci à « chaque employé d’Amazon et chaque consommateur d’Amazon parce que vous avez donné pour tout ça ». Un comble pour le patron de l’entreprise la plus polluante de la planète, ayant émis 51 millions de tonnes de CO2 seulement en 2019.

Ainsi, entre scandales écologiques, licenciements massifs et conditions de travail déplorable, la multinationale parvient à augmenter son chiffre d’affaire de presque 50% en pleine pandémie. Alors qu’une immense partie de la population est précarisée, que les étudiants font la queue pour des colis alimentaires, les riches de ce monde continuent de s’enrichir. Seuls les travailleurs, en première ligne du virus, pourrait mener à bien une production qui répond aux besoins de la population et qui n’est pas guidé par le profit.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

 

 
30 juillet 2021

Le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, adopté en session extraordinaire par les parlementaires le dimanche 25 juillet, prévoit que lorsqu’un salarié n’est pas en mesure de présenter un passe sanitaire, l’employeur lui notifie la suspension de son contrat de travail.

Cette suspension s’accompagne de l’interruption du versement de la rémunération jusqu’à la production par le salarié du passe sanitaire, à savoir une vaccination complète ou la preuve d’un test négatif de moins de 48h ou le résultat d’un test RT-PCR positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois.

Les conséquences sur le contrat de travail de l’absence de présentation d’un passe sanitaire sont manifestement disproportionnées.

Le salarié dont le contrat est suspendu se retrouvera dans une situation inédite d’insécurité juridique et économique, sans ressource, sans possibilité de s’inscrire à Pôle Emploi et donc de bénéficier d’un revenu de remplacement. Une sanction financière d’une telle gravité n’est pas justifiée.

De plus, l’octroi d’une forme de pouvoir de police à des employeurs est inquiétant, de même que l’absence de toutes prérogatives accordées au médecin du travail, notamment pour appréhender la situation réelle de travail de chaque salarié au regard de l’obligation de présentation du passe.

Le projet de loi est d’ailleurs extrêmement flou sur les salariés qui seront effectivement visés par cette obligation de présentation du passe sanitaire.

Enfin, les délais envisagés pour l’application du projet de loi sont fixés sans considération de l’inégal accès des salariés à la vaccination et en violation des prérogatives du comité social et économique qui pourra être informé et consulté après la mise en œuvre des mesures décidées par l’employeur alors qu’il s’agit d’un dispositif modifiant les conditions de travail et de sécurité et introduisant un contrôle de l’activité des salariés qui devrait être soumis à son avis préalable.

Si la protection de la santé publique est un objectif légitime, il est dangereux qu’il soit envisagé qu’elle porte ainsi gravement atteinte à l’emploi des salariés et à leurs droits.

Le SAF restera donc particulièrement vigilant sur le respect des droits des salariés et sera aux cotés de toutes celles et tous ceux qui seront placés injustement dans ces situations.

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Et dans ce contexte d'une gestion capitaliste de la pandémie, du refus de passer outre aux brevets pour produire en masse les vaccins - les vaccins de tout type sans ostracisme contre les vaccins chinois, russes et cubains ...

comment ne pas comprendre la méfiance de l'opinion publique taxée par la classe dominante de complotiste ?

 

Le groupe Pfizer allié au laboratoire BioNTech a annoncé une augmentation de 92% de son chiffre d'affaires trimestriel par rapport à l'année précédente, atteignant 18,9 milliards de dollars. Son bénéfice net trimestriel augmente quant à lui de 59%.

Plus les mois passent, plus les compteurs de ventes s'affolent pour Pfizer. Comme le rappelle l'AFP, le laboratoire prévoit d'écouler cette année pour 33,5 milliards de dollars de vaccins contre le Covid-19 développés en partenariat avec l'allemand BioNTech.

C'est bien plus que les 26 milliards de dollars sur lesquels le groupe avait dit tabler en mai, et encore plus que les 15 milliards de dollars estimés en février.

A titre de comparaison, le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson, qui a lui aussi développé un vaccin contre le coronavirus, anticipe 2,5 milliards de dollars de revenus issus de son sérum contre le virus cette année.
LIRE LA SUITE :

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Visiteurs

468792

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog