SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Jeudi 4 février 2021

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Les médias aux ordres répètent à l'envi les premiers mots de JM Blanquer, ministre de Macron chargé de l'éducation nationale, lors de la conférence de presse du 14 janvier : "Nous sommes fiers que la France soit le pays qui a maintenu le plus de jours d’école pour ses enfants."

Vous vous en rendez compte j'espère, vous qui me lisez, un ex-banquier d'affaires, placé à l'Elysée par le Capital, se préoccupe des inégalités sociales qui minent la société française, notamment dans le domaine de l'éducation.

Redevenons sérieux, l'école c'est plutôt ça. Non?

Education nationale: les profits du Medef avant tout

Classes surchargées, diminution des personnels de l'éducation nationale, professeurs non-remplacés, disparités entre établissements scolaires d'autant plus entre quartiers pauvres et quartiers riches, etc, etc, ce n'est pas pour demain que chaque élève, entrant en maternelle, coiffera un jour le tricorne de Polytechnique.

Et dans cette pandémie qui frappe notre pays, en particulier les catégories populaires, que les enfants soient scolarisés importe peu au pouvoir actuel. En revanche, les parents ne s'absentent plus légalement pour garder leurs gosses à la maison, ça, c'est tout bénef pour les employeurs.

Je ne sais pas si vous avez remarqué. Mais à la télé, il y a toujours un professeur en pédiatrie ou un autre prof en médecine, qui est aussi maire d'une grande ville, pour abonder dans la politique en matière de scolarité. Oui, les plateaux de télé abondent de profs en médecine en veux-tu en voilà. Je ne savais pas qu'ils étaient si nombreux alors que l'hôpital public se rétrécissait à chaque quinquennat davantage. Il est vrai que lors des manifs pour la Santé publique, la police n'avait pas recensé trop nombre de profs de médecine parmi les manifestants.

Pour en revenir au covid à l'éducation nationale, les chiffres de Santé publique de la semaine dernière: 7 782 élèves contaminés, soit 4 fois plus d’élèves que la semaine d'avant, 1 136 personnels contaminés, chiffre multiplié par 3. Pour la seule journée du 11 janvier : 803 contaminations pour les moins de 10 ans et 3124 pour les 10-19 ans.

Attention, JM Blanquer a promis 1 million des tests par mois dans les établissements scolaires. Ce qui veut dire, avant la fin de l'année, une seul et unique test! Si tout va bien, parce que si c'est comme pour la vaccination des vieux qui ont de l'âge?

Non, la scolarisation perdurant en l'état avec toutes les inégalités sociales minant la société française, cela permet aux travailleurs de vendre à bas prix leur force de travail afin de continuer la production de richesses pour les grands patrons et leurs actionnaires : "pour ne pas mettre l’économie en carafe" selon les mots de Jean Castex, premier chambellan à la cour de l'Elysée.

Pandémie galopante, casse de l'éducation nationale, gel du point d'indice, précarité pour compenser les emplois statutaires, etc, FSU, CGT, FO et solidaires appellent nationalement à la grève le 26 janvier prochain.

Exemple, à Laval, en Mayenne:

Education nationale: les profits du Medef avant tout
Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

REPRIS du site de la FSM :

 

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

C'est le Figaro qui le dit !

Par Le Figaro avec AFP
Publié le 18/01/2021 

Les multiples plans sociaux «attendus dans l'industrie» et «dont la plupart concernent les cadres, risquent de réduire encore la capacité de notre pays à fabriquer des produits stratégiques», dénoncent des responsables de l'Ugict-CGT, syndicat des cadres et ingénieurs, dans une tribune publiée lundi dans Les Echos.

«Sanofi, Renault, Danone, Nokia, General Electric, Total, IBM, Airbus, Akka, Alten, CGG, Renault Trucks... La liste des entreprises qui profitent de la crise pour tailler dans leurs effectifs d'ingénierie, de recherche et d'encadrement est longue», dénoncent Sophie Binet et Marie-José Kotlicki, cosecrétaires générales du syndicat, qui rappellent que l'Association pour l'emploi des cadres (Apec) «a estimé que les embauches de cadres chuteraient de 40% en 2020».

Selon elles, «les plans sociaux, trois fois plus nombreux qu'en 2019, ne sont que la partie émergée de l'iceberg dissimulant la recrudescence de licenciements pour faute ou inaptitude, et les ruptures conventionnelles».«Il y a à peine six mois», soulignent-elles, «la France découvrait qu'elle n'était plus capable de fabriquer des produits élémentaires indispensables: masques, principes actifs de médicaments... et, au-delà, qu'elle était totalement dépendante de la Chine pour ses chaînes d'approvisionnement».

Pour ces deux responsables, après «avoir sacrifié nos capacités de production au prix de graves conséquences sociales et environnementales, c'est désormais notre faculté d'innovation qui plie bagage». Elles estiment que tout en voulant mettre en place «à marche forcée» la 5G, la France accepte «le démantèlement de Nokia, le seul opérateur la développant en France.»

 

Les deux responsables syndicales déplorent également «la situation de Sanofi, distancié dans la course au vaccin», et qui «a divisé par deux ses effectifs de chercheurs en dix ans tout en versant chaque année de 4 à 5 milliards de dividendes». Elles dénoncent enfin «l'aveuglement du gouvernement, qui continue avec son plan de relance à arroser les grands groupes d'aides publiques sans contrepartie, tout en asphyxiant la recherche publique.»

 

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

SOURCE : Ouest France

 

La CGT de la Santé et de l’action sociale des Côtes-d’Armor invite les agents des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux à une journée d’action, le jeudi 21 janvier 2021. Un rassemblement est prévu au CHS de Plouguernéve

Dans le cadre de l’appel commun national de dix organisations syndicales, collectifs et associations, l’Union des syndicats CGT de la santé et de l’Action sociale des Côtes-d’Armor prévoit une journée de mobilisation le jeudi 21 janvier 2021.

« La crise sanitaire a mis en lumière la situation hautement dégradée depuis plusieurs années des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, situation que la CGT dénonce avec force. »

Rassemblement de 11 h à 15 h

Les syndicats appellent les agents et salariés des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, tant publics que privés, à faire grève et à participer au rassemblement départemental prévu devant le centre hospitalier spécialisé de Plouguernével, de 11 h à 15 h, jeudi.

Pointant la gestion de la crise par le gouvernement, la CGT estime que « les personnels ainsi que les usagers ne peuvent se contenter de demi-mesures. Des réorientations financières vers la santé et l’action sociale sont indispensables et doivent être ordonnées sans délai ! »

De multiples revendications

Les revendications de l’Union syndicale portent, entre autres, sur : les créations de lits, de places, et de postes ; la dégradation des conditions de travail, et le manque de reconnaissance des contraintes des métiers du secteur.

L’Union des syndicats CGT de la santé et de l’Action sociale des Côtes-d’Armor appelle à une journée de mobilisation contre la dégradation des conditions de travail dans les établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, jeudi 21 janvier 2021. | ARCHIVES OUEST-FRANCE

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Les employés d'Unilever ne retourneront jamais aux bureaux à plein temps, déclare le patron

The Guardian (Original en anglais) 15/01/2021

Alan Jope dit qu'une entreprise multinationale examinera différents modèles de travail après les expériences de pandémie

Le patron d’Unilever, l'une des plus grandes entreprises du Royaume-Uni, a déclaré que ses employés de bureau ne retourneraient jamais à leur bureau cinq jours par semaine, et que le coronavirus transformera la vie professionnelle moderne. Alan Jope, directeur général du groupe de biens de consommation, a déclaré que la société encouragerait également tous ses employés à se faire vacciner contre Covid-19, mais s'arrêterait avant de rendre les piqûres obligatoires. Cependant, les employés qui choisissent de ne pas se faire vacciner seront soumis à des tests obligatoires.

Jope a déclaré que l'entreprise examinerait différents modèles de travail après avoir vu pendant la pandémie qu'elle pouvait s'adapter et apporter de grands changements beaucoup plus rapidement qu'on ne le pensait auparavant.

La pandémie a contraint le personnel de bureau à travailler à domicile sur la plupart des principaux marchés d'Unilever, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les travailleurs d'usine de la plupart des économies ont été dispensés des ordonnances de séjour à la maison. S'exprimant mercredi lors d'une conférence de Reuters, Jope a déclaré qu'il ne s'attendait pas à ce que les employés de bureau d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord retournent au travail avant au moins avril, et a ajouté qu'Unilever utiliserait un « mode hybride » de travail entre les maisons et les bureaux après cela. Des changements permanents sont attendus pour nombre de ses 150 000 employés dans le monde, dont 7 000 au Royaume-Uni.

« Nous prévoyons de ne jamais revenir à cinq jours par semaine au bureau », a déclaré Jope. "Cela semble très démodé maintenant." Il a également déclaré que la pandémie avait clairement montré que l'entreprise n'avait pas besoin d'être aussi hiérarchique.

Cependant, il a ajouté qu'Unilever était toujours désireux de retourner dans ses bureaux après avoir constaté une « lente érosion du capital social » car le travail à domicile empêche les collègues de se rencontrer en personne. De nombreux chefs d'entreprise se sont dits préoccupés par le manque d'innovation et l'impact sur la formation du personnel plus jeune lorsque les travailleurs ne se rassemblent pas. Plusieurs grandes entreprises ont déclaré avoir l'intention de conserver certaines des nouvelles méthodes de travail imposées par la pandémie.

 

L'année dernière, Twitter a déclaré qu'il permettrait aux employés de travailler à domicile «pour toujours» , tandis que les propriétaires de bureaux vides du centre-ville espèrent nerveusement que les économistes se trompent en prédisant une augmentation soutenue du travail à domicile .

Choc futur : comment Covid va-t-il changer le cours des affaires ?

Morgan Stanley a prédit l'été dernier que 30% des travailleurs américains travailleraient à domicile après la pandémie, soit le double des estimations pré-Covid.

Unilever expérimente déjà des pratiques de travail. En Nouvelle-Zélande, son personnel teste une semaine de quatre jours, ce qui en fait l'une des plus grandes entreprises à envisager de réduire le nombre d'heures de travail de ses employés, après qu'un certain nombre de petites entreprises ont constaté que cela contribuait à la productivité et au bien-être des employés. Les 81 employés néo-zélandais poursuivront la semaine de quatre jours jusqu'en décembre, date à laquelle Unilever évaluera ses performances et envisagera de l'étendre à travers le monde. En plus d'apporter des changements dans la vie professionnelle, la pandémie a modifié les habitudes de dépenses, frappant les ventes de produits tels que les glaces, mais aidant les ventes de produits de nettoyage et d'aliments pour la cuisine familiale. Jope a souligné « l’essor du e-tout » pendant la pandémie, faisant référence à l'augmentation des achats en ligne des consommateurs bloqués à la maison, ainsi qu'à l'inquiétude accrue des consommateurs sur la durabilité environnementale et sociale. « Les gens utilisent la navigation électronique, les achats électroniques, les paiements électroniques et les médias électroniques et nous nous attendons à ce que cela continue », a-t-il déclaré. « Nous pouvons compter sur l'utilisation de la technologie par les gens pour rester. » La pandémie continuera de perturber les économies européennes et américaines au cours du premier semestre 2021, réduisant les dépenses, a déclaré Jope. Cependant, il a déclaré que les économies d'Asie de l'Est telles que Singapour et la Chine - qui ont effectivement supprimé les épidémies virales - étaient presque revenues à la normale. Concernant les vaccinations, Jope a critiqué « l’hésitation aux vaccins » et a déclaré qu'Unilever essaierait de garantir l'accès aux vaccins pour tous ses employés.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
La folie et la cupidité des capitalistes sont sans limites...

Publié par CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux

Voir les commentaires

Visiteurs

481311

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog