SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Forest : l’usine Lipton ferme définitivement ses portes le 31 décembre

Les syndicats et la direction viennent de se mettre d’accord sur le plan social prévu depuis l’annonce de la fermeture de l’usine par Unilever en mars dernier.

La date de fermeture et les indemnités pour les 126 travailleurs: voilà ce que contient l’accord conclu la semaine dernière par les représentants du personnel (FGTB, CSC et Setca) et Unilever. Des négociations menées dans le cadre de la Procédure Renault depuis l’annonce le 28 mars dernier par le groupe Unilever de la fermeture prochaine de son usine de production de thé Lipton forestoise. Un site qui emploie pas moins de 126 travailleurs, dont plus d’une centaine d’ouvriers. Les jours de l’usine sont désormais comptés, puisque la date de fermeture est le 31 décembre prochain.

Voilà ce que confirment tant la FGTB que la CSC. L’accord social prévoit également des indemnités qui vont au-delà des indemnités légales. Les deux syndicats ne veulent pas livrer de chiffres, mais font valoir que l’accord est équilibré. “On peut parler d’un accord équilibré. Ce n’est pas un accord tout à fait négatif pour les ouvriers”, explique Luc Debast, du syndicat chrétien ACV-CSC. “Cela permettra de mettre du beurre dans les épinards”, commente, pour sa part, Sébastien Bosio, permanent FGTB.

“Tous ces gens vont perdre leur travail le 1er janvier 2020”

Les deux syndicats insistent sur le plus important selon eux: le drame social que constitue la fermeture de l’usine. Pour rappel, les activités bruxelloises vont être transférées à Katowice, en Pologne, où les mélanges de thés sont déjà réalisés. L’objectif d’Unilever serait de rassembler ses activités européennes sur un moins grand nombre de sites. “On est quand même avec une population qui a en moyenne avec un très bon niveau de qualification. Mais on n’est pas dans un marché non plus où on l’impression que cela va être facile de retrouver un boulot”, explique Luc Debast.

Du côté syndical, on s’inquiète surtout pour les ouvriers les plus âgés. Et on rappelle aussi la fierté qu’avait le personnel de travailler pour une marque reconnue comme Lipton. “Comme c’était le cas pour plein d’autres entreprises”, indique Luc Debast. Un motif de revalorisation qui est donc également sur le point de disparaître.

J. Th. -Photo : Belga/Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Vraiment, comme c'est bêta, le sieur Jean-Paul Delevoye a "omis" dans sa déclaration d'intérêts -au pluriel pour intérêts- qu'il est administrateur dans l'Institut de formation de la profession de l'Assurance .

Assurance privée, libre et non faussée comme il se doit. Ben oui, parce que le Code des assurances, voté par le Parlement, celui qui nous assène des franchises et d'autres lignes contractuelles à tire-larigot pour le profit des assureurs, on ne vous en parle jamais dans les médias de la pensée unique. En revanche, le Code du travail ou les régimes spéciaux qui concernent 1,7% des actuels retraités, ça ne va pas du tout!

Fin octobre le directeur général d'AG2R-La Mondiale déclarait au Journal du dimanche que "la réforme des retraites ouvre des perspectives".

Epinglé par la patrouille, le sieur Jean-Paul Delevoye, toujours au turbin avec plus de 72 piges effectuées en politique, avec les pensions de retraites spéciales qui vont avec cette longévité, indique que "s'il y a incompatibilité" avec ses fonctions de haut commissaire aux retraites, il se dit prêt à démissionner dudit Institut de formation de la profession de l'Assurance.

Mais pas de son fauteuil de ministre. Primo, il a du boulot encore à faire pour le capital et deuxio, la retraite d'un ministre ça met du beurre dans le beurre de ses haricots. CQFD.

Du coup, une capture d'écran, pour ne pas prendre des vessies pour des lanternes:

Le ministre chargé de réformer les retraites à la sauce macron oublie de déclarer ses liens avec le monde de l'Assurance... favorable à cette réforme anti-sociale

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Pour se rendre compte du caractère mensonger de l'argumentation gouvernementale de l'objectif d'un système de retraites juste et égal pour tous il n' y a qu'à observer son comportement actuel et les propositions qu'il émet pour tenter de contourner le mouvement social.

D'abord le maintien des régimes spéciaux pour les forces dites de l'ordre dont le pouvoir a un besoin existentiel face au mouvement populaire.

Ensuite le retour de la " clause du grand-père " et de ses avatars visant à ne pas appliquer l'éventuelle réforme aux salariés en poste sous régime spécial.

Donc inégalité de traitement entre les salariés eux-mêmes et proposition de sacrifier les jeunes générations.

Ce qui au passage montre en même temps que s'il faut préserver les agents en exercice de la contre-réforme et ne l'appliquer qu'aux " nouveaux entrants " c'est bel et bien qu'elle est pénalisante et constitue un recul social majeur.

Avec la mesure qui a elle seule dit tout d'indexer le calcul de la pension sur l'ENSEMBLE de la carrière au lieu des 6 derniers mois pour les agents publics ou les 10 dernières années comme il convient de revenir pour les salariés du privé.

Et avec Philippe MARTINEZ dans le JDD nous dirons :

" Je ne veux pas que nos petits-enfants nous disent : Tu as pu partir à tel âge, mais en contrepartie tu as sacrifié ma retraite "

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le monsieur retraites du pouvoir les mains dans le pot de confiture des ASSURANCES !

Voyez vous, Monsieur DELEVOYE a des trous de mémoire.

Pas n'importe lesquels!

Il aurait donc " oublié " de déclarer sa fonction d'administrateur au sein de l'IFPASS, un institut de formation de l'assurance.

En effet,

 

 

Selon Le Parisien, le haut-commissaire aux Retraites n’a pas mentionné dans sa déclaration d’intérêts sa fonction d’administrateur au sein d’un institut de formation des métiers de l’assurance…En 2016 en effet, le commissaire aux retraites devient l’un des administrateurs de l'Ifpass (Institut de formation de la profession de l'assurance ). Pourtant, cette fonction n’apparaît pas dans la déclaration de Jean-Paul Delevoye... 

"Pour sa défense, le ministre déclare à nos confrères : "C'est une omission par oubli. Je n’y ai pas pensé une seconde. Je reconnais que ce n'est pas responsable ". 

 

La situation confortable de M. DELEVOYE

 En plus de cumuler un salaire de ministre délégué de 10 135 euros brut et ses pensions de retraite liées à ses anciennes fonctions (rien d’illégal), Jean-Paul Delevoye occupe la fonction de président du think-tank Parallaxe de « Hep Education au sein du groupe de formation IGS » depuis 2017, avec à la clé une coquette rémunération. Selon sa déclaration, en 2018 et en 2019, il a perçu à ce titre 5368,38 euros mensuels, soit un montant annuel de 64 420 euros net. 

LA FACE CACHÉE DE LA CONTRE-RÉFORME

Ce que révèle cette information c'est qu'au-delà des appétits financiers personnels du personnage désigné par Macron c'est la face cachée de la contre réforme des retraites.

On en voit d'ailleurs la trace avec le taux de cotisation sociale consenti aux salaires de plus de 10.000 euros par mois de 2,8% au lieu des 28% pour les salaires au dessous de ce seuil.

Mesure conduisant à réduire le niveau de retraite escompté et destiné à pousser les plus hauts revenus vers la souscription au fonds de pension, aux assurances.

Nul doute que cette information va nourrir la détermination des travailleurs et des organisations engagées dans le combat actuel pour exiger le RETRAIT de la contre-réforme et à ne pas se contenter d'ajustements à la marge.

Ajustements par ailleurs destinés à entretenir/susciter la DIVISION.

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
 GRÈVES - « La COLÈRE va bien au-delà des retraites » : DÉBAT avec Jacques SAPIR, Henri STERDYNIAK, Nicolas DA SILVA et Stéphane SIROT

Réforme phare voulue par Emmanuel Macron, le passage à un système de retraite par points et la suppression des régimes spéciaux sont loin de faire l’unanimité. Mais au-delà de ces mesures, c’est toute la politique économique et sociale de l’exécutif qui semble contestée. Un an après le début du mouvement des Gilets jaunes, la grève du 5 décembre lancerait-elle l’« acte 2 » de la mobilisation sociale ?

Jacques Sapir et Clément Ollivier reçoivent :

-Henri Sterdyniak, cofondateur des Économistes atterrés et chercheur à l’OFCE,

-Nicolas da Silva, maître de conférences en économie à Paris 13, spécialiste de la santé et de la protection sociale,

-Stéphane Sirot, historien du syndicalisme et des mouvements sociaux, professeur à l’université de Cergy-Pontoise.

 

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le DESSIN du dimanche

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Ils n'arrêtent pas de dire qu'ils veulent défendre la retraite par répartition, la sauver car paraît-il elle serait menacée dans son financement.

MENSONGE !                 M-E-N-S-O-N-G-E !

La PREUVE :

Les mesures législatives entérinées au mois d'août en application d'une directive européenne et qui visent à créer "un environnement réglementaire favorable "à ?

Et bien FAVORABLE aux assurances pour la montée en puissance des fonds de pension !

D'ailleurs dans le prolongement et en application en quelque sorte, la contre-réforme des retraites prévoit une cotisation au taux de 2,8% pour les salaires de 10.000 euros par mois au lieu des 28% appliqués aux salaires en dessous de ce seuil.

L'enfumage du pouvoir étant de présenter cette proposition comme un acte de solidarité des plus hauts salaires au régime général des retraites, donc comme une mesure inspirée par le souci de solidarité.

ALORS que c'est d'abord une mesure destinée à pousser les plus hauts salaires à s'affilier à des fonds de pension,  puisque voués à percevoir une retraite moindre.

 

__________________________________________________

Les cadres gagnant plus de 10 000 euros brut par mois cotiseront donc (comme tous les autres salariés) à hauteur de 28% sur les 10 000 premiers euros gagnés. Au-delà, ils ne cotiseront plus qu’à hauteur de 2,8%, mais sans que cette fraction n’ouvre de droit à retraite.

Conséquence : les cadres ayant de très hautes rémunérations cotiseront moins qu’aujourd’hui, auront donc un meilleur salaire net, mais auront en retour une retraite plus faible, puisqu’ils n’acquerront plus de droits au-delà des 120 000 euros (alors qu’ils cotisaient jusqu’à 320 000 euros auparavant).
__________________________________________________

 

projet législatif d'août 2019

 

 

Mercredi 28 août 2019, Bruno Le Maire, a présenté en conseil des ministres le projet de loi ratifiant l’ordonnance n°575 du 12 juin 2019 relative aux activités des institutions de retraite professionnelle (IRP) ou fonds de pension. Prise en application de la loi PACTE, elle transpose dans le droit français une directive européenne et du Conseil du 14 décembre 2016 concernant les activités et la surveillance des institutions de retraite professionnelle (IRP) dite « IORP II » et a pour objectif de renforcer l’attractivité des organismes de retraite professionnelle supplémentaires.

Selon le compte-rendu du conseil des ministres, la transposition de cette directive, « d’harmonisation minimale », a été anticipé lors de la mise en place des organismes de retraite professionnelle supplémentaire par l’ordonnance du 6 avril 2017.

Ce texte instaure les mutuelles et unions de retraite professionnelle supplémentaire (MRPS et URPS) et les institutions de retraite professionnelle supplémentaire (IRPS) permettant ainsi, aux entreprises d’assurances, de proposer des Fonds de retraite professionnelle supplémentaire (FRPS).

L’objectif de la législation est de permettre aux organismes français de retraite professionnelle supplémentaire (sociétés d’assurance, institutions de prévoyance et mutuelles) d’évoluer dans un environnement réglementaire favorable et compétitif par rapport à leurs homologues européens.

 

Nous voilà donc TOUS prévenus : c'est bien le principe même de solidarité qui fonde le régime de retraites actuel, fondé à la Libération notamment et de manière décisive par les militants et les organisations de la CGT au plan syndical, qui est radicalement mis en cause au profit d'un régime assurantiel voué au contrôle de la finance, de l'état et des marchés financiers!

 


Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Laurent BERGER dans son rôle titre

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
On lâche rien
On lâche rien

CGT FAPT 60

Diverses Assemblées Générales Interprofessionnelles se sont tenues aujourd'hui, voici les actions décidées pour le mardi 10 décembre :

-Rassemblement 9H30 devant la base FM Logistic de Longueil Ste Marie ;

-Rassemblement 11 H devant Webhelp Compiègne.

Manifestations :

-Nogent sur Oise 10H (devant le LIDL) ;

-Beauvais 14h30 place des Maréchaux.

Dans notre secteur, Webhelp Compiègne reconduit le mouvement pour exiger le retrait de la réforme Macron/Delevoye.

On lâche rien !!!

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Crédit Photo:  Photothèque Rouge /Martin Noda / Hans Lucas

Crédit Photo: Photothèque Rouge /Martin Noda / Hans Lucas

 

L’intersyndicale nationale appelle à une prochaine journée de mobilisation (grève et manif) pour ce mardi 10 décembre, encouragée ou poussée par l’importance des manifestations et grèves du 5 décembre.

Ouf, il y a donc une suite, un autre point d’appui pour construire un mouvement social à la hauteur des enjeux. Car pour faire plier le gouvernement sur sa réforme des retraites et même au delà pour imposer des réponses aux urgences sociales, la confrontation est inévitable.

Les confédérations syndicales tergiversent entre discours radical (détermination pour le retrait de la réforme) et le bricolage d’une mobilisation au coup par coup, sans chercher en réalité, concrètement, à coordonner les secteurs en lutte, favoriser les AG convergentes dans les villes, à aider pour organiser des actions diverses entre les manif.

Les manifestations énormes de jeudi 5 montrent que la colère est là, qu’elle s’exprime. La confiance parmi les militantEs, les grévistes, manifestantEs revient peu à peu, l’espoir aussi de pouvoir changer la donne et cette perspective folle qu’un jour on peut ne pas perdre une bataille. Mais en même temps, il y a du stress, de l’inquiétude, de ne pas réussir, de manquer la bascule vers une lutte qui entraîne des millions de gens, qui permet d’entrainer celles et ceux qui soutiennent (voir les 69% des sondages) à devenir acteurs, à participer aux manif, aux grèves, à des actions de blocages économiques …

Il y a un bras de fer à engager, maintenant et on n’a pas beaucoup de marge pour réussir. Cette date du 5 décembre est tardive et à quelques jours des vacances et des fêtes on se dit que ça peut se compliquer pour nous.
Tout est possible aujourd’hui. On a les raisons de douter de nos forces, tant nous avons pris des coups, tant nous avons subi des défaites, tant les équipes syndicales, militantes se sont réduites. Mais nous avons autant de raisons d’espérer car la souffrance, le ras le bol, le besoin de dignité sont présents.

On le sait, il faut que ça explose vraiment, dans la rue, dans les quartiers, dans les entreprises. il faut faire trembler le gouvernement et les possédants, c’est la seule façon d’inverser le rapport de forces.
Le gouvernement recule en parole, cherche à calmer la situation, prend une posture plus modeste, parle de négociation, de compromis. Mais il n’y a pas de compromis possible comme il n’y a pas de négociation possible.
Il faut juste tout inverser, mettre en place une politique sociale, qui redistribue les richesses parmi la population, qui reprendre tout ce qu’on nous a volé depuis très longtemps, pour les services publics, pour les retraites, pour la sécu, pour les logements, pour les emplois … pour nos vies, notre avenir.
Et ça ne peut pas se faire autrement que par un mouvement profond, comme en 95 au minimum, comme en 68 ou en 36. et même plus encore, une révolte qui remette en cause le pouvoir, la proprieté des possédants.

Philippe Poutou

Publié par anti-K

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Carrefour Pleyel : des professeurs et étudiants ont bloqué le centre-bus pour soutenir les grévistes

Au matin du 5 décembre, des professeurs et étudiants du 93 sont venus en soutien des stagiaires et travailleurs du dépôt bus RATP Pleyel (Saint-Ouen), déterminés à faire une grève active contre la réforme des retraites. Trois professeures témoignent devant la caméra de leur soutien, et encouragent les autres secteurs en lutte à mettre tous leurs moyens en œuvre pour continuer la grève reconductible. Sur leur banderole on pouvait lire en lettres capitales : « on commence ensemble, on fini ensemble »

CONVERGENCE DES LUTTES

Au dépôt Pleyel RATP, le 5 décembre au matin, était organisé un blocage des bus conduits par les stagiaires et travailleurs de moins d’un an qui peuvent se faire licencier, qui ont notamment reçu l’appui des profs. On pouvait voir des slogans qui annoncent la convergence sous laquelle va se dérouler la journée : « On commence ensemble, on finit ensemble », ou encore « On peut tous être une Christine Renon », en référence au suicide d’une directrice d’école fin septembre.

Alors que le blocage des transports a servi d’appui à de nombreux travailleurs pour faire grève, dans un contexte où ceux-ci peuvent non seulement se faire pénaliser sur leur salaire mais aussi par leur hiérarchie, les secteurs mobilisés ont acté la convergence en allant bloquer le dépôt bus Pleyel, aux côtés des travailleurs précaires de la RATP.
« Les moyens, c’est la grève. Le 5 décembre, c’est bon, c’est plié, beaucoup de personnes seront en grève. Pour gagner réellement, il y aura le 5, 6, 7, le 8… Il faut vraiment travailler pour que les collègues se mettent en grève reconductible. Il n’y a que ça qui fera plier le gouvernement. Alors je sais que financièrement c’est compliqué, mais en réalité il y a des solutions. »

Ainsi, si les travailleurs risquant gros en bloquant eux même leur centre, ce sont les professeurs et étudiants, présents dès six heure du matin, qui ont réussi à ralentir les départs de bus, dont les conducteurs se faisaient gentiment huer. En leur faisant barrage mais aussi en discutant avec eux, ils ont ainsi été d’un appui remarquable au point qu’en quatre heures, seulement une quinzaine de bus avaient réussis à sortir du centre.

Pour visibiliser leur lutte et se soutenir entre secteurs, les professeurs ont mis en place une caisse de grève, accessible sur le site qui sert de relai d’information, et insistent sur les moyens à disposition pour continuer la grève reconductible. Comme l’une d’entre elles le souligne : « nous préférons manger des patates aujourd’hui que des cailloux demain ».

Et pour cause, ces travailleuses déterminées rappellent à quel point les politiques austéritaires de ces dernières années ont précarisé l’ensemble des personnel de la fonction publique et du privé : sacrifices sur la famille, sacrifices sur la santé, sacrifices sur les salaires.
«  La réforme des retraites à été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase… pour ma pension de retraite, je vais perdre très exactement 1036€. Et c’est pas fini, parce que je suis mère de famille. J’ai deux enfants et donc toutes les bonifications liées aux mères de famille je vais les perdre. Alors moi, je me suis arrêtée à deux enfants pour la perte parce que m’a tellement séché le moral que je ne suis pas allée jusqu’à trois enfants. Pour deux enfants on perd jusqu’à 1 800€ par an, donc en plus des 1036 €. Donc évidemment je ne vais pas rester chez moi, je vais faire grève.  » nous confie une professeure présente sur place.

Les piquets de grèves sont organisés quotidiennement, rendez-vous sur place pour continuer la grève jusqu’à la retraites des réformes !

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Visiteurs

468792

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog