SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Projet de loi de financement de la

 

Sécurité sociale 2021

 

POLITIQUE de CASSE, POLITIQUE de

 

CLASSE !

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

Ambroise CROIZAT

 

 

 

 

 

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

REFLET de la volonté hégémonique de l'oncle SAM.

Moyens financiers qui rendraient le monde meilleur en se portant sur les dépenses de santé, de logement, de rétribution des salaires, d'égalité hommes-femmes, de sécurité sociale ...

Pour enfin en finir avec la misère !

La gabegie des dépenses militaires US

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
MULLIEZ : REMBOURSE le CICE !
MULLIEZ : REMBOURSE le CICE !
MULLIEZ : REMBOURSE le CICE !

Plusieurs centaines de salariés d'Auchan, mais aussi d'autres enseignes de la galaxie Mulliez, comme Leroy Merlin, Alinéa, ou Top Office sont venus protester contre les nombreux plans sociaux annoncés, alors que le groupe a bénéficié du CICE.


Entre 400 et 500 personnes se sont réunis jeudi matin devant le siège du groupe Mulliez à Croix (Nord) à l'appel de la CGT pour protester contre "les plans sociaux en cascade" au sein de cette galaxie de nombreuses enseignes, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Il faut "rembourser les millions du CICE!" (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi), a lancé au micro devant les manifestants Amar Lagha, secrétaire général CGT Commerce-Service, derrière une banderole où on pouvait lire "halte aux massacres du droit du travail, stop au Medef et au gouvernement".


"Mulliez rembourse le CICE", ont scandé les participants, venus de plusieurs départements de France, majoritairement du Nord et de la métropole lilloise. La plupart sont des salariés d'Auchan, mais aussi d'autres enseignes de la galaxie Mulliez, comme Leroy Merlin, Alinéa, ou Top Office.

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Au nom de la « souveraineté » , les

 

députés approuvent le retour des

 

pesticides tueurs d’abeilles

 

Dans la nuit du 5 au 6 octobre, les députés ont approuvé le retour des néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d'abeilles. Ou quand les enjeux écologiques s'effacent devant la « souveraineté économique » de la France.

 

Ecologie

Crédits photo : agroscope

« C’est un texte difficile, important, qui ne veut pas opposer économie et écologie […] La question est celle de notre souveraineté ». Les propos tenus par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, a le mérite de la clarté, à défaut d’entretenir l’illusion sur les aspirations écologistes du gouvernement.

Absente lors du vote, Barbara Pompili, ministre de la transition écologique et qui avait mené le combat contre les néonicotinoïdes avant de faire un modèle de rétropédalage, n’a pas manqué d’être soulignée, sans pour autant que cela ne dénote d’un quelconque désaccord sur la question. En effet la ministre avait défendu, elle aussi une « décision difficile à prendre » tout en affirmant que sans une telle mesure, « il n’y aura plus de filière sucrière en France ».

Dans les faits, une majorité de l’Assemblée, en particulier la droite, s’est rangée du côté du gouvernement. « Il ne faut pas être dans le dogme et faire en sorte que la France reste un grand pays agriculteur » a ainsi indiqué Christian Jacob, des Républicains. Avec un certain cynisme, l’unanimité semblait de mise, en apparence, sur l’utilisation de ces pesticides tueurs d’abeilles.

Mais face aux intérêts économiques des grands groupes capitalistes, les enjeux écologiques s’effacent instantanément. En soi, le vote sur les néonicotinoïdes démontrent avant tout que toute alternative écologique un peu progressiste, y compris la mise hors circuit d’un produit aussi dangereux pour la biodiversité, se heurte à la logique de rentabilité capitaliste. Une preuve de plus, aussi, que la lutte écologiste ne peut être qu’anticapitaliste et révolutionnaire.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Vers un gel des retraites

 

complémentaires : comment faire payer

 

la crise aux retraités !

 

Sous le prétexte de la crise économique, les retraites complémentaires devraient être gelées pour un an jeudi 8 octobre prochain par l'AGIRC-ARRCO, l'organisme qui gère les pensions complémentaires. Une fois de plus, ces sont les plus démunis qui vont payer la crise !

 

Crise économique

crédit photo : PHILIPPE HUGUEN / AFP

Après les salariés, c’est au tour des retraités de payer la crise économique consécutive de la crise sanitaire. Les informations concernant le gel du point d’indice des pensions complémentaires de retraites laissent de moins en moins place au doute quant à la décision que devrait prendre en conseil d’administration les « partenaires sociaux » et les organisations patronales qui siègent à l’AGIRC-ARRCO (l’Association générale des institutions de retraite des cadres et l’Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés).

L’organisme fait face à un déficit de trésorerie de l’ordre de 6 à 8 milliards d’euros. Ce dernier a presque doublé par rapport aux prévisions que l’organisme avait établies pour la période 2019-2022. Mais des difficultés structurelles et l’absence d’aide de la part de l’Etat, bien décidé à réformer de fond en comble le système de retraite pour le précariser encore plus, ont en un sens préparé le terrain à ce gel du régime complémentaire de l’AGIRC-ARRCO. En effet, en mai dernier, Gérald Darmanin, alors ministre de l’action et des comptes publics, Olivier Véran et Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé des retraites, avaient donné une fin de non-recevoir aux demandes d’avance remboursables pour compenser les pertes liées à la crise économique et aux mesures gouvernementales comme le report de cotisations sociales.

De ce fait, ce sont près de 13 millions de retraités qui risquent de voir leur pouvoir d’achat baisser en raison de la crise économique à partir du mois de novembre prochain et ce pour une durée d’un an. Même si l’inflation est faible cette année (+ 0,1 point), cela n’est pas une raison pour se féliciter de la décision de ce gel tant la précarité touche aussi les retraités, comme on avait pu le constater lors du mouvement des Gilets jaunes. La récession qui risque encore de s’aggraver avec les fermetures d’usine et les nombreux plans de licenciement en cours va encore une fois être payée sur le dos des travailleurs et des retraités.

Du côté des organisations syndicales siégeant au CA de l’AGIRC-ARRCO, la CGT s’inquiète « de cette nouvelle perte de pouvoir d’achat » et que « les retraités soient une fois de plus pénalisés ». Les autres organisations syndicales, de la CFDT à la CFE-CGC minimisent le gel des pensions par tous les moyens possibles. « L’impact est assez faible » déclare le représentant CFDT tandis que Pierre Roger, administrateur CFE-CGC, joue sur le registre de l’effort national face à la crise : « Nous savons prendre nos responsabilités quand la situation l’exige ». Le responsable FO se félicite que « les retraités de l’Agirc-Arrco » gardent « le montant de pension par rapport à ce que subissent globalement les actifs » sans même que les cadeaux au patronat du plan de relance de Castex ne soient mentionnés.

Avec ce gel des pensions pendant plus d’un an, c’est encore une fois aux mêmes qu’on va demander de se serrer la ceinture tandis que le patronat continue de profiter du plan de 100 milliards d’euros de l’Etat.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Macron et Hirsch poursuivent la casse de l'hôpital public !

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : Factuel.info

 

La députée du Doubs Fannette Charvier, dans un communiqué daté du 24 septembre, exprime sa fierté d'avoir contribué à la loi de programmation pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Selon elle, cette loi redonne des moyens, du temps et de la visibilité à la Recherche. Nous souhaitons revenir sur ces points et démontrer que cette loi va à l'encontre des objectifs visés.

Commençons par un panorama très bref de l'état actuel de l'université. Le nombre d'étudiantes et étudiants augmente et le budget ne suit pas. Le recrutement non plus. A l'université de Franche-Comté par exemple, entre 2011 et 2019, on observe une augmentation de 20% du nombre d'étudiants, une baisse de 5% en nombre de personnels, et un budget en baisse d'1,5%.

Donner du temps aux enseignants-chercheurs doit commencer par là : un recrutement massif de personnels statutaires pour répondre à cette hausse prévisible et prévue des étudiants. Actuellement, les universitaires croulent sous les heures complémentaires et autres tâches administratives en lien avec ce surplus d'étudiants, tandis que des milliers et des milliers d'heures de cours sont assurées par des vacataires. Les activités de recherche se font sur le temps libre, vacances comprises.

Pire, ce maigre temps dégagé en activité de recherche est en partie accaparé par le montage de dossiers de demande de financements pour effectuer cette même recherche. C'est la logique des appels à projets qui sont devenus l'alpha et l'oméga du monde du supérieur. Dans quel autre métier, faut-il quémander les moyens d'effectuer son travail dans de bonnes conditions ? Cette logique, un temps cantonné aux activités de recherche, atteint maintenant les activités pédagogiques et même, récemment, les rénovations des bâtiments. À différents niveaux donc, des personnes choisissent le ou la chercheuse qui aura les moyens de chercher, l'enseignant qui aura le matériel dernier cri et le campus qui sera rénové. Les autres devront se débrouiller sans. Concurrence, concurrence, concurrence.

Au niveau de la recherche, ces appels à projets sont principalement gérés par l'Agence Nationale de la Recherche. Or la loi prévoit de financer davantage cette agence et donc de renforcer cette logique. Logique délétère pour la recherche qui aggrave les inégalités entre chercheurs et laboratoires, qui renforce les phénomènes de mode, qui attaque l'indépendance des chercheurs et qui favorise le temps court au temps long. Par exemple, Bruno Canard et son équipe, virologues spécialistes des coronavirus, avaient bénéficié de nombreux financements suite à l’irruption d’un virus de la famille de la Covid-19 en 2003. Le risque étant passé, les financements ont été coupés. Vision court-termiste dont on ressent les conséquences aujourd'hui. La communauté universitaire réclame un rééquilibrage important des financements par projets vers les financements pérennes.

L'université manque de personnels, c'est criant. Seul le statut de fonctionnaire peut permettre de garantir l'indépendance nécessaire aux enseignants et aux chercheurs. Or la loi crée deux nouveaux contrats qui ne vont pas dans ce sens. Le premier est le CDI de mission scientifique. La durée de ce contrat est bien indéterminée, mais pas comme on le comprend usuellement. Ce contrat dure le temps du financement d'un projet et n'ira pas au-delà. Or la recherche sur un sujet ne dure pas que le temps de son financement, bien heureusement. En plus de la précarité de ce type de contrat, un personnel qui aura acquis des compétences pointues sur un sujet sera remercié du jour au lendemain. Recruter des talents, c'est bien. Les garder, c'est mieux. On est très loin des besoins de la recherche. Le deuxième contrat est appelé chaire junior. Il s'agit d'un contrat de chercheur avec une période d'essai pouvant aller jusqu'à six ans. Rappelons ici que la moyenne d'âge de recrutement pour un maître de conférences, premier grade du métier d'enseignant-chercheur ou enseignante-chercheuse est aux alentours de 33 ans. Repousser de 6 ans une titularisation pour un ou une chercheuse est une aberration. L'argument principal avancé par les défenseurs de cette loi (et ils sont rares) est l'attraction de nouveaux talents. Or les talents sont déjà là, ils postulent chaque année sur des postes statutaires et n'arrivent pas à les obtenir faute de recrutements. Pour un seul poste, il n'est pas rare d'avoir une centaine de candidatures. Le but de ce nouveau contrat n'est donc pas d'attirer l'excellence, mais bien de précariser les contrats pour obtenir une main d’œuvre corvéable. 

L'effort budgétaire vendu par Fannette Charvier et consorts est également malhonnête. Comme le soulignent les économistes atterrés, la hausse de 25 milliards ne se décompose pas en un supplément de budget annuel de 2,5 milliards pendant 10 ans, mais en une hausse linéaire, si bien que l’essentiel de la hausse intervient à la fin de la période 2021-2030. Seul le budget 2021 engage réellement le gouvernement puisque ce sera le dernier qui sera intégralement voté sous cette mandature ; la hausse réellement prévue pour l’an prochain est de 104 millions d’euros, soit… 0,4 % des 25 milliards annoncés. Autant dire que le gouvernement actuel ne montre pas l'exemple et c'est un très mauvais signe pour le futur. D'ailleurs le Conseil d’État juge la programmation sur dix ans « particulièrement longue et sans précédent ». Il souligne qu'avec « un tel horizon, la portée de la programmation des crédits budgétaires ne peut être que limitée, spécialement en fin de période ». Cette promesse sera soumise à des « aléas nombreux et croissants avec le temps ».

Cette loi va donc à l'encontre des souhaits de la communauté qui sont principalement : plus d'emplois statutaires pour faire face à la hausse du nombre d'étudiants et étudiantes, plus de financements pérennes pour garantir une recherche de qualité sur un temps long et un budget réellement au service de la recherche et non déversé aux entreprises privées via l'arnaque du crédit impôt recherche.

Concluons par la question posée par le Conseil économique, social et environnemental, troisième assemblée de la République, à propos de cette loi : « Peut-on soigner un système avec les outils qui l'ont rendu malade ? ».

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Cargill : dividendes records, licenciements massifs à l’usine d’Haubourdin

Les syndicats de Cargill Haubourdin, concernés eux par un plan social économique, étaient venus en soutien aux Agfa qui rencontraient le préfet du Nord sur la fermeture de l’usine de Pont-à-Marcq, le 11 septembre 2020.

 

La Nouvelle Vie ouvrière, 5 octobre 2020

Le 21 novembre 2019 était brutalement annoncée la suppression de 183 postes sur 314 à l’usine Cargill d’Haubourdin (Nord), spécialisée dans les produits à base d’amidon. Les salariés de l’usine font les frais d’une réorganisation à l’échelle du groupe. Démarré il y a presque un an, leur combat continue.

Absence d’évaluation de la charge et des conditions de travail pour ceux qui resteront, insuffisance du plan de prévention des risques… Le 29 septembre, le tribunal de grande instance de Lille s’est à nouveau penché sur le plan de licenciement de l’usine Cargill à Haubourdin (Nord), spécialisée dans les produits à base d’amidon.

Avant le confinement, les salariés et leur avocat, Fiodor Rilov, avaient d’abord attaqué le contenu lui-même du PSE. Action retoquée par le tribunal, qui s’est déclaré incompétent. Désormais, c’est l’homologation du PSE par la Direccte, intervenue mi-août, qui est contestée.

« Une surcharge de travail »

Dorian Vallois, délégué syndical CGT à l’usine, prend un exemple précis, les « tournées de vigilance des opérateurs ». Imposées dans la nouvelle organisation de travail, elles consistent à relever un certain nombre de paramètres sur les machines. La direction assure que le processus existait déjà, mais qu’il est tombé en désuétude.

« Cela n’a plus rien à voir, rétorque Dorian Vallois. Désormais, cela prend deux fois une demi-heure à une heure, au début et à la fin de chaque poste. Sur un poste de huit heures, cela entraîne une surcharge de travail, alors que certains salariés n’arrivent même pas à prendre une pause casse-croûte d’une demi-heure. »

Alors que les premières lettres de licenciement pourraient partir dès la mi-octobre, le tribunal a fixé son délibéré au 3 novembre. Mais à Cargill Haubourdin, la lutte a démarré depuis longtemps, il y a presque un an. Le 21 novembre 2019 exactement, jour de l’annonce brutale de 183 suppressions de postes sur 314.

Au nom de la « nécessaire sauvegarde de (sa) compétitivité » et « des difficultés du secteur de l’amidonnerie de Cargill en France », la direction de l’usine explique alors qu’il faut fermer la ligne de production d’amidon d’Haubourdin… Laquelle devait faire l’objet d’un investissement de 15 millions d’euros venant juste d’être bouclé. Dans le même temps, le géant américain Cargill (155 000 salariés dans 70 pays) vient de servir à ses actionnaires un dividende de 1,13 milliard de dollars, en hausse de 76 %.

« C’est la pérennité industrielle même du site qui est interrogée »

L’argument des « difficultés » de Cargill a d’ailleurs été balayé par une expertise du cabinet Progexa, qui évalue à 5,9 millions d’euros le résultat du site d’Haubourdin en 2019. « Où sont les pertes abyssales ? », interroge le cabinet, qui ajoute : « Au final, c’est la pérennité industrielle même du site qui est interrogée. […] S’agit-il d’un plan européen [du groupe Cargill] supporté par le seul site d’Haubourdin ? »

Et le groupe est pressé. Il préfère ainsi laisser au chômage partiel la quarantaine de salariés de l’amidonnerie et acheter l’amidon dont il a besoin à son concurrent Roquette, à Lestrem (Pas-de-Calais). Quant aux silos de stockage du maïs qui servait à produire l’amidon, ils sont presque vides. « Le contenu a été vendu à d’autres sites Cargill », assure Dorian Vallois, qui prédit que la destruction de ces silos ne devrait pas tarder.

Par  | Photo(s) : Quentin Saison / AFP

 

Publié par anti-K

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Covid-19 et alerte maximale : A Paris, les

 
 

bars fermés mais la ligne 13 bondée

 

Alors que Paris a basculé en zone d'alerte maximale, de nombreuses images circulent sur les réseaux sociaux montrent des transports en communs bondés. D’un côté, le gouvernement annonce de nouvelles restrictions en fermant notamment les bars signe, s’il en fallait, de l’urgence sanitaire. De l’autre, les transports en communs sont bondés, faute de moyens, empêchant toute distanciation physique, et faisant prendre des risques importants de contamination.

Un lundi comme un autre ? Oui, enfin presque. Alors que Paris vient de passer en alerte maximale, de nombreux incidents ont eu lieu dans les transports en commun ce lundi matin. Des incidents qui ont touché plusieurs lignes du métro et du RER empêchant les usagers de respecter les règles de distanciation physiques.

Tôt le matin, la ligne 13 a vu ce matin d’importantes perturbations avec la panne d’un train qui a causé une interruption de trafic Invalides et Saint Lazare entre 7h30 et 8h30 en pleine heure de pointe. Des perturbations qui selon le Parisien ont duré deux heures en direction d’Asnières et Saint-Denis avec un retour à la normale peu après 10 heures.

Alors que Paris fermait les bars signe que la deuxième vague continue sur fond d’augmentation de l’occupation des lits de réanimation, plusieurs internautes se sont scandalisés de ces images qui montrent que les mesures prises sur le plan sanitaire ne sont pas suffisantes. Comme le note le journal l’indépendant : « Alerte Maximale pour les bars et restaurants ! Mais pas pour la ligne 13 à Paris ». Ce lundi matin, le hashtag #Ligne13 était le sujet le plus évoqué sur Twitter devant les images de cette ligne de métro qui traverse Paris du nord au sud.

Mais c’est aussi la ligne 14 qui a été interrompue pendant quelques minutes, en raison d’incidents avant un retour normale à 8 h 30. De même, toujours, selon Le Parisien, une panne de signalisation a occasionné une coupure du trafic sur la ligne 8, entre Concorde et Reuilly-Diderot, mais aussi sur la ligne L. Des perturbations ont aussi touché le sud du RER C, ou encore le T4 interrompu un rail cassé.

Ces images de ligne bondées montrent une fois de plus que la réponse du gouvernement et de la région Ile de France sur le plan sanitaire est loin d’être à la hauteur. Pendant qu’il ferme les bars à Paris, les travailleurs se retrouvent dans des métros bondés pour aller au travail, leur empêchant même s’ils sont masqués de maintenir un semblant de distanciation physique impossible. Une multiplication de panne qui montre aussi la vétusté du réseaux de transports en commun parisien, ainsi que le manque d’investissement et de moyens. Encore une fois l’expression que pour le gouvernement seul l’économie compte. Nos vies pas leurs profits.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le 15 octobre 2020, appel à la grève et la mobilisation par la CGT Santé et Action sociale

Il y a urgence face à l'épidémie qui enfle dans toute la France, notamment dans les grandes concentrations de population. Se joignent à cet appel: Sud Santé, les urgentistes de l'Amuf, les infirmiers du Snpi, les collectifs Inter-urgences et Inter-blocs. Aucune de ses organisations n'a paraphé le "Ségur de la santé" du gouvernement Macron.

 

Le préavis de grève, déposé par la CGT, revendique:

- Un véritable plan Emploi – formation, reconnaissance des qualifications.

- La titularisation et la résorption des emplois précaires.

- L’amélioration des conditions de travail et de vie, le respect des droits et libertés.

- Les moyens de protection ainsi que le matériel et les outils nécessaires pour exercer en toute sécurité.

- Des augmentations salariales, de reclassements, de reconnaissance des qualifications et responsabilités.

- L’abrogation des journées de carence, le financement à la hauteur des besoins de la sécurité sociale, la défense et maintien des avantages acquis statutaires, conventionnels et locaux, etc...

- Des embauches massives de personnels qualifiés.

- L’ouverture massive de lits pour désengorger les Urgences, en psychiatrie, dans les services de soins et les structures du médico-sociales et du sociales partout cela est nécessaires.

- La reconnaissance sans condition en maladie professionnelle de tous les personnels de santé et d’action sociale atteint par le covid-19.

- L’arrêt de la déréglementation possible sur le temps travail prévu par le protocole d’accord du« Ségur de la santé » et la baisse de temps de travail pour nos métiers pénibles.

- L’abrogation du décret sur les licenciements dans la fonction publique hospitalière.

- Un départ anticipé à la retraite pour tous et de meilleure pension de retraite.

- Un Projet de loi de financement de la Sécurité sociale répondant aux besoins des professionnels de la santé et de la population.

En revanche, les signataires dudit Ségur de la santé font bande à part. L'Unsa est aux abonnés absents. La Cfdt  dépose un préavis de grève pour le 12 octobre sans concertation aucune. Quant à Fo, elle mise sur le  Saint Glinglin, pardon, le 5 novembre.

Ah que c'est dur de faire du "syndicalisme rassemblé" entre syndicats français tous membres de la Confédération européenne de syndicats présidée par Laurent Berger patron de la Cfdt. Mais c'est là une tout autre histoire. Non ?

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Face au PSE chez Daher : une grève

 

annulée, mais que font les syndicats ?

 

Face à l’enfumage du « dialogue social » qui durait depuis 3 mois sans que cela change quoi que ce soit à l'ampleur de l'énorme plan de licenciement, la CGT Daher avait décidé de faire un pas en avant en appelant pour la première fois à la grève ce jeudi 1er octobre. Mais à la dernière minute, sous la pression des autres organisations syndicales, l'appel à la grève a été annulé.

 

Zéro licenciement, zéro baisse de salaire !

Daher a été la première entreprise aéronautique à annoncer en avril un PSE. L’annonce s’est concrétisée lors du CSE du 25 juin où la direction du groupe confirmait son intention de supprimer jusqu’à 1.300 postes en CDI et de ne pas renouveler les 1.400 contrats d’intérimaire. Suite à la crise sanitaire, pour les salariés c’est la double peine comme témoignait un travailleur du site Air Log1 à Cornebarrieu : « l’entreprise n’a pas fermé, alors qu’on est en période de confinement la direction nous dit vous pouvez travailler. On vient au travail la boule au ventre parce qu’on a peur d’être contaminé. Et ce qu’on récolte c’est des licenciements »

Après 3 mois de négociations, la situation n’a pas bougé et la direction reste sur un plan de licenciement qui vise à supprimer presque 3000 emplois sur les 8000 que compte l’entreprise. En conséquence la CGT Daher avait appelé à une grève ce jeudi 1er octobre mais a finalement reculé au dernier moment sous la pression d’un tract contre la grève des syndicats FO, CFE-CGC,CFDT et CFTC (voir ci dessous). L’appel à la grève a donc été malheureusement annulé à la dernière minute, alors même que quelques salariés avaient répondu à l’appel. Quelques soutiens d’autres entreprises s’étaient rendus sur les lieux dans le but de diffuser un appel à se coordonner entre toutes les boîtes de l’aéronautique, face aux attaques patronales. Ils ont pu rencontrer quelques salariés amers et remontés dont certains doutaient dès la veille que la grève serait annulée...

Zéro licenciement, zéro baisse de salaire !

Les syndicats FO, CFE-CGC,CFDT et CFTC se contentent d’une « promesse » de la direction (une semaine plus tard !) sur l’élargissement du périmètre de l’APLD (activité partielle de longue durée). Ce même dispositif qui permet aux entreprises de mettre en chômage partiel les salariés en payant moins de la moitié du salaire (60 % est pris en charge par l’état). Le récent décret du gouvernement concernant l’APLD vise d’ailleurs à faciliter les licenciements dans le cadre du dispositif. Les quatre syndicats se bornent à défendre un plan de licenciement plus modeste, plus acceptable (?) et l’élargissement d’un dispositif de chômage partiel qui baisse la rémunération des salariés concernés et ne donne aucune garantie qu’ils ne seront pas licenciés par la suite. Pourtant les trois mois de négociations passées prouvent bien que la direction de Daher n’est pas prête à lâcher du terrain.

Aucune illusion dans les négociations, l’urgence est à construire le rapport de force

A l’heure ou les plans de licenciements et les APC se multiplient dans l’aéronautique, les cadres de négociations seuls ne peuvent que donner une issue défavorable pour les salariés. La force des salariés se trouve dans leur nombre, leur capacité à s’allier entre différentes entreprises et à stopper la production par des actions de grève ou de blocage : les oreilles des patrons se trouvent dans leurs portefeuilles. Et de ce point de vue, les salariés de Daher disposent d’une force de frappe importante, le ralentissement ou l’arrêt de la plate-forme logistique Airlog pouvant fortement impacter les lignes d’Airbus. Aucun de ces éléments en faveur des salariés ne se trouve dans les réunions de dialogue social (si tant est qu’on puisse parler de dialogue et de social avec un couteau sous la gorge de 1300 licenciements), dans les salles de réunions feutrées où tout se joue selon les règles du patron. L’urgence est à construire un rapport de force par la grève sans aucune illusion dans le dialogue social comme nous l’as montré la lutte exemplaire des travailleurs de Derichebourg.

Les salariés de Daher disposent d’une grande force qui pourrait faire plier la direction. Pour s’en convaincre, il faut commencer par se réunir, faire des assemblées générales, que tous les collègues s’emparent du sujet et qu’il ne soit pas sous-traité à quelques élus qui s’enferment pour discuter avec le patron à l’abri des regards. Des milliers de suppressions d’emplois, c’est le problème de toutes et tous, tout le monde doit être acteur de la résistance. Une première journée de grève aurait permis de se compter, d’aller chercher les collègues plus hésitants et de commencer à exprimer le refus de tout licenciement et de toute baisse de salaire : à négocier qui sera licencié et comment, on en arrive forcément à diviser les salariés et à abandonner la lutte avant même de l’avoir commencée. Les salariés de Daher ne sont pas responsables de la crise qui frappe aujourd’hui l’aéronautique, ce n’est pas à eux de la payer !

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Visiteurs

445715

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog