SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Unilever Europe

UNILEVER, encore une fois, la main dans le sac ... Rappelez-vous qu'UNILEVER à été condamné récemment ( ICI ), et bien ce n'est pas fini. Ils viennent d'être de nouveau  condamné en Allemagne pour, tenez vous bien, "échange d'informations !!!! :

"Allemagne: amende à Unilever et Kraft pour échange illégal d'informationsBerlin (awp/afp)

Trois fabricants de produits de consommation, dont des filiales des géants Unilever et Kraft Foods, ont été condamnés à une amende de 38 millions d'euros en Allemagne pour "échange d'informations entravant la concurrence", a indiqué jeudi le gendarme de la concurrence.

Les filiales allemandes d'Unilever et de Kraft Foods, ainsi que le groupe allemand Dr. Oetker, ont été reconnus coupables par l'Office anti-cartel d'avoir échangé des informations, en violation des règles de la concurrence.

"La concurrence est entravée par ces comportements", a commenté le président de l'Office, Andreas Mundt, dans un communiqué, "même s'il ne s'agit pas des ententes classiques sur les prix, les territoires ou les clients".

L'enquête se poursuit sur un quatrième industriel, a précisé l'Office. Les faits constatés concernent entre autres le secteur de la confiserie, des glaces, des pizzas surgelées et des aliments pour animaux.

Kraft Foods est notamment propriétaire des marques Milka et Suchard ou encore des biscuits Oreo, Unilever des produits glacés heartbrand (Magnum) et des soupes Knorr. Dr. Oetker, marque très connue en Allemagne, fabrique entre autres des produits lactés et desserts, et des pizzas.

Les sociétés incriminées "ont organisé pendant des années des rencontres informelles", selon l'Office, pour s'informer mutuellement entre autres de leurs politiques de prix à l'égard du commerce de détail.

L'enquête a été lancée après un témoignage du groupe Mars, a encore indiqué l'Office. Du coup le groupe britannique, fabricant des barres chocolatées du même nom et d'aliments pour chiens et chats, échappe à une amende.

Le fabricant allemand de lessive et de cosmétiques Henkel a également participé par moments aux réunions illégales, mais n'est pas soumis au paiement d'une amende car il fait aussi l'objet d'une enquête séparée pour entente dans les articles de droguerie, précise l'Office.

Celui-ci a commencé à s'intéresser au marché des produits de consommation en 2008, et plusieurs enquêtes distinctes sont encore en cours, principalement dans les sucreries. Deux d'entre elles concernent des hausses de prix concertées sur certains produits.

sm

(AWP/17 mars 2011 15h17)

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Afin de motiver les salariés et surtout de revoir son OEE remonté, la direction a eu un éclair de génie en remettant en place la prime trimestrielle.

Nous avons rappelé à la direction qu’auparavant cette prime existait et n’a apporté que des conflits et une certaine zizanie, c’est à se demander « quelle est son but réel ».

Cette prime serait comprise entre 0 et 150€ en fonction de l’évolution de l’OEE et par palier, en atteignant l’objectif pour 2011 67,5% en shampoing et 75% en dentaire. (à date en shampoing  58% et 70% en dentaire).

Malgré nos interventions dans toutes les instances ainsi que le conflit que nous avons connu dernièrement ou les salariés ont pu s’exprimer et dire ce qu’ils avaient sur le cœur ; on aurait pu s’attendre à un déclic de la direction face à l’ampleur du mouvement et du malaise qui règne dans cette usine et bien il en est rien, la direction se préoccupe seulement de ses objectifs qui sont loin d’être atteint (s’inquiète t-elle déjà pour sa variable pay) en ce qui concerne  L’OEE !

On reste toujours avec les mêmes problèmes c'est-à-dire :

-          Problème d’effectif toujours en baisse, fin février nous sommes à 295 salariés CDI

-          Toujours plus de précarité

-          Charge de travail qui ne cesse de grandir dans les services périphériques (nous travaillons sur un dossier, celui-ci à peine fini que nous passons à un autre, pas le temps de le finalisé)

-          Dégradations des structures, stocks plus que limite, des moyens qui ne sont pas du tout à la hauteur et quand il s’agit de débloqué les fonds chacun se renvoi la balle, en attendant les problèmes restent !

En aucune façon la direction ne tient compte des revendications des salariés et ce n’est pas faute de l’avoir rappelé fortement lors de cette réunion, elle n’écoute rien, toujours dans cette logique leur OBJECTIF et être COMPETITIF !!    

   Mais à quel PRIX.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

HONTEUX

 

Un patron UNILEVER Monde qui gagne 396 000,00€/mois, il faut entretenir son pouvoir d'achat à ce Monsieur POLMAN Paul.

AUCHAN.JPG

AUCHAN Noyon

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Droit d'alerte

new_029-copie-1.gifVous pouvez prendre connaissance du courrier que la direction vient de faire parvenir à Frédéric BRIESMALIEN le secrétaire du CCE par email et par courrier recomandé.

dyn003_original_650_565_jpeg_2522062_e7b050e90c476-copie-1.jpg

Les deux courriers du secrétaire du CCE à la direction, avec notamment la demande d'un CCE extraordinaire

Courrier du 8 février 2011

Courrier du 9 mars 2011

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Comité de groupe France

Un échange de mail entre le cantonnier d'UNILEVER et notre collègue CGT, coordinateur France CGT :

Email de FAURE Frédéric

From: Faure, Frederic
Sent: Tuesday, March 01, 2011 4:34 PM
To: Beugin, Raymond; Leberquier, Olivier; Le-priol, jean-jacques; Labeye, Thierry; Garcin, Philippe
Cc: Pottier, Evelyne
Subject: REUNION COORDINATEURS COMITE GROUPE 4 AVRIL 2011

Bonjour, 

Cette année nous devons procéder à une nouvelle répartition des membres du Comité de Groupe en référence à l'évaluation des effectifs entre chaque collège et aux résultats des élections professionnelles au 31/12/2010.

J'ai souhaité vous informer à l'avance que cette réunion se tiendra le lundi 4 avril 2011 à 10h30 à la maison de la Chimie.

clochardJe vous ferai parvenir d'ici la fin de la semaine prochaine par courrier les éléments nécessaires à la tenue de cette réunion.

Dans l'attente d'avoir le plaisir de vous rencontrer.

Bien à vous,

Frédéric Faure

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Réponse de la CGT et les autres ?


From: Leberquier, Olivier
Sent: Wednesday, March 02, 2011 11:02 AM
To: Faure, Frederic
Cc: Pottier, Evelyne; Beugin, Raymond; Le-priol, jean-jacques; Labeye, Thierry; Garcin, Philippe
Subject: RE: REUNION COORDINATEURS COMITE GROUPE 4 AVRIL 2011
Importance: High

Bonjour à tous excepté au bourreau des salariés d'Unilever (il se reconnaitra).

 

Vous nous prenez vraiment pour des naïfs.

En 2007 nous avions reçu les documents le 5 février 2007 pour une réunion le 20 février 2007, en 2009 nous avions reçu les documents le 15 janvier 2009 pour une réunion le 10 février 2009.

Cette année vous nous envoyez un message le 1er mars sans les documents et vous vous permettez d'écrire que vous souhaitiez nous prévenir à l'avance que la réunion se tiendra le 4 avril 2011!!!

Peut-on espérer un jour que vous arrêtiez de prendre les représentants du personnel et leurs organisations syndicales pour ce qu'elles ne sont pas.

 

Amicalement à tous  excepté au bourreau des salariés d'Unilever bien évidemment,

Olivier Leberquier

Coordinateur CGT au Comité de Groupe UNILEVER France     

BAFFE

A suivre.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Infos divers sociétés et fournisseurs

Air-france-logo.JPGAlors que la direction d'AIR France avait dénigré la CGT avant les élections, les salariés en ont décidé autrement dans les urnes.

Tract de nos collègues CGT d'AIR France avec les résultats

 


Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #FRALIB

Message de nos collègues CGT de FRALIB

Photo 6 Fredéric SEGURAN Fralib 7.2.2011"Le TGI de Marseille a rendu sa décision le 7 mars comme prévu sur l’assignation de Fralib envers notre camarade David TANGAR, secrétaire du CHSCT.

Il déboute FRALIB de toutes ses demandes, il condamne FRALIB à verser au CHSCT la somme de 1800 € au titre de l’article 700 et aux dépends, comme nous l’avions plaidé cette procédure était bien abusive.

Une nouvelle victoire qui prouve une fois de plus la déloyauté de FRALIB et d’UNILEVER qui persiste à vouloir fermer cette usine en employant tous les moyens y compris les moyens  illégaux.

Suite à l’annulation ordonnée par le TGI le 4 février concernant le projet de fermeture de l’usine, la direction persiste et relance un  nouveau projet : elle convoque le Comité d’Entreprise pour une réunion extraordinaire le jeudi 10 mars à 9H30".

Nous appelons à cette occasion à une assemblée générale des salariés et à un large rassemblement jeudi 10 mars à 12H30 pour démontrer à la direction de FRALIB et d’UNILEVER que nous ne lâcherons rien et que nous continuerons à lutter toujours avec la même détermination et la même volonté contre la fermeture de l’usine pour le maintien de l’emploi et la poursuite de l’activité. 

 

A suivre.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #FRALIB

En créant l’USCC en 2006 dans un canton suisse, le groupe anglo-néerlandais a économisé, par an, 67 millions d’euros d’impôts sur les sociétés. En toute légalité.

Ce n’est pas le charme médiéval (quoique !) du canton de Schaffhausen près de Zurich (Suisse) qui a attiré les dirigeants d’Unilever mais plutôt son régime fiscal : 5 % d’imposition sur les bénéfices des sociétés contre près de 33 % en France. Le groupe anglo-néerlandais y a créé en 2006 Unilever Supply Chain Company (USCC), sa «chaîne logistique». Dans de vastes entrepôts où l’on stocke les matières premières comme le thé ? Sur une plate-forme de commercialisation routière ou ferroviaire ? Rien de tout cela. L’USCC c’est quelques ordinateurs dans un immeuble anonyme devant lesquels des bureaucrates brassent de l’argent. Quel rapport avec Fralib ? Comme l’a compris le tribunal de Marseille, instruit par l’expertise du CE, «Fralib a le statut de prestataire de services pour le compte d’USCC, un rôle réduit à celui de façonnier». Autrement dit, c’est USCC qui achète le thé et le met à disposition de l’usine provençale. Mais c’est aussi USCC qui vend le produit fini (des boîtes Lipton de 25 sachets double chambre) à ses filiales de distribution en France et en Europe. Deux méthodes principales de fixation des prix ont été validées par l’OCDE. Comme le détaillait l’Humanité dans son édition du 1er juin dernier, le modèle de tarification « cost plus » est défini par les coûts de conversion, c’est-à-dire les coûts de la main-d’œuvre et de l’exploitation, auxquels on ajoute une marge de 7 %. L’autre méthode consiste à calculer le prix de cession d’un produit sur la base d’une partie du profit qui sera dégagé dans le circuit commercial, USCC s’arrogeant alors 25 % de cette somme.

La particularité d’USCC est d’empiler les deux méthodes, ce que la CGT surnomme «le double effet Unilever». Le groupe agroalimentaire applique ce système à ses 60 sites de production en Europe qualifiés de «centres de coûts» , rapatriant ses bénéfices imposables vers le «centre de profits» de Schaffhausen. Unilever France (Royco, Amora, Miko, Lipton, Éléphant …) réaliserait chaque année plus de 200 millions de bénéfices imposables et, par la combine, USCC économiserait donc plus de 60 millions d’euros d’impôts. Autre «avantage» de cette grande trouvaille du capitalisme financier : planifier de façon purement comptable, bien au chaud en Suisse, la non-rentabilité d’une usine en court-circuitant son CE. Les salariés de Fralib sont en train d’en faire la douloureuse expérience.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #NAO 2011

Le-cri-du-peuple.jpgLa très grande majorité des salariés qui ont repris le travail ce matin, l'on reprit avec beaucoup de rancœur et de colère. Le mépris affiché par la direction et surtout son nouveau directeur est sans précédent.

Avant, nous évoquions fort logiquement le manque de dialogue social, mais là il est clair que celui-ci est vraiment inexistant. SOCIAL et dialogue humain ne font décidemment pas parti du langage d'UNILEVER.

Voir autant de salariés cesser le travail d'eux-mêmes, prés de 90% du personnel, aurait dû interpeller la direction !

Au lieu de cela, celle-ci jette le mépris et l'arrogance. Comme le disait beaucoup de salariés : "on c'est fait cracher dessus, la direction nous a sali".!!  

Le constat de ce conflit inquiète les salariés, surtout pour l'avenir, car la motivation du personnel, la direction l'a balayé sans un seul regard d’humanité, c'est-à-dire en tournant le dos à des salariés usés et brisés.

Rappelons-nous des propos de certains salariés pour la fermeture du R&D et le capillaire sur l'usine : "on ne si prendrait pas autrement pour tuer le capillaire en France et à Le Meux"…

Eh bien là, c'est le même sentiment qui prédomine dans les services et ateliers ; que nous réserve la direction d'UNILEVER France ?

On ne peut dire ou annoncer un plan "Vision 2013", une de plus, et ne pas faire un geste en direction des salariés afin de retrouver une motivation. Si réellement la direction ambitionnait de redémarrer le site vers un "bel" avenir, elle aurait dû entendre la demande des salariés par une belle augmentation générale.

Au lieu de cela, rien, et que du baratin habituel avec des promesses d'un autre monde, qu'une bonne partie des salariés ne croient plus et que certain ne croyaient déjà pas depuis belle lurette.

Alors hier, il a été de notre responsabilité en tant qu'organisation syndicale de faire le constat que les salariés étaient assommés face aux propos de la direction, vidés et usés moralement. Ce qui est étonnant, c'est que beaucoup souhaitaient non pas reprendre le travail, mais seulement arrêter la grève par dégoût au vu de la provocation verbale de la direction et surtout de son nouveau directeur !

Les sbires de la direction avec leur "varaible paye" à 8, 10, 15, 20 000 ou 30 000,00€, n'ont bien entendu que le sourire sur les lèvres quant-ils voient des salariés reprendre le travail dans la souffrance avec le goût amer. Eh oui c'est bon pour leur objectif de fin d'année, encore une fois sur le dos de « la France d'en bas ».

Alors hier nous avons rencontré la direction, le DRH et le directeur vers 19h15. Il était question de discuter d'un éventuel accord afin d'aménager au mieux l'impact de la grève pour les salariés.   

La direction à fait des propositions sans pour cela prendre en considération ce quelle a entendu de la part des salariés ni ce qu'elle avait dit devant eux ; que les salariés s'exprimaient avec leur cœur et leur tripe !!! Mais que ceci est mignon, ben voyons ; elle a renvoyé d'un revers de main ce quelle avait dit devant les salariés, il ne manquait plus que le sourire.

En tout cas, l'arrogance et la provocation sont les maîtres mots de la direction, elle a encore étalé son talent hier lors de cette rencontre. Elle a osé demander aux élus et sous forme de chantage, de renoncer au droit d'alerte économique voté en novembre 2010 et en échange de quoi il donnerait une prime aux salariés !!

Et ce n'est pas fini, car ce matin la direction a interpellé des élus de la CFDT de l'usine pour leur dire que si l'accord de fin de conflit n'était pas signé en l’état, il traduirait devant les tribunaux tous les salariés qui ont provoqué des dégradations ou qui ont empêché les intérimaires et les sous-traitants de rentrer sur le site !!

Tout ce chantage est ignoble, on se demande réellement où veut aller la direction du site et d'Unilever France, car c'est bien au siège à RUEIL-MALMAISON que les décisions se prennent.

N’avait-elle pas comme objectif que le conflit se durcisse et s'enlise dans le temps afin d'avoir contre-la-repression-serrons-les-rangs.jpgdes justifications concernant l'avenir du site de production ?

Nous avons que certain d'entre vous ont eu cette réflexion, mais est-ce une raison valable pour se taire ou baisser son froc comme le disait le poulain de la direction ?  

Pour ce qui concerne la CGT, notre position est claire ; nous n'acceptons pas ce chantage concernant le droit d'alerte et encore moins le chantage à la signature. Nous avons demandé par mail à la direction deux choses :

-          - que la direction signe  sa note d'information , celle du 22 février 2011, 13h30

-         - que dans le protocole de fin de conflit soit retirée la partie qui concerne l'accord, car ce sont deux  choses totalement différentes. Signer le protocole de fin de conflit c'est accepter l'accord NAO en même temps. 

De toute façon nous attendons la rencontre avec les salariés lors des réunions d'info avant de prendre une décision.

A bientôt

Le protocole de fin de conflit est ci-dessous

cheval_017.gifConcernant la note d'information de la direction qui n'est pas signé (ci-dessous) par la direction, elle a été envoyée par mail aux organisations syndicales hier soir à 23h36 avec le message suivant de M.DEVILLERS : « vous trouverez ci-joint le protocole de fin de conflit soumis à votre signature demain matin reprenant les éléments dont nous avons parlé lors de nos réunions de début de soirée. Ce document sera disponible dans mon bureau demain matin à partir de 10h30. Cordialement »

Il est nullement fait référence à une date limite de signature, mais la direction persiste et signe dans le cynisme.

photos_humour_oiseaux2014.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #NAO 2011

new_029-copie-1.gif

Les réunions auront lieu à parti de demain

Réunions d’infos au personnel

Les réunions auront lieu en fin d’équipe mardi 23 février Durée environ (30mn)

Pour l’équipe de nuit à partir de 5h50,

 l’équipe du matin 13h20 et l’équipe du soir 20h50.

Pour le personnel en journée, elle aura lieu à partir de 16h (le temps ne sera pas payé)

Les 3 organisations syndicales

Nous évoquerons avec vous les nouvelles menaces et provocations de la direction.

CRS

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #NAO 2011

Vous pouvez prendre connaissance du courrier que nous venons de faire parvenir à la direction du site, mais aussi à la direction France.

90% des salariés sont grévistes, et la direction ne mesure pas l'ampleur de ce conflit, c'est vraiment incroyable. La haine est dans la bouche des grévistes.

PDF

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #NAO 2011

UNILEVER rime avec colère et misère

CRS

La direction d'UNILEVER doit prendre la pleine mesure de ce conflit et revenir à la table des négociations pour trouver un accord de fin de conflit avec les organisations syndicales sur les salaires et pour une forte amélioration des conditions de travail. 

Pour info, la décision est prise de laisser libre accés au parking que pour lundi, pour un esprit "d'ouverture" . Encore un geste des salariés. Ce matin le directeur DESOMBRE Yves Edouard a voulu jouer les gros bras, les salariés présents lui en ont mis plein la tronche verbalement... new_029-copie-1.gifAprès avoir entendu des intérimaires vouloir aussi participer à la grève en ne venant pas travailler (que nous avons résonné depuis), ils soutiennent dorénavant la lutte des salariés d'UNILEVER grévistes d'une autre façon, puisqu'ils ont décidés d'effectuer une quête.  Il faut souligner ce grand élan de générosité de ces salariés intérimaires qu'UNILEVER exploite. BRAVO et MERCI.

Voir les commentaires

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog