SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Municipales 2020: abstention historique, défiance populaire envers la classe politique et qui a perdu le Nord?

Politologues ou autres machin chose de la politique qui parlent abondamment à la télé, nous l'avaient prédit: Parmi le personnel politique, les maires sont les plus populaires. Vous allez voir ce que vous allez voir malgré le covid-19. Bien, on a vu: 2e tour, 59% d'électeurs ne se sont pas déplacés, des abstentionnistes en hausse sur le 1er tour, notamment dans les cités et quartiers à forte concentration populaire.

Il faut dire que les lignes politiques actées dans le programme électoral des candidats manquaient de clarté, c'est le moins que j'ose dire.

Si je prends le Pcf, longtemps cher à mon coeur, une chatte n'y a pas retrouvé ses chatons. Quelques exemples: Dans le 78 à Achères et à Limay, deux têtes de liste communiste s'affrontaient. Dans le Nord, le Pcf est élu à Lille sur la liste de Martine Aubry (PS); dans la grande commune voisine de Villeneuve d'Ascq, le Pcf ne figurait pas sur la liste du maire socialo sortant. A Paris, où se tient le siège national du Pcf, place du colonel-Fabien, le PCF faisait liste commune avec le PS dès le premier tour. Dans la ville voisine de Saint-Denis, dans le 93, le Pcf sortant affrontait une liste socialiste.

Si je prends EELV qui ravit des villes importantes à la droite. Il y a loin du ni-ni instauré par le patron de leurs eurodéputés Yannick Jadot. Ces succès ont été remportés avec des "unions de la gauche" que ledit Jadot décriait abondamment.

Mais attention, à l'arbre vert qui cache la forêt du Marché. En république d'Irlande, les Verts ont pactisé avec les deux partis de droite pour former un gouvernement fidèle aux dogmes de l'UE du capital. Ils laissent sur le bord du chemin, le parti républicain, formation progressiste arrivée en pôle position aux législatives et favorable à la réunification de l'Irlande.

A mon avis, le combat de classes demeure toujours d'actualité contre l'appétit du capitalisme à croquer notre terre et les hommes. Mais ce sont dans les entreprises et dans les manifestations qu'on lui fermera sa gueule. Le reste n'est que de la politique politicienne à laquelle le vrai monde du travail ne croit plus.

Dès lors, amis et camarades, poursuivons le combat et retenez cette date.

Municipales 2020: abstention historique, défiance populaire envers la classe politique et qui a perdu le Nord?

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
GUADELOUPE : mobilisation contre la répression !

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
CHEMINOTS CGT de VERSAILLES : NON au soutien à l'opération MARKEL-MACRON !

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le Conseil d’Etat interdit les caméras thermiques dans les écoles d’une commune de l’Essonne

Le Conseil d’Etat a ordonné, vendredi 26 juin, à une commune de l’Essonne de cesser d’utiliser des caméras thermiques installées dans les écoles pour lutter contre la propagation du Covid-19. Saisie par la Ligue des droits de l’homme (LDH), la plus haute juridiction administrative en France « ordonne à la commune de Lisses de cesser l’usage des caméras thermiques qui avaient été déployées dans les écoles ».

Le Conseil d’Etat estime en effet que ces installations « portent manifestement atteinte au droit au respect de la vie privée des élèves et du personnel, contrairement à la caméra fixe installée dans le bâtiment municipal, dont l’usage n’est pas obligatoire ».

Dans le contexte de propagation de l’épidémie de coronavirus, la commune de Lisses – plus de 7 500 habitants – avait décidé d’installer, à compter du 17 avril, des caméras thermiques, fixes et mobiles, dans des locaux administratifs et à l’entrée d’écoles élémentaires.

La Ligue des droits de l’homme dénonçait un « traitement de données personnelles » opéré « sans consentement éclairé ».

La semaine dernière, la CNIL, gendarme français des données personnelles, avait déjà alerté sur le recours rapide et incontrôlé aux caméras, par des collectivités ou des entreprises, destinées à mesurer la température, à vérifier le port du masque ou à s’assurer du respect de la distanciation physique, dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

 

« Un traitement automatisé de données

 

personnelles »

 

« C’est une vraie victoire qui a vocation à faire jurisprudence (…) au-delà de la commune de Lisses », a réagi l’avocat de la LDH, Patrice Spinosi. « Le droit européen imposait la solution. On ne peut pas faire n’importe quoi avec les nouveaux outils numériques au seul prétexte de vouloir garantir la santé des personnes », a-t-il déclaré.

A l’audience mardi, le maire de Lisses, Thierry Lafon (divers droite), et l’avocate de la commune, Me Claire Waquet, avaient défendu une mesure strictement locale, prise « dans le cadre de la lutte contre une épidémie » pour préserver employés municipaux et écoliers. Ils avaient relevé qu’aucun parent d’élève ne s’était plaint et souligné qu’il n’y avait « aucun stockage de données », contestant un « traitement de données personnelles ».

Or c’est bien ce « traitement » de données que vient sanctionner le Conseil d’Etat. Le juge des référés constate qu’élèves et enseignants « doivent obligatoirement se soumettre à cette prise de température pour accéder à l’établissement et qu’un résultat anormal entraîne l’obligation pour eux de quitter l’établissement ».

Il « en déduit que cette collecte de données de santé constitue un traitement automatisé de données personnelles au sens du RGPD (règlement général sur la protection des données). En l’absence notamment de texte justifiant l’utilisation de ces caméras pour des raisons de santé publique et en l’absence de consentement des élèves et du personnel, les conditions ne sont pas remplies pour permettre un tel traitement des données ».

Le juge estime donc que la commune de Lisses porte « une atteinte manifestement illégale au droit au respect de la vie privée des élèves et du personnel, qui comprend le droit à la protection des données personnelles et la liberté d’aller et venir ».

 

Publié par anti-K

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Congés payés

Publié par CGT COMPIEGNE FACEBOOK

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Comme ça, en passant, en ce dimache 28 juin de l'an de grâce à Macron

J'ai inséré ma chronique dans la catégorie politique, je n'ai toujours pas de fichier farces et attrapes, ni d'ailleurs bienfaits du capitalisme libre et non faussé

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
CHAMBERY : action CGT pour l'annulation de la contre-réforme chômage

Vendredi, devant l’agence Pôle emploi Chambéry Mudry, une vingtaine de militants CGT ont mené une action de sensibilisation avec distribution de tracts sur les conséquences de la réforme de l’assurance chômage.

« Cette mesure laisse sur le carreau nombre de saisonniers et de travailleurs précaires, intérimaires ou CDD »
« Malgré la crise sociale sans précédent qui se profile, le gouvernement maintient sa réforme de l’assurance chômage. La première phase, entrée en vigueur le 1er novembre dernier, durcit les conditions d’accès portant de quatre à six mois travaillés (ou 910 heures) pour l’ouverture de droits. Cette mesure laisse sur le carreau nombre de saisonniers et de travailleurs précaires, intérimaires ou CDD qui ont vu leur saison amputée par le confinement ».

« Initialement prévue de s’appliquer au 1er avril 2020, la seconde phase a été reportée au 1er  septembre. Elle va modifier les règles de calcul de l’indemnisation, entraînant une baisse moyenne des indemnités de 22 %. Pour les privés d’emploi, c’est souvent la double peine avec la baisse ou la perte de leur allocation-chômage.

Face aux risques de nouvelles crises sanitaires, économiques, écologiques… et à leurs conséquences sur l’emploi, la CGT demande l’annulation de la réforme de l’assurance chômage, la prolongation des droits pour tous et toutes comme prévu pour les intermittents du spectacle, de trouver des solutions pour indemniser les sans-emploi et de faire de l’emploi des jeunes une priorité absolue  », a longuement détaillé Antoine Fatiga – CGT saisonniers Aura, membre du collectif confédéral CGT précarité.

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Sanofi et le monde d'après selon Macron

CAPTURE D'ECRAN LE DIVIDENDE SANOFI

Sanofi, entreprise française, distribue plus de 3 milliards d'euros à ses actionnaires, reçoit un bonus de 600 millions d'euros publics et supprime plus de 1 000 emplois en France. Surtout ne cherchez pas l'erreur.

En revanche, ceci ci-dessous est toujours d'actualité dans les feuilles de route chères à un ex-banquier d'affaires, ou à la droite de Sarkozy-Fillon, ou à l'extrême droite de la fille de son père et à la petit-fille de celui-ci. A bon entendeur, salut!

Sanofi et le monde d'après selon Macron

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Comme le prouvent les cas de SANOFI et de lNOKIA, a pandémie est utilisée pour mettre en oeuvre des plans de restructuration et de licenciements prévus bien avant le coronavirus.

La logique de ces plans ayant l'objectif de réduire les dépenses en personnel pour augmenter les dividendes des actionnaires.

Les Accords de Performance Collective (APC) adossés au chantage exercé contre les personnels constituant l'outil de cette politique.

tandis qu'en application des contre-réforme régissant le travail les accords d'entreprise sont destinés à contourner les garanties collectives et celles du code du travail en privant les travailleurs des protections juridiques conquise spar les luttes antérieures.

Pour faire obstacle à cette entreprise, pas d'autre vie que la lutte sans illusion sur les soit-disant vertus du "dialogue social"!

_____________________________

AERONAUTIQUE : mobilisation le 9 juillet pour la défense de l'emploi !

La première organisation syndicale représentative de la filière aéronautique en Occitanie appelle à une journée d’action et de mobilisation dans la région, le 9 juillet. La CGT dénonce notamment « un chantage à l’emploi » dans ce secteur durement frappé par la crise du coronavirus.

La CGT, première organisation syndicale représentative de la filière aéronautique en Occitanie, appelle à une journée d’action et de mobilisation dans la région le 9 juillet pour défendre l’emploi dans ce secteur très impacté par la crise sanitaire.

Avec 110 000 emplois directs, la filière aéronautique représente le premier employeur privé dans plusieurs départements de la région où le syndicat invite les salariés à exprimer leur ras-le-bol et leur colère.

Alors que dans plusieurs entreprises du secteur, des négociations s’ouvrent autour d’accords de performance collective (APC) pour faire face à la crise et à la baisse d’activité, la CGT dénonce un chantage à l’emploi.

Crainte des « baisses de salaires »

Après Derichebourg Aeronautics Services où un APC a déjà été signé, des discussions sont en cours pour remettre en cause des acquis sociaux au sein du groupe d’ingénierie Expleo, ex-Assystem ou encore chez Mecachrome, Safran et chez le fabricant de fixations Blanc Aero dans l’Aveyron, explique Lionel Pastre, secrétaire régional CGT Occitanie.

Dans de nombreuses entreprises, la crise du Covid est une opportunité pour faire des compressions d’effectifs, imposer des baisses de salaire, estime la CGT.

Pour le syndicat, cette instrumentalisation d’une crise conjoncturelle pourrait déboucher sur une crise structurelle qui mettrait à genoux les sous-traitants, très dépendants d’Airbus et des grands donneurs d’ordre.

Airbus accusé de « noircir le tableau »


Alors qu’Airbus a réduit son activité de 30 % et pourrait annoncer des décisions amères dans les prochains jours selon les mots de Guillaume Faury, le directeur général de l’avionneur dans une récente lettre aux salariés, la CGT l’accuse de noircir le tableau.

Nous avons 7 600 avions à fabriquer, huit années de carnet commande devant nous. En mai, nous n’avons eu aucune annulation. Les donneurs d’ordre, y compris Airbus noircissent le tableau pour faire accepter aux salariés des gains de productivités, estime Michel Molesin, coordinateur CGT chez Airbus

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Travailleuses : de l'invisibilité à la lumière

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Unilever investit 100 millions d’euros en Chine

Le groupe Unilever vient d’annoncer qu’il avait commencé la construction d’une usine de 100 millions d'euros (112 millions de dollars) à Taicang, dans la province du Jiangsu en Chine, selon la presse locale. Il s’agira « de la première usine de crème glacée au monde intégrant automatisation, intelligence artificielle et agilité », selon Rohit Jawa, vice-président exécutif d’Unilever North Asia. La nouvelle usine du site de Taicang devrait couvrir une superficie de 67 000 mètres carrés. L'usine devrait être opérationnelle au début de 2022, avec une production annuelle de 150 000 tonnes de crème glacée.

 

Publié par reussir.fr

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Chantage à l’emploi à Athos Aéronautique : un APC ou 240 suppressions de postes

La direction de Expleo Athos Aéronautique a annoncé un APC (accord de performance collective) à ses salariés, venant supprimer leurs acquis. Le syndicat majoritaire FO à refusé l'accord qu'il juge « inadmissible ». La direction a riposté avec un chantage à l'emploi en menaçant les salariés d'un plan social qui met en cause 240 emplois sur 500.

CE N'EST PAS AUX TRAVAILLEURS DE PAYER LA CRISE !

A Athos Aero, la direction veut faire payer la crise à ses salariés. L’accord de performance collective que tente d’imposer la direction aurait des conséquences dramatiques sur les conditions de vie des salariés. En effet, la direction veut baisser jusqu’à 15 % du salaire, supprimer les indemnités kilométriques, et supprimer les majorations d’équipes. L’accord prévoit également de diminuer considérablement les primes de management, d’encadrement et d’objectif cadre.

Cet accord, vient remettre en cause tous les acquis qu’ont conquis les salariés au cours de ces dernières années. Comme le dénonce le syndicat FO, l’accord de performance collective vient non seulement rogner les acquis et salaires des salariés, tout en ne donnant en rien une garantie sur l’avenir des emplois. Comme l’indique le syndicat dans son tract du 19 juin, « La direction allant même jusqu’à affirmer à plusieurs reprises qu’un PSE se ferait avec ou sans APC. » Il s’agit donc d’un véritable chantage a l’emploi, qui vise a faire payer les conséquences de la crise aux salariés.

Le syndicat FO dénonce les plans de la direction et avance des éléments pour dénoncer les efforts demandés aux salariés alors que la direction n’est quant à elle évidemment pas prête à faire une quelconque concession sur ses profit. Préférant utiliser les salariés comme variable d’ajustement. Le groupe ne compte également revenir sur aucun des privilèges accordées à la direction. Le tract de FO du 19 juin remet en question les management fees « ces millions d’euros qui coûtent à Athos pour rémunérer les responsables cadres et dirigeants Expleo « gérant » Athos », ainsi que les taux de marges, les dividendes, et les salaires des dirigeants et des responsables.

Il s’agit de mettre en lumière l’hypocrisie du discours des dirigeants et la direction de la boîte, qui parle sans cesse « d’efforts collectif » face à la crise, alors que ce sont les salariés qui en payent les frais. Et ce pour le maintien des profits de leurs patrons. Ainsi,pour montrer l’hypocrisie de la direction qui parle de difficulté financière et qui n’a pas réduit les dividendes d’un centime. le syndicat exige une transparence totale face aux comptes de l’entreprise.

Le 26 juin, se tient la dernière négociation concernant cet accord de performance collective, que le syndicat majoritaire est résolu à ne pas signer, face à cette décision, la direction menace d’un plan de licenciement, qui concerne 240 salariés, sur 500 salariés. Le syndicat majoritaire est catégorique : il ne signera pas, pas question d’accepter de telles attaques aux salaires et aux droits des salariés.

A Derichebourg Aéronautics, un autre sous-traitant de la région, la direction a employé le même chantage, en imposant, avec l’appui du syndicat majoritaire un accord de performance collective qui détruit les acquis des salariés. Si ces derniers refusent la modification de leur contrat de travail, ils doivent quitter leur emploi. Les salariés de Derichebourg, qui se sont mis en grève contre cet APC dénonçaient dès-lors un plan social déguisé.

Face a un tel mépris des patrons voyous qui condamnent les salariés a la précarité ou au chômage, il faut exiger l’interdiction des licenciements et des baisses de salaires. Il est intolérable que les salariés payent les frais d’une crise dont ils ne sont pas responsables.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Visiteurs

445715

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog