SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

info importante usine

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

 Rappel sur cette fameuse prime sur dividendes 

Voici la définition du mot « Négociation » dans Wikipédia : 

La négociationest la recherche d'un accord, centrée sur des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables entre deux ou plusieurs interlocuteurs (on ne négocie pas avec soi-même, on délibère), dans un temps limité. Cette recherche d'accord implique la confrontation d'intérêts incompatibles sur divers points (de négociation) que chaque interlocuteur va tenter de rendre compatibles par un jeu de concessions mutuelles.

En aucun cas lors de cette réunion sur la prime des dividendes, nous avons été dans ce cadre ; comme nous l’avons déjà dit, la direction à sa propre définition du mot Négociation et il se trouve dans le dictionnaire D’UNILEVER ! Il se résume au chantage à signature en remettant en cause l’absentéisme.

Dans le courrier que nous avons tous reçu, la direction rend responsable la CGT et la CFDT sur la décision qu’elle a prise. Pourtant lors de cette journée, toutes les Organisations syndicales étaient contre de leur manière de faire,  soit que le montant était très inférieure par rapport aux attentes soit que cette prime aura un impact sur les coûts de l’usine.

C’EST DU FOUTAGE DE GUEULE !!!

Pas besoin de la représentativité, la direction aurait très bien pu prendre la décision de verser la prime sans aucune condition ! Demandez-leur pourquoi elle se comporte ainsi !

Il faut que les salariés comprennent que le but de la direction est de nous « DIVISER » pour quelques EUROS

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

 

imagesCAYUWS27-copie-1.jpg

Mardi matin à 05H50 le travail a repris son cours avec une certaine frustration.

Ce qui est dommageable, c’est surtout l’inaction des salariés qui se plaignent en permanence et quand ils ont l’occasion de se faire entendre, ils se cachent derrière un tas d’excuses.

Le plus navrant c’est de voir peu de salarié (personnel de journée) dehors malgré les propos tenus par la direction dans le cadre de la GPEC « elle envisage de réduire les postes indirects dans le cadre de la pérennité et la compétitivité du site », les services généraux qui seront bientôt sous-traités…personne n’est à l’abri. Tous, subissent cette charge de travail qui ne fait que d’augmenter, cette journée aurait pu être d’une autre ampleur si les gens n’étaient pas aussi individualistes.

 

Tous les postes sont dans la ligne de mire de notre direction et elle n’est pas prête de s’arrêter !

Six postes au secteur dentaire seront supprimés (tenus par des intérimaires), cette charge de travail sera supporté par le personnel de ligne et en échange une compensation financière de 45€ ; c’est tout bénéf pour UNILEVER mais pas pour les salariés où les conditions de travail se dégrade une fois de plus et malheureusement pour certains l’argent prime au détriment de la santé et l’emploi !

 Pour la CGT, une compensation financière ne peu justifier des suppressions de postes, rien ne vaut «L’ EMPLOI » surtout quand le GROUPE se porte bien financièrement.

Nous en avons ras-le-bol d’être la partie variable  pour toujours plus de profit !

 

 

 imagesCA70HQOT-copie-1.jpg          97be7330.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Suite au projet COLIBRI (suppression des approvisionneurs caisses dentaire, 3 postes sont supprimé) mis en place par la direction depuis ce matin.

Les salariés du dentaire ont décidé à partir de ce matin 07H00, de se mettre en grève.  Dans d’autres services les salariés ont suivi le mouvement. (Production shampoing, palettisation, maintenance, process, qualité…)

 Cette course pour «le rendement au moindre coût » dégrade les conditions de travail et aucune personne dans cette usine n’ait épargné !

Les 3 heures de débat avec la direction n’ont rien donné, elle se borne à son projet, peu importe les conséquences à venir pour les salariés.

Afin de nous faire avaler leur pilule, la direction veut mettre en place une prime.

Pour les salariés, le message est clair, ils sont contre cette compensation financière au détriment de l’EMPLOI !

Nous exigeons le retrait du projet COLIBRI et le retour des APPRO CAISSES!

Motivation

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

La direction cherche à mettre la zizanie vis-à-vis des salariés sur cette fameuse prime sur les dividendes,  l’absentéisme reviens sur la table à chaque fois, surtout quand on parle d’argent ! La direction à sa part de responsabilité sur l’absentéisme, eh bien, qu’elle s’en donne réellement les moyens pour y arriver. Cette manière de faire prouve bien leur impuissance !

Sous prétexte de perdre une poignée d’€, nous devrions signer leur TORCHON !

Cela voudrait dire que nous sommes d’accord dans leur façon de faire, tous ici, subissons leurs décisions et c'est inacceptable.

C’est un choix unilatéral de la direction de mettre la clause de l’absentéisme, elle peut très bien prendre la responsabilité de verser la prime sans ce critère mais se serait contraire à leur politique "diviser pour mieux régner" ; ne nous trompons pas de cible !

L’attitude de la direction est plus que méprisable envers les salariés et ce n’est pas fini !!!

Si elle a oublié les évènements du mois de février 2011,  nous pouvons lui faire une piqure de rappel si c’est la seule façon de se faire entendre et respecter !

EX :

Prime avec signature donc sans l’absentéisme = 300€  

Prime sans signature avec 10 jours d’absentéisme = 250€           

Sommes-nous tombés aussi bas pour accepter n’importe quoi !!!

uiuyiuouiouuipp-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

La direction est tellement sûre d’elle sur le travail accompli pour l’exercice 2011, qu’elle annonce comme par hasard à une semaine des NAO, son projet qui doit logiquement se finaliser dans les semaines à venir.Le message de la direction est très clair, faut surtout pas faire de bruit, ceci mettrait tout en cause.On n’est pas dupe, la direction se rend bien compte qu’elle est très loin d’avoir répondue aux attentes des salariés sur les conditions de travail, la reconnaissance et la motivation.

Son effet d’annonce sur le PROJET est surtout fait pour calmer les ardeurs !!!

La direction se serait-elle permis de faire une annonce d’une telle ampleur sans que ce projet n’aboutisse réellement ou si ce n’est déjà fait, on a du mal à y croire !

 Imaginez qu’après une telle présentation le projet ne se concrétise pas, stratégiquement pour la direction, se serait un gros coup dur ; on nous le vend comme un projet alors que les dés sont déjà jetés !

 On comprendra peut être mieux au vu des résultats des NAO.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Notre direction vient d’annoncer qu’il y aura une négociation sur la prime des dividendes dans les 3 prochains mois.

Pour votre info :

Aucun montant minimum n’est exigé. Seules précisions : ce bonus pourra être proportionnel aux salaires perçus ou être uniforme et proportionnel à la durée de présence au sein de l’entreprise. Au final, entre l’annonce du gouvernement au départ de la prime 1 000 €, et la réalité de ce qui sera sur la fiche de paye, le mécontentement sera de mise pour le plus grand nombre.

En cas d’échec des pourparlers, le montant de la prime sera fixé unilatéralement par l’employeur, la circulaire se contentant d’indiquer qu’il « ne saurait être purement symbolique ».

Cette prime sera totalement exonérée de cotisations sociales (hors CSG, CRDS et forfait social), soit une perte de recettes supplémentaires pour la Sécu. Elle n’ouvrira donc aucun droit pour la retraite.

Alors que la portée réelle de ce dispositif paraît bien incertaine, le gouvernement veut croire que la prime atteindra 700 euros en moyenne, pour 4 millions de personnes. Il y a en revanche gros à parier qu’il joue, au même titre que les systèmes d’intéressement et de participation, au détriment de la nécessaire revalorisation des salaires.

Pour la Cgt, il est plus gagnant d’agir pour de véritables augmentations de salaire !  

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

 

VEUILLEZ CLIQUER SUR L'IMAGE POUR PRENDRE CONNAISSANCE DE L'ARTICLE PARU SUR LE COURRIER PICARD

censure21

 

 

Et voici les 2 messages que notre direction vient d'envoyer, c'est l'hopital qui se fout de la charité

 

                                (mail envoyé à tous les salariés)

Bonjour à tous

 

Nous sommes sur le point de lancer des innovations importantes pour le site.

Par ailleurs et comme je l’ai annoncé en team briefing, il y a un projet de fermeture du site Oral des Pays-Bas (Amersfoort) avec l’intention de transférer les volumes vers Compiègne lorsque les négociations seront terminées sur place.

 

Dans ce contexte, nous partageons des informations avec vous (via les instances représentatives, en team briefing, etc.).

 

Je tiens à vous rappeler que toute information divulguée peut être intéressante et utile à nos concurrents pour contrecarrer nos plans, notamment publicitaires.

En ce qui concerne le transfert de volumes d’Amersfoort, la perception au sein d’Unilever du site de Compiègne est un élément clef pour mener ce projet à son terme.

 

Vous comprendrez je l’espère qu’il en va de l’intérêt collectif de conserver la confidentialité et la retenue nécessaire sur ces projets à l'extérieur de l'entreprise.

C’est une question d’enjeu stratégique pour notre site.

 

Je compte sur vous !

 

Pleure.gif

 

(mail envoyé aux organisations syndicales)

Messieurs

Je suis particulièrement déçu et inquiet des propos et photos découverts dans la presse de ce jour.

Nous en reparlerons.

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

 Le géant de l'agroalimentaire et des cosmétiques Unilever a annoncé mercredi le transfert d'une partie de sa production de dentifrice(environ 40 millions tubes) vers son usine de Compiègne, au nord de la France, après la fermeture, prévue en juillet 2012, de celle d'Amersfoort (ouest des Pays-Bas).

"La décision de fermer l'usine d'Amersfoort et de transférer le volume à Compiègne a été prise parce que la production de dentifrice à Amersfoort est trop chère par rapport à l'usine Unilever à Compiègne", a expliqué la société anglo-néerlandaise, dans un communiqué.

Les cinquante-sept employés de l'usine d'Amersfoort, qui fabricaient 12% de la production totale de dentifrice d'Unilever avec les marques Prodent et Zendium, vont perdre leurs emplois, selon une porte-parole d'Unilever, Fleur van Brueegen.

"Nous déménageons la production, pas les emplois. Pour le moment, il n'y aura pas de création d'emplois en France", a précisé la porte-parole à l'AFP. Unilever, qui emploie 168.000 personnes à travers le monde, a assuré, dans son communiqué, qu'il était "crucial de maximiser les économies d'échelle".

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

OUVRIR LE LIEN EN CLIQUANT SUR LE TEE SHIRTTEE-20SHIRT-20reglement-20interieur-copie-2.png

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Lors du CE du vendredi 24 juin, nous avons interpellé la direction sur la précarité qui est toujours en hausse et le renouvellement des contrats à la semaine n’arrange en rien au bon déroulement de l’usine et néglige les conditions de travail. Nous avons proposé à la direction de faire de longs contrats sur les postes où l’on connait très bien les besoins sur l’année. (Proposition que nous relançons chaque année)

 La direction nous répond qu’elle est entrain d’étudier sur l’externalisation des services afin de réduire le nombre d’intérims. Nous avons très bien compris la vision de notre direction, c’est de réduire les coûts sur la main d’œuvre en faisant appel à de la sous-traitance comme par exemple GSF, c’est déjà le cas à Saint Vulbas (produit SUN).

La direction n’a aucune limite quand il s’agit de faire des économies, on connait tous la différence sur les salaires entre un intérimaire et une personne travaillant chez GSF, le taux horaire n’est pas du tout le même ainsi que les primes. En faisant appel à la sous-traitance, la direction vise à baisser les coûts au plus bas (sans parler de la remise en cause des contrats annuels ou triennal) et il est difficile à croire qu’en payant une personne moins cher, la prestation sera de la même hauteur que nous connaissons actuellement.

 Quel coefficient aura cette personne, quel sera le détail de son contrat, pourra t-il intervenir comme le fait actuellement un approvisionneur intérimaire ainsi que les interventions sur les machines, les transfos… ?

Les postes visés  aujourd’hui seraient les approvisionneurs mais qui nous dit que leur étude ne va pas plus loin, c’est une remise en cause de plusieurs fonctions, personne n’est à l’abri.

On comprend maintenant le terme de notre direction quand elle dit « il faut être compétitif » ceci se résume à plus de profitabilité au détriment des salariés, encore une fois.

 On voit venir la direction du genre, vous n’êtes jamais content on essaie de réduire la précarité et de titulariser les postes et encore maintenant vous trouvez à redire. On n’est pas dupe, si ce genre de système se met en place, c’est une nouvelle dégradation des conditions de travail, une remise en cause des coefficients et des salaires.

On a vu le résultat autour de nous d’avoir externalisé certains services, la remise en cause de certains prestataires et de leurs prestations entre autres GSF, la maintenance, service sécurité, service informatique et service paie…

Si c’est ce genre de ressources que la direction compte mettre en place eh bien elle se fout de nous !

 Pourquoi dans une période où le sous effectif est flagrant, la direction s’oriente-t-elle vers la sous traitance plutôt que d’embaucher ?

L’externalisation et la sous-traitance permettent au patronat de forcer son avantage dans la lutte qui l’oppose aux salariés. En divisant les travailleurs en filiales et sociétés distinctes, il fragilise les solidarités entre salariés. A l’inverse, la concentration des salariés dans une même entité place les capitalistes face à l’opposition frontale d’un ou plusieurs syndicats organisant le personnel. C’est un avantage considérable pour porter des revendications salariales ou lutter contre des licenciements. C’est ce rapport de force qui a permis, par le passé, d’obtenir toute une série d’acquis pour les salariés des grandes entreprises : des progrès dans les conditions de travail, des minima salariaux supérieurs à la convention collective, des primes de treizième voire de quatorzième mois, des droits syndicaux qui vont au-delà de ceux prévus par le code du travail, etc.

En termes de gestion, cela peut paraître irrationnel. Mais c’est au contraire rigoureusement planifié, dans le but de diviser les salariés et de tirer les conditions de travail et les salaires vers le bas. Cet émiettement des contrats a pour effet de verser des micro-salaires à des salariés qui se trouvent employés pour à peine quelques heures par semaine. Cette précarité favorise la soumission des travailleurs.
Comment faut-il le voir ?  Aux yeux de notre directeur il y en va de la pérennité du site !

On nous bourre le crâne avec la compétitivité et l’avenir du site pour pouvoir justifier leur manière de faire et ceux malgré les 29 millions d’€ de bénéfice pour l’exercice de 2010(résultat usine de Le-Meux et Saint Vulbas), ce n’est jamais assez, que faut-il de plus !

 

                                                                                                                          

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Afin de motiver les salariés et surtout de revoir son OEE remonté, la direction a eu un éclair de génie en remettant en place la prime trimestrielle.

Nous avons rappelé à la direction qu’auparavant cette prime existait et n’a apporté que des conflits et une certaine zizanie, c’est à se demander « quelle est son but réel ».

Cette prime serait comprise entre 0 et 150€ en fonction de l’évolution de l’OEE et par palier, en atteignant l’objectif pour 2011 67,5% en shampoing et 75% en dentaire. (à date en shampoing  58% et 70% en dentaire).

Malgré nos interventions dans toutes les instances ainsi que le conflit que nous avons connu dernièrement ou les salariés ont pu s’exprimer et dire ce qu’ils avaient sur le cœur ; on aurait pu s’attendre à un déclic de la direction face à l’ampleur du mouvement et du malaise qui règne dans cette usine et bien il en est rien, la direction se préoccupe seulement de ses objectifs qui sont loin d’être atteint (s’inquiète t-elle déjà pour sa variable pay) en ce qui concerne  L’OEE !

On reste toujours avec les mêmes problèmes c'est-à-dire :

-          Problème d’effectif toujours en baisse, fin février nous sommes à 295 salariés CDI

-          Toujours plus de précarité

-          Charge de travail qui ne cesse de grandir dans les services périphériques (nous travaillons sur un dossier, celui-ci à peine fini que nous passons à un autre, pas le temps de le finalisé)

-          Dégradations des structures, stocks plus que limite, des moyens qui ne sont pas du tout à la hauteur et quand il s’agit de débloqué les fonds chacun se renvoi la balle, en attendant les problèmes restent !

En aucune façon la direction ne tient compte des revendications des salariés et ce n’est pas faute de l’avoir rappelé fortement lors de cette réunion, elle n’écoute rien, toujours dans cette logique leur OBJECTIF et être COMPETITIF !!    

   Mais à quel PRIX.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

L’OEE rapporte 182€ sur 540€ possible, nous connaissons tous les problèmes que nous rencontrons afin de faire tourner correctement les lignes…et surtout l'incompatibilité avec le service client.

L’innovation rapporte 280€ sur 420€ possible, problème identique à l’OEE, pendant le RAMP UP des 500 heures de production suite aux innovations des lignes les résultats ne sont pas au rendez-vous.

SERVICE CLIENT rapporte 582€ sur 720€ possible, la direction retire les pertes des lignes 13 et  18 de la période d’été en tenant compte des propos des élus lors des précédentes commissions et après réflexions avec le CDU sur la reconnaissance des efforts fournis !!! (90€ en plus, faut dire merci?)

QUALITE  rapporte 210€ sur 420€ possible, 3 batchs détruits en shampooing, une bonne année d’après la direction contrairement au dentaire, 7 batchs détruits.

L’intéressement était à fin novembre à 1080€ et passe de nouveau à 1254€ pour l’année 2010. (SURPRENANT, n'est-ce pas?)

Pour rappel le maxi de l’intéressement est de 2100€ et un bonus de 300€ sur le CC/TO (coût conversion /chiffre d’affaire, sur les 3 dernières années nous n’avons jamais atteint le bonus, les objectifs étaient irréalisables).

1254€ n’est certes en aucun cas négligeable, mais face à tous les changements que nous avons connus courant de l’année 2010, les efforts de tous afin de faire tourner l’usine et ce malgré la baisse incessante des effectifs et de plus en plus de précarité dans tous les services, les moyens n’ont jamais ou très peu mis en place afin de nous permettre d’atteindre les 2100€.

L'intéressement est une réponse qui permet de contenir le mécontentement des salariés en évitant d'augmenter les salaires car c'est l'augmentation du salaire qui permet d'améliorer les conditions de vie et non un système aléatoire tel que l'intéressement.


C'est un moyen masqué d'obtenir encore de la performance en agitant une « carotte aléatoire » sans augmenter les salaires, sans améliorer les conditions de travail...

Une fois le système en place, il n'y aura plus nécessité d'augmenter les salaires. En effet les études montrent que là ou l'intéressement est négocié, les augmentations salariales progressent moins vite voire stagnent.

Les exonérations de cotisations sociales accordées à l'employeur contribuent à diminuer les ressources de la Sécurité Sociale : c'est un facteur d'inégalité sociale qui se traduit par la baisse des prestations et touche en priorité les salariés les plus modestes et les plus exposés aux risques de la vie.

Les exonérations fiscales liées à l'intéressement constituent un facteur d'inégalité car les salariés du haut de l'échelle peuvent épargner et faire ainsi des économies d'impôt importantes. Les salariés les plus modestes sont contraints de toucher immédiatement leur intéressement car ils n'ont pas les moyens de le placer. »

Une prime d’intéressement n’est jamais acquise et elle est sous le contrôle de la direction qui gère ses comptes à sa guise.

Un bénéfice peut être ‘réduit’ ou même disparaître complètement avec une seule manipulation sur une feuille d’Excel.

La direction préférerait pour cette raison de payer son personnel sous forme de prime au lieu d’augmenter les salaires de bases.

A VOUS DE VOIR!!!

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>

Visiteurs

468792

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog