SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

notes d'information cgt unilever

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Joyeuses fêtes à tous

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Publié par El Diablo

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Après avoir été réprimé à Gare de Lyon, les grévistes voulaient sortir du métro pour que le cortège s’élance de nouveau. La police a tenté de les en empêcher mais les grévistes les ont repoussés.

 

DIRECT - Tensions en cours dans le métro. Projectiles contre les forces de l’ordre. Les grévistes voulaient sortir de la station.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
RAS-LE-BOL du BOURRAGE de CRÂNE ANTI-GRÉVISTES !

Publié par El Diablo

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Retraites : le braquage à 72 milliards qu’aucun média n’a vu...La VIDEO qu'il faur avoir vue !

Retraites : un braquage à 72 milliards. Aucun média ne parle du pire scandale de la réforme des retraites. En sortant les plus gros salaires des cadres du système, Macron ampute le financement des retraites de 4,5 milliards/an. Vous avez bien lu : 4,5 milliards de perdus chaque année jusqu’en 2040. Mais pourquoi creuser le déficit des ...

En sortant les plus gros salaires des cadres du système, Macron ampute le financement des retraites de 4,5 milliards/an.

Vous avez bien lu : 4,5 milliards de perdus chaque année jusqu’en 2040.

Mais pourquoi creuser le déficit des retraites ?
Et bien sur ces 4,5 milliards/an, 2,7 milliards iront aux grosses entreprises.

Jusqu’à 2040, ça va faire 43 milliards de cadeaux. Y’en a qui vont pas rater Noël !

Et le pire : c’est que ça va être à nous tous de payer la retraite des cadres les plus riches !

Publié par http://canempechepasnicolas.over-blog.com/

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Monsieur Macron, du CAC 40 et consorts, peut-on vivre avec 1 000 euros par mois?

C'est la pension de retraite minimum promise par le pouvoir au service des riches et du capital. Et naturellement ledit pouvoir et ses portes-voix dans les médias qualifient cela de "révolution sociale". Mais quand est-il vraiment?

D'abord, il faut avoir travailler au Smic et avoir validé un minimum de 167 trimestres en 2022. Ce qui est très marginal. Ensuite, cette aumône était déjà prévue par la loi Fillon en 2003. Et Fillon, vous connaissez son passé doré et son présent autant doré. Et depuis 2003, la gôche ou la droite à l'Elysée ne l'ont jamais appliquée. Quant à Manu 1er, ce serait pour 2022 avec tous les freins cités ci-dessus. Bonjour donc à la "révolution sociale"!

Mais plus concrètement aujourd'hui, dans notre pays parmi les plus riches au monde, qui file du pognon de dingue au capital, qui ne fait rien contre la fraude fiscale des cols blancs et détient le pompon en dividendes pour les actionnaires, eh bien dans cette France, hier des droits de l'Homme, selon l'Insee, le seuil de pauvreté est de 1 041 euros.

Encore faut-il savoir que le minimum vieillesse pour une personne seule, accordé par le pouvoir des riches et de capital, est de 868 euros au 1er janvier 2019. L'hébergement en maison de retraite se situe entre 1 900 et 2 600 euros par mois!

Ma mère est née en 1928. Mère au foyer selon la terminologie adéquate, elle a bossé dans des petits boulots saisonniers, le plus souvent non déclarés, parce que la bourgeoisie narbonnaise, qui utilisait sa force de travail, préférait aller à la messe que de signer des contrats de travail.

Malheureusement, mon père, ouvrier posté en 3x8 dans une usine chimique, beaucoup à cause de ses conditions de travail, décède en 1981, à 54 ans. Du coup, petite pension de retraite pour ma mère. Avant de rentrer en maison de retraite, c'était du 978 euros par mois, complémentaire comprise.

Avec le grand âge, il lui fallut une aide à domicile. Dans sa grande justice sociale et solidaire(sic), après plusieurs visite d'un toubib agréé libre et non faussé, il lui est accordé 1 heure par jour, sauf les samedis, dimanches et jours de fêtes. C'est dire qu'il a fallu prendre en plus une aide à domicile indépendante rémunérée sur ma pension de retraite.

Désormais, ma mère vit en maison de retraite, celle de l'hôpital public de Lézignan-Corbières, parce que plus près de chez elle, ce genre de structure est pleine jusqu'à la gueule ou à des tarifs prohibitifs. Pour mon frangin et moi, c'est chacun 250 euros par mois. Plus tout ce qui va avec pour que notre maman vive dignement.

Lorsqu'elle pouvait voter, ma mère a toujours mis dans l'urne un bulletin contre la bourgeoisie et le capital, que la France soit dirigée par la gôche ou la droite. Elle ne votait plus, atteinte par une maladie, celle d'Alzheimer, dont on fait appel à des dons privés pour la soigner. En France, l'un des pays les plus friqués au monde!

Vous trouverez quelque peu amère cette chronique à la veille de la naissance du sieur Jésus. Vous avez bougrement raison. A bas la bourgeoisie, les sabreurs et les gavés du capital !

 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

L'institut ODOXA vient de pondre un sondage incluant un chapitre intitulé " Match des syndicats dans l'opinion ".

En écoutant France inter ce matin, ce qui ressort c'est que Laurent BERGER et la CFDT sont fort appréciés des français tandis que la CGT et Ph. MARTINEZ et la CGT seraient autant rejetés que MACRON et les siens.

Ah bon ?

Pourtant :

  1. Même à l'intérieur du sondage si on y va voir de plus près cette affirmation n'a rien d'évident puisqu'on y apprends que la CGT et MARTINEZ " sont plébiscités par le peuple de gauche 
     

     
  2. Car c'est justement par là que le bât blesse :

    En plein affrontement avec le pouvoir, en pleine grève accompagnée inévitablement en particulier dans la région parisienne de forts désagréments quotidiens dans les transports, qu'est-ce que signifie ce sondage?
    D'autant que s'agissant de l'ensemble des français se trouvent bien sûr compris les opinions de droite, des conservateurs anti-syndicaux, des adeptes de l'ordre bourgeois.
    Et qu'il serait beaucoup plus intéressant d'avoir l'avis des couches populaires, de ceux qui soutiennent le mouvement de contestation de la contre-réforme des retraites.
    Et notamment de ce qu'ils pensent de l'attitude plus que complaisante à l'égard du pouvoir, de soutien à la réforme des retraites à points de la CFDT et de Laurent BERGER.
    D'autant qu'il y a quelques jours seulement le même BERGER vient de subir un fameux camouflet de la part de syndicats de sa propre organisation, des cheminots CFDT refusant l'appel à la trêve auquel il appelait !


     

Au-delà de ce sondage perce d'ailleurs des déclinaisons manipulatrices parallèles.

Par exemple, partant d'un fait avéré : les dirigeants nationaux de la CFDT et l'UNSA, soutenant la contre-réforme, tentant de détourner le mouvement sur le seul aspect de l'âge pivot viennent d'être désavoués par leurs bases syndicales chez les cheminots et la RATP.

Et les éditocrates du système d'embrayer sur le thème de la " giletjaunisation " du mouvement syndical qui concernerait TOUTES les organisations.

Sans distinction entre les organisations qui soutiennent la contre-réforme et celles qui la combattent.

Et comme si l'affrontement séculaire dans le mouvement populaire et le mouvement syndical entre réformistes partisans de sauver le capitalisme et les révolutionnaires partisans d'en finir avec lui pour libérer réellement les travailleurs ne dataient que de l'intervention des Gilets jaunes.

Enfumage donc que tout cela à un moment caractérisé justement par le retour en grand, dans le mouvement syndical et DANS la CGT en particulier des traditions de lutte de classe repoussant les pièges du "dialogue social", ne comptant que sur les luttes pour défendre les CONQUIS et renouer avec les CONQUÊTES sociales.

Il leur faut sauver le soldat BERGER

C'est sans doute ce mouvement qu'il leur convient donc de masquer qui pourrait conduire du côté des travailleurs à un fort regain de confiance à l'égard des organisations de lutte remisant les organisations comme la CFDT chantée par la presse système comme "le premier syndicat de France" dans les limbes de la compromission avec les puissants et les exploiteurs.

L'avis  des salariés,  confirmant ce mouvement, plusieurs résultats électoraux récents (novembre 2019) y compris dans de grandes entreprises du privé l'attestant, comme à AIR BUS (plus de 50.000 salariés) où la CGT progresse et la CFDT n'est même plus représentative.

De quoi les inquiéter ... et nous encourager à poursuivre dans la voie du combat et des fondamentaux historiques du syndicalisme de classe !

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

C'est la super privilégiée Michelle COTTA, abonnée des plateaux depuis des lustres qui en bonne chienne de garde de l'oligarchie accuse les grévistes d'être une minorité qui veut imposer son refus de la réforme à une majorité.

Honteux !

Ce à quoi répondent 3 conducteurs de la ligne D du RER :

____________________

 

SOURCE : Le PARISIEN du  20 décembre 2019 

Par Julien Muller


« Il faut arrêter de croire qu’on ne pense qu’à nos intérêts ». Le message adressé par les conducteurs de RER de la ligne D est clair d’emblée. Alors qu’ils vivent leur deuxième semaine de grève contre la réforme des retraites, Roland, Jérôme et Sylvain, trois cheminots, réaffirment leur volonté de « défendre tout le monde », et pas seulement leur propre statut.

« C’est du système de retraite à points qu’on ne veut pas. Et ça, ça touche toutes les professions. L’objectif de cette grève est le retrait pur et simple de la réforme », explique Jérôme, 41 ans, conducteur depuis 20 ans. « Si je ne me battais que pour moi, j’aurais repris le boulot il y a un moment déjà, puisque je ne suis pas touché par cette réforme. Mais je me bats pour ma femme, mes enfants, mes collègues », ajoute Roland.

Des proches agacés, «comme tout le monde»

Des proches qui sont eux-mêmes également touchés par cette grève, comme les cheminots prennent soin de le rappeler. « Ma famille est autant impactée que n’importe qui. Ma mère, retraitée, n’est pas véhiculée. Elle habite à Veneux-les-Sablons et doit se rendre à Montparnasse (Paris) pour une prise de sang. Elle va mettre une heure pour aller à Melun en bus, puis devra attendre un train pour Paris. Évidemment, ça l’agace, mais elle me soutient », explique Roland.

Même anecdote pour Sylvain. Sa femme « met deux heures à aller au boulot, et deux heures à rentrer. Elle fait la gueule comme tout le monde, mais elle me soutient. Mes enfants vont seuls à l’école, parce que je suis au piquet de grève. » « Je me suis d’ailleurs rendu compte que je n’avais pas vu les miens grandir, reprend Roland. Pour les 18 ans de mon fils, j’ai voulu faire un diaporama avec toutes ses photos d’enfance. À un moment, je me suis rendu compte du nombre de photos de vacances, de fêtes, de repas de famille où je n’étais pas là. »

«Si vous pensez que c’est le métier idéal, foncez !»

« Sans cesse pointés du doigt », les trois conducteurs de trains veulent également mettre fin à certains « préjugés ». « On entend de partout dire que les cheminots sont des nantis. On travaille en horaires décalés, pendant les vacances, les jours fériés, etc. », détaillent-ils.

Et d’ajouter : « On ne s’en rend pas forcément compte, mais à chaque voyage qu’on effectue, on endosse seul la responsabilité de 2 000 personnes. Tout ça avec de moins en moins de contreparties », poursuivent-ils. « Donc si les gens pensent que conducteur c’est le métier idéal, foncez, la SNCF recrute. Mais mes enfants ne feront pas ça », affirme Roland.

Parce qu’ils ne se voient pas travailler plus longtemps dans ces conditions et voir leur pension diminuer, les cheminots veulent poursuivre la grève, coûte que coûte, et appellent au soutien de tous. « On comprend que dans certaines entreprises, on ne puisse pas faire grève, comme on comprend que certains ne veuillent pas perdre d’argent. Mais on ne demande qu’une chose à ces personnes : soutenez les grévistes. Ça, ça ne coûte rien. »

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Cadeau pour ces fêtes de fin d'année

Pendant qu'Emmanuel Macron est de plain-pied en Françafrique et appelle à la trêve dans le mouvement contre sa réforme anti-sociale des retraites, que l'Unsa et la Cfdt, qui a appelaient également à une trêve, ne sont pas entedus par leurs bases, cette Bd très bien illustrée et argumentée quant à la finalité du cadeau au capital qu'escompte faire un ex-banquier d'affaires:

Pour tout savoir, cliquer ou copier le lien ci-dessous sans attendre le Père Noël ni la Saint-Glinglin
 

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog