SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

notes d'information cgt unilever

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/soitec-la-cgt-denonce-un-scandale-d-etat-et-un-hold-des-dirigeants-1570118188

 

 

En 2015, alors que l'entreprise iséroise de semi-conducteurs, installée à Bernin, dans le Grésivaudan, était au bord de la faillite. Elle s'était diversifiée dans le solaire mais cela avait été un échec. Pour redresser la barre, les nouveaux dirigeants avaient alors frappé à la porte du Ministre de l'Economie de l'époque, un certain Emmanuel Macron. 


L'État, actionnaire à 25% de Soitec

L'Etat, actionnaire à 25 % de Soitec, avait accepté que la nouvelle direction mette en place un plan d'actions de motivation, un MIP, pour garder les cadres qui voulaient partir. A l'époque, l'action valait 30 centimes d'euros. Depuis, Soitec a remonté la pente et l'action vaut 90 euros.

Hold-up des dirigeants de Soitec, selon la CGT


Résultat, en septembre dernier, une vingtaine de dirigeants de Soitec ont perçu 98 millions d'euros, hors marché, en cédant 3,3 % du capital, sur les 4,58 % qui leur avaient été attribués. L'entreprise précise que tout cela a été validé par les instances de gouvernance mais pour la CGT, ça passe mal, auprès du personnel. 

Fabrice Lallement est délégué CGT chez Soitec : " La France traverse une grave crise sociale, avec les Gilets Jaunes, et parmi le personnel de Soitec, il y a des gens qui ne gagnent pas beaucoup, et de l'autre côté, il y a des dirigeants qui touchent des millions. Trois d'entre eux ont quitté l'entreprise avec un beau pactole, et cela déstabilise la société. Par exemple, le directeur financier est parti, après trois ans passés chez Soitec. Au cours actuel de l'action, quand on ramène son jackpot à son temps passé dans l'entreprise, on arrive à près de 11 000 euros par jour !"

Soitec, qui s'est séparé de sa branche solaire, a retrouvé la croissance et a pu réembaucher. Elle compte actuellement 1450 salariés, dont 1150 en poste à Bernin. Le personnel de Soitec est, selon la CGT, écœuré par ce tour de passe-passe. Certes, le personnel bénéficie d'un plan d'actions pour tous. Mais en moyenne, cela représente 25 000 euros par personne, rien à voir avec le pactole des responsables.


Le CGT parle aussi d'exil fiscal car les dirigeants de l'entreprise se sont déjà installés à Singapour, soi-disant pour des raisons stratégiques, mais pour la CGT, c'est surtout parce que c’est un paradis fiscal. Fabrice Lallement : " En janvier dernier, le Ministre de l'Economie actuel, Bruno Lemaire, a dit qu'il fallait que dans toute entreprise où l'Etat à une participation, majoritaire ou minoritaire, le dirigeant de cette entreprise soit résident fiscal en France ! C'est tout le contraire qui se passe chez Soitec !"


Fabrice Lallement, secrétaire de la CGT chez Soitec, veut défendre l'entreprise et le personnel

Paul Boudre, le directeur général de Soitec, qui a reçu près de 18 millions d'euros, a promis qu'il allait réinvestir une partie de cette somme dans Soitec !

Prends l'oseille et tire-toi !

Mais cela est loin de calmer les esprits, car si tout cela est légal, pour la CGT, c'est amoral :  "Soitec a toujours été présentée comme la pépite technologique de l'industrie française. Née au sein du CEA-LETI, elle a bénéficié de fonds publics, d'infrastructures publiques. Et aujourd'hui, une poignée de dirigeants se "gavent", pendant que les salariés "mouillent" le maillot. C'est un peu le film de Woody Allen, 'Prends l'oseille et tire toi' !" ironise la CGT qui souhaite que "de tels faits avalisés par l'Etat ne puissent plus se reproduire dans et en dehors de notre société".

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La SNCF en 1981

Pour réfléchir et puis agir
Pour réfléchir et puis agir
Pour réfléchir et puis agir
Pour réfléchir et puis agir
Pour réfléchir et puis agir
Pour réfléchir et puis agir
Pour réfléchir et puis agir

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
SAUVONS EDF du bradage !
SAUVONS EDF du bradage !

Publié par http://canempechepasnicolas.over-blog.com

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Manifestations de policiers. L’impunité est dans la rue, le gouvernement applaudit

Les policiers étaient une nouvelle fois dans la rue ce mercredi. Ils réclament des meilleures conditions pour leur fonction répressive et la préservation de leur régime spécial de retraites. Le gouvernement est prêt à toutes les concessions pour sauvegarder ses forces de répression.

De l'autre côté de la barricade

Difficile de croire que les manifestations de policiers sont censées être « interdites ». Ces derniers temps, les coups de force se sont multipliés, à l’image de l’intimidation organisée par les forces de répression devant le siège de la France Insoumise pour des propos de Mélenchon qu’ils n’avaient pas appréciés.

Cette fois-ci, ce n’est pas pour exiger davantage d’impunité qu’ils sont dans la rue comme ils avaient pu le faire ces dernières années dès qu’un des leurs était inquiété par la justice. Il faut dire que depuis, le mouvement des Gilets Jaunes est passé par là et l’impunité policière a encore franchi un cap. Jusqu’à présent, aucune condamnation n’a été prononcée malgré les nombreux blessés du mouvement. C’est donc essentiellement sur le terrain des conditions de travail et des retraites que les policiers se mobilisent actuellement.

Pourtant, les policiers font actuellement partie des professions les plus privilégiées. C’est un des rares secteurs qui bénéficient d’une augmentation des budgets dans un contexte d’austérité pour tous les autres : depuis 2018, 550 millions d’euros ont été consacrés au budget des forces de répression. Sur la question des retraites, ceux-ci bénéficient d’une année supplémentaire de cotisation retraite tous les cinq ans.

Le gouvernement, qui a fait de sa politique des retraites la lutte contre les soi-disant « privilégiés » et les régimes spéciaux, a un tout autre discours pour le secteur des policiers. Dans le rapport Delevoye déjà, il était préconisé de « maintenir des niveaux de retraite comparables aux pensions actuelles ». Le 17 septembre, Castaner a répété qu’il défendrait « jusqu’au bout la spécificité du statut » des policiers.

Mercredi, celui-ci a complété sa vision des choses « La dangerosité du métier, elle est liée au fait de devoir porter une arme, elle est liée au fait par exemple, quand vous êtes policiers de dire à votre enfant "ne dis pas le métier que je fais". C’est aussi ça dont il faut s’occuper ». Un message qui fera plaisir aux urgentistes en grève depuis plusieurs mois ou aux cheminots qui se sont battus contre la réforme du rail, et qui travaillent dans des conditions de sécurité toujours plus difficiles et dangereuses.

Ce régime spécial réservé aux policiers montre que, loin d’être des travailleurs comme les autres, ceux-ci occupent une position particulière aux yeux des classes dominantes en raison de leur fonction de répression. Et le gouvernement sait qu’il va devoir encore compter sur ses forces de répression, par exemple dans le cadre de la mobilisation des retraites qui s’annonce explosive. Il est donc prêt à faire une exception sur son projet de réforme pour pouvoir garantir la répression du mouvement qui pourrait avoir lieu.

Crédit photo : © Maxppp – Nice Matin

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La bloggueuse de bande dessinée féministe (mais pas que) Emma a proposé une synthèse, sous forme de BD, des dossiers militants qui existent sur la retraite pour expliquer le nouveau projet de retraite inventé par Macron et Delevoye.

Ces derniers jours, j’ai voulu savoir ce qui nous attendait avec la réforme des retraites. Conclusion : le rapport Delevoye, c’est le coup final porté à la solidarité intergénérationnelle. J’explique pourquoi, en images.

LIRE LA SUITE :

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Commuiqué de la CGT du Puy-de-Dôme :

Ce vendredi 4 octobre 2019, notre cher Président, Monsieur Macron sera présent à Clermont-Fd.


Il doit se rendre au siège du journal "La Montagne"  pour célébrer les 100 ans d'édition de ce journal quotidien local.
La Commission Exécutive de l'UD Cgt 63 réunie ce jour, appelle l'ensemble des militants-s- et des salarié-e-s qui peuvent se rendre disponibles à se rassembler dès 12h00 ce vendredi 4 octobre, Place du 1er Mai afin de manifester nos oppositions à la régression sociale et de mettre en avant d'autres propositions et revendications qu'il semble ne pas entendre.
 
Sur place, dès midi, pique-nique tiré du sac, banderoles, drapeaux et slogans seront les bienvenus.
 
Cette initiative revendicative est organisée sur le vif, mais nous ne pouvons laisser passer ici le Président des riches et du mépris de classe, sans aucune réaction syndicale. 
 
Nous profitons de cet appel pour vous transmettre une trouvaille de notre Institut d'Histoire Sociale (IHS Cgt 63), un courrier centenaire de la rédaction de La Montagne, adressé à l'UD Cgt du Puy de Dôme, daté de SEPTEMBRE 1919 ! (voir la pièce jointe)
Vous pourrez y constater que la ligne éditoriale a quelque peu évoluée... et que les intentions d'origine semblent être tombées aux oubliettes.
 
Pour l'UD Cgt 63,
Julien PAULIAC

Une autre époque ?

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Comment l’exécutif a plombé les comptes de la Sécu et s’apprête à nous faire payer la facture

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale présenté lundi 30 septembre prévoit un déficit de 5,4 milliards d’euros en lieu et place de l’équilibre pronostiqué l’an dernier par le gouvernement. Les exonérations de cotisations sociales pèsent lourd dans les comptes de la Sécu. Pour combler le trou, l’exécutif annonce des mesures qui vont affecter les retraités et les dépenses de santé.

 

Quand tu gagnes, tu perds ! C’est ce que révèle le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) à propos des mesures en faveur du pouvoir d’achat, prises en décembre dernier par Emmanuel Macron, pour répondre à la colère sociale s’exprimant au travers du mouvement des gilets jaunes. Les quelques gains immédiats sur les fiches de paye ont été, pour grande partie, pris sur la part moins visible de la rémunération des salariés : le salaire socialisé et différé correspondant à la protection sociale. Un jeu à sommes nulles en quelque sorte.

Le déficit de 5,4 milliards pour 2019 a plusieurs causes, mais les exonérations de cotisations sociales multiples incluses dans les mesures de l’hiver dernier y ont largement contribué. Les 100 euros d’augmentation sur le SMIC, formule-choc du président de la République, ont été en réalité une hausse de +1,8 %. Le SMIC est ainsi passé de 9,88 à 10,03 euros de l’heure, soit environ 20 € de plus par mois. Les 80 € restants proviennent d’une augmentation de prime d’activité. Un coup de pouce pris en charge par la collectivité, à travers l’État, sur lequel aucune cotisation n’est prélevée puisqu’il ne s’agit pas de salaires.

 

Pas de cotisations, pas de Sécurité sociale

 

Une augmentation réelle du SMIC aurait généré, en plus du salaire net perçu immédiatement, un salaire différé pour la santé, les retraites ou le chômage. Autre choix éminemment politique qui déshabille la protection sociale : l’avancement de l’exonération des cotisations sur les heures supplémentaires. Prévue initialement en septembre 2019, l’ancienne mesure à la formule trompeuse de Nicolas Sarkozy du « travailler plus pour gagner plus » est entrée en vigueur au 1er janvier 2019.

En réalité, les salariés n’y gagnent que l’illusion d’une meilleure rétribution. Certes, leurs payes augmentent à la fin du mois, mais aux dépens du reste de leurs rémunérations. Le salaire brut n’est plus versé aux organismes sociaux et la participation des employeurs à ces derniers disparaît. Ce n’est pas parce que cette part est invisible sur les comptes en banque à la fin du mois, qu’une telle mesure ne vous a pas fait les poches. L’air de rien ! Résultat : avec l’avancement au 1er janvier de l’exonération sur les heures supplémentaires, moins 1,3 milliard selon le rapport du mois de septembre des comptes de la Sécurité sociale. Un trou que l’État est sensé compenser, en conformité avec la loi Veil de 1994, mais qui pèse en réalité sur la Sécu.

Autre mesure asséchant encore le budget de la Sécurité sociale sans en avoir l’air : l’incitation faite aux entreprises d’instaurer une prime exceptionnelle en fin d’année dernière. L’incitation étant sous forme d’exonération de cotisations sociales pour les employeurs. À l’objection selon laquelle ces primes n’auraient pas existé sans la décision d’Emmanuel Macron et qu’elle ne représente donc pas un manque à gagner pour la protection sociale, le rapport des comptes de la Sécurité sociale est moins catégorique. Il constate que dans nombre d’entreprises, ces primes ont remplacé des primes de fin d’année préexistantes qui elles étaient chargées en cotisations sociales.

 

La facture arrive

 

L’objectif d’un équilibre du budget de la Sécurité sociale est reporté par le gouvernement à 2023. L’annulation de l’augmentation d’1,7 point de CSG pour les retraités pour 1,5 milliard d’euros l’an dernier n’est pas remis en cause cette année. Pour autant, l’exécutif compte mettre les retraités à contribution. Il prévoit de sous-indexer les pensions par rapport à l’inflation. Ainsi en 2020, les pensions n’augmenteront que de 0,3 % pour une inflation estimée à 1 %. Une mesure similaire annoncée à la fin de l’été 2018 avait largement contribué à la dégradation de la situation sociale en fin d’année dernière. Probablement la raison pour laquelle le gouvernement a décidé que la mesure ne s’appliquerait pas aux retraites inférieures à 2000€. Prudence oblige. Pour autant, une telle décision à la veille de la réforme des retraites présage du sort qui pourrait être fait à l’évolution de la valeur du point fixé par le gouvernement pour calculer le montant des pensions au-delà de 2025.

Pour compenser le déficit de 5,4 milliards, les dépenses vont être mises à contribution. Dans la catégorie des petites économies, le gouvernement souhaite raboter 145 millions d’euros sur les indemnités journalières en cas d’arrêt-maladie. Mais le gros de l’austérité touchera l’hôpital. L’objectif national de dépenses d’assurance-maladie (Ondam), dont l’augmentation naturelle se situe légèrement au dessus de 4 % pour couvrir la hausse des besoins, n’était déjà que de 2,5 % l’an dernier. Pour l’année à venir, il sera abaissé à 2,3 % et le secteur de la santé devra se passer de 4 milliards d’euros. L’hôpital devra encore se serrer la ceinture en 2020.

Ce, malgré la grève des services d’urgences et un mal-être généralisé dans tous les services. Pour le secteur hospitalier, l’augmentation ne sera que de 2,1 %. Pour assurer ces économies, le gouvernement mise sur le développement de la chirurgie ambulatoire. Mais à force de tirer sur l’ambulance, c’est lui, à la place des malades, que les soignants pourraient renvoyer chez lui.

Publié par rapportsdeforce.fr

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Gérald Le Corre (UD CGT 76) - photo: Jean-Baptiste Morel sur Twitter -

 

La vidéo n'est malheureusement pas visible sur les mobiles : veuillez la visionner sur un ordinateur ou directement sur la page Facebook de "Paris-Normandie".

Pour en connaitre plus sur la situation après l'incendie de Lubrizol, connaitre les conditions abracadabrantesques dans lesquelles les pompiers sont intervenus, comprendre les risques, la responsabilité des industriels, la responsabilité de l'État, écoutez jusqu'au bout la conférence de presse de l'UD CGT 76 sur Lubrizol le 1er octobre 2019, conférence de presse toute en émotion et en détermination par Gérald Le Corre, chargé de la santé et de la sécurité à l'Union Départementale. (SOURCE VIDÉO : Paris-Normandie sur Facebook)

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

Il y a 51 ans, à la veille de mai/juin 1968, beaucoup de mouvements sociaux, et politiques, se faisaient jour, sous un climat de durcissement de la politique gouvernementale et patronale. Comme le disait Georges Séguy, les événements de mai-juin 1968 n’ont pas surgi « comme un coup de tonnerre dans un ciel serein ». Ils ont des causes démographiques, politiques, internationales, économiques, sociales et sociétales, en lien avec l’évolution des mœurs et des modes de vie. Ce sont les prémisses de 1968, une période où la résistance des travailleurs face à l’aggravation de leurs conditions de vie et de travail se durcit, mais ne peut s’organiser à l’échelle nationale en une offensive coordonnée […]

Le document de la CGT-FNIC en lien ci-dessous: 

[pdf] CGT-FNIC-PRÉMISSES-DE-1968

 

Publié par EL DIABLO

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : https://www.courrierdelouest.fr/actualite/cholet-la-cgt-michelin-demandela-restitution-des-aides-regionales-01-10-2019-414721

 

Les représentants syndicaux ont été reçus au Conseil régional vendredi.

Un diagnostic a été réalisé par la direction du groupe Michelin sur les 15 usines françaises, pointant notamment un manque de compétitivité. Relayé par Le Monde dernièrement, ce diagnostic avait suscité l’inquiétude des syndicats des sites de Cholet et La Roche-sur-Yon (Vendée), craignant des fermetures de site.

Les représentants syndicaux ont été reçus au Conseil régional vendredi. Dans un communiqué, la CGT indique que la présidente Christelle Morançais (LR) a rappelé s’être engagée à rencontrer le PDG Florent Menegaux. Les représentants du syndicat ont de leur côté rappelé que le groupe avait réalisé en 2018 « 1,600 milliard d’euros de bénéfices net » et « perçu plus de 300 millions d’aide publique en cinq ans (CICE, ristourne des Carsat, crédit d’impôt…) ». Appelant la Région « à responsabiliser notre employeur », la CGT a rappelé que « Michelin Cholet avait perçu 500 000 € de la part de la région Pays de la Loire » avec l’engagement « de faire porter les effectifs de Cholet à 1 500 CDI ». Constatant que le site choletais employait à ce jour « 1 280 CDI », la CGT a demandé que la Région demande à Michelin « la restitution de toutes les aides publiques ».

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

L’ascensoriste devra payer un peu plus de 770 000 euros de dommages et intérêts pour avoir entravé l’évolution de carrière de douze salariés membres de la CGT.

Condamnation d’OTIS-France pour discrimination syndicale

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Baisse de l'impôt sur les sociétés : ce discret cadeau du gouvernement au patronat
Le gouvernement devrait baisser l’impôt sur les sociétés l’année prochaine… pour se caler sur les pratiques internationales. Le résultat du moins-disant fiscal imposé par les multinationales.
 

Le Medef ne le claironne pas mais ce budget 2020 contient un joli cadeau pour leurs marges bénéficiaires : la baisse du taux d’impôt sur les sociétés dit « IS » dans les milieux habitués à en payer. Les grands groupes lâcheront l’année prochaine 31% de leurs profits au fisc, au lieu de 33,3%.

Si prompt à vouloir faire plier les Gafam avec sa taxe numérique, Emmanuel Macron rentre dans le rang.

Et un peu moins au fil des ans pour arriver à 25% à la présidentielle de 2022. Ce ratio (un quart des profits au fisc) ne tient pas tout à fait du hasard, il correspond à une forme de norme mondiale. Les Pays-Bas, l’Autriche, la Chine, la Corée du Sud prélèvent exactement 25%. S’en rapprochent l’Italie (24%), le Japon (23%), les Etats-Unis (21%) et l’Allemagne (20,5% avec l’impôt sur la solidarité). Si prompt à vouloir faire plier les Gafam avec sa taxe numérique, Emmanuel Macron rentre dans le rang. Certes, maintenir des taux très supérieurs à la moyenne exposait la France à un déficit de compétitivité, mais cette convergence mondiale des régimes fiscaux en dit long sur le rapport de force entre les multinationales et les États.

Elles viennent de gagner la bataille du « fiscal shopping » où chaque grand patron fait jouer la concurrence et dissémine ces milliards d’investissement en fonction du moins disant fiscal. Les Etats – notamment au sein de l’Union Européenne – pouvaient s’entendre sur des régimes communs et organiser la convergence… mais pas vers le bas. Le sens de l’histoire ? Pas si sûr à écouter les démocrates américains batailler pour remporter la primaire. Elisabeth Warren et Bernie Sanders semblent, eux, engager dans une course à la taxation des riches. La première entend faire passer à la caisse les patrimoines au dessus de 50 millions de dollars (2% de taxes, voire 3% au dessus d’un milliard). Le second prendrait 1% au dessus de 32 millions de dollars et jusqu’à 8% pour les super-riches nantis d’une fortune supérieure à 10 milliards de dollars. Avec son IGF (Impôt sur les grandes fortunes) plafonné à 1,5% en 1982, François Mitterrand n’avait pas la main aussi lourde. La France, bientôt un paradis fiscal ?

Voir les commentaires

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog