SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

notes d'information cgt unilever

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Par FSC

Sa volonté de s'en prendre à la sécurité sociale et aux remboursements au cours de la bataille des primaires de droite s'est clairement exprimée.

Mais ça ne passe pas dans l'opinion fortement attachée à cet immense acquis de la Libération.

Alors il tente de corriger le tir et tente de rassurer et avec la complicité des médias comme hier sur France 2 il dit qu'il n'a pas dit ce qu'il a dit et donc qu'il n'est pas question de remettre en cause les remboursements!

MAIS çà c'est un pur mensonge!

Son texte programmatique sur la question de la santé (16 pages) part en effet de l'axiome de toutes les droites selon lequel "L’assurance maladie ne permet plus de garantir le financement de notre système de soins".

Et donc à partir de ce présupposé découlent toute une série de propositions et d'engagements :

  • réformer le financement de l’assurance maladie pour mettre fin aux déficits récurrents tout en accentuant les efforts de maîtrise des dépenses comme d'habitude pour la dette par exemple au nom de l'intérêt des générations suivantes.
  • prendre donc des mesures "courageuses" donc drastiques pour les populations
  • Mettre en place une règle d’or imposant l’équilibre des comptes pour les dépenses d’assurance maladie
  • Basculer progressivement les cotisations maladie dites patronales vers un mix CSG/TVA (donc en finir avec le financement salariale et patronale fondé sur les cotisations sociales)
  • Introduire une franchise médicale universelle fonction des revenus dans les limites d’un seuil et d’un plafond, le reste à payer étant pris en charge par la prévoyance et les assurances complémentaires.

...

Il s'agit donc bien d'une attaque généralisée, systémique, globale à la fois contre le financement de la sécurité sociale, sa gestion affectant gravement le montant des remboursements et visant à élargir la brèche à la captation par les complémentaires privées et les assurances des masses financières échappant jusque là à la main-mise du marché.

C'est que la sécurité sociale fondatrice répond aux préceptes : "à chacun selon ses besoins quel que soit ses moyens!" puisque les cotisations sont calées sur le revenu et que l'attribution des soins elle est indépendante des revenus!

Ce qui pour le fonctionnement capitaliste est le Scandale des scandales!

Certes les agressions contre la Sécu ne date pas d'hier et la liste des médicaments moins remboursés, des médicaments nouveaux (certains comme dans le cas de cancer montant à plusieurs milliers d'euros!) n'étant plus du tout remboursés.

Mais selon le programme de Fillon qui entend "casser la baraque" c'est à une attaque sans précédent, ouvertement destructrice à laquelle on a affaire comme d'habitude sous le prétexte de sauver la Sécu!

Dans un premier temps il s'agit donc d'informer les travailleurs et l'opinion de l'envergure et des dangers de ce projet car les tentatives d'enfumage pour chloroformer ladite opinion ne vont pas manquer appuyées comme à l'accoutumée et sur les médias de masse et sur les réseaux favorables à cette politique.

____________________________________________________

Pour mémoire rappelons que l'ordonnance du 4 octobre 1945 qui fonde la sécurité sociale est fondée sur 4 principes :

  • l'unicité, une institution unique couvrant tous les risques sociaux (maternité, maladie, vieillesse), y compris les accidents du travail ...
  • l'universalité avec l'intention de couvrir l'ensemble de la population de la naissance au décès.
  • la solidarité : intergénérations, actifs/non-actifs, malades/bien-portants ... le tout financé par les richesses créées dans l'entreprise.
  • la démocratie, la gestion étant assurée directement par les intéressés qui prendra la forme d'une gestion paritaire organisations syndicales (3/4 des sièges) et patronat (1/4 des sièges)

* Extrait de "Marcel PAUL Ambroise CROIZAT, Chemins croisés d'innovation sociale"

___________________________________________________________

On voit donc bien par là en comparant les principes fondateurs et le programme de F. Fillon que c'est bien à un détricotage total auquel on a affaire, les différentes atteintes à ce dispositif initial au cours de dizaines d'années illustrant bien le fait que la classe dominante n'a jamais accepté cette conquête issue d'un rapport de forces qui lui a été imposé.

La question de l'équilibre financier, du trou (provoqué pour l'essentiel) n'étant que le prétexte pour laisser les mains libres au capital!

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Afficher l'image d'origine

Info importante

Nous rappelons aux salariés que tous les RTT salariés individuelles, sont à la disposition des salariés et seulement aux salariés. L’employeur ne peut jamais imposer au salarié de poser des jours de RTT individuels sans recueillir préalablement son accord exprès. A défaut, l’employeur risquerait d’être condamné à lui verser des sommes à titre de rappels de salaire.

En toute logique, la direction a décidé de mettre un RTTE le 26 décembre, c’est son droit, mais selon les secteurs et selon les personnes, certains n’ont plus de RTTE puisqu’au shampoing nous avons eu plusieurs journées de basse activité.

Donc, dans tous les cas, pour certains cette journée est à la solde de la direction, et même si le compteur se trouve en négatif, celui-ci sera remis à zéro pour l’année prochaine, sans aucune perte de salaire !

Impossibilité pour l’employeur d'imposer les RTT individuels

Si certaines personnes ont du mal à se faire entendre, nous vous invitons à prendre contact avec un élu CGT.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

François Fillon sera donc le candidat du parti Les Républicains à l’élection présidentielle de 2017, après avoir largement remporté le second tour de la primaire de la droite et du centre avec deux tiers des suffrages. Il a mené campagne avec un programme économique très néolibéral : suppression d’un demi-million de fonctionnaires (personnels soignants, enseignants, policiers, militaires...), augmentation du temps de travail, coupes budgétaires de 100 milliards d’euros ou suppression de l’impôt sur la fortune. Il incarne un retour des valeurs très conservatrices sur les questions de société, vante « le respect des règles » et critique les « élites » parisiennes sur ces sujets.

L’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy est peu loquace sur la question du lobbying. Et pour cause : en 2012, juste avant de commencer son nouveau mandat de député, François Fillon a créé une société de consulting, baptisée « 2F Conseil », situé à deux pas des Invalides, et dédiée à des activités de conseil et des conférences. Son objet : « Le conseil, l’assistance, la formation, la réalisation d’études, de veille, d’audits, d’analyses ou de prestations » en faveur « de toute personne physique (…), personne morale (…), tout Etat et de tout organisme international européen, national, étatique, régional, départemental, municipal ou local ». La loi interdit aux députés de commencer des activités de conseil – sources de potentiels conflits d’intérêt – en cours de mandat, sauf pour certaines professions libérales réglementées, comme les avocats. François Fillon a créé la sienne juste avant d’être élu et a profité d’un décret qu’il avait lui-même signé permettant aux anciens ministres et parlementaires titulaires d’un diplôme de droit ou de son équivalent de devenir automatiquement avocat.

En 2012, ces activités de conseil lui ont rapporté 70 000 euros, selon sa déclaration d’intérêts et d’activités. En 2013, les profits ont grimpé à plus de 140 000 euros, soit sept fois le revenu salarial moyen. Et depuis ? Impossible de le savoir, les députés n’étant tenus de déposer une déclaration auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique qu’une seule fois au cours de leur mandat. Pour l’année 2015, la société 2F Conseil a déclaré un chiffre d’affaires en hausse de 38%, à près de 300 000 euros. Quelle est la nature exacte de cette activité ? Qui sont les clients de 2F Conseil ? Leur identité est-elle de nature à générer de possibles conflits d’intérêt ? Contactée à plusieurs reprises, l’équipe de François Fillon a refusé de répondre à nos questions.

Parmi les députés, son cas n’est pas isolé. D’autres personnalités politiques, comme Luc Chatel, ont également créé une activité de conseil très lucrative (plus de 183 000 euros en 2013). D’autres sont ou ont été lobbyistes, comme le socialiste Malek Boutih, député et directeur des relations institutionnelles de la radio Skyrock. Une cinquantaine d’autres parlementaires sont, en tant qu’avocats, autorisés à mener des missions de conseil. Certains figurent parmi ceux qui déclarent le plus de revenus annexes en sus de leur indemnité parlementaire. Les règles sont décidément bien faites.

par , Rachel Knaebel

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Occupant les antennes durant des semaines, flanqués de tous les "experts"en économie qui depuis des années martèlent que nous vivons au dessus de nos moyens et que les comptes "sont au rouge" ils ont le sentiment d'avoir remporté la bataille idéologique ouvrant la voie à la politique la plus réactionnaire infligée à notre peuple depuis des décennies.

Le pouvoir et le parti socialiste ont largement ouvert les vannes à cette contre-révolution sociale et politique : reniement des engagements, campagnes et largesses en faveur du MEDEF, campagnes contre le droit du travail et les garanties collectives (loi ElKhomri, referendum d'entreprise, répression contre les militants syndicaux engagés dans les luttes ...).

François Fillon n'a plus eu qu'à ramasser la mise et afficher sa volonté d'étendre à tout le pays jusque dans la gestion du secteur public, le type d'accord d'entreprise arraché chez Smart à Hambart, 39 heures payées 37 sous le chantage à la délocalisation et à la fermeture de l'entreprise.

Telle est en effet la conception de la droite nouvelle mouture : la dictature du capital déguisée en rempart de la faillite de leurs propres politiques de régression sociale, d'austérité pour les travailleurs en rendant responsable de ce naufrage les conquis sociaux des travailleurs depuis la Libération qu'ils n'ont jamais accepté et qu'ils croient pouvoir détricoter.

_________________

Quelques aspects du programme "social" de Fillon :

hausse de la TVA

les 39 heures payées 37

le licenciement de 500.000 salariés de la fonction publique

 en matière de sécurité sociale, le non-remboursement de ce qu'il appelle les "petits risques" et l'ouverture aux assurances et à la capitalisation

l'allègement de la fiscalité du capital et la suppression de l'impôt sur la fortune

...

Ne nous laissons pas intimider par cette offensive contre nos conquis désignés mensongèrement comme responsables du chômage de masse et de la misère qui frappe des parties importantes de notre peuple.

Ce sont leurs politiques d'austérité, la domination du patronat à la recherche du profit maximum, le capital financier avide de dividendes, la fraude fiscale massive des multinationales (des milliards d'euros tous les ans), l'Union européenne qui impose la concurrence entre peuples et travailleurs, les politiques menées par les gouvernements de droite et de "gauche" de démantèlement des services publics, de désertification des territoires ruraux ... qui sont les causes majeures de la crise actuelle!

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres!

Pas d'autre voie que le développement des luttes, la résistance farouche à leurs agressions comme par exemple ce samedi 3 décembre aux côtés des précaires et des sans emploi!

Et pas d'autre voie que la bataille des idées pour démolir les mensonges qui sous-tendent leurs objectifs.

Soyons fiers des conquis sociaux de la classe ouvrière qui loin d'être responsables du marasme actuel ont par exemple joué un important rôle protecteur au moment de la crise du système capitaliste de 2008!

Commençons par redonner dans l'espace public la place à nos grandes figures qu'ils ont toujours voulu maintenir dans l'oubli et dans l'ignorance dans la mémoire collective populaire!

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

67 morts. C’est le bilan, provisoire, annoncé par l’agence étatique Chine Nouvelle après un accident dans une centrale électrique. En cause : l’effondrement d’une plateforme de chantier dans la centrale à charbon de Fengcheng, dans la province de Jiangxi, au nord de la Chine. La catastrophe s’est produite dans une tour de refroidissement en construction, a précisé l’agence. 

Les ouvriers présents travaillaient sur le chantier d’agrandissement de la centrale, lancé en juillet 2015, indique l’AFP. Le gouvernement local souhaitait construire deux générateurs supplémentaires.

De graves accidents industriels surviennent régulièrement en Chine. En août 2016, une explosion dans une centrale électrique avait provoqué la mort de 21 personnes. Un an plus tôt, plus d'une centaine de personnes étaient décédées et 700 autres avaient été blessées dans une explosion d’un entrepôt de produits chimiques dans la ville portuaire de Tianjin.

L’ONG China Labour Bulletin compte, depuis le début de l’année, 468 accidents industriels meurtriers. De quoi questionner, une nouvelle fois, la sécurité des sites industriels chinois. 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Tandis que nos médias égrènent des termes péjoratifs à l'endroit du grands révolutionnaire les militants, les peuples qui savent ce que l'exploitation capitaliste et exclavagiste veut dire, ce que colonialisme veut dire eux ne se trompent pas de camp.

Notre camarade Philippe Belair nous a transmis :

salut à Fidel des camarades de Guadeloupe

PAR FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Fidel CASTRO : un géant s'est éteint

C'est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la nouvelle.

Ce fondateur d'une nation fière, généreuse et indépendante de l'Empire américain dans l'espace considéré comme son arrière-cour s'est vite trouvé confronté à la volonté farouche de le renverser : sabotages, des centaines de tentatives d'assassinats, un embargo qui perdure, des campagnes internationales de dénigrement et de haine ...

Mais Cuba est toujours debout ... et libre.

C'est ce que tous les vassaux de l'Empire à l'âme servile ne lui pardonnent pas.

Pour eux c'est tout espoir de changer réellement le monde qu'il faut tuer!

France inter ce matin égrène ses litanies  : dictateur, leader maximo, dinosaure du communisme ... et donne prioritairement la parole à ses détracteurs.

Ils demeurent quelque peu gênés que la Révolution cubaine continue d'exporter ses médecins dans les coins les plus démunis et reculés du monde quand leur système exporte ses militaires, ses GIs, ses armes de destruction et organise le chaos partout!

Nul doute que les peuples d'Amérique latine et d'une manière générale les hommes et les peuples épris de justice et de liberté s'apprêtent à rendre à ce grand dirigeant l'hommage que sa vie et son oeuvre méritent.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

 

La crise n’est qu’un prétexte pour justifier de nouvelles privatisations et disloquer nos droits. Quoi que l’on nous dise dans notre pays le travail ne paye pas, seule la rente rapporte ! L’argent public a été généreusement distribué sans aucune contre partie, et une partie a servi à alimenter les comptes en banques ou les rémunérations des actionnaires. Ils n’ont plus aucune retenue, ils se servent dans la caisse que nous alimentons avec nos impôts et notre travail, ils sont sûr de nous avoir domestiqué, sûr que nous ne nous révolterons pas, c’est pour cela qu’ils n’ont plus de limite :

200 milliards d’euros : c’est le montant de la richesse créée par le travail, détournée chaque année des salaires vers les profits, depuis 30 ans.

330 milliards d’euros : c’est le montant des richesses cumulées par les 500 plus grosses fortunes de France en 2013, en progression de 25 % par rapport à l’année 2012.

41 milliards d’euros : c’est le montant des dividendes versés aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en 2012, en augmentation de 5 % par rapport à 2011.

200 milliards d’euros : c’est le montant cumulé des aides publiques, déversées chaque année aux entreprises, sans contrôle ni contrepartie.

45 milliards d’euros : c’est le montant des exonérations de cotisations sociales patronales accordées chaque année aux patrons… ajoutez à cela la suppression de la taxe professionnelle il y a quelques années !

80 milliards : c’est le niveau de la fraude et de l’évasion fiscale.

10 milliards : ce sont les ressources en cotisations sociales aux horizons 2020 qui pourraient être atteintes en appliquant l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (pour rappel les salaires des femmes sont inférieurs de 27% à ceux des hommes).

Ce ne sont que quelques exemples de ce véritable scandale! Savez-vous que la fiscalité pour les entreprises n’a cessée de baisser depuis 1985 ! Une mesure qui n’a jamais endigué le chômage , pas plus que la baisse des dépenses publique ou le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Ces mesures ne font aucune économie à l’état car l’argent récupère sera redistribué par des cadeaux fiscaux, subventions ou autres avantages aux plus aisés. Pendant ce temps là, les produits de premières nécessités ne cessent d’augmenter : le carburant, le gaz,  l’électricité,  la farine, les pâtes, l’huile, le pain, …etc.

Le patronat nous objecte qu’il n’a pas les moyens, alors que l’on ouvre les livres de comptes des entreprises et que les salariés et la population se mêlent de ce qui ne les regarde pas dans « le droit bourgeois » : tous les mouvements financiers entre différents établissements et entre les filiales d’un même groupe, que des représentants du personnel siègent dans les conseils d’administration.

Plus des trois quart de la population supporte de plein fouet les effets de la crise, pendant qu’une petite classe de privilégiés fait bombance, donne des réceptions, et étale sa fortune dans les magazines peoples.

Pour ceux qui produisent les richesses, le chômage, les carrières interrompues et les revenus en dessous du SMIC aliment une retraite de misère. Pour d’autres qui ne produisent rien et encaissent les bénéfices leur soif de pouvoir alimente les guerres, la corruption et la pauvreté.

Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique – ce que nous avons fait depuis environ trente ans – tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions des familles qui luttent pour y arriver chaque jour. Cet argent n’atteindra jamais le bas de la pyramide. Nous sommes fous de continuer à y croire.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, a reproché aujourd'hui à Alain Juppé et François Fillon, qui veulent supprimer de 250.000 à 500.000 fonctionnaires, d'être "décalés avec la vraie vie", leur suggérant "d'aller dans un hôpital".

Afficher l'image d'origine

"Je crois qu'ils sont décalés avec la vraie vie. Allez dans un hôpital, voyez avec quelle tension, quels sous-effectifs travaillent les infirmières et le corps médical en général", a lancé le leader de la CGT sur Radio Classique et Paris Première, au lendemain du débat télévisé entre les deux finalistes de la primaire de la droite qu'il juge "tous les deux sur la même ligne".

Où supprime-t-on les fonctionnaires ? Dans quels services ? Dans quelles territorialités, dans quels ministères ?", s'est-il insurgé. "Une des bases de la solidarité et de l'égalité de traitement quel que soit le territoire où vous habitez, c'est le service public et les fonctionnaires", a poursuivi M. Martinez.

Interrogé sur les propos de François Fillon selon lesquels le nombre de fonctionnaires dans les collectivités locales avait augmenté "d'un million depuis 25 ans", il a répondu: "C'est faux ! Il y a eu des transferts, avec la décentralisation, de missions de l'Etat vers les territoires. C'est une usurpation de dire ça, il faut qu'ils soient un peu plus sérieux dans les chiffres qu'ils annoncent".

"C'est eux les porteurs de la pensée unique: ils veulent supprimer des fonctionnaires, allonger l'âge de la retraite, augmenter le temps de travail. Ca fait des années qu'on fait ça et aujourd'hui, le chômage, la pauvreté, la précarité, la casse des services publics, le malaise à l'hôpital, c'est la continuité de Juppé Premier ministre et de Fillon Premier ministre", a dénoncé M. Martinez.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Le FSC s'exprimera sur ce qu'il considère comme les tâches essentielles du mouvement syndical dans la situation que nous connaissons.

Au lendemain du débat des primaires de droite opposant Fillon à Juppé au-delà de la rage qui nous saisit dans l'affichage ostentatoire et décomplexé des intentions convergentes des deux finalistes visant à détricoter fondamentalement les conquis de la Libération et du programme du Conseil National de la Résistance une interrogation s'impose :

qu'est-ce qui fait qu'à présent, avant même que le suffrage universel ne s'exprime ils osent proclamer leur volonté de remettre en cause le caractère universel de la sécurité sociale, d'annoncer le licenciement de centaines de milliers de salariés de la fonction publique, un nouveau recul de l'âge ouvrant droit à une retraite complète ... ?

Oui, qu'est-ce qui rend cela possible?

François Fillon a mangé le morceau : il considère qu'il peut faire montre de sa volonté de casser la baraque dans le sens de formidables reculs sociaux pour les travailleurs parce-qu'il considère avoir remporté la bataille idéologique, la bataille de l'opinion.

Et donc de pouvoir désigner mensongèrement le modèle social de notre pays comme responsable des déséquilibres budgétaires, du chômage, du déclassement des classes moyennes

 

 

F. FILLON

« Quel modèle social ? Un modèle qui génère 6 millions de chômeurs, 2 millions de jeunes qui ne sont pas à l’école, pas en formation, dans la rue (…) Un modèle social qui se traduit par le déclassement des classes moyennes, qui n’a pas endigué la montée de la pauvreté. »

Et bien sûr si l'opinion admet que c'est le modèle social, c'est-à-dire les conquis sociaux gagnés de haute lutte notamment après la résistance avec le poids décisif d'une CGT à 5 millions d'adhérents et d'un PCF à près de 30% qui est dépassé et responsable des difficultés actuelles du pays, alors évidement l'opinion sera prête à admettre fusse en maugréant la potion amère du charlatan de la médecine sociale François Fillon!

C'est dire aussi que le mouvement syndical en même temps que les nécessaires luttes et résistances pour s'opposer aux licenciements, aux fermetures d'entreprise, à la répression, aux contre-réformes ne peut faire l'économie d'une intervention offensive sur le terrain des idées pour dévoiler le fonds archaïque, réactionnaire et d'intérêts de classe des propositions concrétes qui de surcroît se présentent comme destinées au final à sauver ledit modèle social.

En ne perdant pas de vue que tout l'appareil médiatique est au main de l'oligarchie, service public compris comme on vient de le voir avec la couverture démentielle de la primaire des droites qui va sans doute connaître une suite tout aussi démentielle avec la couverture de la primaire de la "gauche", c'est-à-dire du PS!

Les idées qui sont massivement répandues, reprises, commentées, mises en valeur à cette occasion par les chiens de garde de service étant donc celles du renoncement à tout changement quelque peu radical en faveur des travailleurs et du caractère incontournable et "naturel" des "lois" du capitalisme.

Reste à se donner les moyens matériels et humains de cette intervention indépendante du monde du travail dans les enjeux actuels face à une nouvelle étape de la contre-révolution conservatrice d'un capitalisme en crise profonde!

Et ce n'est pas la poursuite du mirage mensonger d'une "Europe sociale" qui nous mettra en mesure de contrer ces agressions majeures et de passer à une véritable contre-offensive!

Par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Toujours pas de baisse significative et la précarité de plus en plus grande

Afficher l'image d'origine

jeudi 24 novembre 2016

D’après la Dares, les chiffres d’octobre montrent une légère diminution en catégorie A : -0,8% sur 3 mois et – 0,3% sur 1 mois. Pourtant, l’arbre continue de cacher la forêt, peut-être pour des raisons de calendrier électoral.

En effet, le total des catégories B et C (alternance entre emploi précaire et chômage) ne cesse de s’aggraver : + 2,4 % sur 3 mois et surtout + 6,6% sur 1 an !

Si la situation s’améliore légèrement pour les moins de 25 ans, elle ne cesse de se dégrader pour les plus de 50 ans : + 0,4 % sur 1 mois, + 1,4 % sur 3 mois et + 1,6 % sur 1 an.

Sur 1 an, on constate une logique de vases communicants entre le chômage total et les activités précaires, le total augmentant légèrement : + 0,3 % sur 1 an pour le total A,B,C ; tout en restant à un haut niveau : 5 760 600 personnes.

Depuis 2012, on est ainsi passé de 4 347 100 à presque 6 millions de personnes au chômage. Les chômeurs titulaires d’un emploi précaire sont de plus en plus nombreux et leur augmentation est de +39,63 %, depuis mai 2012. Les seniors en sont les plus grandes victimes, puisque leur nombre augmente de plus de 50,65 % en catégories B et C.

L’incidence du plan 500 000 formations est toujours aussi importante et la qualité des formations dispensées par certains centres de formation, comme ISP Formation, nous conforte dans notre première analyse : ce plan semble surtout mis en place pour faire baisser les chiffres du chômage en catégorie A et, au passage, risque de remplir les poches de certains centres de formation peu scrupuleux.

L’envolée des contrats courts incitera la CGT à la fermeté concernant la sur-cotisation des employeurs les utilisant. C’est ce que la CGT défendra le 6 décembre prochain lors de la reprise des discussions sur l’assurance chômage.

D’après la Dares, les chiffres d’octobre montrent une légère diminution en catégorie A : -0,8% sur 3 mois et – 0,3% sur 1 mois. Pourtant, l’arbre continue de cacher la forêt, peut-être pour des raisons de calendrier électoral.

En effet, le total des catégories B et C (alternance entre emploi précaire et chômage) ne cesse de s’aggraver : + 2,4 % sur 3 mois et surtout + 6,6% sur 1 an !

Si la situation s’améliore légèrement pour les moins de 25 ans, elle ne cesse de se dégrader pour les plus de 50 ans : + 0,4 % sur 1 mois, + 1,4 % sur 3 mois et + 1,6 % sur 1 an.

Sur 1 an, on constate une logique de vases communicants entre le chômage total et les activités précaires, le total augmentant légèrement : + 0,3 % sur 1 an pour le total A,B,C ; tout en restant à un haut niveau : 5 760 600 personnes.

Depuis 2012, on est ainsi passé de 4 347 100 à presque 6 millions de personnes au chômage. Les chômeurs titulaires d’un emploi précaire sont de plus en plus nombreux et leur augmentation est de +39,63 %, depuis mai 2012. Les seniors en sont les plus grandes victimes, puisque leur nombre augmente de plus de 50,65 % en catégories B et C.

L’incidence du plan 500 000 formations est toujours aussi importante et la qualité des formations dispensées par certains centres de formation, comme ISP Formation, nous conforte dans notre première analyse : ce plan semble surtout mis en place pour faire baisser les chiffres du chômage en catégorie A et, au passage, risque de remplir les poches de certains centres de formation peu scrupuleux.

L’envolée des contrats courts incitera la CGT à la fermeté concernant la sur-cotisation des employeurs les utilisant. C’est ce que la CGT défendra le 6 décembre prochain lors de la reprise des discussions sur l’assurance chômage.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Afficher l'image d'origine

La CGT interpelle gouvernement et patronat

A l’occasion de la journée mondiale contre les violences sexuelles, la CGT interpelle le gouvernement et le patronat. Ce matin, 2 études confirment l’urgence à agir pour faire cesser les violences sexistes et sexuelles au travail et dans la vie :
- l’enquête du Conseil Supérieur de l’Egalité Professionnelle (CSEP), dans laquelle 74% des femmes non cadres et 80% des femmes cadres déclarent être victimes de sexisme au travail ;
- l’enquête VIRAGE, menée par l’Institut national d’études démographiques (INED) dans laquelle 14,5% des femmes déclarent avoir été victimes de violences sexuelles au cours de leur vie (viol ou agression sexuelle) et 1,8% des femmes déclarent que ces violences se sont déroulées sur leur lieu de travail ;

Tous les 2,5 jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint, en France.

Ces violences ont des conséquences très graves sur la santé et remettent frontalement en cause le droit au travail des femmes, les victimes perdant très souvent leur emploi par licenciement ou démission. Pourtant, la question des violences sexistes et sexuelles au travail est absente de tous les radars : rares sont les lieux de travail où il existe une évaluation des violences, de la prévention ou, encore, des négociations sur le sujet. Pire, l’austérité et les coupes dans les dépenses publiques fragilisent la prise en charge des victimes. Pourtant, le gouvernement se contente de faire de la communication et le Medef bloque tout dispositif contraignant sur le sujet, alors qu’il s’agit de la responsabilité des employeurs de garantir la santé et la sécurité sur les lieux de travail.

Depuis plusieurs années, la CGT exige, aux côtés des associations féministes, la mise en place d’un plan d’ensemble de lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Quand cessera-t-on de tolérer de telles atteintes à la dignité des femmes ?

Nous demandons notamment :
• le déblocage de moyens humains et financiers pour garantir un accueil dédié dans les commissariats, développer l’offre de logement, renforcer les moyens des associations, augmenter le nombre et la formation des personnels sociaux et d’éducation et prendre gratuitement en charge les soins pour les femmes victimes et leurs enfants ;
• l’ajout d’un thème obligatoire de négociation dans l’entreprise sur les violences sexistes et sexuelles, pour mettre en place des mesures de prévention et de protection pour les victimes, que les violences soient commises par un autre salarié, usager ou client ou hors travail (conjugal…) ;
• l’obligation de mettre en place un lieu d’accueil et une procédure de signalement sur chaque lieu de travail ;
• une obligation de formation des managers, personnels RH et encadrants ;
• la protection du droit au travail des victimes, avec une protection contre le licenciement, un droit à la mutation, au changement de poste, à la réduction ou réorganisation du travail, la possibilité de démissionner sans préavis ou de suspendre son contrat de travail en bénéficiant des allocations chômage ;
• le lancement d’une grande campagne de sensibilisation contre les violences sexistes et sexuelles, le développement d’une éducation non sexiste, la lutte contre le sexisme dans les medias… ;
• l’adoption d’une norme Organisation Internationale du Travail (OIT) et d’une directive européenne contre les violences sexistes et sexuelles au travail et pour préserver les travailleuses des effets de violences intrafamiliales.

La CGT s’inquiète des remises en cause des droits des femmes dans le monde. Elle tient en particulier à soutenir la mobilisation des femmes turques contre le projet de loi visant à légaliser les violences sexuelles sur les mineures.

La CGT appelle les salarié-e-s à se mobiliser sur leur lieu de travail et dans la rue pour mettre fin à la loi du silence et faire changer la honte de camp. A Paris, la CGT appelle à manifester aux côtés des associations féministes le 25 novembre à 18h30 de Bastille à République.

Voir les commentaires

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog