SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

notes d'information cgt unilever

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Ce type de réaction syndicale indique bien ce qu'il convient de faire face aux fossoyeurs des droits des travailleurs : ne pas leur laisser une minute de répit, ne rien lâcher, continuer à construire le TOUS ENSEMBLE pour empêcher la poursuite de la casse sociale et à l'inverse parvenir à de nouvelles conquêtes.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Une situation incontestablement à mettre en rapport avec la politique de marchandisation de la santé, de suppressions de postes dans les hôpitaux : 22.000 suppressions prévues d'ici fin 2017, les plans d'économie drastiques (3 milliards d'euros sur 3 ans), d'énorme pression exercée sur les personnels, de véritable sabotage du système public de santé au profit du privé ...

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Unilever procède à de nouvelles suppressions d'emplois en Suisse. Le géant néerlandais des produits de consommation va biffer 100 postes sur les 300 que compte le site de Schaffhouse. La coupe résulte du transfert des activités de logistique à Rotterdam, aux Pays-Bas.

Les collaborateurs concernés par la mesure ont été informés jeudi, a indiqué à l'ats Konstantin Bark, un porte-parole d'Unilever, confirmant une information diffusée vendredi par Radio Munot. Les suppressions d'emplois interviendront d'ici l'été 2017.

Les discussions avec les salariés touchés par la coupe, dont de nombreux expatriés, vont débuter. L'objectif consiste à trouver des solutions conformes au partenariat social. «Nous estimons qu'une partie des collaborateurs touchés opteront pour un poste à Rotterdam», a noté M. Bark.

En dépit de la réduction d'effectif, Unilever entend conserver son site de Schaffhouse, a poursuivi le porte-parole. La coupe ne concerne pas l'usine de Thayngen, toujours dans le canton de Schaffhouse, laquelle est gérée par Unilever Suisse. La filiale helvétique emploie 1100 personnes.

Première coupe l'an passé

L'an passé, Unilever avait déjà biffé 70 emplois à Schaffhouse, des postes qui ont été relocalisés en Asie et en Amérique, notamment. A l'échelle globale, le géant néerlandais, qui détient les marques de glaces Magnum et Lusso, les sauces et bouillons Knorr, les thés Lipton ou les cosmétiques Dove, entre autres, recense 169'000 salariés. (ats/nxp)

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Argumentaire QPC contre la Loi Travail

CGT GOODYEAR AMIENS NORD

15 sept. 2016 — Cher(e)s ami(e)s
Cher(e)s camarades,
Au mois de juillet les parlementaires ont saisi le Conseil constitutionnel sur la loi travail. Mais les dispositions les plus graves n'ont pas été attaquées. Les députés de droite ne l'ont pas fait évidemment, mais les parlementaires assis à gauche de l'hémicycle non plus.

En réalité le Conseil constitutionnel a été saisi  par la droite sur deux articles marginaux  par une partie de la gauche sur la question générale de la conformité de la procédure mise en œuvre pour l'examen du texte à l'article 49-3 de la Constitution (un point symbolique mais voué à l'échec)
N'étant saisi de presque rien, le Conseil a pu se prononcer en quelques jours.

 

Résultat : l'article 2 qui met fin définitivement au principe de faveur, les accords dits offensifs, la nouvelle caractérisation du motif économique de licenciement, pour ne citer que ceux-là, n'ont pas été contrôlés par le Conseil constitutionnel.
Mais dans le communiqué de presse qui accompagne sa décision de valider la loi travail, le juge constitutionnel n'hésite pas à inviter les salariés à le ressaisir sur tous les articles qu'il n'a pas eu l'occasion de contrôler. Autrement dit, les salariés sont encouragés à déposer des QPC (question prioritaire de constitutionnalité) devant les tribunaux.
Dans ce contexte nous avons décidé de diffuser un argumentaire élaboré par notre avocat Fiodor Rilov (également avocat des Contis, des Samsonite...) avec Amine Ghenim (avocat des Fralib, des Flodor ...) et Stephane Vernac (Maitre de conférences en droit privé à l'Université d'Amiens).
Notre objectif est de partager, avec tous ceux qui le souhaitent, des éléments pour faire annuler, dans le cadre des QPC, les dispositions de la loi travail qui sont contraires à la Constitution.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Stop au poker menteur !

Les Fédérations Cgt de la Métallurgie, des Cheminots, des Transports et l’Union Interfédérale des Transports (UIT), ont signé, le 15 septembre, un communiqué commun pour dénoncer la mise en péril délibérée par la direction d’Alstom de ses sites de productions en France, dans une logique purement financière.
Les organisations réaffirment que le site Alstom de Belfort est viable et demandent son maintien en activité.

Elles appellent à un rassemblement le 27 septembre 2016 à partir de 8h30, devant le siège d’Alstom à St Ouen (93), lors de la réunion de son Comité d’Entreprise.

Voir aussi la vidéo de la Fédération CGT Métallurgie :

15 septembre 2016 : à l’unisson, l’intersyndicale de l’usine de Belfort a organisé manifestation et rassemblement devant la Maison du Peuple. Une idée partagée : sauver le site Alstom de Belfort.

Dans cette vidéo, la prise de parole de Frédéric Sanchez, secrétaire général FTM-CGT, ainsi qu’une interview de Dominique Thiriez, secrétaire général CGT site GE/Alstom. Il y avait 700 manifestants pour un départ des portes de l’usine en scandant « Alstom c’est Belfort, Belfort c’est Alstom ; Alstom vivra. »

Lorsque la manifestation rejoint la Maison du peuple, dans le centre-ville, la pluie n’entrave en rien le rassemblement : 2 000 personnes y participent.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains
Un peu d'humour, surtout quand on voit l'attitude de certains

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La CGT demande plus que jamais l’abrogation de la loi Travail. Recours juridiques au niveau national et international, mobilisations dans les entreprises font parties des moyens d’action. Voici, au coeur de la manifestation parisienne du 15 septembre 2016, des exemples, comme chez Alstom, PSA Peugeot Citroën, ou encore chez les sous-traitants des Aéroports de Paris, où les salariés se mobilisent pour que la loi ne soit pas appliquée.

Sur tout le territoire, ce sont plus de 110 manifestations et rassemblements qui se sont déroulés à l’appel des 7 organisations mobilisées pour continuer de dire non à la loi travail.

Malgré les mesures de sécurité draconiennes imposées par des préfectures pour pouvoir se rendre sur certains lieux de manifestation, plus de 170 000 salariés ont bravé les interdits et battu le pavé pour la 14ème fois.

A l’image du CNE-CPE, rien n’est gravé dans le marbre. Ce qui a été validé peut être annulé.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

MANIFESTATION POUR LE RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL

Succès de la première manifestation de rentrée à Compiègne.

Les salariés,fonctionnaires,hospitaliers,lycéens, beaucoup d'étudiants de l'université de technologie de Compiègne (UTC),les privés d'emploi,les retraités sont présents en grand nombre, plus de 500 pour battre le pavé Compiègnois malgré la pluie.

On lâche rien, 170 000 manifestants aujourd'hui sur le territoire, la lutte continue pour le retrait de la loi El Khomri.

Fraternellement
La CGT Compiègne

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Nous étions aujourd’hui des centaines mobilisés devant la Cour d’appel de Chambéry pour la relaxe de Laura, l’inspectrice du travail, et Christophe, l’ex salarié de TEFAL.

Accusés de recel et violation du secret professionnel, ils avaient été tous les deux condamnés le 4 décembre 2015 à 3500 euros d’amende avec sursis.

Cette condamnation est inacceptable. Laura n’a fait que son devoir en dénonçant aux syndicats les informations qu’elle a reçues du lanceur d’alerte. Devant le banc des accusés aurait dû se trouver l’entreprise TEFAL pour avoir exercé des pressions sur Laura et remis en cause l’indépendance de l’inspection du travail. Pourtant, la Justice a décidé de ne pas poursuivre TEFAL mais de s’acharner sur l’inspectrice et le lanceur d’alerte.

Ce choix engage la responsabilité de la France. En effet, il s’agit d’une violation manifeste de la convention 81 de l’OIT qui garantit l’indépendance de la mission singulière de l’inspection du travail.

La CGT a saisi les instances de l’OIT sur cette violation grave.

L’inspection du travail n’est pas au service des entreprises mais est en charge de la protection des travailleurs.

La CGT revendique et lutte pour un service public de qualité et indépendant.

La CGT revendique le respect des libertés syndicales.

La CGT revendique plus de droits pour les salariés et un code du travail du XXIème siècle.

Voir les commentaires

Visiteurs

457340

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog