SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

notes d'information cgt unilever

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Calendrier NAO :

                                                              

salaire 2014

 Jeudi 06 février 2014  -  Vendredi 14 février 2014

fgdfgdfgdertetrzegfjghj

 

                          

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

En parallèle sur un autre dossier, nous avons remarqués un point intéressant pour les salariés qui ont été embauchés récemment et depuis 2/3 ans.

Voici ce que dit la Convention collective de la Chimie :

Les salariés titulaires de diplômes professionnels ont les garanties suivantes :

Garanties à l’embauche

·        Tout salarié titulaire de l’un des diplômes suivants et embauché pour occuper une fonction ou un emploi correspondant à ce diplôme aura la garantie des coefficients suivants :

-         B.T.n. : à l’embauche 175 et un an après 190. (Baccalauréat technologique)

-         B.T.S.- D.U.T. : à l’embauche 225 et 2 ans après 250.

Nous avons interpellé la direction sur ce sujet et elle fera le point pour la prochaine réunion des délégués du Personnel, fin janvier 2014.

Entre temps, si vous vous trouvez dans cette situation et que dans les mois à venir rien ne change, nous vous invitons à prendre contact avec la CGT.

En plus de la convention collective de la chimie, nous avons en notre possession une jurisprudence que la direction ne pourra ignorer, nous la mettrons à dispositions des salariés qui en feront la demande.

Nous sommes là pour répondre à toutes vos questions et n’hésitez pas à prendre contact avec vos élus CGT.

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa.jpg

"La jurisprudence" est l'ensemble des décisions habituellement rendues par les différents tribunaux relativement à un problème juridique donné et qui permettent d'en déduire des principes de droit.

tzerrtretertret

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

>fdhggjksdhgdhgjhertetjnglfhjgthjgsdj

 

BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2014

imagesCA3WN06U

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

    LIQUIDATION DU SITE DE ROUSSET

 

Désespoir des salaries  de LFoundry Rousset

 Au lendemain de noël la décision de justice sur la liquidation de la société LFOUNDRY ROUSSET a été validée.

Ainsi vont disparaitre plus de 1000 emplois directs et indirects de la silicon vallée provençale.

 Atmel/Lfoundry plus de 500 millions de fonds publics

 Lfoundry, société allemande a détourné plus de 35 millions d’euros

 Voici les conséquences d’une gestion faite par des patrons voyous qui pillent les trésoreries et les fonds publics d’aides aux entreprises, et laisse derrière eux des friches industrielles.

Après avoir vider les caisses ils laissent au gouvernement le soin de financer les plans sociaux.

 25 millions pour sauver ce site, plus de 100 millions vont être dépensé pour le fermer :

Chercher l’erreur !!!!!!!

 Le gouvernement au lieu d’aider les salariés à empêcher ces désastres ne fait que regarder et accompagner les licenciements.

Où est le programme de ré industrialisation de la France ?

 Le refus du gouvernement de nous aider à reprendre cette fabrication par un actionnariat salarié montre bien la complicité de celui-ci avec le monde de la finance dans les fermetures d’entreprises.

  Lundi 30 décembre à partir de 9:00 nous vous invitons à un grand rassemblement devant le consulat d’Allemagne pour dénoncer le modèle allemand, tant promu par notre gouvernement, et qui n’est qu’une continuité d’une politique capitaliste qui précarise l’emploi.

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

UN CLIC SUR L'IMAGE POUR PRENDRE CONNAISSANCE DU DOSSIER

dflkdflkdfkgferiopiyoklmhkghùkVeuillez cliquer sur le lien ci-dessous

http://www.cgt.fr/Je-signe-pour.html

 

Les conseillers prud’hommes sont des juges élus tous les 5 ans. Ils sont 14000 répartis en 209 conseils de Prud’hommes sur tout le territoire national.

Ils sont une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice qu’ils ont subi de la part de leur employeur. C’est pour cette raison qu’ils font l’objet d’attaques incessantes visant à rendre la juridiction prud’homale de plus en plus difficile d’accès aux salariés et la moins contraignante possible pour les employeurs.

C’est dans cette logique que le Gouvernement, par la voix de son ministre du Travail, vient de décider de supprimer les élections des conseillers prud’hommes prévues d’ici fin 2015. C’est inadmissible !

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

UN CLIC SUR L'IMAGE POUR OUVRIR LE LIEN

 

VBVLJMBKLGJKNJFDHSDFGF

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

UN CLIC SUR L'IMAGE POUR OUVRIR LE LIEN

 

fgfgdfgdfgdrrtyuhyjyjutyuyuj

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

jkhjhjjkhkhjkhjkhj

 

Du partage de la valeur ajoutée au coût du capital

Le capitalisme est un mode de production particulier, vieux de quelques siècles seulement, et basé sur l’existence de la propriété lucrative.

Une action boursière donne le droit, par sa simple possession, de réclamer une part de la valeur créée dans l’entreprise dont on est actionnaire.

Ainsi, si la valeur n’est créée « que » par le travail, elle doit être partagée

entre ceux qui la « créent », les travailleurs, et ceux qui la « revendiquent » sous prétexte d’en être propriétaires, les actionnaires.

Les actionnaires se présentent comme des investisseurs : Ce ne sont que

des rentiers.

Entre ce qui revient aux travailleurs, le salaire, et ce qui revient aux capitalistes,

le profit, se crée un conflit d’intérêts.

Quand le salaire augmente, le profit diminue, selon le principe des vases communicants. Ce conflit d’intérêts est la conséquence directe du détournement capitaliste d’une partie de la richesse créée, il se nomme « lutte de classes ».

Pour un actionnaire, ou pour un patron, l’objectif est de maximiser le profit, pour ce faire, plusieurs solutions : augmenter le chiffre d’affaires en produisant plus, diminuer les consommations intermédiaires, baisser la masse salariale, payer moins d’impôts, ne pas investir et/ou délocaliser le travail. Toutes ces méthodes peuvent être combinées.

Pour faire accepter l’idée même du profit, et sa maximisation, la bataille des idées est primordiale.cout capitalhhhjjhjh

Le « coût du travail » est un terme inventé par les patrons. En réalité, il désigne le salaire socialisé, c’est-à-dire le salaire net + les cotisations sociales salariales et patronales. La bataille idéologique du « coût du travail » consiste à nous faire avaler

une modification du partage de la richesse créée, au détriment du salaire, pour augmenter le profit. Vases communicants. L’idée selon laquelle on créera des emplois et qu’on reviendra à une situation d’excédent commercial du simple fait de baisser le « coût du travail » pour les entreprises du secteur marchand et en particulier de l’industrie, est donc purement idéologique. L’Allemagne est de ce point de vue un modèle à ne surtout pas suivre !

L’effondrement des salaires en Allemagne à partir de 2000 a provoqué une baisse de la consommation intérieure allemande, qui n’a pu être compensée que par une augmentation des exportations. Les salariés allemands subissent depuis 2003 la création du contrat Minijob avec des salaires entre 400 et 800 euros par mois, réduction des indemnités versées aux chômeurs de longue durée qui refusent d'accepter des emplois en-dessous de leur qualification, réduction des allocations

des chômeurs dont les familles ont des économies.

En réalité, la France et l’Europe sont en manque de salaire.

Pour maintenir le taux de marge, le patronat vise à baisser la part de la valeur ajoutée qui revient aux travailleurs sous forme de salaire en s’attaquant à la part indirecte du salaire que sont les cotisations sociales, au moyen des exonérations, modulations, remplacement par TVA, par CSG, et en même temps, baisse de la protection sociale.

Le coût du capital est le problème qui gangrène l’activité

économique.

Le patrimoine accumulé par les 10 personnes les plus riches de France en

2011 est égal à celui détenu par les 6,6 millions de français les moins

aisés.

La fortune de Bernard Arnault, l’exilé fiscal belge, se monte à 29 milliards d’euros, soit 2,2 millions d’années de SMIC. Cet argent a été ponctionné sur la valeur créée par les travailleurs des entreprises dont il est propriétaire (actionnaire).

Il existe 1.226 milliardaires sur la planète en 2012, un record absolu. Le nombre de privilégiés progresse régulièrement.

« Coût du travail ?? » : cette logique suicidaire développe, non seulement, une régression sociale intolérable mais a des conséquences économiques désastreuses avec la récession qui se développe dans les pays européens, une situation similaire aux années 1930.

COUT-DU-CAPITAL-01azaqsdz

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
ttytrtrytrytyttererC’est quoi la TVA ?
La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt sur la consommation. La quasi totalité des produits que nous achetons est soumis à la TVA. Le paiement est assez indolore car à la caisse du supermarché, on a pas vraiment l’impression de régler ses impôts. Toutefois les taux d’imposition sont loin d’être anecdotiques (19,6 % pour le taux normal, 7 % pour le taux réduit et un taux de 5,5 % qui n’est plus réservé qu’à certains produits alimentaires et à l’énergie).
Cette taxe s’applique uniquement sur le consommateur final, les entreprises se font rembourser la TVA payée sur leurs achats. Les consommateurs s’acquittent donc seuls de cet impôt sur la nourriture, sur l’habillement, sur l’énergie, sur l’ameublement...
 
Quelle part du budget de l’État ?
 
 
La TVA devrait rapporter en 2013 141 milliards d’euros soit le double de ce que pourrait rapporter l’impôt sur le revenu.
 
En 2012, la TVA représentait à elle seule la moitié des recettes fiscales. Chaque année, la part de TVA dans le budget de l’État augmente. Et si les citoyens ont du mal à mesurer la place de cette taxe dans leurs contributions fiscales, celle-ci est pourtant très importante. De plus ce type d’impôt indirect est très injuste et pèse très lourd dans le budget des ménages les plus modestes.
Pourquoi cet impôt n’est pas juste ?
 
Pourquoi la TVA n’est pas un impôt juste alors que tout le monde paye le même montant ?
 
En fiscalité, il existe un principe essentiel. Chacun doit contribuer à hauteur de ses moyens. Est-ce que la TVA respecte ce principe ?
 
En achetant un ordinateur à 600 €, sans vraiment le savoir, nous payons tous 98 € d’impôt. A première vue cela pourrait paraitre parfaitement égalitaire (pour un même achat, chacun paye le même montant de TVA). Mais ce n’est pas le cas. Les citoyens ne contribuent pas en fonction de leurs capacités. Plus les revenus des personnes augmentent moins l’effort contributif est important.
 
 
Sous réserve des mesures votées dans le cadre du projet de loi de finances pour 2014, en cours d’examen, les principaux taux de TVA seront modifiés au 1er janvier 2014, conformément à l’article 68 de la loi n° 2012-1510 du 29 décembre 2012, troisième loi de finances rectificative pour 2012 :
le taux réduit de TVA sera abaissé de 5,5% à 5% ;
le taux intermédiaire sera porté de 7% à 10% ;
le taux normal sera augmenté de 19,6% à 20%.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Un clic sur l'image pour ouvrir le lienhjghjghjghjgjhghjggghfty Bonne lecture...

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

Serions-nous condamnés à courber l’échine sous la politique antisociale appliquée dans notre pays ? Sommes-nous à l’époque où seuls quelques footballeurs millionnaires seraient capables de faire grève en France ?

 Ce sont les patrons, bien identifiés, connus, qui décident de réorganiser nos entreprises, fermer nos sites et alourdir nos charges de travail.

 C’est le gouvernement, qui fait le choix au quotidien d’accompagner cette politique patronale :

 § En votant la loi de sécurisation (qui reprend l’ANI de janvier 2013),

§ En allongeant la durée de cotisations pour la retraite,

§ En prenant une part active et déterminante des décisions prises à Bruxelles et qui s’appliquent à toute l’Europe.

 Ce sont les médias, au service d’entreprises nationales, qui nous abreuvent de « news » sans aucun intérêt ; qui veulent nous faire croire que l’austérité est la seule politique possible ; qui nous cachent les mobilisations des peuples contre l’austérité, comme celles encore du 19 octobre dernier au Portugal et en Italie.

 La seule alternative, présentée comme « possible » à l’alternance entre la droite décomplexée et la social-démocratie actuelle, sert de terreau à l’extrême-droite. Qui a intérêt à porter ce sentiment, cette option politique de l’extrême-droite ? Qui les finance ?

Réponse : d’abord les riches, le grand patronat !

L’extrême-droite affirme que le problème, c’est les immigrés. Mais jamais elle ne dit que le problème, c’est le rendement du capital imposé par les employeurs, pour gagner toujours plus de profit.

L’extrême-droite affirme que le problème, c’est le « système », désignant par-là l’alternance PS-UMP. Mais jamais elle ne dit que si beaucoup d’entre nous s’appauvrissent, sont au chômage, c’est parce qu’il faut engraisser quelques ultra-riches. Ni que ce détournement a lieu sur le lieu même de production de richesses, à savoir, dans chaque entreprise.

 

« C’est de l’enfer des pauvres
qu’est fait le paradis des riches »            Victor Hugo.

 Ce n’est pas en glissant un bulletin dans une urne, et encore moins le bulletin du pire, que les salariés pourront « plus tard » voire leur situation s’améliorer. Ne déléguons à personne le pouvoir de décider de notre avenir, de nos conditions de vie et de travail !

C’est en agissant eux-mêmes que les salariés verront leur situation s’améliorer, comme le montrent les nombreuses luttes gagnantes que taisent les médias, à l’image de ces salariées de Ceacom au Havre, qui ont imposé après 12 jours de grève, une augmentation de leurs salaires de 10 %.

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

gfhjgfjjghjftujhjjghUn clic sur l'image pour prendre connaissance de la note. 

 

Nous rappelons aux salariés, qu'il n'y a aucune obligation de signer cette note de service !

 

 Concernant la sécurité, la direction ferait bien de prendre en compte les remarques des salariés concernant l'ergonomie des chariots électrique et le mal de dos que cela occasionne !

 

Voir les commentaires

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog