SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

notes d'information cgt unilever

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Effondrement de 13% du PIB. Face à la
 
crise le gouvernement offre 100 milliards
 
au patronat

 

Ce vendredi l'Insee a annoncé une baisse de 13,2% du PIB. Une chute historique qui présage de l'ampleur inédite de la crise économique, face à laquelle Bruno Le Maire a assuré le grand patronat de son soutien, avec un plan de relance de 100 milliards d'euros dont les détails seront dévoilés le 25 août prochain.

 

Crise économique

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, invité sur CNEWS ce vendredi a réitéré l’orientation pro-patronale du gouvernement face à la crise

 

Un effondrement historique de l’économie mondiale

 

« Depuis qu’il mesure l’activité économique française de façon trimestrielle, jamais l’Institut national des statistiques n’avait enregistré pareil effondrement », affirme Le Parisien. En effet, si elle s’avère légèrement moindre que les prévisions initiales de l’Insee qui évoquait en juin une baisse de 17%, la chute de 13,2% du PIB dévoilé par l’institut ce vendredi est inédite, au moins depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Et pour cause, l’arrêt brutal de l’économie déclenché avec le confinement a accéléré des tendances négatives déjà en germes dans certains secteurs industriels tels que l’automobile, et en a entraîné d’autres à sa suite tels que l’aéronautique ou le tourisme.

 

Selon Le Monde, Renault subi « la perte nette la plus importante de son histoire ». Le constructeur automobile qui a déjà annoncé 15.000 suppressions de poste dans le monde dont 5.000 dans le monde, a communiqué jeudi sur un recul de 7,3 milliards d’euros au premier semestre 2020.
Airbus a de son côté annoncé avoir subi une perte nette de 1,9 milliards d’euros ce semestre. L’avionneur européen qui a également annoncé un plan de suppression d’emplois similaire fait les frais de la division par deux de ses livraisons d’avions pendant la période marquée par la crise sanitaire. Et chez Air France KLM la situation est encore plus dramatique puisque le groupe a annoncé jeudi une baisse de 83% de son chiffre d’affaire pour le second trimestre 2020, avec 2,9 milliards de perte nette.
Même dans les secteurs les moins touchés par la crise enregistrent une baisse non négligeable, à l’instar de l’alimentaire (-0,5%) et les services marchands (-6,2%). Le chiffre d’affaire du groupe Danone a ainsi reculé de 8,3% ce trimestre, « plombé par la chute des ventes d’eau en bouteille dans les bars et restaurants ».
« S’agissant des services, les dépenses de services de transports (-45,8 %) et d’hébergement-restauration (-56,9 %) s’effondrent, en lien avec les restrictions administratives mises en œuvre pour lutter contre la pandémie », relate également l’Insee.

Une chute inédite du PIB français qui s’inscrit dans le cadre d’un effondrement historique de l’économie mondiale. Alors que les exportations françaises enregistrent une baisse plus importante ce trimestre (–25,5 % après – 6,1 %) que les importations (–17,3 % après – 5,5 %), la Banque Mondiale estime ainsi une contraction de 5,2% de l’économie mondiale, tandis que le niveau des importations mondiales pourrait chuter de 10% cette année selon Les Echos pour qui « L’Union Européenne va affronter la pire crise économuique de son histoire ».
Des prévision inquiétantes au moment où l’Espagne a annoncé une chute de 18,5% de de son PIB au second trimestre 2020 – « la plus forte glissade des grandes économies de la zone euro » toujours selon
Les Echos – et où l’Allemagne enregistre un recul de 10,1% de son PIB, « son plus important recul depuis l’après-guerre » selon Le Monde.
La Commission Européenne qui présenté mercredi ses prévisions, table sur une baisse de 7,7% pour l’ensemble de la zone euro. Du jamais vu depuis sa création, comme en témoigne le commissaire européen en charge de l’Économie, Paolo Gentiloni. Selon lui, l’activité économique « a quasiment fondu d’un tiers du jour au lendemain ».

 

Plan de relance du gouvernement : derrière la « croissance verte » et les mesures « chocs », encore 100 milliards pour le grand patronat

 

Le 14 juillet dernier, Jean Castex annonçait les grandes lignes d’un plan de relance à hauteur de 100 milliards d’euros, adossé à la loi de Finance 2021. Un plan qui tente de concilier la volonté du gouvernement de reconquérir une partie de son électorat de centre-gauche séduit par EELV et déçu par le macronisme, en même temps qu’à assurer son plein soutien au grand patronat. En plus des mesures écologistes chiffrées à 20 milliards d’euros comme la lutte contre l’« artificialisation des sols », la « croissance écologique », les « Contrats de Développement Écologique », les « Plans Vélo », la régulation de la publicité, ou la rénovation thermique des bâtiments, le Premier Ministre a ainsi annoncé la mise en place des « repas à 1€ » dans les CROUS pour les étudiants boursiers, la revalorisation de 100€ de l’allocation de rentrée.
Mais à côté de ces mesures chocs pour marquer l’opinion, le gouvernement choisi d’offrir au patronat 40 milliards d’euros destinés à l’industrie avec notamment des baisses d’impôts de production, en plus des baisses de charge à hauteur de 4.000€ par an pour l’embauche de jeunes de moins de 25 ans touchant des salaires allant jusqu’à 1,6 fois le SMIC, ou encore de 400.000 contrats précaires à durée déterminé (contrats d’insertion et services civiques) et 200.000 formations qualifiantes sans promesses d’embauches.

Une politique pro-patronale assumée par Bruno Le Maire ce vendredi sur CNEWS. Après avoir défendu son bilan en affirmant que l’effondrement du PIB est « moins sévère que prévu », passant sous silence la gestion catastrophique de la crise sanitaire par le gouvernement, le Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance affirme son intention de « continuer à avoir des mesures radicales » pour espérer « retrouver d’ici deux ans le même niveau de prospérité qu’avant la crise ». Interrogé sur les aides publiques aux entreprises, à l’instar des 7 milliards d’aides publiques pour Air France KLM ou du prêt de 5 milliards d’euros garanti par l’État pour Renault, Bruno Le Maire ne veut les conditionner qu’à un prétendu « plan de relance vert », en donnant « la priorité aux véhicules électriques » dans l’industrie automobile, ou la réduction des vols intérieurs pour le secteur des transports aérien.
Conforté par la promesse de ne pas augmenter les impôts sur les grandes fortunes, le ministre se donne ainsi un alibi écolo pour signifier en fond que le gouvernement refuse d’exiger des contreparties en matière de sauvegarde de l’emploi, de salaires et de conditions de travail. Ce qui ne revient à rien d’autre qu’à continuer à faire des cadeaux au grand patronat comme le démontre l’exemple de Renault, qui tout en bénéficiant d’aides publiques a dans le même temps annoncé supprimé 15.000 postes dans le monde dont 5.000 en France avec des fermetures d’usines en perspective, notamment à Choisy-le-Roi.

 

Face à la crise et au gouvernement, l’urgence d’un plan de bataille pour faire payer les capitalistes

 

Si le gouvernement tente de faire la synthèse entre les différentes ailes de sa majorité dans un plan de relance se situant ouvertement dans la continuité du projet néo-libéral porté par Emmanuel Macron, sa capacité à faire face à une crise historique de cette ampleur par des mesures de relance reste difficile à réaliser. En témoigne le rétropédalage de Bercy, quelques heures après l’intervention de Bruno Le Maire sur CNEWS ce vendredi. En effet, après les déclarations en grande pompe du ministre selon lequel « nous ne sommes pas impuissant et nous pouvons améliorer les choses » qui a annoncé « la mise en place d’un « nouveau prêt garanti par l’État qui pourra représenter jusqu’à 80% du chiffre d’affaire (au lieu de 25%) avec un taux à 0,25% » pour le secteur du tourisme et de l’hôtellerie-restauration, Bercy s’est fendu d’un communiqué pour préciser que le plafond de ce prêt garanti atteindra 80% du chiffre d’affaire seulement pour les entreprises saisonnières dont 80 % du chiffre d’affaires annuel est réalisé en seulement trois mois.

Seulement dans cette épreuve le gouvernement Macron-Castex s’appuie sur un « changement de méthode » qui acte le retour à plus de dialogue social, à l’image du retour des concertations sur la réforme des retraites, ou encore la signature d’un accord entre les directions syndicales (FO, CFDT et CFE-CGC en tête) et le patronat de la métallurgie (UIMM) pour instaurer le chômage partiel de longue durée. Cette mesure qui prévoit des pertes de salaires nettes pour les travailleurs et des indemnités pour sauvegarder les profits du patronat va renforcer le chantage à l’emploi dans les entreprises, puisqu’elle pourra désormais être mise en place même « en l’absence d’accord d’établissement, d’entreprise, ou de groupe ».

A rebours du dialogue social sur lequel s’appuie le gouvernement pour mener son offensive anti-sociale, il s’agit de s’appuyer sur la colère et la détermination exprimée par les soignants mobilisés contre l’imposture du Ségur de la Santé aux côtés des Gilets Jaunes, ou des réactions exemplaires des salariés qui, de TUI France à Nokia en passant par la MCA Maubeuge se sont mobilisés et ont agrégé autour d’eux de nombreux soutiens, pour construire un véritable plan de bataille à même de faire converger les colères contre le gouvernement. Il n’y a que de cette manière qu’il sera possible de s’opposer aux plans du gouvernement et du patronat, en revendiquant l’interdiction des licenciements et l’indexation des salaires sur l’inflation, parce que ce n’est pas aux travailleurs de payer la crise.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Reims : une trentaine de salariés de Castorama en grève

Ce samedi 1er août, une trentaine de salariés de Castorama, issus des magasins de Thillois (Reims), Metz, Vandœuvre-lès-Nancy et Thionville se sont rassemblés devant l'établissement marnais. Ils accusent la direction d'avoir recalculé leur prime d'intéressement à leur insu.


Et de quatre. Ce samedi 1er août, cela fera la quatrième journée que les employés de Castorama se mobilisent. En cause : leur prime d'intéressement trimestrielle, "dont la direction a changé un terme, explique Christophe Démon, délégué syndical CGT. Le plafonnement annuel a été changé par trimestriel." Un mot qui modifie considérablement le salaire. De 2,4 mois de salaire, la prime passe à 0,6 mois de salaire.
 
Cela fait perdre aux salariés 35 millions d’euros en tout en France alors que pour les salariés de Brico Dépôt, qui appartient au même groupe, les primes sont restées annuelles.

Christophe Démon, délégué syndical CGT


Il faut dire que les employés gagnent en moyenne 1.500 euros brut par mois, soit à peine le SMIC. Les primes sont donc très attendues par les salariés. Pour l'heure, ils devraient en toucher une première équivalente à un mois de salaire pour le second trimestre. Mais selon Christophe Démon, les prochaines seront largement inférieures à celles de 0,6 mois (jusqu'au vendredi 31 juillet, les syndicats craignaient de ne toucher que 0,6 mois de prime). "Soit au minimum 100 euros de moins en moyenne par salarié", a calculé Gregory Cipriano. Autrement dit, au lieu des 3.600 euros espérés, ils ne toucheront que 900 euros, selon les estimations des syndicats, relève l'Alsace.

"La direction française a rompu le dialogue social", tranche Bruno Malécot, délégué syndical et secrétaire général des services de la Marne pour la CFDT. Et le représentant syndical d'ajouter : "On se relaie car on n’a clairement pas les moyens de faire grève. C'est difficile de faire grève, surtout cette année qui est difficile. Les collègues ont peur de sacrifier leurs salaires et leurs vacances."


 
Des grévistes venus de Metz, Nancy et Thionville

 

En plus des employés marnais, des salariés des magasins de Metz, Vandœuvre-lès-Nancy et Thionville sont venus prêter main forte. "On a ciblé ce magasin car il y a une bonne dynamique depuis le début et une directrice récalcitrante sur le droit de grève", argue Bruno Malécot. Après quatre journées de débrayage, les grévistes accusent la directrice du magasin de Thillois d'avoir fait "des remarques sur la distribution de tracts, leur disant qu'ils n'avaient pas le droit de le faire devant le magasin."

Les syndicats réclament que la prime d'intéressement soit prévue telle qu'elle avait été négociée initialement. "Ça va se finir au juridique, une action juridique au tribunal", déplore Gregory Cipriano délégué syndical CGT à Metz.
 
L'appel à la grève a été lancé par cinq syndicats : la CGT, la CFE-CGC, la CFDT, la CFDC et FO.
Une modification de la prime que les syndicats n'expliquent pas. Selon eux, le chiffre d'affaires de l'entreprise est à la hausse : "+25% en mai et +33% en juin", pointent-ils sur les tracts. "Cela va être compliqué pour la direction, commente Grégory Cipriano. Avec ce refus du dialogue, on assiste à un durcissement du dialogue social dans les magasins."

Pour l'heure, les syndicats n'excluent pas un nouvel appel à la grève à la mi-août, durant la "Grande braderie", une opération commerciale d'envergure. Contacté par mail, le service presse n'a pas encore répondu à nos sollicitations.
 Florence Morel

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Pourquoi la CGT n'a pas signé le SEGUR de la santé

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances © Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances © Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

AIDE AUX MULTINATIONALES : JUSQU’OÙ IRA L’IMPUNITÉ ?

Les contribuables devront financer les aides publiques aux entreprises malmenées par la crise du Covid-19. Toutefois, ces aides octroyées sous forme de prêts garantis, de reports de cotisations ou de chômage partiel vont-elles bénéficier aux grandes entreprises qui possèdent des filiales dans les paradis fiscaux et échappent à l’impôt ?

Sans oublier celles qui, malgré tout, versent des dividendes à leurs actionnaires ?

Retour sur une mesure économique qui a provoqué l’indignation, et alerte sur l’impunité totale des multinationales qui bénéficient sans contrepartie des aides de l’État.


En France, le 22 avril après-midi au Sénat, la commission des Finances et le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des comptes publics, Olivier Dussopt, s’opposent à l’amendement déposé par le groupe CRCE (communistes, républicains, citoyens et écologistes) afin de priver toute entreprise enregistrée dans un paradis fiscal du bénéfice de ces aides.

L’avis défavorable du gouvernement n’empêchera cependant pas l’adoption de l’amendement par une majorité au Sénat. La France emboîtait ainsi le pas au Danemark et à la Pologne qui posaient des critères en contrepartie des aides de l’État. Au Danemark, ces aides, prêts et garanties (environ 53,6 milliards d’euros destinés aux travailleurs et aux entreprises) ne seront pas accessibles aux entreprises qui versent des dividendes, qui rachètent leurs propres actions (une autre façon de rémunérer les actionnaires) ou qui sont enregistrées dans des paradis fiscaux. En Pologne, le programme d’aide d’une valeur de 100 milliards de zlotys (soit 22 milliards d’euros) sera octroyé à condition que les entreprises aidées ne procèdent à aucun licenciement et paient leurs impôts en Pologne.

Le lendemain, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, confirme l’orientation prise au Sénat la veille et annonce fermement : « Il va de soi que si une entreprise a son siège fiscal ou des filiales dans un paradis fiscal, je veux le dire avec beaucoup de force, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésorerie de l’État ». Rappelons au passage, qu’il avait annon le 27 mars que les aides publiques impliqueraient également l’absence de versement de dividendes par les entreprises concernées.

UN « EFFET D’ANNONCE » VAIN ?

Or, l’après-midi du 23 avril, coup de théâtre ! Quelques heures seulement après la déclaration du ministre, députés et sénateurs en commission mixte paritaire (Sénat et Assemblée nationale) n’ont finalement pas retenu l’amendement dans la rédaction du projet de loi de finances rectificative. Celui-ci ne comprend donc aucune mesure en ce sens.

Dans une lettre adressée le 23 avril à la directrice générale du Trésor, Bruno Le Maire réaffirmait pourtant sa volonté inchangée, mais celle-ci demeure sans valeur légale. En réalité, les grandes entreprises (de plus de 5 000 salariés, ou dont le chiffre d’affaires est supérieur à 1,5 milliard d’euros) n’auraient qu’à signer une « déclaration sur l’honneur » pour bénéficier de l’aide octroyée par arrêté du ministre chargé de l’économie. Autrement dit, on devrait les croire sur parole… Le fameux amendement vite évacué, il ne restait que le discours, ressemblant plus à un effet d’annonce sans suite concrète.

UNE LISTE DE PARADIS FISCAUX ILLUSOIRE ?

Le dispositif défendu par le ministre s’appuie sur la liste française des paradis fiscaux. Or, celle-ci est bien maigre et ne comprend que 13 États ou territoires. Si des États comme les Bahamas, les Îles Vierges britanniques ou les Seychelles ont été – bien tardivement – intégrés, les îles Caïmans, qui rejoignent depuis le 20 février dernier la liste noire de l’Union européenne, n’en font toujours pas partie. Du reste, cette liste demeure foncièrement partielle et partiale car aucun paradis fiscal européen, tels le Luxembourg, les Pays-Bas ou l’Irlande, n’y figurent.

" 80 % de l’évasion fiscale des entreprises en France s’opère via d’autres pays de l’UE " "

D’après un communiqué publié par les organisations Attac, CCFD, Sherpa, Oxfam France et Solidaires, « les multinationales qui délocalisent leurs bénéfices au Luxembourg ou aux Pays-Bas échapperaient donc à cette annonce et pourraient bénéficier d’un soutien public de l’État ». Or, selon une étude de Gabriel Zucman, citée dans le communiqué, « 80 % de l’évasion fiscale des entreprises en France s’opère via d’autres pays de l’UE ».

De plus, un récent rapportThe Axis of Tax Avoidance, publiée ce 28 avril par le réseau international Tax Justice Network, pointe la responsabilité de quatre paradis fiscaux européens formant un « axe de l’évasion fiscale » : le Royaume-Uni, la Suisse, le Luxembourg et les Pays-Bas (où le taux effectif de l’impôt sur les sociétés se situe entre 0,7 et 10,5 %) dans lesquels iraient se réfugier des multinationales étasuniennes afin d’éviter de payer leurs impôts et feraient ainsi perdre près de 25 milliards d’euros (plus de 27 milliards de dollars) chaque année aux pays membres de l’Union européenne.

Sur le graphique ci-dessous sont représentées en rouge les pertes de revenus dans tous les autres pays de l’Union européenne.

Rapport The axis of tax avoidance © Tax Justice Network, 2020.

L’affirmation choc du ministre Bruno Le Maire, même vidée de substance, reste gravée dans les mémoires. Elle viendrait se briser sur le récif d’une longue histoire d’amour entre le CAC 40 et l’évasion fiscale. En effet, selon le rapport CAC40, le véritable bilan annuel 2019 de l’Observatoire des multinationales, les entreprises de l’indice phare de la Bourse de Paris disposeraient de 2 397 filiales dans des paradis fiscaux et judiciaires.

Une savante disposition qui permet l’évitement fiscal alors que l’impôt sur les sociétés versé par ces mêmes entreprises du CAC 40 a baissé de plus de 6 % en valeur absolue entre 2010 et 2017 et que le gouvernement d’Emmanuel Macron a prévu de faire baisser le taux de taxation aux grandes entreprises actuellement de 28 % (il est de 31 % sur les bénéfices supérieurs à 500 000 euros) à 25 % en 2022.

Enfin, cette déclaration s’inscrit dans la lignée de politiques économiques menées depuis près de dix ans en faveur des multinationales. On peut citer à titre d’exemple le CIR (Crédit d’impôt en faveur de la recherche), le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) ou encore le pacte de responsabilité. Ces mesures, prises dans le cadre d’une politique de l’offre, évidemment non conditionnée, promettaient un allègement en milliards d’euros de cotisations sociales et d’impôts pour les entreprises, afin de leur dégager des « marges » pour retrouver de la compétitivité et assurer des retours sur l’emploi et la croissance.

Néanmoins, les résultats ont non seulement été absents, et pire encore, de nombreuses aides n’ont presque pas servi dans la recherche et les investissements, mais ont massivement produit de la valeur actionnariale. La vision étriquée de l’État considère naïvement que la création de profit engendre nécessairement de l’investissement et du développement, à défaut de s’intéresser à ce qui peut stimuler la demande, réel moteur de l’économie. La puissance publique semble résolue à céder face au grand capital, qui conserve son impunité et ses capacités d’accaparement des richesses les plus totales, au détriment des contribuables et des petites et moyennes entreprises.

Publié par http://canempechepasnicolas.over-blog.com

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Les salariés de Travaux du Midi sont engagés depuis mardi dans une bras de fer avec leur direction pour le maintien des emplois face à la volonté de celle-ci d’imposer un plan de licenciement massif prévoyant de se séparer de 180 salariés soit 50 % des effectifs et potentiellement d’organiser un recours à l’intérim pour les remplacer.

Nice. Face à un Plan de Départs Volontaires, des travailleurs du BTP bloquent leur chantier

A Nice, près de l’Allianz Riviera, le stade de l’OGC Nice, le chantier du magasin Ikea qui devait faire partie de la zone commerciale proche de l’édifice était à l’arrêt ces deux derniers jours. En effet, les salariés de l’entreprise responsable du chantier, les Travaux du Midi, une filiale de Vinci Construction, ont décidé de se lancer dans un mouvement de grève et de bloquer le chantier. Une réponse à la volonté de l’entreprise de supprimer 180 emplois, d’abord via un « plan de départ volontaire », puis éventuellement un « plan de sauvegarde de l’emploi », qui permettront de mettre à la porte pas moins de la moitié des 360 salariés de l’entreprise comme nous l’apprend Nice-Matin.

Interrogées par France Bleu, les représentants syndicaux expliquent cette mobilisation par la baisse d’activité liée à la crise et précisent que la mobilisation vise centralement à négocier de meilleures conditions de départ. « Par rapport au peu d’activité qu’il y a et au nombre de salariés, on se disait qu’il allait se passer quelque chose. On est contre les licenciements, mais pas contre le Plan de départs volontaires, avec des conditions raisonnables. Là, les indemnités supra-légales sont trop basses pour intéresser les salariés : à 40 ans, ils proposent 5.000 euros, et à 56 ans, 23.000 euros. C’est trop peu pour motiver les gens à partir. Un montant raisonnable, ce serait trois fois ce qu’ils nous proposent. » a ainsi expliqué anonymement un responsable syndical.

La grève dans le BTP n’est pas très courante et le secteur est même considéré comme l’un de ceux les moins touchés par ce type de pratique de lutte, comme le rappelait un rapport du ministère du Travail de 2017. Malgré cette faible tradition de lutte, le mouvement a pourtant été un véritable succès puisque 130 grévistes étaient dénombrés mardi matin au piquet de grève, qui aura permis de maintenir à l’arrêt le chantier mardi et mercredi. Si les travailleurs ont décidé de reprendre provisoirement ce jeudi, le mouvement pourrait d’ailleurs reprendre par la suite.

Cette dynamique s’inscrit dans la multiplication récente des mouvements de contestation dans le du monde du travail. Pour faire face aux attaques patronales qui suivent la montée en puissance de la crise économique post-Covid ces derniers mois, les salariés de nombreux secteurs se soulèvent, contre les licenciements ou les attaques contre leurs droits.

Comme ailleurs, l’annonce des licenciements passe d’autant plus mal que le secteur du BTP a reçu un soutien financier important de l’État, par le biais du chômage-partiel, des « prêts garanties par l’État », ainsi que par la hausse de la dotation par l’État à l’investissement local qui concerne principalement le BTP. Les entreprises de moins de 50 salariés du secteur peuvent aussi profiter d’un report des cotisations sociales sur trois ans. Ainsi, alors que le contribuable se retrouve à financer les entreprises, le patronat du BTP souhaite tout de même faire payer le monde du travail par le biais de suppressions d’emplois massives comme ici. Un tableau renforcé par le fait que Vinci payait récemment la somme d’un milliard d’euros de dividendes à ses actionnaires pour l’année 2019…

En outre, cette suppression de nombreux contrats stables agite aussi la crainte chez les salariés de voir se généraliser une flexibilisation dans le secteur, avec un recours abusif à la main d’œuvre intérimaire comme le précise France Bleu Azur. « Nous craignons que cette réduction d’effectifs ne soit qu’un prétexte pour nous remplacer par des emplois en CDD » a ainsi affirmé Raphaël Cafieri, délégué du personnel de Travaux du Midi Provence, à France 3 Provences Alpes Côte d’Azur. En multipliant les contrats de travailleurs qui seraient plus facile à mettre à la porte en cas de crise comme c’est le cas actuellement, une telle dynamique aggraverait la précarisation déjà bien avancée d’un secteur aussi massif que le BTP, réputé pour faire appel à une main d’œuvre sans-papier, au travail au noir et aux contrats journaliers.

Une perspective qui démontre que, par-delà les conditions de départs volontaires, c’est contre les suppressions d’emplois qu’il s’agit de lutter, tant elles préparent un approfondissement des logiques de précarisation.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Renault accuse 7,3 milliards de pertes et
 
prépare un gigantesque plan d’austérité

 

Renault a annoncé une perte nette de 7,3 milliards d'euros. Tout le monde s'émeut : 'c'est la première fois que ça arrive dans leur histoire.' Mais ça présage surtout de très dures attaques contre les salariés.

 

Crise économique

Crédit photo:AFP/ARCHIVES - ERIC PIERMONT

Ça y est tous les commentateurs, nous le prédisent et rabâchent : c’est la débâcle pour le groupe Renault. Et si on veut l’éviter il faudra faire encore plus de sacrifices.. Le communiqué de presse du groupe Renault est des plus laconique : tous les feus sont au rouge, avec des baisses partout. En cause toujours, le très sulfureux Carlos Ghosn, toujours bien à l’abri dans une villa au Liban.

Mais ce qui se prépare, c’est une saignée immense sur le groupe Renault : réductions d’effectifs, suppressions de postes, fermetures de sites et flexibilisation à outrance. Et le nouveau PDG du groupe, Luca de Meo qui connaît très bien le secteur automobile, où il est depuis l’age de 20 ans, après être passé par Seat, Fiat, Wolswagen, et Toyota est très clair la dessus : « la réduction drastique de coûts fixes et variables sera l’un des leviers pour redresser la marge à court terme a résumé Les Echos après un entretien avec lui. Ce qui est au centre aujourd’hui se sont les salariés du groupe Renault, qui vont payer le prix fort de cette restructuration, déjà lancée à coup de plan d’économie de 2 milliards d’euros. La perte nette de 7,3 milliards d’euros que le groupe Renault-Nissan a annoncé ce jeudi était déjà dans les cartons ; et c’est maintenant sur l’émotion et le choc que va travailler Luca de Meo pour imposer une « PSA-isation » du groupe Renault, pour imposer « un plan de réduction des coûts d’ici à 2022 ». De la sueur et des larme en perceptive pour les travailleurs ; à moins qu’ils ne s’unissent pour imposer leur choix plutôt que celui des capitalistes.

 

Ces 10 dernières années le groupe Renault a réalisé 24 milliards de profits

 

Puisque disons le très clairement, la « chute brutale » ça va avant tout être pour les salariés et la sous-traitance de Renault, puisque pendant des années c’était open-bar pour Renault, avec des profits faramineux : pas moins de 24 milliards sur ces 10 dernières années ! Dix années où les salariés n’ont pas été mieux lotis, mais où les actionnaires ont eux touché le pactole. Et aujourd’hui ce sont les travailleurs qu’ils veulent faire payer. En mettant en place la même stratégie que Carlos Tavares le PDG du groupe PSA . « Il faut privilégier les marges aux volumes » : Luca de Meo veut faire peu de véhicules mais très rentables, avec donc moins de monde et faire un maximum de gains de productivité sur le postes, c’est à dire, en chargeant les postes au maximum . C’est la même politique de rentabilité du groupe PSA avec des fermetures de sites, des postes supprimés et 25 000 salariés en moins , en moins de 5 ans : voilà le régime que va proposer le nouveau PDG aux salariés.

 

Des usines de constructeurs jusqu’aux sous-traitants : avoir un plan de bataille pour gagner

 

Il faudra avoir des liens partout, se coordonner entre les usines du groupe Renault mais également en dehors avec le reste de la filière automobile, chez PSA etc. Nous ne gagnerons pas boîte par boîte mais ensemble. En refusant la stratégie de dialogue social, qui divise les usines et les secteurs, et nous éloigne les uns des autres sur la petite musique du « notre site est plus compétitif que les autres » Non il faudra défendre ensemble chaque usine, chaque poste de travail.

On ne doit accepter aucune suppression de postes, n’y aucune fermeture d’usines, et exiger qu’ils nous montrent les livres de compte de l’entreprise de Renault et de Nissan . Et pas des montages financiers où il manque des milliards qui sont partis chez les actionnaire depuis des années. Les 5 milliards de prêt garantis doivent servir à maintenir tous les emplois et pas aider à renflouer la liquidité de l’entreprise tout en supprimant des milliers d’emplois.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le point de vue de Laurent Brun sur notre système de santé après la pandémie COVID-19

En plein « Ségur » de la santé, grotesque mascarade de négociation à l’image de la « concertation » pendant la réforme ferroviaire ou du « grand débat » pendant le pic de mobilisation des gilets jaunes, il est utile de prendre du recul sur notre système sanitaire. La pandémie de COVID-19 devrait nous aider à cela...

 

Si on cherche à mesurer sérieusement la situation, on constate tout d’abord que les médias nous parlent beaucoup des États-Unis et du Brésil mais qu’en réalité, pour l’instant, rapporté à la population, c’est dans les pays d’Europe que le virus a fait le plus de morts. (Et je ne compare même pas avec la Chine ou avec Cuba, ce serait trop humiliant pour nous). Il n’est pas interdit que les USA et le Brésil nous dépassent, tant la gestion anti scientifique de l’extrême droite est catastrophique, mais cela ne doit pas nous faire oublier la calamité de la gestion dans nos pays européens, ce que tentent manifestement de faire les médias.

Au delà des choix immédiats des gouvernements (confiner ou pas), qui ne semblent finalement n’avoir qu’une importance relative quand on compare le taux de mortalité de la Suède avec l’Italie ou la France, ce qui frappe, c’est une corrélation plus évidente entre mortalité et faiblesse des équipements médicaux. L’Allemagne ayant l’un des plus fort taux de lits d’hôpital d’Europe a aussi le plus faible taux de mortalité, et à l’inverse, la Belgique, la Suède, le royaume unis, l’Espagne ayant un nombre de lits d’hôpital faible sont les plus touchés... l’Allemagne a près de 40% de capacité hospitalière de plus que la France ou la Belgique ! La capacité industrielle à produire des tests et des masques, ainsi que la décision de leur gouvernement de les utiliser, ont certainement joué aussi, mais le système de santé est le premier rempart à la mortalité.

Cela éclaire d’un jour différent la décision du Gouvernement français de poursuivre la suppression des lits et la fermeture des hôpitaux. Cela doit nous encourager également à soutenir la revendication des syndicats de la santé qui demandent bien sûr des augmentations de salaire, mais aussi du personnel et des lits !

Il faut noter que si l’on compare le taux de lits d’hôpital 2019 avec 2014, la France a perdu 30 lits par 1000 habitants, soit 5% de sa capacité. C’est énorme, c’est fulgurant, c’est totalement irresponsable ! La Belgique en a perdu 40 soit 7%, et c’est encore pire pour le royaume unis (-40/15%) et la Suède (-30/14%). Je ne peux m’empêcher de relier cette situation avec la politique d’austérité budgétaire décidée par l’Union européenne, mais plus globalement c’est la gestion néolibérale du service public de la santé, par les coûts et leur réduction, qui est en cause.

Car pour arrêter de supprimer des lits d’hôpital et même en recréer, il faut des moyens financiers. Or ces dernières années, la France et l’UE se sont lancées dans une politique de « défiscalisation » des bas salaires. Cette politique est directement liée à la mise en concurrence avec les pays à faible coût de main d’œuvre permise par les accords de libre échange, ou encore les directives pays d’origine.

 

Résultat : pour un salarié gagnant le SMIC et au delà, il n’y a presque plus aucune cotisation sociale de versées à la Sécu !

 

Sarkozy/Fillon avaient commencé le travail, Hollande/Valls l’ont poursuivi et Macron/Philippe l’ont achevé avec la transformation du CICE et du CITS en exonérations supplémentaires.

Au 1er janvier 2019, les cotisations d’assurance maladie pour les salariés gagnant jusqu’à 2,5 fois (!) le SMIC sont passées de 13 à 7% soit 17,1 milliards de pertes (les syndicats de soignants en revendiquent 15 pour les salaires et les lits !) qui sont directement allés dans les poches des actionnaires sans passer par la case investissement ou création d’emplois.

Ces exonérations touchent aussi les retraites, le chômage, la famille (5 milliards de plus).

Un récent rapport de la Cour des Comptes estime à 90 milliards les exonérations de cotisations sociales diverses !

Au passage, il faut noter que les établissements publics ne bénéficient la plupart du temps pas de ces allègements. Donc quand ils sont mis en concurrence avec des structures privées (par exemple la SNCF avec une entreprise ferroviaire privée, ou Pôle Emploi avec une entreprise d’insertion privée), ils sont structurellement défavorisés, ce qui profite à la casse du modèle public... tout est lié !

On comprend désormais pourquoi il était possible dans les années 80 d’avoir des hôpitaux de proximité, et pourquoi ça ne l’est plus aujourd’hui et qu’il faut courir de plan d’économie en plan d’économie.

 

Nous devrions donc avoir 3 priorités après la pandémie de COVID-19 :

 

1) satisfaire immédiatement les revendications des syndicats de soignants, augmenter les salaires, créer des emplois supplémentaires, ré-ouvrir des lits, recréer des hôpitaux en proximité ;

2) remettre les comptes de la Sécu à l’équilibre en supprimant autant d’exonérations que nécessaire, en priorité pour toutes les sociétés par actions (elles ont versé 200 milliards de dividendes à leurs actionnaires en 2018 donc même la perte totale des 90 milliards d’exonérations ne les feraient pas boiter !)

3) remettre en cause toute la politique de libre échange de l’UE (donc l’UE elle même) qui conduit à une concurrence salariale dont la finalité est d’abaisser les moyens des systèmes de protection sociale des pays industrialisés et de ne pas permettre aux pays émergeants de s’en créer.

 

Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE

 

Laurent BRUN

Cheminot, syndicaliste CGT

 

Publié par http://fdgpierrebe.over-blog.com

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : AFP

 

Alors que Renault vient d’annoncer avoir subi au premier semestre la perte nette la plus lourde de son histoire – nous y reviendrons en détail dans un article dédié – la CGT du groupe automobile a dénoncé jeudi une « stratégie du profit au détriment des volumes » et plaidé pour la production de véhicules « là où l’on vend ».

Les mauvais résultats de Renault dus avant tout à une mauvaise stratégie financière selon la CGT
Si « la situation liée au Covid-19 a impacté les productions », les mauvais résultats semestriels sont la « conséquence de la stratégie financière développée par les dirigeants, au détriment de la stratégie industrielle », estime le syndicat dans un communiqué.

Une stratégie du profit jugée suicidaire
« La stratégie du profit au détriment des volumes est suicidaire pour notre groupe. À chaque sortie de véhicules, les prix sont augmentés », critique la CGT. « Les véhicules vendus en France n’y sont plus fabriqués, alors que l’urgence des problématiques environnementales devrait nous inciter à produire là où l’on vend », ajoute le syndicat.

Inquiétudes également pour l’ingénierie
Protestant contre « la réduction des capacités de production », la CGT Renault s’inquiète aussi du « détricotage de l’ingénierie« . Elle s’élève contre la « réduction des frais fixes » dans l’ingénierie et la recherche et développement (R&D), « secteurs essentiels pour préparer l’avenir », une gamme de véhicules « de conquête, sur l’ensemble des segments, répondant aux besoins des populations ».

« Comme à chaque fois, c’est sur les salariés et l’activité industrielle que la direction fait porter l’essentiel du plan d’économies », s’indigne le syndicat.

Perte nette de 7,3 milliards d’euros au premier semestre
Le constructeur automobile français Renault a annoncé jeudi une perte nette de 7,3 milliards d’euros au premier semestre, plombé par son partenaire japonais Nissan et par la crise sanitaire.

Déjà en difficulté avant la pandémie de coronavirus, le groupe avait annoncé à la fin mai un plan d’économies de 2 milliards d’euros sur trois ans prévoyant la suppression de 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France.

Notre avis par leblogauto.com
Le syndicat a raison de s’inquiéter du « détricotage » de l’ingénierie,  ce qui n’est jamais bien bon pour une entreprise  dans une vision plus moyen terme. Sans recherches pas d’innovations, pas d’innovations  :  manque d’attraits pour clients et prospects. Et moins de ventes …

Pour rappel, à la mi-juin, le  groupe Renault a indiqué que sur les 4.600 suppressions d’emplois prévues sur ses sites en France, 1.500 concerneraient l’ingénierie. Le constructeur automobile souhaite également supprimer  2.100 emplois dans l’Hexagone  dans ses activités de production et 1.000 postes dans les fonctions support. Ces suppressions d’emplois doivent être réalisées via des mesures de reconversion, de mobilité interne et des départs volontaires.

Mi-juin, des salariés du centre technique de Renault à Lardy (Essonne) ont fait grève pendant une heure à l’appel de la CGT et de SUD pour protester contre le plan d’économies du groupe. 

Ces salariés ont dénoncé un « plan de casse sociale » chez Renault, avec « plusieurs milliers de suppressions de postes dans l’ingénierie/tertiaire ».

Rappelant qu’une des activités importantes du centre de Lardy « est le développement des motorisations du groupe », la CGT Renault  avait alors tenu à rappeler  que cela  plaçait le site « en première ligne sur les questions de pollution automobile et de transition vers l’électrique ».

Elisabeth Studer avec AFP

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
ENCORE la répression syndicale !

Des dizaines de militants ont mené, jeudi, une action surprise dans le magasin de Créteil, en soutien à la déléguée menacée de licenciement.

« À ceux qui veulent licencier Cathy, nous répondons : résistance ! » Hier après-midi, les chants de colère de la CGT résonnaient dans l’escalator du magasin Primark du centre commercial de Créteil Soleil. À coups de sifflet et d’applaudissements, une quarantaine de syndicalistes ont envahi par surprise le mastodonte de trois étages de la marque d’habillement. +Direction les bureaux de la direction, où était alors entendue Cathy Vinciguerra, déléguée syndicale centrale CGT de la marque, dans un entretien préalable à sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement.

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Travail détaché : le gouvernement
 
prépare une diversion xénophobe pour
 
couvrir sa politique pro-patronale

 

Il y a un mois, le gouvernement annonçait discrètement vouloir faire de la lutte contre le travail détaché un axe de son plan de relance. Une diversion xénophobe que se prépare à mettre en œuvre Elisabeth Borne, comme elle l’a annoncé aux Echos, pour mieux couvrir la politique du gouvernement qui verse des milliards au patronat et autorise les licenciements.

 

Manoeuvre xénophobe

Crédits photo : Sipa Press

 

Le gouvernement attaque le travail détaché pour couvrir sa politique pro-patronale

 

En juin dernier, Les Echos révélaient que les travailleurs détachés étaient « dans le viseur du gouvernement ». « L’idée, telle qu’elle circule, consisterait à freiner l’accueil de travailleurs détachés dans les entreprises qui engagent des plans de sauvegarde de l’emploi, des plans de départs volontaires, ou qui recourent au chômage partiel - dans son régime de base ou dans le régime de longue durée que le président va dévoiler ce mercredi normalement. » rapportait le journal, dévoilant ainsi la manœuvre du gouvernement qui avait récemment montré sa volonté de permettre aux entreprises bénéficiant d’aides d’Etat de licencier

Le travail détaché, défini par une directive européenne de 1996 permet l’emploi en France de travailleurs sous contrats étrangers, dans des conditions de travail inférieures. Ce statut permet au patronat d’engranger des profits supplémentaires, en économisant notamment sur les cotisations sociales, et de créer une concurrence entre travailleurs faisant pression sur les conditions de travail, par la surexploitation d’une main d’oeuvre étrangère.

Ainsi, les travailleurs détachés ont par ailleurs été particulièrement exposés au cours de la pandémie comme le rappelle Alternatives Economiques : « Précaires, ces conditions se sont avérées catastrophiques pendant la crise du Covid. "Avec la fermeture des entreprises et des frontières, de nombreux salariés détachés ont été licenciés et sont restés bloqués loin de chez eux. Leur statut ne leur permettait d’avoir accès ni aux aides sociales ni même parfois aux soins", regrette Philippe Pochet, le directeur général de l’European Trade Union Institute, le centre de recherche de la Confédération européenne des syndicats à Bruxelles ».

Or, déconnectant la question du travail détaché de celle de l’exploitation de travailleurs étrangers, les travailleurs détachés sont fréquemment instrumentalisés à des fins xénophobes, par des politiciens qui entendent porter la responsabilité de la crise sur les étrangers plutôt que sur les grandes entreprises. De la gauche à l’extrême-droite, un tel procédé conduit à diffuser insidieusement l’idée d’une opposition d’intérêts entre travailleurs français et travailleurs étrangers, déplaçant la véritable cause du problème qui se situe du côté de la politique des grandes entreprises et du patronat.

Ces dernières semaines, le sujet avait cependant été finalement peu mis en avant par le gouvernement. Pourtant, dans une interview accordée hier aux Echos, Elisabeth Borne a confirmé que des mesures sur la question du travail détaché étaient en préparation. Interrogée à ce sujet, la Ministre du Travail a expliqué : « La persistance d’un recours massif au travail détaché dans certains secteurs est incompréhensible dans une période de fort chômage. Il n’est pas question que le plan de relance se fasse avec des travailleurs détachés ! ».

L’argumentaire de la ministre est clair : le recours au travail détaché, et les travailleurs détachés, seraient en partie responsables du chômage actuel, et constitueraient une menace pour le plan de relance du gouvernement, en subtilisant les emplois potentiels des travailleurs français. L’origine de cette rhétorique est elle aussi très claire, puisqu’il s’agit du discours traditionnel de l’extrême-droite qui tente de faire peser la responsabilité du chômage sur les travailleurs étrangers. Rien de surprenant dans le contexte de l’offensive tous azimuts du gouvernement sur le terrain sécuritaire et raciste, dont les déclarations récentes de Jean Castex, Gérald Darmanin ou Marlène Schiappa sont autant d’expressions.

Pourtant, la reprise du discours de l’extrême-droite sous prétexte de « relance » et de lutte contre le chômage apparaît encore plus choquante lorsque l’on connaît la nature du plan de relance du gouvernement, un plan pro-patronal, fondé sur des milliards d’euros de cadeaux au patronat sans conditions, dont le refus d’imposer une interdiction des licenciements pour les entreprises recevant des aides d’Etat ou ayant recours au chômage-partiel de longue durée est un exemple frappant.

 

Les « partenaires sociaux » main dans la main avec le gouvernement sur le terrain de la xénophobie ?

 

Outre la stratégie de diversion, qui vise à pointer les travailleurs détachés quand ce sont les patrons et le gouvernement qui sont responsables de la montée du chômage, et qui exploitent chacun à leur manière les travailleurs étrangers dans leur intérêt, la suite des propos de Elisabeth Borne soulève une autre question centrale, celle de l’attitude des directions syndicales face à cette stratégie. « Nous allons ensuite prendre le problème à bras-le-corps avec les partenaires sociaux, en s’attaquant à ses causes, branche par branche, pour élaborer d’ici à décembre des plans de diminution du travail détaché. » a en effet également affirmé la Ministre du Travail.

Des déclarations qui interrogent sur le rôle qu’ont accepté de jouer les directions syndicales dans le jeu du gouvernement. « Au sortir de la première réunion, le 4 juin 2020, l’ex-ministre du Travail Muriel Pénicaud évoquait sur le perron de l’Elysée la question de la régulation du travail détaché. « Nous avons été surpris par le sujet », se souvient Yvan Ricordeau, secrétaire national de la CFDT. « En tout cas, nous espérons plus qu’une opération de communication », ajoute Angeline Barth, secrétaire confédérale à la CGT. » rapportait notamment Alternatives Economiques dans un article du 15 juillet.

Pour le moment, la CGT n’a fait aucune déclaration publique à ce sujet, mais accepter de participer à l’élaboration d’une telle politique constituerait une trahison scandaleuse de l’ensemble des travailleurs. Or, de fait, une telle démarche s’inscrirait dans la continuité de l’attitude conciliante des directions syndicales concernant le plan de relance, qu’elles ont choisi d’accompagner en se rendant à l’ensemble des négociations et discussions ouvertes par le gouvernement ces derniers mois.

En ce sens, la stratégie de diversion du gouvernement sur le travail détaché, menée dans le cadre d’une large offensive sécuritaire et raciste, apparaît comme un rappel essentiel. Accepter de se compromettre avec ce gouvernement est une impasse, et n’a permis en rien d’infléchir l’orientation pro-patronale de la politique du gouvernement. En revanche, cette politique conduit à cautionner la politique du gouvernement, alors que celui-ci tente de flatter les préjugés les plus réactionnaires.

A l’inverse de cette tendance, les travailleurs ont besoin d’un véritable plan de bataille pour s’opposer aux licenciements, au chômage et à la précarité. Un plan qui permette de refuser que l’ensemble des travailleurs, Français ou étrangers, ne paient la crise comme c’est actuellement le cas dans de nombreux pays d’Europe où les plans de licenciements se multiplient. En ce sens, c’est le patronat et les gouvernements, qui bénéficie de milliards d’aides sans contrepartie, et les gouvernements qui l’appuient qu’il s’agit de viser, en refusant l’instrumentalisation de sa part de la xénophobie. En revendiquant l’interdiction des licenciements, l’embauche des précaires, mais aussi la répartition du temps de travail, ou encore un salaire égal pour un travail égal - dénonçant ainsi la surexploitation dont font l’objet les travailleurs étrangers - un tel programme pourrait permettre aux luttes contre les licenciements et les attaques contre les acquis des salariés, et pour le droit au travail, de converger. Mais une telle démarche exige le refus de faire des concessions au patronat et au gouvernement, et la rupture des négociations, pour affirmer clairement qu’il est inacceptable que les travailleurs ne paient la crise.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Les femmes de chambre de l’hôtel Ibis en grève depuis plus d'un an,  lancent appel au don pour financer leur hymne

En grève depuis plus d'un an (17 juillet 2019), les femmes de chambre de l'hôtel Ibis réclament notamment la fin de la sous-traitance, une réduction de leur cadence de travail et le paiement d'un panier-repas. La lutte, portée par la figure charismatique de Rachel Keke, est un peu sortie de nos radars depuis la crise sanitaire. Lundi, un communiqué diffusé par la CGT-HPE de l'hôtel Ibis Batignolles nous apprend que le conseil des prud'hommes de Paris a rendu sa décision le 24 juillet dernier. Ce dernier a débouté intégralement les dix-sept femmes de chambre, les deux gouvernantes et leur collègue équipier. Elles ont décidé de faire appel dès la notification du jugement.

La lutte se poursuit donc en musique. Leur fameux slogan «Frotter, frotter, il faut payer !» a accouché d'un hymne qu'elles espèrent pouvoir clipper. Et pour se faire, un appel à financement participatif vient d'être lancé sur la plateforme Kickstarter (avec l'aide de Sébastien, militant syndicaliste CGT HPE). Le morceau a été composé par le chanteur de zouglou (musique urbaine ivoirienne) Bobby Yodet qui, en plus de partager la vie de Rachel Keke, est un soutien de première heure du combat des femmes de chambre de l'hôtel du groupe Accor.

Vu sur Kickstarter

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

 

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Visiteurs

470490

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog