Tentative de suicide à Vitry : grévistes et soutiens envahissent le dépôt RATP

par Syndicat CGT Le Meux  -  28 Janvier 2020, 21:53  -  #Notes d'information Cgt Unilever

Suite à la tentative de suicide de François, gréviste sous le coup d’une procédure disciplinaire, ce matin sur son lieu de travail, un rassemblement avait lieu aujourd’hui. A l’issue de celui-ci, grévistes et soutiens ont envahi le dépôt pour aller s’adresser à la direction.

Tentative de suicide à Vitry : grévistes et soutiens envahissent le dépôt RATP

Ce matin, nous apprenions que François, l’un des grévistes de Vitry convoqués par la direction le 13 janvier dernier, avait fait une tentative de suicide. Un geste désespéré accompli le jour de sa reprise et sur son lieu de travail, dont il est heureusement sorti vivant.

Suite à cet événement dramatique, un rassemblement était appelé devant le dépôt de Vitry. Dès 13h, près de 150 personnes répondaient à l’appel. Après des prises de parole de collègues et d’élus locaux et nationaux, les grévistes décidaient d’envahir le dépôt pour aller interpeller la direction.

Face au directeur du dépôt, connu pour son caractère très répressif, des prises de parole se sont ainsi succédées dans les couloirs du dépôt. « Ce qui s’est passé ce matin n’est ni acceptable, ni pardonnable » commence Alex, militant CGT du dépôt. « On ne veut plus de vous ici » précise-t-il, avant de demander la démission du directeur. « Assassin ! » lance un gréviste dans la foule.

« C’est le deuxième collègue à la maintenance qui fait une tentative de suicide. » poursuit Patrick, agent RATP du dépôt, évoquant une autre affaire d’acharnement contre un salarié. « Les matraques n’ont pas suffi, et vous avez décidé de faire de la violence sociale, et d’activer les disciplinaires pour faire baisser la tête à nos camarades et aux grévistes. Personne ici ne baissera la tête. » explique de son côté Cemil, agent RATP au dépôt de Croix-Nivert et militant CGT RATP.

Face aux interventions d’autres militants et grévistes exigeant le retrait des convocations et aucune sanction pour les grévistes, le directeur botte en touche. « Les convocations ont été faites pour que ces gens-là puissent donner des explications par rapport à des éléments dont nous pouvons penser qu’ils ont pu porter préjudice à l’entreprise. » explique ainsi le directeur, dont la langue de bois ne convainc personne.

« Voilà comment on met la pression aux gens avec du disciplinaire, en leur faisant miroiter pendant un mois une sanction qui peut aller jusqu’à la révocation. Ça c’est de la pression ! » interpelle Olivier Terriot. « Retrait » scande les grévistes et soutiens. « A bus, c’est là qu’on est le plus nombreux, là qu’on est le plus mal payé, et là qu’on trinque le plus. Réveillez-vous, un collègue a voulu se donner la mort, vous avez sur vos épaules la responsabilité de cela. » affirme avec force Malek, gréviste au dépôt de Nanterre.

Après plusieurs interventions d’élus, le directeur décide finalement de mettre fin à l’échange, sans avoir répondu aux questions posées par les grévistes et leur soutien, et encore moins à la revendication de retrait des convocations et des éventuelles sanctions.

La mobilisation continue donc pour soutenir Patrick, Yassine, François, Alex et Ahmed, convoqués par la direction de la RATP. Le 3 février, deux convocations disciplinaires devraient ainsi se tenir au dépôt de Flandre et au dépôt de Vitry. Des actions de blocage sont par ailleurs prévues pour répondre aux attaques de la direction de la RATP, à commencer par le 30 janvier au dépôt de Vitry.

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :