Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Unilever Europe

Hurriyet – La marque de crème glacée Algida d’Unilever va investir 100 millions de dollars US dans une usine de production à Aksaray en Anatolie centrale. L’usine, qui deviendra le site de production modèle pour Unilever, va dynamiser la part du marché intérieur d’Algida et augmenter ses exportations.
Grâce à cet investissement, une deuxième usine Algida verra le jour en Turquie et une 35ème dans le monde, avec à la clé 295 emplois. L’usine devrait débuter la production en mai 2013.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

 Rappel sur cette fameuse prime sur dividendes 

Voici la définition du mot « Négociation » dans Wikipédia : 

La négociationest la recherche d'un accord, centrée sur des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables entre deux ou plusieurs interlocuteurs (on ne négocie pas avec soi-même, on délibère), dans un temps limité. Cette recherche d'accord implique la confrontation d'intérêts incompatibles sur divers points (de négociation) que chaque interlocuteur va tenter de rendre compatibles par un jeu de concessions mutuelles.

En aucun cas lors de cette réunion sur la prime des dividendes, nous avons été dans ce cadre ; comme nous l’avons déjà dit, la direction à sa propre définition du mot Négociation et il se trouve dans le dictionnaire D’UNILEVER ! Il se résume au chantage à signature en remettant en cause l’absentéisme.

Dans le courrier que nous avons tous reçu, la direction rend responsable la CGT et la CFDT sur la décision qu’elle a prise. Pourtant lors de cette journée, toutes les Organisations syndicales étaient contre de leur manière de faire,  soit que le montant était très inférieure par rapport aux attentes soit que cette prime aura un impact sur les coûts de l’usine.

C’EST DU FOUTAGE DE GUEULE !!!

Pas besoin de la représentativité, la direction aurait très bien pu prendre la décision de verser la prime sans aucune condition ! Demandez-leur pourquoi elle se comporte ainsi !

Il faut que les salariés comprennent que le but de la direction est de nous « DIVISER » pour quelques EUROS

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

 

imagesCAYUWS27-copie-1.jpg

Mardi matin à 05H50 le travail a repris son cours avec une certaine frustration.

Ce qui est dommageable, c’est surtout l’inaction des salariés qui se plaignent en permanence et quand ils ont l’occasion de se faire entendre, ils se cachent derrière un tas d’excuses.

Le plus navrant c’est de voir peu de salarié (personnel de journée) dehors malgré les propos tenus par la direction dans le cadre de la GPEC « elle envisage de réduire les postes indirects dans le cadre de la pérennité et la compétitivité du site », les services généraux qui seront bientôt sous-traités…personne n’est à l’abri. Tous, subissent cette charge de travail qui ne fait que d’augmenter, cette journée aurait pu être d’une autre ampleur si les gens n’étaient pas aussi individualistes.

 

Tous les postes sont dans la ligne de mire de notre direction et elle n’est pas prête de s’arrêter !

Six postes au secteur dentaire seront supprimés (tenus par des intérimaires), cette charge de travail sera supporté par le personnel de ligne et en échange une compensation financière de 45€ ; c’est tout bénéf pour UNILEVER mais pas pour les salariés où les conditions de travail se dégrade une fois de plus et malheureusement pour certains l’argent prime au détriment de la santé et l’emploi !

 Pour la CGT, une compensation financière ne peu justifier des suppressions de postes, rien ne vaut «L’ EMPLOI » surtout quand le GROUPE se porte bien financièrement.

Nous en avons ras-le-bol d’être la partie variable  pour toujours plus de profit !

 

 

 imagesCA70HQOT-copie-1.jpg          97be7330.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Suite au projet COLIBRI (suppression des approvisionneurs caisses dentaire, 3 postes sont supprimé) mis en place par la direction depuis ce matin.

Les salariés du dentaire ont décidé à partir de ce matin 07H00, de se mettre en grève.  Dans d’autres services les salariés ont suivi le mouvement. (Production shampoing, palettisation, maintenance, process, qualité…)

 Cette course pour «le rendement au moindre coût » dégrade les conditions de travail et aucune personne dans cette usine n’ait épargné !

Les 3 heures de débat avec la direction n’ont rien donné, elle se borne à son projet, peu importe les conséquences à venir pour les salariés.

Afin de nous faire avaler leur pilule, la direction veut mettre en place une prime.

Pour les salariés, le message est clair, ils sont contre cette compensation financière au détriment de l’EMPLOI !

Nous exigeons le retrait du projet COLIBRI et le retour des APPRO CAISSES!

Motivation

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Droit d'alerte

  Rappel sur le droit d’alerte :

  Décembre 2010, nous lancions un droit d’alerte suite à la situation préoccupante du shampoing.

 2004 :  225 millions de shampoings              2011 :  132 millions de shampoings

 La direction a très mal réagit et nous a fait passer pour des irresponsables et de la même manière ne répondait pas à certaines de nos questions en prétextant que nous étions hors périmètre !

Lors de l’annonce du projet en début d’année et qui c’est consolidé par la suite, répond en grande partie à nos questions et doutes que nous revendiquons depuis plusieurs années et confirme bien notre droit d’alerte sur la situation du shampoing. (Eh bien, pour des irresponsables nous avions très bien compris leur stratégie).

Depuis cette annonce nous nous sommes réunis avec notre expert afin d’avoir de plus amples explications sur cette nouvelle situation et les conséquences que cela peut engendrer pour l’usine et l’emploi !

Veuillez cliquer sur l’image pour ouvrir le lien sur la demande de renseignements du DROIT D’ALERTE. 



   news 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #FRALIB

Hier, une soixantaine de salariés ont occupé la direction régionale du travail et de l'emploi pendant trois heures

Conférence de presse hier, à l'issue d'une rencontre avec les fonctionnaires, aux côtés des représentants de l'Union départementale CGT.

Conférence de presse hier, à l'issue d'une rencontre avec les fonctionnaires, aux côtés des représentants de l'Union départementale CGT.

 "C'est un scandale politique !" Hier, Gérard Cazorla, secrétaire CGT du comité d'entreprise de Fralib, ne mâchait pas ses mots. Une soixantaine de salariés ont envahi la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) à Marseille, pour demander des comptes à ses responsables, Patrick Bonello, secrétaire général de l'unité territoriale des Bouches-du-Rhône, et Dominique Guyot, en charge des mutations économiques.

Des remarques, sur le Plan de sauvegarde de l'emploi

Plus précisément, les représentants du personnel réclamaient la lettre que l'administration avait fournie, lors des précédentes procédures, dans laquelle les représentants du ministère du travail formulaient des remarques, concernant le Plan de sauvegarde de l'emploi. "Le ministre du Travail Xavier Bertrand a donné l'ordre de ne pas rédiger cette lettre", affirmait Gérard Cazorla hier matin, après une réunion houleuse avec les responsables de la Direccte.

"Le code du travail prévoit en effet que l'administration puisse faire des observations. Pour le premier PSE nous avions formulé des remarques. Là, la lettre n'est pas faite", expliquait en apparté Dominique Guyot qui ne répondait toutefois pas à la question essentielle, "pourquoi ne pas faire de lettre cette fois-ci ?

Un dossier à portée "nationale"

La fonctionnaire résistait même, pendant près d'une heure, à la salve de questions formulées par les salariés, cherchant à lui faire dire que le ministère faisait obstacle à la rédaction du document. Les réponses, - entendues à travers la porte, puisque la presse n'était pas conviée à cette réunion par les fonctionnaires, qui n'avaient pas de directive de communication -, laissaient cependant place à l'interprétation.


FRALIB-20mars-20mmfgfgffnh.jpg
"On ne peut penser que ce que pense le ministre", soulignaient ainsi les fonctionnaires, précisant que "ce dossier a une portée nationale", et surtout que seule une délégation du ministre, les mandatait pour rédiger tout document dans ce dossier. "On ne nous a pas donné l'autorisation de le faire", poursuivaient les représentants de l'administration, qui rappelaient au passage qu'un avis concernant le PSE avait déjà été formulé le 1er décembre dernier, "On ne prendra pas d'autre acte sous l'en-tête de la Direccte."

Une action en justice

Mais les Fralib voient les choses autrement. Pour les représentants du personnel, le nouveau PSE, comme le précédent, présente de graves lacunes, malgré les avancées que met en avant le groupe Unilever : il ne porte que sur 103 salariés, alors que l'entreprise en compte 182, et surtout la direction considère que la fermeture est irréversible. "On consulte les salariés sur une décision qui est déjà prise, à partir d'une raison économique qui date de 2010 !", lançait, révolté, Olivier Leberquier.

Devant le silence de l'administration, (nous avons contacté le cabinet de Xavier Bertand hier, qui, n'a pu nous répondre), c'est donc une fois de plus devant la justice, que les Fralib, qui ont une fois encore entamé une procédure, trouveront des réponses. "Nous avons décidé ce matin en assemblée générale de placer à nouveau notre usine sous surveillance", ont-ils annoncé à l'issue de leur rencontre avec les fonctionnaires.

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #FRALIB

 Capture-decran-2012-03-06-a-19.jpeg

  

Un espoir de plus pour les salariés. Mardi 6 mars, le directeur de MFB Lario, basé à Aix-en Provence s’est engagé à participer au projet de solution alternative voulu par les employés de l’entreprise des thés "Elephant". L’entrepreneur investit 300 000 euros de sa poche pour relancer l’activité, mais il propose surtout d’être l’intermédiaire entre les employés et le groupe Unilever, responsable du site de Gémenos. "L’entreprise est viable si l'activité repart" affirme Bernard Ruspini. "Je suis là pour régler un contentieux" poursuit le dirigeant de MFB Lario œuvrant dans le logement social dans la région. "C’est une question d’envie d’entreprendre surtout dans cette usine, véritable patrimoine provençal ".

Une partie loin d’être gagnée
Un engagement forcément le bienvenue de la part des salariés. Denis travaille depuis 20 ans aux thés Eléphant, il reprend espoir. "Au fur et à mesure notre projet grandit, cette convention rend crédible la solution alternative. C’est sûr que c’est une bonne nouvelle mais il est encore difficile de crier victoire". Une réserve partagée par les représentants syndicaux des salariés car le groupe Unilever n’entend pas investir le moindre euro dans ce projet de reprise des salariés. "Le problème, ce sont les débouchés. Il y a plus de capacité à produire que de capacités à vendre dans le marché du thé" affirme Angel Llovera. Un comité d’entreprise doit aujourd’hui entériner le plan de sauvegarde de l’emploi présenté par la direction d’Unilever. Jusqu’à fin mars, chacun des 102 employés sera consulté pour un éventuel reclassement avant l’envoi des lettres de licenciement en avril.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Unilever Europe

SODEXO : signe avec Unilever un partenariat européen de plusieurs millions d'euros portant sur le Facilities Management

Sodexo annonce la signature d'un partenariat avec Unilever, l'un des leaders mondiaux de l'industrie de grande consommation, dans le but de proposer et d'intégrer une large gamme de services sur environ 70 sites Unilever répartis dans 15 pays européens. Le contrat, d'une valeur de plus de 90 millions d'euros par an, est conclu pour une période initiale de cinq ans.

Cet accord s'inscrit en droite ligne des objectifs stratégiques de Sodexo : offrir une large gamme de services intégrés permettant d'améliorer les performances de ses clients mais également la qualité de vie des bénéficiaires de ces services. Sodexo assurera ainsi le déploiement et la gestion d'une large gamme de services de maintenance technique et de gestion des services généraux.

Sylvia Metayer, Directeur Grands Comptes Internationaux de Sodexo, a déclaré : « Nos équipes Sodexo se réjouissent de la signature de ce partenariat international, qui permettra à notre entreprise de fournir une gamme complète de services en tant qu'intégrateur de solutions de Qualité de Vie. Nous sommes convaincus que nous pouvons apporter de la valeur ajoutée et contribuer aux objectifs commerciaux d'Unilever par la mise à disposition de services performants, permettant à Unilever de se concentrer sur son cœur de métier. »

Ken Manke, Vice-président Workplace Services au sein d'Unilever, a ajouté : « Ce partenariat s'inscrit dans la droite ligne de la stratégie d'Unilever et de sa volonté de fournir des services d'excellence dans l'ensemble du Groupe et de mettre son envergure internationale au service de la compétitivité locale. Le choix d'un fournisseur principal contribue à la réduction significative des coûts tout en renforçant la cohérence et la pertinence de nos services. Cette décision nous donnera également l'opportunité de mesurer plus efficacement les performances d'Unilever en matière de services généraux. »


Pays concernés par le partenariat :
Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse.

Voir les commentaires

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog