SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
La Bourse ou la vie? Macron choisit la Bourse

Pour le président de la République, c’est l’économie d’abord quoi qu’il en coûte en vies humaines.

La CGT fait de la santé des citoyens sa priorité mais comprend et partage leur lassitude et leur ras-le-bol de se retrouver, une nouvelle fois, privés de libertés et de vie sociale.


Ceci d’autant plus que cette situation est la conséquence de l’incurie et de la malhonnêteté du Président et de son gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire, s’agissant notamment des moyens alloués au secteur de la santé et du médico-social.


Il est scandaleux d’affirmer que la situation sanitaire est plus grave qu’au printemps et, en même temps, prévoir une protection plus faible, en décidant de maintenir une activité économique plus importante, quoi qu’il en coûte en vies humaines.


Le coronavirus circule activement mais le Président décide que les enfants comme les salarié.es viennent augmenter le nombre de citoyens en deuxième ligne exposés à un risque plus élevé d’être contaminé.


Si la situation devait encore se dégrader, le Président en portera toute la responsabilité et il devra rendre des comptes.


La CGT restera vigilante.


Malgré les difficultés de déployer une activité syndicale normale dans cette période inédite et imprévisible, la CGT va continuer d’être présente auprès des salarié.es, des privé.es d’emplois, des retraité.es et de la jeunesse, pour défendre leur santé ainsi que leurs droits sociaux.

Montreuil, le 29 octobre 2020

 

Sinon,  pour rire:

La Bourse ou la vie? Macron choisit la Bourse

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Nous sommes de ceux qui ne comprennent pas let ne partagent pas es réserves du secrétaire général des cheminots CGT à l'endroit de l'importante manifestation du 17 octobre " pour l'emploi et la dignité ".

Ça n'empêche, reflet des paradoxes et des contradictions d'une situation oh combien complexe, que sur de nombreuses questions comme c'est le cas de la réflexion suivante sur le confinement les analyses de Laurent Brun sont très pertinentes.

 

 

Le problème de notre pays c'est que le Gouvernement Macron est engoncé dans une idéologie ultra libérale fanatique qui le conduit à ne pas anticiper, ne pas intervenir sur les outils économiques et se contenter de faire du marketing politique. Ce n’est pas de l’incompétence. C’est du dogmatisme

Le confinement est une mesure très archaïque. Comme on ne sait pas quoi faire d’autre, on fige le pays en espérant que ça fige le virus. C’est une mesure du moyen âge, qui peut se comprendre lorsqu’on est « surpris » en mars, que l’on ne dispose pas des plus élémentaires moyens matériels, et que l’hôpital est incapable de faire face à une épidémie massive. Mais 8 mois plus tard, pourquoi est-on en situation de n’avoir pas plus de choix ?

Le confinement est un désastre économique et social. Sa mise en œuvre une seconde fois me met personnellement très en colère. Et ce n’est pas la colère hypocrite du MEDEF dont les membres les plus éminents, en bons capitalistes sans morale, ont profité de la pandémie pour s’enrichir ou pour restructurer et délocaliser les industries. C’est la colère des milliers de pauvres qui vont se noyer dans des difficultés financières supplémentaires parce que perdre quelques euros de revenu est un drame pour eux. La colère des milliers de chômeurs supplémentaires et de tous ces jeunes qui débarquent sur le « marché » de l’emploi dans ce contexte. La colère des filières culturelles ou sportives qui meurent. La colère des salariés des « commerces non essentiels » qui sont abandonnés. La colère de la sécu exsangue parce que ses caisses sont prises pour un distributeur automatique par le Gouvernement alors que les profits ne sont même pas égratignés. La colère pour les infirmières et les médecins qui servent de paillasson à leur Ministère, comme les profs d’ailleurs. La colère des premiers de corvée à qui on promet une 2ème vague plus meurtrière que la 1ère. La colère pour nous tous. Nous devons nous confiner. Mais nous devons aussi demander des comptes à ce Gouvernement inconséquent. Ce sont des criminels.

Je ne m’étend pas sur la situation, nous la connaissons tous. Même Macron, tout de mépris vêtu, est obligé de reconnaître les erreurs. Mais il s’en exonère immédiatement sous le prétexte qu’on ne pouvait pas faire autrement. Responsable mais pas coupable. On l’a déjà entendu et c’est la question principale : pouvait on faire autrement ?

Sans aucun doute puisque d’autre pays y sont parvenus. En octobre, la Chine – pays d’1,3 milliards d’habitants – prenait de nouvelles mesures ciblées et massives des qu’elle détectait quelques dizaines de cas… pas de seconde vague à l’horizon.

Le Vietnam ne compte que quelques cas détectés, tous importés, ces dernières semaines.

Pendant que l’Amérique du Sud plonge comme l’Europe, Cuba n’a connu que 87 décès et la pandémie semble sous contrôle. Il faut rajouter que l'île révolutionnaire a envoyé près de 50000 médecins dans divers pays du monde pour aider à soigner (dont 15 en Martinique).

Objectivement, il n’y a pas que les pays socialistes qui s’en sortent bien : la Nouvelle Zélande (pays qui a renationalisé son chemin de fer il y a quelques mois – spéciale dédicace) s’inquiétait le 15 octobre d’une possible recrudescence après avoir détecté 1 cas !!! Des mesures énergiques étaient immédiatement prises…A chaque fois il semble y avoir une caractéristique commune : on détecte vite car on test systématiquement et massivement, et on agit pour circonscrire le foyer infectieux.

Donc que devrait-on faire en France ?

Nous sommes « en guerre » selon le Président Macron. Et pourtant il se contente d’attendre le virus derrière la ligne Maginot des mesures barrière. La encore, je précise qu’il faut effectivement appliquer ces mesures. Mais elles ne sont que symboliques et manifestement peu efficaces. C’est ce qu’on applique quand il n’y a plus rien d’autre. C’est comme si toute la sécurité des circulations ferroviaires reposaient seulement sur le port du gilet orange. Heureusement que nous avons les mesures techniques lourdes et les procédures de sécurité, sinon il y aurait des morts tous les jours ! Le gilet ne sert modestement que lorsque toutes les autres mesures ont été débordées… donc en fait, il vaut mieux éviter d’avoir à s’en remettre à lui, même s’il faut le porter !

– Donc c’est parti pour le confinement. Déjà on s’interroge : pourquoi l’Etat se contente d’interdire et n’organise pas. Il faut réquisitionner les centres de colo ou de vacances (qui de toutes façons ne servent pas) pour loger correctement les SDF, les orphelins, et tous ceux qui sont en détresse. A ce titre, le Comite Central d’Entreprise SNCF avait mis à disposition des pouvoirs publics ses propriétés lors du précédent confinement mais très peu ont été utilisées…

Ensuite il faut stopper les procédures d’expulsion locative (je sais, la trêve commence le 1er novembre, mais elles reprennent le 31 mars et rien ne sera réglé à ce moment là d’après le conseil scientifique, donc autant anticiper et trouver des solutions alternatives). Il faut également assurer le ravitaillement des personnes isolées, ou celles qui ne peuvent pas sortir (handicapées), ou celles qui ne devraient pas sortir car jugées fragiles face au virus. Certaines mairie ont mis en place des choses mais c’est insuffisant et inégal d’une ville à l’autre. Pourquoi ne pas mobiliser les personnels municipaux pour les livraisons et réquisitionner les plate forme de la grande distribution pour l’approvisionnement…

La « guerre », c’est le moment où on organise la survie, pas celui où on fait des expériences de décentralisation libérale !- concernant l’application numérique pour tracer les cas contacts. Il y a clairement un manque de confiance des citoyens vis à vis de ce dispositif. La crainte principale semble être le flicage ou l’utilisation mercantile des données collectées par l’entreprise privée fabricante. Plutôt que de faire la morale, le Gouvernement devrait chercher à faire la transparence : confier la création et la gestion de cet outil à un organisme public au dessus de tout soupçon (l’INSEE ou une autre structure disposant d’un peu d’indépendance pourrait s’en occuper), et créer un organisme de contrôle de l’utilisation avec des représentants de toutes les tendances politiques, d’associations, et même de citoyens tirés au sort. Bref, tout faire pour que ce dispositif ne soit plus un objet de controverse mais redevienne un outil technique neutre au service de l’intérêt général. Au passage, l’indépendance des fonctionnaires grâce à leur statut, ça sert à ça..

.- si on veut limiter le confinement dans le temps, faire baisser rapidement le taux de contamination et surtout éviter une remontée lors du déconfinement, il faut tester, tester, tester !!! Mais pas selon le système actuel (on ne test que les cas symptomatiques donc c est déjà trop tard, et on attend les résultats trop longtemps donc ça ne sert à rien). Il faut passer au test systématique afin de débusquer tous les cas non symptomatiques, les confiner rapidement et ainsi briser la chaîne de contamination. Donc déjà il faut des tests rapides et simples d’utilisation (les test anti-géniques donnent un résultat en 30 minutes et ne nécessite pas de geste médical).

La Chine en dispose depuis mars après avoir organisé la coopération de 22 de ses universités afin de les développer… en France ils débarquent à peine parce qu’on laisse les entreprises privées et le marché les développer… Grâce à eux il est possible de créer de véritable Check point partout, par exemple à l’entrée des EHPAD (ce qui permettrait d’autoriser les visites), évidemment à tous les points d’entrée du pays, et dans n’importe quelles structures repérées comme génératrice de foyers d’infection. L’armée pourrait être mobilisée pour créer des points de test dans les quartiers, dans les gares, dans les centres commerciaux. Les employeurs pourraient également être mis à contribution : ils ne veulent pas du confinement, et bien qu’ils organisent les tests systématiques à la prise de service. En France 287 grandes entreprises emploient 4 millions de salariés, ce serait déjà ça de moins à organiser pour les pouvoirs publics. Si on élargi aux entreprises de taille intermédiaire c’est 7,5 millions de salariés de plus. Enfin l’école et l’université pourraient aussi être des lieux de tests massifs. Et une foi la détection largement déployée, il faudrait confiner immédiatement les cas positifs, en prévoyant des dispositions pour les exonérer du travail et les indemniser (afin qu’ils ne soient pas récalcitrants à se faire tester), et aussi pour les isoler de leur famille s’ils le souhaitent (dans le cas contraire, c’est toute la famille qui serait confinée).

Si ce genre de dispositif était déployé réellement, le confinement systématique ne serait plus nécessaire. Et on disposerait aussi de statistiques fiables sur l’évolution de l’épidémie.- pour terminer il faut se préoccuper sérieusement de la dernière ligne de défense, l’hôpital public, qui est dans un état grave. Macron fanfaronne en expliquant qu’on ne peut rien faire puisqu’il faut 5 à 10 ans pour former le personnel. Il faudrait déjà néanmoins afficher l’arrêt des fermetures de lits et une programmation pluriannuelle de formation et d’embauche de personnel médical. Ça ne résoudrait pas nos problèmes d’aujourd’hui mais ça éviterait d’en créer dans 10 ans, comme l’ont fait Sarkozy et Hollande. 10 ans c est demain. Ensuite il faut re motiver sérieusement les effectifs existants, stopper l’hémorragie. Au delà du plan d’embauche il faut de la reconnaissance : les personnels revendiquent 300€ d’augmentation mensuelle, accordons leur immédiatement, sans mégoter ! La CGT a chiffré la mesure à 8,7 milliards. Certains en seront horrifiés mais c’est 1/10e du CICE qui n a crée aucun emploi, c’est la moitie du plan d’aide au secteur aérien qui licencie à tour de bras, etc… et c’est une vraie mesure de relance parce qu’en plus, ça dope la consommation et donc la reprise économique…

Cote réaction immédiate pour faire face à la vague, il faut une mobilisation générale pour soulager la médecine de ville et les urgences, pour faire les tests partout, etc… cette mobilisation pourrait par exemple s’incarner dans la réquisition des spécialités non essentielles (chirurgie plastique et plein d’autres). Ces gens ont fait médecine. Ils ne peuvent peut être pas traiter un patient en réa, mais ils peuvent sûrement aider aux étapes antérieures de la maladie. Il faut réquisitionner les personnels et infrastructures privées, et pourquoi pas solliciter l’aide des pays qui ont déjà vaincu la maladie. Les personnels de santé eux mêmes ont probablement des idées sur la manière de leur apporter des moyens. La aussi il ne faut pas ergoter ! Nos lits de réa, qui devaient passer à 15000 avec des respirateurs made in France qui ne sont finalement jamais arrivés, doivent effectivement être augmentés. 50 lits en moyenne par département c est un scandale. Lancer une entreprise publique de fabrication de ce genre de matériel ne serait pas du luxe. Et en profiter pour rouvrir quelques hôpitaux fermés récemment pourrait aussi être utile, notamment pour ne pas reporter trop d’opérations et de traitement des autres maladies graves. Si les Chinois arrivent à construire un hôpital de campagne en 15 jours, nous devrions pouvoir rafraîchir et re équiper un bâtiment assez rapidement (hôtel-Dieu à Paris et à Lyon, val de grâce…).

Peu importe qu’ils aient été cède pour des opérations immobilières. Si on peut mettre entre parenthèse le code du travail, pourquoi ne le pourrait on pas avec le code du commerce ? On reprend ce qui n’aurait jamais dû être vendu, dans l’intérêt supérieur de la Nation !- Alors bien sûr tout cela coûte beaucoup d’argent. Donc dans les mesures d’urgence, il faut aussi trouver de quoi assumer. A situation exceptionnelle (nous sommes en guerre ou pas ?), mesure exceptionnelle : les sociétés du CAC40 prévoient 30 milliards de dividendes à leurs actionnaires cette années, taxons cela à hauteur de 50, 70, ou 100%, en fonction de ce qui est nécessaire. Si l’on élargi à toutes les sociétés cotées de France, on peut imaginer qu’au moins 80 a 100 milliards sont mobilisables. Et si l’on rajoute les grandes fortunes, les très hauts revenus, la rémunération des propriétaires d’entreprises non cotées, on voit qu’il n’y a pas trop de problème. Si Chypre a pu prélever 60% de l’épargne de ses citoyens au delà de 100000€ pour faire face à une petite crise financière, nous pouvons faire pareil sur les grosses fortunes pour affronter la pire pandémie de notre siècle. Et si nous voulions être encore plus efficaces, on ne se contenterait pas de taxer, on reverserait la somme sous forme de salaire exceptionnel aux salariés, l’Etat en récupérerait au moins 20% sous forme de fiscalité, les collectivités locales en profiteraient aussi, et la sécu – grâce aux cotisations sociales – en récupérerait 30%, et ça doperait un peu la consommation pour relancer les spectacles, les librairies, les restau, etc… Le dernier point c’est la mise en œuvre. 2 étapes : dès maintenant, trouver des formes de lutte sociales pour exiger des mesures concrètes de son entreprise, d’ une autorité de santé, d’un préfet…

la CGT peut y contribuer alors syndiquez vous, organisez vous, battons nous !et en 2022 on vire ces incompétents et on se mobilise massivement pour porter au pouvoir des gens qui mettront réellement des solutions en place !Voilà, j’écris tout parce que ça fait du bien de formaliser ses idées pour les soumettre au débat. Je n’en peut plus des commentaires permanents sur les chaînes d’info et de la répétition stupide des éléments de langage du gouvernement dans la plupart des médias. Oui on peut faire autrement que l’enchaînement d’imbécilités qu’ils nous imposent !!

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE : France Bleu

 

 

Le travail érigé en priorité, la vie sociale fortement réduite

Mais notre vie sociale en prend un coup, avec notamment la fermeture des bars et restaurants"Le gouvernement explique qu'il faut absolument travailler, travailler, travailler et que la vie sociale n'est absolument pas prise en compte", déplore Sébastien Martineau, secrétaire départemental de la CGT dans le Cher. "Si on veut vraiment éviter la propagation du virus, on le fait partout et pas que dans la vie sociale. À l'entreprise, il y a des clusters, c'est là qu'on est aussi contaminé", ajoute-t-il. Pour le patron de la CGT dans le Cher, "ce n'est pas un état d'urgence sanitaire mais un état d'urgence social", évoquant "une privation de libertés individuelles et collectives que l'on n'a pas connu depuis un certain temps"

On nous annonce la guerre mais c'est la guerre contre le social, les salariés et leurs droits

Pour le secrétaire départemental de la CGT du Cher, la crise économique va s'amplifier malgré la volonté du président de la République. Il s'inquiète des conséquences sur les foyers déjà fragiles. "La précarité a déjà explosé. Dans les associations caritatives, il y a de plus en plus de demandes, de la part de gens jamais concernés auparavant. La précarité s'est installée et elle va s'amplifier", alerte Sébastien Martineau. "Les suicides par rapport au chômage, c'est une réalité. C'est difficile à admettre pour les gouvernants et le patronat, mais nous on le constate. Ça va être de pire en pire", prévient-il. "Les gens qui vont perdre leur boulot en même temps, comment ils font derrière ? Il n'y a pas de boulot dans le département ni ailleurs", conclut-il, pessimiste

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La casse de l'hôpital qui se poursuit est à la racine directe de son impossibilité à soigner A LA FOIS les malades du Covid et les affections autres.

Le vote hier même du Projet de loi de financement de la sécurité sociale atteste lui aussi de l ABSENCE de volonté politique visant à faire un effort exceptionnel pour enfin donner les moyens de fonctionner normalement à l'hôpital  public!

 

____________________________________

SOURCE : Bastamag

On aurait pu penser qu’avec la première vague du Covid qui a déferlé au printemps, les autorités sanitaires, les Agences régionales de santé (ARS), les directions des hôpitaux auraient remis en question la politique de suppression de lits d’hôpitaux qui prime depuis des années. Il n’en est rien. Au moins treize hôpitaux vont continuer de perdre des places d’hospitalisation.

En septembre 2020, la direction du CHU de Besançon a annoncé la suppression d’un service entier de soins de suite et de réadaptation, soit 28 places d’hospitalisation en moins [1]. À l’hôpital psychiatrique du Rouvray, près de Rouen, il a été annoncé début octobre qu’au moins 80 lits seraient supprimés d’ici à 2022 « soit 20 % de la capacité d’hospitalisation », relève l’Union syndicale de la psychiatrie. C’est là, au Rouvray, que des soignants avaient fait une grève de la faim de deux semaines en 2018 pour demander des moyens afin de prendre en charge les patients. Ils avaient obtenu la promesse de créations de postes et de deux nouvelles unités. Ces engagements n’ont pas été tenus (lire notre article).

Au CHU de Nancy, comme Basta ! vous le racontait en avril, le Covid n’a pas non plus remis en cause le plan de suppression de 174 lits d’ici à 2024. Au CHU de Nantes, ce sont environ 100 lits qui ont été fermés depuis le début de la crise sanitaire, a comptabilisé Mediapart. En mai, des parlementaires alsaciens alertaient aussi sur un projet de leur agence régionale de santé de supprimer 20 lits de réanimation, surtout à Strasbourg, alors même que la région Grand Est sortait d’une phase très dure de Covid… [2] Partout, depuis des années, les hôpitaux français suppriment des places d’hospitalisations. Cette tendance se poursuit depuis mars 2020 .

 

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Face aux mesures répressives, les

 

manifestations se multiplient en Italie

 

Alors qu'un nouveau décret du gouvernement impose de nouvelles restrictions, notamment une sorte de couvre-feu pour tous les restaurateurs à partir de 18H, plusieurs manifestations ont eu lieu dans différentes viles de la botte italienne : des mobilisations de restaurateurs, jeunes et quartiers populaires qui refusent ces nouvelles mesures répressives, alors qu'aucun moyens et plan à la hauteur n'est mis face à l'épidémie qui repart en flèche.

 

Covid19

Crédits photo : Andreas SOLARO / AFP

Depuis ce lundi 26 octobre, le gouvernement italien vient d’imposer un nouveau tour de vis face à la remontée en flèche de l’épidémie qui atteint une moyenne de 20.000 nouveaux cas positifs par jour dans la péninsule. Dans la nuit de samedi à dimanche, Giuseppe Conte, premier ministre italien, a signé un nouveau décret après de houleux échanges entre le gouvernement et les régions pour de nouvelles mesures qui entrent tout de suite en vigueur : « Des mesures prises maintenant pour éviter de tout fermer à Noël » a déclaré le chef du gouvernement. Ces nouvelles mesures imposent un « semi-confinement » qui prévoient des restrictions pour certains types d’activités, comme les bars, restaurants, salles de sport et piscines, qui resteront en place jusqu’au 24 novembre au moins. L’ensemble des services de restauration doivent fermer leurs portes à 18H tous les jours, weekend inclus. Dans les lycées, c’est l’enseignement à distance qui est privilégié, et les lieux de culture doivent tous fermer leurs portes. C’est en Lombardie que les règles imposées sont les plus sévères, puisque ce sont en grande partie les régions qui ont le pouvoir de décision. Avec un couvre-feu dès 23H, une grande partie des restaurateurs appauvris, mais aussi des jeunes, et de manière plus générale des classes moyennes urbaines de plus en plus touchés de plein fouet par la crise.

Mobilisations et scènes d’affrontements avec les forces de l’ordre contre les nouvelles restrictions

C’est dans plusieurs villes, en particulier à Naples où les protestations ont commencé, mais aussi à Milan, Turin, Catania, où plusieurs initiatives ont été lancées, à partir des réseaux sociaux, contre les nouvelles restrictions qu’impose le gouvernement, qui va particulièrement toucher les petits restaurateurs et petites entreprises, la jeunesse et en particulier dans les quartiers populaires.

Ce sont eux, avec les travailleurs du monde du spectacle, jeunes, qui sont descendus dans la rue, de manière quasi quotidienne dans les différentes villes, d’abord par des manifestations plus traditionnelles mais qui, avec les tensions qu’imposent les forces de répression, sont devenues de véritables protestations et scènes d’affrontements avec la police. À Milan, la police a utilisé les gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants, en grande partie des jeunes, d’atteindre le Palais de la Région. De cette manifestation il y a eu 15 arrestations après que celle-ci ait été dissoute. À Rome, le premier ministre Giuseppe Conte est descendu dans la rue pour dialoguer avec les manifestants, qui l’ont hué, après que celui-ci ait promis que des indemnités seraient versés aux restaurateurs.

Expression d’un réel malaise face aux nouvelles restrictions et au tour de vis que fait le gouvernement, les secteurs se mobilisant aujourd’hui dénoncent les conséquences que ça a pour ces petites entreprises, en particulier les restaurateurs. De plus, à l’image de la France où la contagion repart en flèche, bien supérieure aux taux de contamination qu’on voyait en mars, le gouvernement italien n’annonce aucune mesures de moyens supplémentaires pour les hôpitaux publics, seulement un serrage de vis d’un point de vue répressif, donnant lieu à une culpabilisation individuelle de la circulation du virus.

Une situation désastreuse dans les hôpitaux, la responsabilité d’un gouvernement qui préfère maintenir les profits au détriment de nos vies

Aucun moyens supplémentaires sont alloués dans la santé publique, qui aujourd’hui se maintient avec des établissements dans des états délabrés, en sous-effectif, dont le personnel médical souffre et continue d’être humilié par le non-renouvellement de la convention collective nationale et des salaires de misère. Le patronat, avec la complicité du gouvernement, a imposé en mars de maintenir ouvertes des milliers d’usines, en particulier en Lombardie, région particulièrement industrialisée, causant un désastre sanitaire pour des milliers de travailleurs mis en danger par un choix : maintenir coûte que coûte les activités économiques pour les profits, au détriment de nos vies. Aujourd’hui, alors que la situation commence de nouveau à être dramatique dans les hôpitaux, le scénario risque d’être encore plus tragique dans la mesure où le Sud du pays, où les établissements de santé sont d’autant plus en piteux état, est davantage touché qu’à la première vague.

Giuseppe Conte, mais de manière plus générale la coalition au pouvoir du Parti Démocrate et du mouvement 5 Étoiles, ont maintenu le cap des offensives racistes, répressives des décrets de sécurité de Salvini (se limitant à quelques changements dérisoires et surtout de façade), mais surtout en restant au plus près des exigences du patronat, incarné par son organisation syndicale qu’est la Confindustria. En attendant, il est prévu d’allouer la majeure partie des fonds du plan de relance pour les restructurations productives nécessaires au grand patronat pour contrer la crise qui sévit depuis 2008, ou directement dans les poches des patrons sous formes d’allègements des charges. Bien évidemment, des budgets qui n’iront pas aux services publics, mais qui augmentent les dépenses militaires (30 milliards pour la défense).

Contre le nouveau saccage que veut imposer le gouvernement et le patronat, une réponse ouvrière à la crise !

Le 27 septembre dernier, des centaines de travailleurs et de délégués combatifs de différentes affiliations catégorielles et syndicales se sont réunis à Bologne, dans le but d’esquisser une plateforme de lutte et de mobilisation capable de s’opposer aux plans de boucherie sociale des patrons et du gouvernement. Le 24 octobre, cette assemblée a appelé à descendre dans la rue dans plusieurs villes italiennes devant les bureaux de la Confindustria. A Rome, à Milan et à Bologne, les manifestations ont été très suivies, tandis qu’à Naples, en raison des provocations continues de la police, des affrontements entre les manifestants et les forces de police ont eu lieu. Des manifestations ont également eu lieu à Brescia, Turin, Piacenza, Palerme et dans d’autres villes du nord au sud.

Face aux offensives du gouvernement qui a fait le choix, comme en France, de sauver et maintenir coûte que coûte les profits au détriment de nos vies, il est aujourd’hui central de penser un véritable plan de bataille pour refuser les mesures répressives et exiger de véritables moyens pour les services publics, en particulier dans la santé dont les coupes budgétaires menées par les différents gouvernements ont mené les ont mené à la catastrophe face à la pandémie. Refuser que ce soient les jeunes, les travailleurs, et les secteurs populaires qui paient la facture de la crise !

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Sans rire: Le Qatar "regrette la violation des libertés individuelles"

Dixit un porte-parole de la monarchie intégriste qui sponsorise le PSG, mais pas que lui en France. Le Qatar a procédé à des examens forcés gynécologiques sur des passagères à l'aéroport de Doha, la capitale du pays.

Un nouveau-né avait été découvert dans les toilettes de l'aérogare. Du coup, les responsables avaient fait descendre des avions en partance les passagères pour qu'elles subissent un examen gynécologique forcé. Aux dernières nouvelles, seule l'Australie a vivement protesté et le Qatar s'est excusé. Au nom, sans rire, de cette violation des libertés individuelles.

10 avions étaient concernés et une Française se trouvait parmi les victimes, dit l'AFP dans un article du Monde. Allô, Jean-Yves Le Drian, ministre des affaires étrangères du patronat français, RAS?

Question des libertés individuelles, au Qatar, les relations sexuelles et l’accouchement hors mariage sont passibles de peines de prison. Tout comme l'homosexualité. Les femmes sont aussi considérées comme des sous-hommes(sic) et les travailleurs immigrés comme des esclaves. Sous-rémunérés, quand ils sont payés, et exploités grave, il faut un permis de sortie de leurs employeurs pour rejoindre leur patrie d'origine.

Si vous ne le saviez pas, les travailleurs immigrés bossent notamment pour construire les stades du Mondial de foot 2022 et les équipements hôteliers tout autour. Mondial accordé par la FIFA libre et non faussée.

Sans rire: Le Qatar "regrette la violation des libertés individuelles"

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
PRIMARK Val de Marne : échec à la répression syndicale !

Publié par FSC

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Visiteurs

445715

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog