Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #NAO 2012

Voici deux des tableaux remis aujourd’hui par la direction (DEVILLERS et DOUARD) lors de la première réunion sur les NAO et qui se trouvaient dans un document de travail incomplet remis aux organisations syndicales. Il manque comme chaque année les éléments de rémunération de la variable paye des cadres, et il faut dire que le débat dérange étrangement notamment au regard des deux tableaux. Nous en reparlerons par la suite.

Nous vous donnerons cette semaine et dans les jours à venir d’autres éléments économiques, macro-économiques, sociaux de l’entreprise et autres, afin de vous faire une idée de la teneur des prochaines des réunions, mais aussi afin de recueillir vos revendications.

En tout cas, les grandes lignes sont très clairement tirées par la direction au regard de l’analyse de ses propos tenus en réunion et de ses différentes joutes verbales inhabituelles :

  -  Concernant l’embauche d’intérimaires, la direction souhaiterait le faire mais sans les acquis des salariés en CDI !!! eh ou sans les ARTT, jours fériés, l’énorme prime d’intéressement qui découle de l’accord signé par des organisations syndicales bien complaisante, la participation, la prime de vacances, le 13ième mois, …

  - Elle n’a eu de cesse de répéter que les salariés de l’usine de Le Meux n’étaient pas aux 35 heures !!! et que c’était dommageable pour la compétitivité …

  -  Qu’elle envisageait effectivement de dénoncer la grille des salaires

Alors rien qu’avec ces quelques éléments, les élus Cgt de la délégation - Frédéric BRIESMALIEN, David BONGARD et Lucien JEAN - ont bien compris vers quel style de négociation s’orientera la direction cette année. Il faut certainement  s’attendre à de la provocation des représentants d’Unilever - l’ennemi du social pour la Cgt - quant à la perte d’acquis sociaux en contrepartie d’embauches, d’augmentations de salaires, de dégradations de conditions de travails, d’amplitude de travail plus importantes,…

Une petite anecdote à deux balles, mais démontre tout : la direction est passé par les élus du CE (pas la Cgt) pour acheter le merveilleux cadeau de fin d’année - la boite de chocolats à 9€ - afin de bénéficier du tarif CE !!! Eh oui, décidemment, les nantis n’ont pas de limite.

Alors à bientôt et ne vous faites pas abuser par cette direction rétrograde qui ne déverse dans l’usine que le mépris et l’arrogance.

Enfin pour finir, en début de réunion DEVILLERS - le DRH -, a été trahi par son ordinateur puisque le son n’était pas coupé, il était connecté sur le blog de la CGT. Nous lui sommes reconnaissants de suivre l’actualité du blog avec son pote le cantonnier de DRH national FAURE et DESSOMBRE. 

Les deux tableaux, LE MEUX et SAINT VULBAS

Comparaison évolutions des salaires annuels de base 2011 2012 

Augmentations individuelles, générales et primes par catégories

LE MEUX

Le-Meux.jpg

SAINT - VULBAS

Saint-Vulbas.jpg


Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La première réunion de négociation sur les salaires aura lieu le lundi 17 décembre 2012.

Veuillez cliquer sur l'image pour ouvrir le lien afin de prendre de connaissance des informations que nous avons demandé à la direction.

fghfhgfhgfhgfhgfgfhgftrjghjhjg

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #INFO importante usine

Nous attirons votre attention sur la dernière question de l’ordre du jour pour le prochain CCE, qui doit être finalisé mardi 11 décembre, syndicalement parlant, signer l’ordre du jour dans l’état est inacceptable !

La direction continue à remettre tout en cause, maintenant, elle envisage de dénoncer la grille de salaires UF HPC I.

 Mais qu’elle est donc son intérêt ?

Quel est le véritable but ?

Augmenter la fourchette entre les coefficients, pour limiter les changements de coefficients des salariés qui veulent atteindre le coeff 225 ?

De diminuer le minima des coefficients ?

De pouvoir embaucher avec un salaire proche du SMIC ?

 

Jusqu’à présent toutes les réformes mis en place par la direction depuis 2 ans n’ont rien apporté de bon pour les salariés et les résultats de l'usine parlent d'eux-mêmes. Celle-ci l’est encore moins!

                     Veuillez cliquer sur l'image pour prendre connaissance de l'ordre du jour

gfddtgdfgfdgg

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #FRALIB

FRALIB  LA LUTTE CONTINUE

 

SCOP T.I C’EST PARTI

 

Le Groupe UNILEVER et la Société FRALIB ont persisté à procéder, à des retenues sur salaires, complètement injustifiées, pour  douze des représentants du personnel depuis début mai 2012, en avançant un motif fallacieux selon lequel ils étaient en grève.

 

Incroyable quand on sait que la Direction a décidé d’arrêter la production fin juillet 2011 pour ne pas la redémarrer en dépit de l’annulation du 2ème PSE et des licenciements par la Cour d’Appel d’AIX EN PROVENCE dans son arrêt rendu le 17 novembre 2011.

 Cette attitude scandaleuse et inacceptable du groupe Unilever vise en réalité à tenter une nouvelle fois d’affaiblir la mobilisation et la détermination des salariés et de leurs représentants.

 Les salariés concernés par ces retenues de salaires ont saisi le Conseil des Prud’hommes pour être rétablis dans leurs droits.

Après une première audience le 19 juillet 2012, une décision a été rendue le 16 aout désignant 2 conseillers rapporteurs qui ont convoqués les parties le 17 septembre.

Suite au rapport déposé par les 2 conseillers, une nouvelle audience se tenait le 18 octobre.

La décision devait être rendue le 8 novembre, elle a été prorogée une première fois au 22 novembre puis une seconde fois le 6 décembre. La décision a été finalement rendue ce matin. L’affaire est une nouvelle fois renvoyée devant un juge départiteur le 20 février 2013.

 Cela fait maintenant 6 mois que le Groupe UNILEVER et la Société FRALIB ont procédé à ces retenues sur salaires, en février nous en serons à 9 mois. Dans l’intervalle nous aurons été privés de plus de 4 mois de salaires.

Nous trouvons pour le moins difficilement compréhensible les reports successifs d’une telle décision.

Mais cela n’entame en rien notre détermination dans la lutte et toute la solidarité qui s’est construite autour de nous, et qui nous a permis de tenir jusqu’ici. Nous savons qu’elle nous permettra encore de tenir jusqu’à ce que nous soyons rétablis dans nos droits. Les pratiques mesquines du groupe Unilever ne nous découragerons pas. 

 Nous présentons cet après-midi à 14H30 en Préfecture des Bouches du Rhône notre projet de SCOP (SCOP T.I) au Comité d’engagement dont la création a été décidée lors de la table ronde du 3 octobre 2012 et  conformément aux engagements pris par l’Elysée le 31 août dernier.

Notre projet est l’alternative au Plan de Sabordage de l’Emploi d’UNILEVER.

Il est porté par les salariés et leurs représentants et a pour objectif,  le maintien de l’outil de travail pour la continuité, le développement de l’activité industrielle et la sauvegarde de nos emplois.

  Aujourd’hui jeudi 6 décembre 2012, les salariés de FRALIB sont en lutte depuis 800 jours.

Voir les commentaires

Visiteurs

234942

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog