Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Une seule issue : LE RETRAIT

A l’image de la tour Eiffel fermée pour cause de grève, la mobilisation pour le retrait du projet de loi El Khomri et l’écriture d’un code du travail du 21ème siècle a été un véritable succès.

Au soir de ce 31 mars nous recensons près d’1,2 million manifestants dans 250 villes avec plusieurs milliers d’arrêts de travail.

Cette mobilisation est à l’image des 70% de français qui veulent le retrait de ce projet de loi.

Dans de nombreuses manifestations, l’unité syndicale dépassait largement le cadre des organisations qui avaient appelées.

Le gouvernement doit retirer son texte. Inutile de s’entêter plusieurs semaines comme pour la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité et les mesures d’état d’urgence. Les recettes qu’il propose avec le Medef, sont toujours ringardes, cela fait plus de 30 ans en France comme en Europe que s’applique une baisse des droits des salariés, du coût du travail avec pour seules conséquences une montée du chômage et une augmentation des dividendes versés aux actionnaires (+25% en 2015).

Dans un contexte de hausse du chômage et d’explosion de la précarité, ce texte va favoriser le dumping social. Cela exacerberait encore plus la mise en concurrence entre des salariés, des entreprises sur un même territoire, une même branche. Elaborer un code du travail pour chaque entreprise, cela ne créera en aucun cas des emplois pérennes nécessaires à la relance économique et à l’investissement.

La jeunesse crie partout « on vaut mieux que ça !  » avec elle, la CGT est disponible pour construire ce «  mieux  ».

Nous proposons un nouveau statut du travail salariés avec des droits attachés à la personne et transférables d’une entreprise à l’autre, avec une sécurité sociale professionnelle pour ne plus passer par la case « chômage » en cas de changement d’entreprises.

Nous proposons de travailler moins pour travailler mieux et travailler tous. Nous exigeons une autre répartition des richesses et l’augmentation des salaires et des pensions.

Avec l’ensemble des organisations syndicales à l’initiative de ce 31 mars, nous allons proposer de poursuivre et amplifier l’action, les grèves, les manifestations, notamment le 5 avril en direction des parlementaires, le samedi 9 avril et après, jusqu’au retrait de ce projet de loi et pour l’obtention de nouveaux droits sociaux.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Grosse mobilisation ce matin à Compiègne, 2000 manifestants ont battu le pavés sous le froid et la pluie , le double de la manif du 9 mars ,malgré que l'Agglomération de Compiègne a suspendu les trajets en cars scolaires vers les lycées et maintenu le service sur le reste du réseau de bus ? . . .
Les organisations syndicales devront elles prévoir un ramassage en bus pour les lycéens vers les lieux de manifestations citoyennes ? pourquoi pas ! . . .

La manifestation s'est terminé par un barbecue géant cours guynemer,offert par La CGT Compiègne.

D'autres mobilisations sont prévues le mardi 5 et le samedi 9 avril à Compiègne (nous suivre sur ce site).

On lâche rien pour le retrait de la loi travail.

Fraternellement
Le Secrétaire Général de l'ul CGT du Compiègnois

Georges du Rouchet

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Devant l’augmentation de salaire du patron de PSA, qui a presque DOUBLE en un an pour atteindre 5,24 millions d’euros, les représentants de l’État au conseil d’administration se sont sentis obligés de désapprouver. Ce n’est qu’une posture, puisqu’ils lui conseillent juste de le diminuer de 30 %, ce qui lui laisserait tout de même la coquette somme de 3,67 millions annuels.

Il faut dire qu’à quelques jours de la mobilisation contre la loi Travail, attaque frontale contre les travailleurs, cette annonce sonne comme une provocation.

Et si les travailleurs le prenaient comme exemple et revendiquaient, eux AUSSI, le DOUBLEMENT de leur SALAIRE ?

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Si loi passe, les juges ne pourront plus apprécier la réalité des difficultés économiques invoquée dans les licenciements économiques.

Toutes les infos sur le site www.decryptageloitravail.cgt.fr

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

LES MANIFESTATIONS DANS L'OISE POUR LE JEUDI 31 MARS 2016

Retrait du projet EL KHOMRI
Les initiatives dans l’Oise :

BEAUVAIS :
- à 14h00 devant le lycée Félix Faure, Esplanade de Verdun, rejoint par les entreprises de la zone d’activité d’ALLONNE qui se rassembleront à partir de 11h avenue Blaise Pascal.
- départ en bus pour le rassemblement à Paris. Inscrivez-vous auprès de l’union Locale CGT du Beauvaisis tel:03 4448 3449

CREIL :
- chaque Mardi et vendredi rassemblement à 10h00 et cela jusqu’au 31 mars
- Le 31 mars, rassemblement à 10h00 PLACE CARNOT

COMPIEGNE :
- Rassemblement devant le Lycée Mireille GRENET à 8h30
- Rassemblement devant le Lycée Charles De Gaulle à 8h30
- Manifestation 9, cours Guynemer à 10h00 (face à la Maaf)

L’action des salariés est incontournable !
Nous appelons tous les Etudiants,les Lycéens,les enseignants,les citoyens, les fonctionnaires,les salariés,les privés d'emploi,les retraités à participer à cette forte mobilisation.

Fraternellement
L'Union Départementale CGT Oise

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

communiqué de la CGT Renault Cléon, suite à un accident mortel sur le site de l’usine

Jeudi 10 mars, un très grave accident s’est produit à l’usine Renault de Cléon. Un ouvrier, mécanicien de maintenance qui intervenait seul dans une machine a été écrasé, suite, semble-t-il, au déplacement d’un élément de la machine.

Resté plusieurs minutes en arrêt cardiaque avant d’être découvert par un collègue, il était entre la vie et la mort. Cet ouvrier âgé de 33 ans et père de deux enfants est décédé sept jours plus tard.

Les élus CGT, dans ces moments douloureux, s’associent à la peine de ses proches, ses amis, ses collègues de travail.

Des enquêtes sont en cours, enquêtes qui permettront, nous l’espérons, de répondre aux nombreuses questions que nous nous posons.

A Cléon comme dans le groupe, les effectifs chutent, la maintenance est également touchée par cette baisse des effectifs, nous avons régulièrement alerté la direction sur le manque de mécaniciens et d’électriciens. Les techniciens de maintenance se retrouvent très souvent seuls à devoir dépanner.

En quelques années, l’effectif en maintenance a été divisé par deux, voire plus dans certains ateliers. Ils sont d’autant plus isolés durant les dépannages que, dans les secteurs de production où ils interviennent, les effectifs ont là aussi été fortement diminués.

Par ailleurs, les formations spécifiques indispensables pour intervenir dans les machines sont données au compte-gouttes, ou pas du tout, par souci d’économies.

Cette politique de diminution des effectifs mise en place par la direction porte un nom : la recherche d’une plus grande compétitivité…à quel prix ?

Les enquêtes permettront de faire le point sur les responsabilités de chacun, les élus CGT veilleront à ce que la direction ne fuit pas les siennes. Mais les salariés de l’usine ne sont pas dupes. Ils savent qu’après chaque accident ou incident grave, la direction répète qu’il faut travailler en sécurité… sans jamais donner les moyens de le faire.

Pour la CGT Renault Cléon et les salariés du site, c’est inacceptable !

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La CGT exige la justice sociale

La France est-elle encore une République où chaque citoyen peut exercer pleinement ses droits d’expression ?

C’est la question légitime que l’on est en droit de se poser après les nombreux incidents survenus hier.

Les pouvoirs publics doivent être les garants de l’Etat de droit et, avant tout, assurer la protection de chacun, qu’il exerce son droit à manifester ou à s’organiser.

La vague de répression que subissent les militants syndicaux depuis des années prend de l’ampleur et a franchi une nouvelle étape.

Après la violence des choix patronaux (licenciements, chantage à l’emploi, etc.) et l’utilisation de l’appareil judiciaire pour faire taire toute contestation, nos gouvernants n’ont pas trouvé d’autres solutions que l’agression des manifestants par les forces de l’ordre.

Les inégalités sociales se creusent et suscitent l’exaspération de toute la population.

C’est par la réponse aux besoins de justice sociale que se trouve la solution et non par le mépris, la répression et la violence.

La CGT condamne les violences et provocations policières qui ont eu lieu dans et en marge des manifestations de ce jeudi 24 mars.

Elle condamne les arrestations sommaires et garde à vue dont sont victimes de nombreux manifestants et dirigeants syndicaux.

Elle condamne avec fermeté l’arrestation violente du jeune lycéen de l’établissement Bergson et la mise en garde à vue du secrétaire général de l’Union départementale CGT du Doubs.

La CGT exprime toute sa solidarité avec les victimes de ses violences.
La CGT appelle tous les salariés à venir exercer leurs droits constitutionnels dans les actions de grève et de manifestations du 31 mars.

Il s’agit, dès à présent, de continuer à tout mettre en œuvre pour préparer, avec la jeunesse, les actifs et les retraités, dans l’unité la plus large, cette journée de grève et de manifestation qui d’ores et déjà s’annonce de grande ampleur.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

La situation devient dramatique. Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a augmenté de +1,1% en février 2016.

Ils sont 3,59 millions à ne pas avoir eu d’activités et 2,18 millions à n’avoir exercé qu’une activité à temps partiel, synonyme de précarité.

Il faut changer de politique et répondre aux attentes et aux besoins des salariés.

Pour nous, la CGT, cela passe par notre exigence du retrait de la loi El Khomri et se conjugue avec notre volonté de remettre le travail au centre de la réflexion et du droit du travail et pas l’emploi.

C’est en ce sens que nous proposons un nouveau statut du travail salariés ; droits attachés à la personne et transférables d’une entreprise à une autre : droits à un salaire, au déroulement de carrière, à la formation, droit à la protection sociale, à la retraite et dans ce socle de droit celui de la sécurité sociale professionnelle que nous opposons à toutes les formes d’exclusion, de précarité y compris au regard des ruptures de contrats existant (rupture conventionnelle 350 000 en 2015, licenciements de boursiers, etc…).

Avec le développement du numérique, nos propositions de réduction du temps de travail, pour travailler mieux et tous, avec des droits transférables d’une entreprise à une autre donnent un sens à l’avenir que nous devons construire.

Oui, nous sommes résolument tournés vers un 21ème siècle de progrès, alors que le gouvernement, pour de sombres raisons électoralistes se soumet au diktat d’un patronat qui depuis 30 ans ne cesse de réclamer la baisse du coût du travail, la suppression de droits pour les salariés qui n’a pour seule efficacité, que l’augmentation des dividendes des actionnaires (+25% en 25 ans).

C’est une politique du travail qui fera une politique de l’emploi et une politique de santé.

Les chiffres du chômage de ce mois-ci, s’ils ne représentaient pas des vies abîmées de femmes et d’hommes n’en seraient que tristement dérisoires.

OUI, la mobilisation des jeunes salariés, des privés d’emploi, des retraités doit s’amplifier, à commencer par une très grande journée d’action le 31 mars prochain.

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Avant de vous faire le point sur la finalité de cette négociation, la CGT tient à souligner la bonne réaction de certains salariés pour avoir participé au débrayage durant la négociation.

Rappelons que suite à l’annonce de la direction de 0,4% d’augmentation générale en début de séance, cela n’a pas du tout satisfait les salariés et d’autres l’ont fait comprendre par un débrayage.

L’action des salariés a permis d’avoir une écoute de la direction avec un peu plus d’attention et ceci a énormément pesé sur la table des négociations.

Tout en connaissant les résultats des autres usines du Groupe Unilever, tout en sachant que pour ces 2 usines l’augmentation générale proposée était de 0,7%, tout en sachant que si nous voulions obtenir plus, il aurait fallu employer d’autres méthodes, tout en sachant la politique du Groupe sur les stocks actuellement….ils nous étaient dans ces conditions, très difficiles de faire pencher la balance, mais cela ne nous a pas empêché d’aller sur d’autres voies !

Après de longs échanges et de suspensions de séances, voici le résultat :

0,7% d’Augmentation Générale et indexation sur les primes

10 embauches

25€ sur la Prime Vacances ce qui donne 1050€

Lors des arrêts techniques, Maintien des primes de nuits et des majorations

Pour le personnel en 3X8, prime de 200€ sous forme d’indemnité de nuit forfaitaire, pour une semaine de nuit, avec la condition de poser trois semaines de congés.

Pour le week-end, une prime de 140€ sous forme d’indemnité de nuit forfaitaire, pour une semaine de nuit, avec la condition de poser deux semaines de congés.

Auparavant, certains salariés évitaient de poser une semaine de vacances durant la semaine de nuit afin de limiter la perte financière. A aucun moment ces salariés ne pouvaient se permettre de prendre trois semaines de congés consécutives.

Maintenant, beaucoup d’entre vous pourront avoir le privilège de profiter pour la première fois, de trois semaines de congés payés d’affilée, grâce à cette prime forfaitaire !

Même si nous déplorons la très faible augmentation générale, on peut tout de même souligner que pour cette partie de nos revendications, nous avons eu une écoute attentive de la part de la direction et nous nous en félicitons.

La CGT dans ces conditions et comme nous nous étions engagés lors de cette négociation, la CGT signera cet accord de NAO.

 

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

14H55 : La direction propose comme augmentation générale 0,7%.

Et si le climat social se porte mieux, la direction s'engage à faire 10 embauches à Compiègne et 6 à Saint Vubas.

On attend la direction pour la suite....

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Visiteurs

229329

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog