SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
400 emplois supprimés chez Sanofi. Le PDG France ose parler d’emplois « qui ne sont plus nécessaires »

Olivier Bogillot, président de Sanofi France, a osé affirmer que les 400 emplois qui vont être supprimés « ne sont plus nécessaires ». Une sortie qui a généré la colère des salariés et qui apparaît d’autant plus scandaleuse que ces emplois dans la recherche pharmaceutique sont supprimés en pleine pandémie.

Sanofric

Crédit photo : ©Actu Essonne / T.F.

Alors que depuis plus d’une décennie le groupe engrange des milliards d’Euros de bénéfice sur le dos de ses salariés pour les distribuer aux actionnaires, cette année ne fait pas exception avec pas moins de 4 Milliards reversés aux actionnaires.

Ainsi selon les propos du président de Sanofi France rapportés par France Info, « parfois il faut être moins nombreux » … et donc se débarrasser de ceux qui « ne sont plus nécessaires » ?

Entre plan de départ volontaire et suppressions directes de postes c’est plus de 1700 postes impactés directement en Europe dont environ 400 en France alors que l’entreprise est bénéficiaire et qu’elle a touché plus d’un milliard d’euros de subventions ces dernières années. Un véritable scandale pour les employés qui s’étaient réunis devant le site de Chilly-Mazarin (Essonne) ce lundi 8 février en marge d’une réunion d’information sur le projet de restructuration. Afin d’exprimer leur colère, ils ont par la suite envahi la salle.

Ces suppressions d’emploi sont d’autant plus inacceptables qu’aujourd’hui, la production mondiale de vaccin fait face à une pénurie qui explique largement l’échec de la stratégie vaccinale du gouvernement français. En effet, les grands groupes pharmaceutiques sont aujourd’hui largement défaillant ne parviennent pas aujourd’hui à assurer leur tâche fondamental de produire et d’acheminer des vaccins en quantité et qualité suffisante. Le groupe français supprime aujourd’hui des centaines d’emplois dans la recherche alors qu’il n’est pas parvenu à trouver une solution vaccinale et qu’il génère pourtant des milliards qui loin d’être investis dans la recherche, viennent remplir les poches des actionnaires.

Pour lutter contre de tels patrons voyous, il est primordial de proposer un plan de bataille à la hauteur des enjeux et de mettre en avant des revendications fortes comme le font les grévistes de la raffinerie de Grandpuits en grève depuis plus d’un mois contre le géant Total et qui ont défilé aux coté des salariés en lutte de Sanofi ce 4 février dernier pour exiger zéro licenciement.

La lutte contre les suppressions d’emploi à Sanofi est également une lutte pour sauver des emplois dans la recherche pharmaceutique, indispensables pour répondre à des épidémies comme celle de la covid-19. En ce sens, il est nécessaire d’exiger la réquisition immédiate des sites de recherche et de production pour les mettre sous contrôle des travailleuses et des travailleurs. Afin de mettre les capacités productives des groupes pharmaceutiques au service de la santé et des millions de vies humaines et non du profits de quelques uns.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Visiteurs

461354

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog