SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
7 milliards de pertes : Total supprime des emplois mais maintient les dividendes 

Ce mardi matin, le PDG de Total a annoncé les résultats de la multinationale pour 2020 : malgré des pertes records de 7 milliards d’euros, le montant des dividendes sera maintenu. Au même moment, les raffineurs Total de Grandpuits en grève se rassemblaient avec leur soutien devant le siège du groupe pour dénoncer la casse sociale.

Casse sociale et dividendes

Le PDG du groupe énergétique, Patrick Pouyanné, a annoncé ses résultats pour l’année 2020 ainsi que la stratégie que compte poursuivre Total pour l’année 2021. La multinationale, a ainsi enregistré une perte record de 7 milliards d’euros. Cette perte est liée à une chute importante des cours du pétrole et des hydrocarbures au cours de l’année 2020, année marquée par une crise sanitaire et économique sans précédent. Mais pas de quoi inquiéter les actionnaires de la multinationale, ni de quoi changer de cap : le montant des dividendes restera le même annonce le PDG du groupe !

En effet, ce géant du CAC 40 a décidé de maintenir une stratégie de réduction des « coûts » et de diminution de ses investissements. C’est cette ligne qui a permis à Total, en pleine crise sanitaire, de faire 9,3 milliards d’économies dans le cadre d’un plan d’économie lancé en mars qui comprend notamment le gel des embauches. Malgré ses promesses d’embauche de jeunes, c’est un plan plus drastique encore que le PDG prévoit puisque c’est 500 millions de dollars d’économies supplémentaires qu’il envisage pour l’année 2021. Un objectif qui passe par exemple par la reconversion de Grandpuits en usine de bioplastique et biocarburant qui doublerait le rendement de la raffinerie en supprimant au passage 700 emplois. Autant de bénéfices donc qui iront engraisser les actionnaires comme l’affiche ce matin encore Patrick Pouyanné. 
 
S’il faut continuer de réduire les coûts en précarisant et en supprimant des emplois, pas question de toucher aux dividendes des actionnaires. En effet, Pouyanné a été clair et a affirmé lors de l’annonce des résultats que « nous ne faisons pas dépendre nos dividendes des cours du pétrole ». L’année dernière, en pleine crise épidémique, Total a versé 1,8 milliards d’euros à ses actionnaires.
 
Enfin, Total a aussi confirmé le maintien de sa stratégie de greenwashing. La dernière annonce centrale du PDG a été celle du changement de nom. Total va devenir TotalEnergies. Une nouvelle tentative de faire illusion quant au rôle central qu’occupe Total dans la crise écologique mondiale. En effet, derrière cette stratégie se cache un processus croissant de délocalisation de la production d’énergie dans des pays du Sud où les normes salariales et environnementales sont beaucoup moins strictes. C’est le cas du récent projet du plus grand pipe-line chauffé de Total en Ouganda qui permettrait d’exploiter 1,4 milliards de barils de pétrole et va détruire toute une région ainsi que l’eau, la terre et les récoltes des populations locales.

Au moment même où Pouyanné annonçait les résultats du groupe et le maintien des dividendes, de nombreuses personnalités politiques, syndicales mais surtout organisations écologistes se sont réunies devant la tour Total pour soutenir les raffineurs en grève contre la casse sociale et contre le greenwashing de la multinationale. Si Total a les moyens de payer, il faut lui imposer de payer une transition écologique viable qui ne se fait pas au prix de la casse sociale. Pour cela, seule la lutte des travailleurs, à l’image de celle des raffineurs de Grandpuits peut mettre un terme aux exactions écologiques et sociales de Total.

Publié par REVOLUTIN PERMANENTE

Visiteurs

463616

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog