Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! Temps de travail : Le réduire - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Le temps de travail, de 1848 à aujourd’hui : doit-on accepter l’inacceptable en faisant un retour en arrière qui signerait un recul social sans précédent ?

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE TENDANCE HISTORIQUE.

 Les oppositions entre les patrons et les syndicats (et plus particulièrement la CGT) sur la durée du travail ont été rudes depuis 166 ans avec le développement du capitalisme.

A la révolution de 1848, les républicains votent l’éphémère « loi des 10 heures », fixant la journée de travail à 10 h pour Paris et à 11 h pour la province. Cette loi est abrogée six mois plus tard par les conservateurs, qui la remplacent par la loi « des 12 heures ».

Le 1er mai 1889 à Chicago, des grévistes sont tués en défendant la journée de 8 h. La commémoration de cet évènement, oublié des américains eux-mêmes, donnera naissance à la fête internationale du travail du 1er mai.

 En France, la journée de 11 h est instaurée en 1900, à raison de 6 jours par semaine avec des conditions de travail effroyables. Les abus patronaux sur les salariés sont constants, les salaires misérables et l’espérance de vie d’un ouvrier ne dépasse pas 40 ans.

En 1904, la toute jeune CGT au cours de son congrès intègre la revendication de la journée de 8 h. il faudra attendre le 17 avril 1919 pour que la journée de 8 h soit votée à l’Assemblée nationale, la semaine de travail passe donc à 48 h.

Les accords de Matignon de 1936 prévoient la réduction du temps de travail à 40 h, deux jours de repos par semaine. Les ouvriers parlent de « la semaine des deux dimanche ». A ces mesures s’ajoutent 2 semaines de congés payés, la mise en place des conventions collectives, de substantielles augmentations de salaires.

Le patronat fera payer très cher ces accords de Matignon au monde ouvrier, jusqu’en 1945 et au-delà.

Il faudra attendre 1982 pour voir apparaitre une nouvelle réduction du temps de travail à 39 h. Enfin, dernière me- sure en faveur des salariés : la loi des 35 h en 1998. 

Depuis 2000, le patronat mène une offensive sans précédent pour augmenter le temps de travail, contre le sens de l’histoire.

2003 : Le quota d’heures supplémentaires passe de 130 à 180 h.

2005 : création du compte épargne temps.

2007 : loi TEPA en droite ligne du slogan populiste « travailler plus pour gagner plus ». L’incidence de la loi ne se fit pas attendre car dès le 2ème semestre 2008, on a vu la montée en flèche du chômage.

2008 : loi de démocratie sociale impactant le temps du travail.

Commenter cet article

Visiteurs

229329

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog