Nos vies valent plus que leurs profits La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat ! VALENCIENNES : occupation des agences d'interim pour alerter sur les dangers courus par les salariés précaires! - SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Unilever Logo

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPC

Syndicat CGT unilever HPC France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Source : le site de la CGT de l'interim

La campagne s'est poursuivie sur Valenciennes. Hier après-midi, plusieurs groupes de salariés intérimaires soutenus par l’USI-CGT ont occupé durant plusieurs heures les agences d’intérim PROMAN et ADEQUAT de Valenciennes (59).

Ces actions s’inscrivent dans la campagne massive de sensibilisation, de dénonciation et d’actions intitulée «URGENT : INTERIMAIRES EN DANGER», lancée en novembre 2016 pour sensibiliser l’opinion et dire à tous les salariés et les acteurs de la santé et sécurité au travail, patronat de l’intérim, des entreprises utilisatrices, médecine du travail, direction du travail, le gouvernement et les pouvoirs publics etc., la réalité de ce que subissent les salariés intérimaires, et obtenir un accord de branche garantissant la santé et la sécurité des salariés concernés.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

64 morts et 39 869 accidents du travail en 2014 sans compter les milliers de salariés intérimaires victimes de maladies professionnelles et qui ne sont pas suivis et donc inconnus.

Le constat est clair et édifiant : être intérimaire est un risque en soi et une pénibilité de tous les instants.

L’augmentation des risques et des accidents, est le résultat d’une course à la « mission » à n’importe quel prix et dans n’importe quelles conditions, au détriment de la santé et de la sécurité au travail des salarié-e-s concernés.

Ces accidents ne sont pas le fruit du hasard. En 2014, presque 40 000 intérimaires ont été sacrifiés sur l’autel du profit des entreprises. L’organisation du travail, la sous-traitance en cascade, les exigences de délais, la précarité, les missions de courte durée, la mise en concurrence des salariés, sont les armes létales de cette course à la rentabilité à court terme.

La sur-accidentalité souvent mortelle et des conditions de travail dangereuses dont les millions de salariés précaires sont victimes sont actuellement sur la table des négociations de la branche.

A cela vient s’ajouter la mise en danger de la protection sociale des salariés intérimaires par l’attitude irresponsable du PRISM’EMPLOI, patronat de l’intérim, et des assureurs du régime de la complémentaire.

Alors qu’un million de salariés intérimaires cotise, seuls 100 000 peuvent actuellement utiliser leurs droits.

Le « trésor de guerre » amassé par les assureurs s’élève à 80 millions d’euros.

Les sociétés d’intérim et les assureurs refusent de développer une meilleure communication en direction des salariés et font obstacle aux revendications de la CGT d’améliorer les garanties et les droits des salariés. Nous assistons à un véritable sabordage du régime. C’est un scandale !

Le patronat de l’intérim se montre plus préoccupé par les dividendes des actionnaires et les taux de profit, que par la vie des salariés.

La CGT de l’intérim poursuivra son action en 2017 et exige DES ACTES CONCRETS !

Commenter cet article

Visiteurs

229329

 

Vous pouvez maintenant commenter tous les articles en cliquant sur la case orange en bas à droite de l'article

Articles récents

Hébergé par Overblog