SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

SYNDICAT CGT UNILEVER FRANCE HPCI

Syndicat CGT Unilever HPCI France

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

C'est sans hésitation que nous reprenons à notre compte les voeux et l'appel de notre camarade Michel Jacques Dupuy du site " Commun Commune " appelant les lecteurs occasionnels à s'abonner pour recevoir régulièrement, par mail les publications du site.

Un appel que nous faisons donc volontiers pour l'abonnement au site du Front Syndical de Classe à partir de la page d'accueil du site :

 

____________________________

 

 

En cliquant par hasard sur Google, sur un blog ami, ou directement sur « Commun Commune » vous avez pris intérêt à un ou plusieurs de ses articles. Les sujets abordés - qui touchent généralement l'actualité - vous donnent sur celle-ci un éclairage différent de ce que radios, télés, journaux diffusent à longueur d'antenne ou de colonnes. Souvent, nos publications abordent des problèmes ignorés ou falsifiés par les médias qui reflètent l'opinion conforme aux orientations du pouvoir. 

En cette période complexe, il est bon d'emprunter des chemins de traverse, loin du bruit et de la fureur du monde, le temps de s'attarder sur un évènement ailleurs passé sous silence. La chasse aux « fake news », à laquelle on nous convie au nom de la vérité ne prend pas en compte les mensonges par omission, les faits qu'on ne voit ni les grandes chaînes de télévision, ni sur chaines « d'infos » en continu (public ou privées), les évènements dont on ne parle pas sur France Inter, RTL, RMC ou Europe 1, les évènements qui ne font pas recette ou que l'on déforme dans les débats univoques de France 5 par exemple.

Commun Commune fait partie de ces fameux réseaux sociaux, tant décriés par le pouvoir et ses chiens de garde. Il n'appartient à personne, si ce n'est à ses lecteurs. Aucun actionnaire du CAC 40 ne mettrait un centime dans notre blog. Au contraire, ces messieurs du gouvernement cherchent comment faire pour ligoter l'information non conforme à ses vues, ni à ceux du monde de l'argent.

La complexité technique de l'informatique limite, pour l'instant, une éventuelle censure de la pensée libre. Néanmoins, on constate ces derniers mois des modifications dans les algorithmes des moteurs de recherches qui, de manière insidieuse, invisibilisent certains blogs « gênants ». Comme plusieurs blogs amis, « Commun Commune » subit cette censure qui ne dit pas son nom !  

C’est pourquoi nous vous invitons à vous ABONNER gratuitement à notre blog comme un acte de RÉSISTANCE à ces pratiques de Google, Facebook et consorts.

Vous serez ainsi informé par un simple e-mail lors de la publication d’un article sur « Commun Commune » dont aucun contenu ne vous échappera.

Pour vous abonner, rien de plus simple, il suffit de saisir votre adresse courriel dans la casse Newsletter (dans la colonne de gauche du blog) - sans oublier de confirmer votre inscription à réception du message qui suivra.

S'ABONNER à « Commun Commune » C’EST RÉSISTER sans doute à un niveau modeste, mais tout geste est importantà la mainmise de 9 milliardaires sur les médias de notre pays

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

SOURCE :  Guyanne la première

Jean-Luc est chaufeur éboueur en Guyane. Avec ses collègues Anthony et Maxime, ils n'ont jamais cessé de travailler depuis le début de la pandémie. Au plus fort du confinement, ils constituaient cette deuxième ligne qui a permis au pays de continuer à vivre et à la vie de continuer.

 

Lors des voeux du 31 décembre, Emmanuel Macron a cité en exemple de nombreux anonymes qui ont fait frond face au Covid-19. Notamment Jean-Luc. Ce 1er janvier, Guyane la 1ère a retrouvé Jean-Luc, et il a un message pour le chef de l'Etat. Explication :

  

Cela fait 17 ans que Jean-Luc, originaire de Guadeloupe, est chauffeur-éboueur en Guyane. Depuis l'apparition du Covid-19, Jean-Luc a poursuivi inlassablement son travail. Il est l'un des héros du quotidien qu'Emmanuel Macron a cité hier en exemple, lors des voeux présidentiels du 31 décembre : ces Français anonymes, engagés et solidaires "qui ont tenu notre pays dans l'épreuve".

"Je suis étonné"

Au lendemain de ce discours, Guyane la 1ère a retrouvé Jean-Luc Samos, dans son quartier de Balata, à Matoury. Âgé de 49 ans, l'homme n'a pas vu en direct les voeux présidentiels, mais dans les minutes qui ont suivi, il explique avoir été submergé de messages. "Je suis étonné par la chose", réagit-il, en expliquant que si le ramassage des ordures s'était arrêté pendant les sept mois de crise sanitaire en Guyane, cela aurait bien évidemment été catastrophique.

Il lance un message au président

Et le chauffeur-éboueur de 49 ans en profite pour lancer un message au président de la République : il n'a pas perçu la prime de 1000 euros promise au début de l'épidémie de Covid-19 pour les salariés "en première ligne". 

Les primes de 1000 euros que vous avez mis en ligne et qu'on devait toucher, je n'ai jamais touché ça. J'ai toujours assuré le service minimum. J'estime que mon équipe et moi, on devrait avoir ces primes là. Je ne pense pas que ce soit une montagne pour vous !

 

Jean-Luc, chauffeur-éboueur en Guyane

Publié par FSC

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever
Le gouvernement veut
 
commander 1.100 viseurs de
 
LBD : le père Noël est une
 
ordure

 

Dans un contexte de crise sanitaire et économique marquée par la multiplication de textes de loi liberticides et racistes, l'exécutif se prépare inéluctablement à user de la répression pour contenir les mouvements de contestations sociales susceptibles d'exploser dans une telle période de crise.

 

Etat policier

Crédits photo : Thomas SAMSON/ AFP

Dans un tweet datant du 28 décembre dernier, Maxime Reynié journaliste et fondateur du site maintiendelordre.fr dévoile selon ses sources le lancement d’un appel d’offre dirigé par le gouvernement pour l’achat de 1100 viseurs de LBD pour un montant estimé à environ 600.000€. Outre la résolution des dirigeants Français de résoudre la crise actuelle par la répression, si l’on en croit l’étude approfondie dudit appel d’offre nous pouvons clairement comprendre les intentions du gouvernement sur le long terme.

Le Gouvernement s’attend à des mobilisations massives
 

En s’intéressant aux exigences techniques des viseurs, on constate que la demande s’inscrit en prévision d’une répression massive.
Premièrement, le matériel doit être conforme à une utilisation prolongée : Les viseurs électroniques doivent pouvoir être actif au minimum pendant 500 heures (exigence N°16) et avoir une certaine étanchéité (exigence N°18).
Secondement, les viseurs doivent être solide : Est demandé une grande résistance aux chocs (exigence N°12) et une protection des lentilles pour éviter les chocs (exigence N°23).
Dernièrement, les viseurs doivent être ergonomique et facile d’utilisation : Les viseurs électroniques doivent permettre une visée "les deux yeux ouvert" à l’aide d’un "viseur point rouge" (exigence N°3), fonctionner à l’aide de batterie "facilement trouvable dans le commerce" (exigence N°15), être dès plus léger (exigence N°19) et disposer de réglage "facile" à l’aide de la main faible (exigence N°8).

Pour dire les choses clairement : qu’il pleuve ou qu’il vente, la police doit être en capacité d’opérer longuement et disposer de matériel de répression solide et optimal pour blesser. Ces exigences ne sont pas anodines, le pouvoir s’attend à des contestations massive suite à ses multiples attaques envers la classe ouvrière que ce soit sur le plan des droits démocratiques ou sur le plan économique.

Un autre point est susceptible d’étayer cette proposition. L’exigence N°1 stipule que les viseurs électroniques soient compatible avec les modèle de LBD actuel et les Cougar 40 de Alsetex.
Alsetex est un fabricant d’arme Français spécialisé dans le maintien de l’ordre, à l’origine des "fameuses" grenades GLI-F4 et GM2L et de
l’armement de la police Libanaise lors des manifestations contre le gouvernement Libanais à la suite des explosions du 4 août 2020 à Beyrouth. L’entreprise a remporté un appel d'offre du gouvernement le 27 Novembre 2019 à hauteur de 1,6 Million d’euros pour la vente de 1280 LBD Cougar 40. Il est probable qu’avec l’achat de nouveaux viseur compatible avec les Cougar 40, le gouvernement compte une nouvelle fois élargir son arsenal, de la même manière qu’il augmente ses effectifs de police.

 

Continuer de se mobiliser contre l’offensive sécuritaire du gouvernement

 

Cet appel d’offre qui montre que l’État renforce actuellement son appareil répressif s’inscrit dans la continuité des mesures autoritaires et liberticides qu’il tente actuellement d’imposer. De la loi sécurité globale à la loi islamophobe contre le séparatisme, le gouvernement fait cependant face à une forte opposition qui s’est exprimée dernièrement dans la rue. Ces attaques sécuritaires qui vont de paires avec des attaques sur le plan économique et des plans de licenciements massifs qui touchent actuellement des milliers de travailleurs. Il est donc urgent que l’ensemble des secteurs qui se sont mobilisés contre la loi sécurité globale, ainsi que les organisations du mouvement ouvrier, les militants des quartiers populaires fassent front et continuent de se mobiliser face à cette offensive dont l’issue se joue dans la rue, sur nos lieux de travail et dans nos quartiers.

 

Publié par REVOLUTION PERMANENTE

Voir les commentaires

Publié le par Syndicat CGT Le Meux
Publié dans : #Notes d'information Cgt Unilever

Pas de problème: il a souhaité une très bonne année à tous ceux qu'on exploite au SMIC. En effet, l'ex-gérant d'une très grande banque d'affaires, depuis les ors du palais de l'Elysée, l'augmente en ce 1er janvier 2021 de 0,99%. Soit en brut de 10,15 à 10,25 euros l'heure. Champagne donc !

Vous avez raté les "bons voeux" d'Emmanuel Macron à la téloche ?

Pour le reste, aucune augmentation du pouvoir d'achat en salaires, pensions de retraite et minima sociaux. Ben oui, on n'est que le 5e pays le plus capitaliste au monde.

Pour finir, le bilan santé de l'an de grâce à Macron 2020 :

Vous avez raté les "bons voeux" d'Emmanuel Macron à la téloche ?

Allez, Bella Ciao !

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13

Visiteurs

481311

 

Se syndiquer CGT ?

Certains diront « à être défendu », d’autres « à lutter tous ensemble ». En fait, les deux idées sont inséparables. Le syndicat sert à s’unir, à s’organiser et à agir collectivement pour se défendre dans la lutte des classes et conquérir de nouveaux droits.
Le syndicat d’entreprise est la base du syndicalisme, car situé au plus près du salarié. Il fonctionne avec les syndiqués qui proposent, orientent et décident de l’activité.

Articles récents

Hébergé par Overblog